Mot-clef : Eri Nakamura

Last Work d’Ohad Naharin, un appel à la liberté d’expression

Last Work d’Ohad Naharin, un appel à la liberté d’expression

Pièce engagée, sombre, Last Work, dernière née du chorégraphe israélien, exprime avec toute la richesse du langage inventé par Ohad Naharin la détresse d’un art menacé. Ohad Naharin a inventé beaucoup plus qu’un style de danse. Un nouveau langage corporel, avec des lignes uniques, des mouvements que seule la technique gaga mise au point par le chorégraphe israélien permet à un corps humain normalement constitué d’effectuer. Cette technique, les danseurs de ...
Paul Daniel répétition BRSO novembre 2015

Avec la Radio Bavaroise, Salonen compositeur mais pas chef

A Munich, un programme original qui, sans la baguette d'Esa Pekka Salonen, perd un peu de sa saveur. Comme beaucoup de grands chefs d’orchestre, Esa-Pekka Salonen a la passion de la composition. Dans certains cas, l’œuvre personnelle s’est imposée partout – Gustav Mahler ; dans d’autres cas, le chef reste inoublié, le compositeur beaucoup moins – Wilhelm Furtwängler. Pour ce programme, le chef avait choisi de mettre une œuvre pour grand orchestre ...
Ariane à Naxos, Bayerische Staatsoper, 2015

Ariane en scène avec Kirill Petrenko

A Munich avec Kirill Petrenko, dans cette Ariane à Naxos, toute la troupe est tenue par le flux orchestral. Les vieux Munichois s'en lamentent, en rappelant que ce n'est pas la première fois, tout de même, que l'Opéra de Bavière a un grand chef pour directeur musical - c'est surtout Wolfgang Sawallisch qui est ici visé -, mais rien n'y fait : qu'il s'agisse d'une nouvelle production ou, comme ici, de ...
Capture d’écran 2015-07-03 à 16.48.37

Brûlante Turandot au Théâtre du Capitole

On peut rendre hommage au Théâtre national du Capitole pour avoir offert à Calixto Bieito, avec cette Turandot,  l'occasion de présenter sa première production en France. L'intérêt ira sans doute grandissant avec le prochain Lear d'Aribert Reimann, donné à Bastille la saison prochaine. Metteur en scène mêlant la violence de notre modernité à l'exigence de réflexion qui s'en dégage, cet Espagnol de 51 ans fait les beaux jours des scènes nordiques (allemandes ...
Boris

Le Boris plus que glauque de Calixto Bieito

La mise en scène de Boris Godounov par Calixto Bieito, donnée à Munich en 2013 (voir notre critique de la représentation donnée juste après cet enregistrement) pose une nouvelle fois le problème de la transposition des grands chefs d’œuvre du passé. Pour un ouvrage aussi connoté historiquement que le célèbre ouvrage de Moussorgski, la généralisation de la problématique du pouvoir ne va pas de soi, et les allusions plus qu’explicites ...
1966774_10152240932213794_897365608_n

À Munich, le fantôme de Ponnelle joue toujours contre La Cenerentola

C’est mardi gras, et en cet étrange jour semi-férié sur lequel on ne plaisante pas en Bavière, l’Opéra de Munich affiche non sans pertinence un ouvrage du maître du comique lyrique. Une reprise de routine, certes, vendue à un prix modeste pour attirer un public qui ne vient sans doute pas souvent. Il y avait une bonne raison, pourtant, de se déplacer : Lawrence Brownlee est sans nul doute non seulement ...
eri nakamura

La Messe solennelle de Gounod de retour à Saint-Eustache

La Messe solennelle dédiée à sainte Cécile a été donnée jeudi dernier à l'endroit de sa première exécution en 1855, l'Église Saint-Eustache, avec les paroles originales de la prière finale (« Salvum fac Imperatorem nostrum Napoleonem », au lieu de « Rem publicam » qui lui a été substitué ensuite). Solennelle, elle l'est en effet. On y retrouve même la pompe du Second Empire. Mais il y a aussi quelque chose de plus personnel, qui ...
Boris Munich 1

Boris Godounov à Munich par Tcherniakov/Nagano, miracle renouvelé

Il y a quelques années, l’Opéra de Munich avait frappé un grand coup avec une Khovanchtchina mise en scène avec une grande intensité par Dmitri Tcherniakov et dirigée par Kent Nagano ; en 2013, c’est au tour de l’autre grand opéra de Modeste Moussorgski de conquérir la scène du Nationaltheater, dans la nudité implacable de sa version originale. Dans la fosse, le miracle est le même : Nagano sait à la fois ...
Götterdämmerung Munich 2012 - Gabler, Gould, Paterson

Fin de Ring à Munich

Götterdämmerung est sans doute le plus périlleux des opéras de Wagner pour les metteurs en scène, et la dernière étape du cycle monté par Andreas Kriegenburg à Munich n’est sans doute pas la plus aboutie. Kriegenburg n’y abandonne pas son parti-pris narratif et ses jeux avec l’illusion théâtrale, mais il les ancre dans une époque plus nettement contemporaine : le premier acte, en particulier, ancre le monde des Gibichungen dans le ...
werther_villazon_dgg

Rolando Villazón, un Werther extraverti

Il y a seulement dix ans, la parution d'un nouvel enregistrement de Werther nous aurait comblé, tant la discographie, dominée par la version EMI (Plasson, Kraus, Troyanos) pourtant bien froide, était maigre. Les temps changent, et les maisons de disque se sont de nouveau intéressées à certains titres de Jules Massenet, nous proposant, en CD comme en DVD, Cendrillon ou Don Quichotte. Pour l’œuvre qui nous intéresse aujourd’hui, nous disposons ...
Capuleti_munich12_vign

A Munich, le triomphe d’Eri Nakamura

Nous ne voulions pas être Giulietta ce soir-ci. De centaines de mélomanes s’étaient rendus à Munich pour écouter Anna Netrebko dans I Capuleti e i Montecchi. Mais la diva russe, souffrante, dut annuler les deux dernières représentations d’une série dont elle avait, pourtant, assuré les trois premières. Ce fut Eri Nakamura qui sauta dans la brèche, jeune soprano japonaise, en troupe au Bayerische Staatsoper depuis 2010. Si elle avait assuré ...
Les Noces de Figaro

Les Noces de Figaro à Munich

Les débuts de saison sont toujours difficiles pour les maisons d’opéra. Pour tenter de convaincre le public de revenir plus tôt dans ses murs, l’Opéra de Bavière a donc décidé de faire des deux premières semaines de sa nouvelle saison un mini-festival Wolfgang Amadeus Mozart à partir des productions de son répertoire. En ce 3 octobre, à la fois 20e anniversaire de la réunification et dernier jour de la Fête ...
Pour un plateau d’exception

Carmen londonienne : pour un plateau d’exception

Malgré les défauts de la production de Francesca Zambello, il fallait être des spectateurs de cette Carmen londonienne, ne fut-ce que pour voir et entendre un grand couple d’opéra. Car Elīna Garanča a tout pour être la grande Carmen des dix années à venir. Le timbre est somptueux, la voix bien menée et projetée, et l’actrice très crédible, belle et majestueuse. Il ne lui manque qu’un accent français un peu ...