Festivals, La Scène, Opéras, Spectacles divers

À l’Opéra du Rhin, Peer Gynt dedans et dehors

Plus de détails

Strasbourg. Festival Musica. 20-IX-2020. Opéra du Rhin. Solveig (L’Attente) d’après Edvard Grieg. Livret de Karl Ove Knausgård ; conception et mise en scène Calixto Bieito ; conception vidéo, Sarah Derendinger. Mari Eriksmoen, soprano ; Laurent Koehler, baryton ; Chœur de l’Opéra National du Rhin ; chef de chœur Alessandro Zuppardo. Orchestre philharmonique de Strasbourg ; direction Eivind Gullberg Jensen
Wilfried Wendling (né en 1972) : Fake d’après Peer Gynt ; Abbi Patrix, conteur ; Linda Edsjö, percussion ; Anne Alvaro, voix irréelles ; Fanfare FEIS

Le projet est initié par la Filature de Mulhouse et intègre cinq propositions autour de Peer Gynt, le drame célèbre d’. Entre conte lyrique – Solveig (l’attente) à l’Opéra du Rhin – et histoire « électrocontée » – Fake dans les rues de Strasbourg ce sont deux « relectures » singulières du conte norvégien présentées à Strasbourg dans le cadre du festival Musica.

top-left
Dans Solveig (l’attente), c’est la femme abandonnée qui devient l’héroïne du récit, sorte de monologue intérieur imaginé par le norvégien Karl Ove Knausgård et porté sur la scène par l’Espagnol Calixto Bieto. Dans cette nouvelle écrite en norvégien, qui doit également beaucoup aux écrits de Kierkegaard (Le lys des champs et les oiseaux du ciel notamment), Solveig est cette femme aimante, fidèle et persévérante dont le mari est absent et qu’elle attend. Elle prend soin de sa vieille mère proche de la mort et de sa fille qui va accoucher : trois situations d’attente qui trament ce voyage intérieur sur fond de nature, de spiritualité et de mélancolie nordique.

Optant pour la sobriété et l’épure, Calixto Bieto place l’unique personnage de ce conte dans un cube aux parois blanches, une sorte d’écrin protecteur dont la perspective et l’espace se transforment constamment sous les effets de la vidéo, celle, métaphorique, de Sarah Derendinger (les mains ridées de la mère, la chouette solitaire) ou beaucoup plus incarnée lorsqu’elle filme la naissance de l’enfant sur un fond sonore de berceuse. L’orchestre sur scène est en arrière-plan tandis que le chœur, placé de part et d’autre de la structure scénique, viendra chanté sur le devant du plateau.

C’est d’ailleurs lui qui débute a cappella et avec une belle ardeur un spectacle dont le véritable lien avec Peer Gynt est la musique d’, tirée majoritairement de l’intégrale de la musique de scène op. 23 de 1876. Les quinze numéros constituent une trame sonore dramatique qui croise celle du récit mi-parlé mi-chanté de la soprano norvégienne . À plusieurs reprises, son monologue inscrit sur la partie orchestrale (Naufrage, L’enlèvement de la mariée…) rejoint le genre du mélodrame et prend des tournures plus dramatiques. Ont été rajoutés des extraits des Quatre Psaumes pour chœur mixte du Norvégien, dont le Chœur de l’Opéra national du Rhin révèle la très belle facture, ainsi que quelques-unes de ses mélodies tirées de différents recueils. Elles laissent apprécier le timbre et la couleur chaude de la soprano, dont on aime également la voix parlée. Les pages d’orchestre bien connues du chef-d’œuvre de Grieg sonnent avec le lyrisme généreux que leur confère l’ sous la direction du chef norvégien : de la poésie et de l’émotion, certes, dans un spectacle tout en douceur et en lenteur, même si ce portrait de femme délaissée, qui vit dans l’attente faite de renoncement, ne saurait nous enchanter.

IMG_1227
Bien vivant quant à lui, vagabond, menteur, lâche et beau parleur, le Peer Gynt d’Ibsen qu’incarne Abbi Patrix dans Fake est irrésistible et nous enthousiasme d’autant. Fake est un spectacle déambulatoire et participatif emmené par le collectif de et son directeur aux manettes qui mixe en direct. Le public est muni d’un casque high tech d’où lui parviennent la voix du conteur mais aussi un environnement sonore pluriel et un rien déstabilisant, y compris France info, et même des « fake news » ! Du parvis de l’Opéra du Rhin où s’engage la déambulation, les auditeurs sont invités à suivre dans les rues de Strasbourg le comédien très en verve et totalement habité par son personnage. Il tend à l’occasion son micro vers le public pour collecter du propos et de la voix traités en live et aussitôt réinjectés dans les casques.

Embarquée dans l’aventure, jusqu’au pays des trolls dont le conteur nous fait partager le récit savoureux, la percussionniste Linda Edsjö exploite toutes les ressources du parcours – gong d’eau dans la fontaine, sonnettes de vélo, etc. – dans un jeu improvisé et capté par les micros. Sur la place Kléber, c’est la fanfare FEIS qui fête le héros en lui jouant un des thèmes les plus célèbres de Grieg avant que le voyage s’achève avec les sonorités apaisantes du vibraphone sur une charmante place ombragée.

Fake est un spectacle in situ, qui s’adapte à chaque lieu investi. On peut le suivre à Mulhouse les 26 et 27 septembre prochains.

Crédits photographiques : Solveig © Brødreskift—Bergen_International_Festival / Opéra du Rhin ; Fake © Michèle Tosi

Plus de détails

Strasbourg. Festival Musica. 20-IX-2020. Opéra du Rhin. Solveig (L’Attente) d’après Edvard Grieg. Livret de Karl Ove Knausgård ; conception et mise en scène Calixto Bieito ; conception vidéo, Sarah Derendinger. Mari Eriksmoen, soprano ; Laurent Koehler, baryton ; Chœur de l’Opéra National du Rhin ; chef de chœur Alessandro Zuppardo. Orchestre philharmonique de Strasbourg ; direction Eivind Gullberg Jensen
Wilfried Wendling (né en 1972) : Fake d’après Peer Gynt ; Abbi Patrix, conteur ; Linda Edsjö, percussion ; Anne Alvaro, voix irréelles ; Fanfare FEIS

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.