Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Verbier 2013 : récitals et musique de chambre

Plus de détails

Verbier. Eglise et Salle des Combins. 30-VII au 1er-VIII-2013. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano n°31 en la bémol majeur, Op.110 ; Claude Debussy (1862-1918) : Estampes ; György Kurtág ( né en 1926 ) : Impromptu-al-ongherese ; Franz Schubert (1797-1828) : Sonate pour piano en Si bémol majeur, D.960. Menahem Pressler, piano. Béla Bartók (1881-1945) : Sonate pour piano et violon n°2 Sz 76 ; Karol Szymanowski (1882-1937) : Mythes, Op.30 ; Richard Dubugnon (né en 1968) : La minute exquise, Hypnos, Retour à Montfort l’Amaury ; Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate pour violon et piano en Sol majeur. Janine Jansen, violon ; Itamar Golan, piano. Antonin Dvořák : Quintette pour piano et cordes en la majeur, Op.81 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1877) : Trio pour piano, violon et violoncelle. Renaud Capuçon, Vilde Frang, Maxim Vengerov, violon ; Yuri Bashmet, alto ; Gautier Capuçon et Mischa Maisky, violoncelle ; Itamar Golan et Daniil Trifonov, piano. Johannes Brahms (1833-1897) : Sonates pour violon et piano. Leonidas Kavakos, violon ; Yuja Wang, piano

Pressler(c)AlinePaleyAux côtés des concerts symphoniques de l’orchestre du festival et de l’orchestre de chambre, le festival de Verbier offre un nombre conséquent de récitals et de concerts de musique de chambre. On peut donc voir, à l’Eglise de Verbier et à la salle des Combins, des prestations de grands solistes (comme Evgueni Kissin), mais aussi des « rencontres inédites », florilège de cocktails instrumentaux parfois surprenants.

Légende vivante du piano, le grand (Lifetime achievement ICMA 2011) offrait un plantureux récital. Le public  reste admiratif devant la curiosité et la vitalité de ce grand homme. C’est évidement dans Schubert, introduit par les pas hésitants de l’Impromptu-al-ongherese de , que l’art de Pressler nous touche le plus. Le musicien parvient à suggérer un vécu intense à la moindre note et aux contrastes incurvés dans une trame narrative d’une émotion simple et profonde. On retrouvait cette simplicité émotive dans des Estampes de Debussy, plus saynètes dramatiques que moments coloristes. Au regard de la haute musicalité de ce concert, on oubliera une sonate de Beethoven trop inaboutie digitalement.

A 35 ans, la violoniste hollandaise est désormais une artiste confirmée à l’intelligence artistique affirmée. Elle proposait, secondée par , un récital Bartók-Szymanowski, Dubugnon et Ravel. Dans ces œuvres, presque contemporaines, elle faisait ressortir les recherches sur les timbres. Aidée par un son à la plastique renversante et par une technique affutée, elle impose une évidence stylistique dans ce parcours à la fois satisfaisant sur le fond et sur la forme. est, comme à son habitude, absolument parfait  et au service de sa partenaire.

Jansen_Golan(c)AlinePaley

Les alliances entre les solistes ne sont pas toujours des plus heureuses, ainsi la soirée  Dvořák/Tchaïkovski nous aura fait évoluer dans deux univers très différents.  Servi par une équipe de prestige le Quintette pour piano et cordes en la majeur de Dvořák, prend un bon bol d’air frais des montagnes et témoigne d’une vivacité et d’une énergie que l’on connait à peu d’interprétations (, les frères Capuçon, , ). Toute la sève de Dvořák transparait sous les archets et les doigts de ces musiciens enjoués comme rarement. Changement de registre avec un Trio de Tchaïkovski, porté par une équipe trop bigarrée : le solide au piano, le soliste extraverti et Misha Maisky, l’homme au vibrato encombrant. La sauce ne prend jamais entre ces trois hommes aux vues et aux styles trop différents pour faire de la musique de chambre.

Figure de proue du piano mondialisé et pianiste de la génération Facebook, accompagnait pour les trois Sonates de Brahms. La musicalité pure de Kavakos peine à trouver en , une accompagnatrice à sa mesure. La jeune musicienne est trop intériorisée et sur la défensive pour créer un dialogue. Même si le climat est plus satisfaisant dans les Sonates n°2 et n°3 que dans une Sonate n°1 trop étriquée, on ressort sur notre faim de ce binôme étrange.

Crédits photographiques : Aline Paley

Plus de détails

Verbier. Eglise et Salle des Combins. 30-VII au 1er-VIII-2013. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano n°31 en la bémol majeur, Op.110 ; Claude Debussy (1862-1918) : Estampes ; György Kurtág ( né en 1926 ) : Impromptu-al-ongherese ; Franz Schubert (1797-1828) : Sonate pour piano en Si bémol majeur, D.960. Menahem Pressler, piano. Béla Bartók (1881-1945) : Sonate pour piano et violon n°2 Sz 76 ; Karol Szymanowski (1882-1937) : Mythes, Op.30 ; Richard Dubugnon (né en 1968) : La minute exquise, Hypnos, Retour à Montfort l’Amaury ; Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate pour violon et piano en Sol majeur. Janine Jansen, violon ; Itamar Golan, piano. Antonin Dvořák : Quintette pour piano et cordes en la majeur, Op.81 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1877) : Trio pour piano, violon et violoncelle. Renaud Capuçon, Vilde Frang, Maxim Vengerov, violon ; Yuri Bashmet, alto ; Gautier Capuçon et Mischa Maisky, violoncelle ; Itamar Golan et Daniil Trifonov, piano. Johannes Brahms (1833-1897) : Sonates pour violon et piano. Leonidas Kavakos, violon ; Yuja Wang, piano

Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.