Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

L’espace multimédia des Turbulences électroniques

Plus de détails

Paris. Philharmonie. 9 et 10-X-2015
9-X-2015
George Crumb (né en 1929): Black Angels, thirteen images from the dark Land pour quatuor à cordes électrifié ; Kurt Hentschläger (né en 1960) / Edmund Campion (né en 1957) : Cluster-X pour ensemble instrumental, électronique, vidéo et traitement sonore en temps réel (CM) ; Matthias Pintscher (né en 1971) : beyond (a system of passing), pour flûte ; Frank Vigroux (né en 1973) / Antoine Schmitt (né en 1961) : Tempest, performance audiovisuelle. Ensemble Intercontemporain ; Nicolas Berteloot, Emmanuelle Corbeau, régie son ; direction, Jayce Ogren.
10-X-2015
Karlheinz Stockhausen (1928-2007) : Gesang der Jünglinge, pour support électroacoustique ; Tristan Murail (né en 1947) : Treize couleurs du soleil couchant pour ensemble ; Pierre Jodlowski (né en 1971) : Respire, pour onze instruments, vidéo et bande ; Luigi Nono (1924-1990) : …sofferte onde serene…, pour piano et bande magnétique ; Herman Kolgen / Philip Glass (né en 1937) : Link.C, performance audiovisuelle d’après le Quatuor à cordes n°2 de Philip Glass ; Andrew Norman (né en 1979) : Try, pour orchestre de chambre ; Thierry de Mey (né en 1956) : ripple marks, dispositif de projection interactif pour petit ensemble et électronique ; Jeff Mills (né en 1963) / Jacques Perconte (né en 1974) : Wild Extension (Madeira), performance audiovisuelle. Ensemble Intercontemporain ; Nicolas Berteloot, Emmanuelle Corbeau, régie son ; Benoit Meudic, RIM Ircam ; direction, Jayce Ogren.

14e Ždition du Festival Mutek 2013

Les deux soirées de « Turbulences numériques » proposées par l’ s’associaient à Nemo, biennale internationale des arts numériques : s’affichait au programme une majorité d’œuvres mettant en interaction le son et l’image par le biais d’une technologie de pointe, sidérant les yeux autant que les oreilles.

Sous le titre de Maelström, le premier concert débute par une improvisation collective à haute tension, portant d’emblée le son à saturation. au violoncelle, à la contrebasse (ou basse électrique) et aux percussions forment le trio de choc de ces Turbulences, trio que l’on retrouve dans la Rue musicale durant les entractes surprises de chaque soirée.

Dans un programme mêlant pièces du répertoire et performances audiovisuelles, on retient la création mondiale (commande de l’EIC) de Cluster-X. Tempest, donnée après l’entracte, nous convainc d’avantage, à la faveur d’un mouvement cinétique très interactif en son et image. Louvoyant entre murs de son à très haut voltage – mais l’écoute n’est jamais mise à mal – et passages dans l’infra-saturation, élabore un parcours sonore bien articulé, sinon très original, l’œil restant captivé par les processus de mouvements générés en direct par l’artiste plasticien.

On peut s’interroger sur la pertinence d’un programme qui mélange musique amplifiée et œuvres acoustiques : telle est la conception du Grand soir où alternent musique acousmatique, pièces instrumentales et réalisations audio-visuelles. Après la magnificence de Gesang der Junglinge de , chef-d’œuvre intemporel, luxueusement projeté dans l’espace de la Salle des concerts, on regrette que Treize couleurs du soleil couchant de , œuvre écrite pour cinq instruments, ne bénéficie pas à son tour d’une légère amplification/réverbération pour tenter une meilleure fusion des timbres dans une acoustique ici beaucoup trop sèche. L’équilibre est par contre idéal dans Respire, une œuvre saisissante pour onze instruments, support sonore et vidéo, écrite à quatre mains par le compositeur et le vidéaste David Coste. Ici le geste instrumental s’incarne dans le mouvement des corps dans un rapport très troublant et un format d’écran adéquat. Le second mouvement ramène la pulsation musicale tout en jouant sur la même synchronie du geste chorégraphique et du son.

Extension sauvageUn rien éclectique, la deuxième partie de la soirée chemine entre …sofferte onde serene…de – mixant le piano (Hidéki Nagano) avec le support électroacoustique – et le turbulent Try pour ensemble de l’Américain , en passant par la vidéo d’ sur le Quatuor à cordes n°2 de . On termine avec la création mondiale de ripple marks (rides ondulantes) du compositeur et cinéaste belge qui réalise lui-même et la musique et la partie vidéo, à la faveur d’un dispositif interactif reliant le geste musical et l’inscription graphique. La partition pour harpe, alto et clarinette procède d’une écriture très éruptive, jouant sur le spectre toujours mouvant d’une même image sonore. La vidéo toute en finesse tisse des figures arachnéennes entretenant avec le mouvement musical une mystérieuse complicité.

La Salle des concerts est restée quasi pleine pour le dernier « round », une performance très attendue réunissant aux manettes, aux images et le violoncelliste de l’EIC , inscrivant sa partie instrumentale improvisée sur les sons fixés de l’électronique : autant de ressources pour plonger le public dans un espace immersif et chatoyant, durant les 45 minutes d’un spectacle multimédia très galvanisant.

Crédits photographiques : Tempest (c) Hayeur; Extension Sauvage / DR

Plus de détails

Paris. Philharmonie. 9 et 10-X-2015
9-X-2015
George Crumb (né en 1929): Black Angels, thirteen images from the dark Land pour quatuor à cordes électrifié ; Kurt Hentschläger (né en 1960) / Edmund Campion (né en 1957) : Cluster-X pour ensemble instrumental, électronique, vidéo et traitement sonore en temps réel (CM) ; Matthias Pintscher (né en 1971) : beyond (a system of passing), pour flûte ; Frank Vigroux (né en 1973) / Antoine Schmitt (né en 1961) : Tempest, performance audiovisuelle. Ensemble Intercontemporain ; Nicolas Berteloot, Emmanuelle Corbeau, régie son ; direction, Jayce Ogren.
10-X-2015
Karlheinz Stockhausen (1928-2007) : Gesang der Jünglinge, pour support électroacoustique ; Tristan Murail (né en 1947) : Treize couleurs du soleil couchant pour ensemble ; Pierre Jodlowski (né en 1971) : Respire, pour onze instruments, vidéo et bande ; Luigi Nono (1924-1990) : …sofferte onde serene…, pour piano et bande magnétique ; Herman Kolgen / Philip Glass (né en 1937) : Link.C, performance audiovisuelle d’après le Quatuor à cordes n°2 de Philip Glass ; Andrew Norman (né en 1979) : Try, pour orchestre de chambre ; Thierry de Mey (né en 1956) : ripple marks, dispositif de projection interactif pour petit ensemble et électronique ; Jeff Mills (né en 1963) / Jacques Perconte (né en 1974) : Wild Extension (Madeira), performance audiovisuelle. Ensemble Intercontemporain ; Nicolas Berteloot, Emmanuelle Corbeau, régie son ; Benoit Meudic, RIM Ircam ; direction, Jayce Ogren.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.