Mot-clef : Maria Agresta

Simon Boccanegra à l’Opéra de Paris avec Ludovic Tézier

Simon Boccanegra à l’Opéra de Paris avec Ludovic Tézier

Sans inspiration, la nouvelle production du Simon Boccanegra de l’Opéra Bastille par Calixto Bieito ne permet pas à une distribution de qualité de s’exprimer à sa juste valeur malgré l’excellent Ludovic Tézier dans le rôle-titre. Fabio Luisi offre à la partition symphonique, si importante, une direction classieuse. Alors que l’on devrait fêter les trois cent cinquante ans de l’Opéra de Paris, difficile de placer Simon Boccanegra, ouvrage entré si tardivement au ...
L’Otello hors-style de Jonas Kaufmann au Royal Opera House

L’Otello hors-style de Jonas Kaufmann au Royal Opera House

Tout était prévu en cas d’annulation, mais Jonas Kaufmann est bien présent au Royal Opera House pour sa prise de rôle en Otello, et lors de sa dernière prestation à Londres, le jour de son anniversaire, il n’est pas sur la réserve et n’hésite pas à hausser la voix dans les actes impairs. Pourtant, la question se pose rapidement de savoir si cette façon de chanter le rôle, avec un ...
97-IL TROVATORE ©2017-ALAIN HANEL-OMC (9)

Un oppressant Trouvère à Monaco

Un magnifique quatuor vocal dominé par le Manrico de Francesco Meli se déchire dans une vision scénique résolument placée sous le signe du fatum. A l'instar d'un Stephano Poda, Francisco Negrin aime à installer ses spectacles dans le cadre d'un décor unique qui affiche d'emblée la couleur. Le cul de basse-fosse pour Macbeth en 2012 laisse la place, cette fois, au cadre à fort pouvoir esthétique d'une forteresse de béton ouverte ...
0044007439371

Splendide Turandot de Riccardo Chailly

Vue la vidéographie copieuse de Turandot, une nouvelle version ne s’imposait peut-être pas. Mais la direction exemplaire de Riccardo Chailly justifie à elle seule cette parution. Qu’est-ce que Turandot ? Une œuvre monumentale aux chœurs imposants obligeant les chanteurs à se transformer en machines à décibels ? Un opéra facile d’accès misant surtout sur l’éblouissement du public et, par conséquent, le plus adapté aux espaces en plein air ? Tant de chefs et metteurs ...
Foscari

I due Foscari avec Plácido Domingo en DVD

Luxueusement distribué, cet opéra de jeunesse de Verdi n’en est pas moins un des plus faibles du grand compositeur italien. L’indéniable beauté plastique des tableaux peine décidément à donner vie à un spectacle desservi à la fois par la médiocrité du livret et par une musique qui, à ce stade de la carrière de Verdi, n’en finit pas de se chercher. Importé de Los Angeles où il fut créé en 2012, ...

Sonya Yoncheva remplacée le 20 mai à Bastille par Maria Agresta

L'Opéra de Paris a annoncé que, pour des raisons familiales, la soprano Sonya Yoncheva annule sa représentation du 20 mai dans La Traviata. Elle sera remplacée par Maria Agresta qui interprétera Violetta Valery également du 11 au 29 juin.
NORMA -

Maria Agresta grande Norma au Théâtre des Champs-Elysées

A Paris Maria Agresta est une grande Norma dans une mise en scène trop terne. Dans ses notes d'intentions imprimées dans le programme de salle, Stéphane Braunschweig explicite son concept de mise en scène : les gaulois résistants (encore et toujours) à l'empire romain se terrent au fond d'un bunker. Cela nous vaut une production plus que dépouillée, grise sur fond gris, avec un minimum d’accessoires, et peu de direction d'acteur. Un ...
norma turin

À Turin, Maria Agresta superbe Norma

Cette production de Norma de Bellini, créée en 2002, reprise en 2012, offre le rôle-titre à Maria Agresta. Avec son interprétation, la soprano sicilienne se taille un succès à la hauteur d’une prestation d’exception. La formidable qualité vocale du plateau féminin a soulevé l’enthousiasme du public, qui a ovationné les artistes pendant de longues minutes. Pour le lyricomane, Norma c’est Callas ou Sutherland. Callas pour la tragédienne, Sutherland pour la voix. ...
La Bohème (Saison 2013-2014)

À Bastille, la Bohème cherche encore la petite étincelle

Mettre en scène La Bohème, c'est un peu être en permanence sur la corde raide. Face à une partition déjà extrêmement expressive et un livret qui, avouons-le, n'a pas très bien vieilli (comme chez Maeterlinck, la limite entre le désuet et le ridicule est parfois ténue), comment ne pas sombrer dans l'overdose de bons sentiments ? Nul Scarpia ou autres Pinkerton pour venir épicer la sauce : pendant ces deux heures où l'on ...
6526_PRESSE-IPURITANI-026 (2)

Les Puritains investissent la Bastille

Cette première de I Puritani a été très applaudie par le public de l’Opéra Bastille. Etait-ce par le retour en grâce d’une œuvre qui n’avait jamais été donnée à l’Opéra National, sauf en sa succursale de l’Opéra Comique en 1987 ? En raison de l’attrait d’une distribution plus que satisfaisante ? Du côté consensuel d’une mise en scène ni inventive, ni choquante ? Probablement par un mélange des trois, de ...
Verbier-Noseda.02

A Verbier, le Chœur du Teatro Regio enflamme le Requiem de Verdi

Point culminant de ce 20e Festival de Verbier, l’affiche de cette soirée de Fête Nationale Suisse proposait rien moins que le Requiem de Giuseppe Verdi. A le diriger, Gianandrea Noseda, probablement la plus belle baguette actuelle de la musique italienne (voir notre interview). Dès les premières notes du Requiem, un frisson parcourt l’auditoire tant l’éther du pianissimo que le Choeur du Teatro Regio de Turin se love d’une rare beauté ...
La boheme2_turin12 (1)

A Turin, la Bohème pour rêver

Créé au Teatro Regio de Turin le 1er février 1896 sous la direction orchestrale d’Arturo Toscanini, et repris près d’une trentaine de fois depuis sa création, « La Bohème » de Giacomo Puccini est un peu l’hymne de cette ville. Pour s’en convaincre, il suffisait de voir la foule qui faisait la queue devant les guichets du théâtre dans l’espoir d’obtenir l’une des rares places encore disponibles. Etrange opéra que « ...
Viva Verdi !

I Vespri Siciliani à Turin : Viva Verdi !

Il est des œuvres qui feront toujours vibrer la corde patriotique. I Vespri Siciliani de Giuseppe Verdi fait partie de celles qui touchent l’âme des Italiens. Quand l’Orchestre du Regio attaque un Fratelli d’Italia à la fois bouillant et émouvant avant l’ouverture de l’opéra, le public du théâtre se lève comme un seul homme pour chanter l’hymne national avec une ferveur toute latine. Certes, en pleine commémoration du 150e anniversaire ...