Mot-clef : Orlin Anastassov

Du lundi 13 juin 2016 au samedi 16 juillet 2016

Aida par Olivier Py : magistrale leçon d’Histoire en or massif

La mise en scène qu'Olivier Py a conçue en 2013 pour Aida sort grandie d'une reprise pourtant malmenée par une distribution hétérogène et une direction musicale désordonnée. On a beaucoup écrit sur le retour, après 50 ans d'absence à l'Opéra de Paris, de cette Aida confiée à Olivier Py au cours du trimestre probablement le plus chargé de sa vie (la veille Alceste, le lendemain Dialogues des carmélites). On a surtout ...
????????????????????????????????????

Vocalité et spiritualité avec le Requiem de Verdi à Luxembourg

Plateau quelque peu inégal pour une interprétation surtout dominée par le chœur et l’orchestre. La vision spirituelle de la partition l’emporte sur sa composante théâtrale. C’est par le choix du Requiem de Verdi que la Philharmonie de Luxembourg a choisi d’inaugurer cette année le traditionnel week-end pascal. Choix largement assumé par Gustavo Gimeno et l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, dont les options prises contribuent fortement à accentuer la spiritualité d’une œuvre due ...
Ernani (Alexise Yerna et Elaine Alvarez) -® Ope¦üra Royal de Wallonie - Lorraine Wauters-3

Un Ernani très classique à l’opéra de Wallonie-Liège

L'Opéra Royal de Wallonie-Liège ouvre sa saison avec un Ernani classiquement mis en scène par son ancien directeur Jean-Louis Grinda. Le plateau vocal, en partie, ainsi que la fosse, relèvent le niveau d'une œuvre rarement interprétée. Cette production d'Ernani de Verdi débarque sur les rives de la Meuse après avoir connu les ors de l'opéra de Monaco. Pour son cinquième ouvrage lyrique, le compositeur italien a bravé la célèbre injonction de ...
barbier-49

Un Barbier haut en couleurs

A l'Opéra Bastille, un Barbier grand public qui distrait mais sans combler. Damiano Michieletto déplace l'action dans une Séville populaire et haute en couleurs. Un spectacle bon enfant mais un théâtre davantage visuel que strictement vocaliste. En 2012 déjà, l'esprit movida faisait souffler à Bastille un vent de folie sur Carmen revue et corrigée par Yves Beaunesne. Deux ans plus tard, c'est au tour du Barbier de Séville version Damiano ...
Vue d'ensemble avec Orlin Anastassov (Alvise Badoero) de dos au premier plan Crédit : Opéra national de Paris/ Andrea Messana

Le sourire de La Gioconda sied à l’Opéra Bastille

Il aura fallu presque un siècle et demi pour que La Gioconda d’Amilcare Ponchielli entre au répertoire de l’Opéra de Paris. C’est assurément une date à marquer d’une pierre blanche. Cependant, l’événement, annoncé en grande pompe, en est-il vraiment un ? Assurément oui, s’il s’agit de présenter au public de la capitale cette oeuvre composite, italianissime par son livret extravagant, sa musique dans laquelle la mélodie prime tout, mais pourtant redevable ...
Opéra national de Paris/ Ian Patrick

Une Khovantchina flamboyante à l’Opéra Bastille

La Khovantchina est une grande fresque historique dont Modest Moussorgski, inspiré par son ami Stassov - à qui il dédie l'ouvrage avant d'en avoir écrit une seule note! -, conçoit lui-même le livret. Après Boris Godounov, il se replonge en 1872 dans l'histoire de la Russie des tsars qui le passionne et, sans aucun antécédent littéraire cette fois, fait revivre la résistance d'une Russie féodale, authentique et pure - celle ...
L’odeur de la misère

Boris Godounov à Turin, l’odeur de la misère

Avec cette production de Boris Godounov, le cinéaste Andreï Kontchalovski revisite l’opéra de Moussorgski en lui donnant les odeurs de la misère du peuple russe. Illustrant son propos, il habille ses masses pouilleuses de vêtements sales, rapiécés et souillés, peuple de gueux crasseux dans l’attente du sauveur : le tsar. Dans ses éclairages noirs, il soutient les ambiances grises du peuple, parfois illuminées des rouges sang du pouvoir, de la peur et ...
Un Faust de niveau international

Un Faust de niveau international

Faust Affichée «complet» bien avant la première, cette nouvelle production de Faust était extrêmement attendue. Dernière mise en scène proposée par Nicolas Joël aux toulousains avant son départ pour l’Opéra National de Paris, dernier spectacle de la saison, ce devait être une fête absolue. Fête il y a eu, mais pas sur tous les plans. Tout d’abord la joie de voir Nicolas Joël venir saluer malgré les séquelles de l’attaque qu’il a ...
Mal parti, finalement Don Carlo triomphe.

Mal parti, finalement Don Carlo triomphe

L’affaire semblait bien mal partie. Dans cette reprise de la production de Don Carlo mise en scène en 2002 par Moshe Leiser et Patrice Caurier, les deux metteurs en scène français indisponibles à ces dates n’ont pas pu reprendre personnellement leur travail. Comme c’est souvent le cas en pareilles occasions, on s’attendait à une «production raccroc» indépendamment du talent de celui qui reprenait le flambeau. Comme si cela ne suffisait ...
Une Gioconda, technicolor et grand spectacle

Une Gioconda, technicolor et grand spectacle

Teatro Real En ce beau soir de dimanche électoral espagnol, l’élégantissime public madrilène se pressait pour assister à la dernière représentation de la célèbre Gioconda de Ponchielli au Teatro Real. Très rare sur les scènes, la partition exige une équipe vocale de haut vol que la scène de Madrid a globalement réunie. Même si, individuellement, on pointe certaines limites, cette distribution s’avère solide et homogène. Voix imposante parfois un peu encombrée d’un ...
Aida selon Robert Wilson

Aida selon Robert Wilson

Avec un retard considérable sur les autres maisons d’opéra internationales, le Théâtre Royal de La Monnaie de Bruxelles se lance enfin dans l’édition d’une série de DVD, éditée chez Opus Arte. Le premier titre est dédié à la désormais célèbre production d’Aida dans une scénographie de Robert Wilson, coproduction entre le théâtre belge et le Royal Opera House de Covent Garden. Filmé lors de la seconde série de représentations à ...
Le chant verdien sublimé

Le chant verdien sublimé

La Forza del Destino Pour un théâtre lyrique, programmer un opéra de Giuseppe Verdi, c’est jouer sur du velours. Au seul nom du compositeur, le public se précipite. Bien sûr, certaines œuvres attirent plus que d’autres mais, hors les Rigoletto, Traviata, Aïda et Trovatore, La Forza del Destino compte parmi les grands classiques. Pour peu que la distribution soit soignée, on s’arrachera les billets. Peu importe l’hermétisme de la mise en ...
Fin de demi-saison

Fin de demi-saison à San Francisco

Norma et La Forza del destino San Francisco. War Memorial Opera House, 29-X-05 (Norma) et 2-XI-05 (La Forza del destino). Vincenzo Bellini (1801-1835) : Norma, opéra en 2 actes sur un livret de Felice Romani. Mise en scène : James Robinson ; décors : Allen Moyer ; costumes : Anna Oliver ; lumières : Heather Carson. Avec : Catherine Naglestad, Norma ; Irina Mishura, Adalgisa ; Zoran Todorovich, Pollione ; Attila Jun, Oroveso. Chœur de l’opéra de San Francisco (chef de chœur : Ian ...