Mot-clef : Maya Boog

32AE1DF820

Hoffmann traîne dans la banlieue de Bâle

Davantage que pour tout autre opéra, le suspense est de taille lorsque l'on se rend à une représentation des Contes d'Hoffmann : quelle mise en scène ? une seule chanteuse pour les 3 rôles féminins ? mais surtout : quelle version pour ce génial opéra où Offenbach mit l'art de toute une vie? L'Opéra de Bâle vient d'apporter sa réponse dans une nouvelle production où la partie musicale fait davantage rêver que la partie scénique. Décédé ...
Massenet, Manon, photo par Tanja Dorendorf

Théâtrale Manon à Bâle

Manifestement, cette production a cherché à savoir quels lecteurs de l’abbé Prévost les deux librettistes (Henri Meilhac et Philippe Gille) furent. Comme pour retrouver l’alacrité d’un tableau que ses restaurateurs successifs ont rendu opaque, Elmar Goerden a essentiellement retenu l’écart dans lequel Manon et le chevalier se situent par rapport aux lieux où circulent et s’échangent les normes morales, sociales et politiques de leur temps. Exeunt le rococo (trop facilement ...
Ariodante

Ariodante brille à Bâle

Peut-on faire d’Ariodante un véritable spectacle théâtral ? Non que l’opéra baroque soit par nature inapte à la scène moderne : ne serait-ce que chez Haendel, des opéras comme Rodelinda, Alcina ou Xerse bénéficient de livrets remarquables qui font la joie des metteurs en scène et du public. Ariodante ne fait hélas pas partie de cette catégorie, comme en témoignent d’ailleurs des deux dernières productions parisiennes de l’œuvre (Jorge Lavelli ...
Le complexe du chef d’œuvre oublié

Telemaco de Gluck, ou le complexe du chef d’œuvre oublié

Quoi de neuf ? Gluck ! On connaissait depuis longtemps, et de plus en plus, ses opéras «réformés», depuis l’Orfeo viennois jusqu’aux chefs-d’œuvre parisiens, et voilà que le monde musical redécouvre progressivement la richesse de sa production antérieure : plusieurs enregistrements récents en témoignent tout autant que cette rare production scénique. Telemaco, certes, ne nous est parvenu que dans une version de 1765, trois ans après Orfeo, mais on sait désormais qu’il s’agit de ...
Des charmes un peu surannés

La Veuve Joyeuse, des charmes un peu surannés

Respectant la coutume des fêtes de fin d’année et le souhait de son directeur de donner une opérette chaque saison, l’Opéra de Lorraine propose cette année La Veuve joyeuse, énorme succès du compositeur austro-hongrois Franz Lehár puisqu’elle bénéficia de plus de trois cent mille (!) représentations dans le monde, rien que du vivant de son auteur. On retrouve donc avec plaisir le Paris de la Belle Epoque, ses grisettes et ses ...
La Esméralda révélée par Lawrence Foster

La Esméralda révélée par Lawrence Foster

Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon 2008 L’ouvrage n’avait jamais été redonné depuis sa création en 1836 excepté dans la version piano/chant de Liszt en 2002 et 2007 lors des célébrations autour de Victor Hugo. «La Esméralda» de Louise Bertin fut en effet volontairement mise à l’écart pour de multiples raisons, politique d’abord – la fille de Bertin, orléaniste et directeur du Journal des Débats n’était guère plébiscitée à l’époque ! ...
Sex and the City chez Néron

Le Couronnement de Poppée : Sex and the City chez Néron

Après sa décevante mise en scène d’Il ritorno d’Ulisse in Patria de Monteverdi clôturant la saison 2005/2006 du Grand Théâtre de Genève, Philippe Arlaud signe le spectacle d’ouverture de la saison 2006/2007 avec, cette fois, l’Incoronazione di Poppea. C’est dire la circonspection légitime avec laquelle on aborde cette soirée. Les sceptiques en seront pour leurs frais. Le spectacle du metteur en scène est une réussite totale. Homme de théâtre, ...