Livestream, Opéra

V’lan dans l’oeil à Bordeaux : c’est la fête !

Plus de détails

Bordeaux. Opéra. 15-II-2021. Hervé (1825-1892) : V’lan dans l’oeil, opéra-bouffe en 3 actes sur un livret du compositeur. Mise en scène, décor, costumes : Pierre-André Weitz. Lumières : Bertrand Killy. Chorégraphie : Ivanka Moizan. Avec : Lara Neumann (soprano), Dindonnette; Damien Bigourdan (ténor), Alexandrivore; Ingrid Perruche (soprano), Fleur-de-Noblesse ; Olivier Py, la Marquise; Flannan Obé (bary-ténor), le Marquis; Pierre Lebon (baryton), Géromé ; Sandrine Sutter (mezzo-soprano), Eclosine ; Antoine Philippot (baryton) Chavassus ; Clémentine Bourgoin (soprano), Mariette ; Sophie Calmel, (mezzo-soprano), Françoise ; David Ghilardi (ténor), Ernest ; Sévag Tachdjian (baryton-basse), Rousssin ; Jean-Damien Barbin, le Bailly ; Pierre-André Weitz, Le Duc d’en Face. Choeur de l’Opéra National de Bordeaux (chef de choeur : Salvatore Caputo) et Orchestre National Bordeaux Aquitaine, direction musicale : Christophe Grapperon
Spectacle sans public diffusé sur France 3 Noa

Et de trois : après Les Chevaliers de la Table Ronde et Mam’zelle Nitouche, , sous l’égide du , remet au premier plan Louis-Auguste-Florimond Ronger dit Hervé. Une fête pour l’esprit, l’oreille et… l’œil.


Et même une fête foraine. Celle de certaine enfance vosgienne : , avant de devenir l’impressionnant alter ego scénique d’, fut l’enfant impressionné par les étincelles électriques des « autos tamponnantes », les stands de tirs, les pommes d’amour… qu’il attendait des mois durant. « Les roulottes multicolores arrivaient en même temps que la première neige… », confie-t’il avant de laisser aux mesures introductives de L’Oeil crevé (titre habituel de l’originel V’lan dans l’œil) le soin de ressusciter poétiquement, dans le lointain, par-delà les fûts d’une obscure forêt de sapins, la très allénienne Wonder Wheel de cet univers lumineux. Un travelling avant conduit ensuite l’œil à se poser face au décor transformiste d’un imposant poids-lourd forain : côté pile palais confiseur enchanté, côté face stand de tir, puis tunnel-donjon de l’horreur.

C’est dans cet univers émerveillant, dédié au thème de la Pomme (celle d’Amour, celle de Guillaume Tell, celle de l’Adam et Eve de Dürer), niché dans un écrin d’ampoules de scène et d’étoiles, dessiné avec le soin esthétique qu’on lui connaît, que Pierre-André Weitz ressuscite les trois actes de V’lan dans l’oeil, le deuxième opéra-bouffe (créé en 1867 au Théâtre des Folies-Dramatiques) de l’inventeur de l’opérette : Hervé. Le « compositeur toqué » (sobriquet de Louis-Auguste-Florimond) est l’auteur de la musique, aussi habile (le Duo Dindonnette/Alexandrivore du I, La Légende de la langouste atmosphérique, la berliozienne – textuellement parlant – villanelle de la Polonaise et de l’hirondelle, le Finale du II, l’émouvant Air yodelé d’Alexandrivore, les Ripitipata, pitipata, patère de Fleur-de-Noblesse) que celle de son rival et néanmoins ami Offenbach, et des paroles (« Madame, voulez-vous vous asseoir ? – Non merci, je n’ai pas soif ! » ou « Je vais jouter. Je n’ajoute rien ») d’un scénario effectivement complètement « toqué » : le livret tambouille aristocratie et roture, tir à l’arc et secrets de familles (avec résolutions en chaîne façon Noces de Figaro), love stories (princesse-menuisière et benêt de village / marquise et gendarme…) et œil crevé ! Deux heures quinze de manigances diverses, habitées par une Mort joueuse (un ectoplasme dansant, un squelette jouant à la poupée) et une jolie morale à la clé : beaucoup de gens se mettent le doigt dans l’œil avec les conséquences que l’on sait…


Du pain bénit pour une équipe vocale très soudée, pour grosse partie issue, comme pour Nitouche, de La Compagnie , et infiltrée par quelques invités de marque (, Miss Knife en exquise Marquise) ravis de faire refleurir une certaine idée de l’esprit de troupe. L’on se régale avec l’étourdissant abattage de en Marquis d’Esprucprucpruc, l’incarnation déchaînée de Fleur-de-Noblesse (Ingrid Perruche, hilarant sosie de Glenn Close en « folle du rabot »), la pétulante Dindonnette de en coucou suisse, le bel Alexandrivore (drôle et émouvant Freischütz de Damien Bigourdan), l’apparition hitchcokienne du Duc d’en Face : Pierre-André Weitz soi-même, qu’on n’imagine pas ne pas être de la fête.

Tous, soutenus par le geste familier de , sont à fond, et même si certains rôles ont vocalement davantage à porter (outre ceux déjà cités, Pierre Lebon en Gendarme Géromé d’une inépuisable énergie), soulignons les caractères parfaitement dessinés de David Ghilardi, Antoine Philippot, , , , Sophie Calmel. Jamais personne n’est pris en défaut et on ne saurait trop recommander de promener l’œil dans tous les recoins du plateau. Un remarquable ensemble auquel se joint la plénitude d’un chœur invisible mais très présent.

L’acte III est précédé d’une tentative d’ « opéra participatif » : une gageure désespérée (l’ensemble de la distribution « pète les plombs », Pierre-André Weitz couronnant le chahut général de ses talents pour la cornemuse avant que deux tronçonneuses s’apprêtent à passer au massacre…) alors que le spectacle est joué devant une salle vide que la caméra de Stéphane Vérité ne montre jamais. L’excellent comédien , invité à entonner quelques répliques, raconte que, chaque soir, le spectacle se joue à gorge déployée devant des « fantômes » sous l’œil de de trois « têtes numériques » (les caméras). Ce tacle envoyé « entre rires et larmes » par tous à notre époque se confirme juste après à l’adresse de certain Conseil de médecins appelé à la rescousse de l’œil crevé de Fleur-de-Noblesse.

En ces temps difficiles pour beaucoup, artistes compris (la Mairie de Bordeaux invite actuellement ses administrés à s’exprimer sur le sujet : « Artiste, c’est un métier ? » ou « La Culture, ça coûte trop cher ? »), on ne peut que recommander l’intelligence et la vitale explosion d’énergie d’un spectacle qui, comme son titre l’indique, en met plein la vue. Olivier Py qualifiait sa noire Alceste de Memento Mori. Le polychrome V’lan dans l’oeil de Pierre-André Weitz est bien évidemment un Memento Vitae.

Crédits photographiques © Eric Bouloumié

(Visited 797 times, 1 visits today)

Plus de détails

Bordeaux. Opéra. 15-II-2021. Hervé (1825-1892) : V’lan dans l’oeil, opéra-bouffe en 3 actes sur un livret du compositeur. Mise en scène, décor, costumes : Pierre-André Weitz. Lumières : Bertrand Killy. Chorégraphie : Ivanka Moizan. Avec : Lara Neumann (soprano), Dindonnette; Damien Bigourdan (ténor), Alexandrivore; Ingrid Perruche (soprano), Fleur-de-Noblesse ; Olivier Py, la Marquise; Flannan Obé (bary-ténor), le Marquis; Pierre Lebon (baryton), Géromé ; Sandrine Sutter (mezzo-soprano), Eclosine ; Antoine Philippot (baryton) Chavassus ; Clémentine Bourgoin (soprano), Mariette ; Sophie Calmel, (mezzo-soprano), Françoise ; David Ghilardi (ténor), Ernest ; Sévag Tachdjian (baryton-basse), Rousssin ; Jean-Damien Barbin, le Bailly ; Pierre-André Weitz, Le Duc d’en Face. Choeur de l’Opéra National de Bordeaux (chef de choeur : Salvatore Caputo) et Orchestre National Bordeaux Aquitaine, direction musicale : Christophe Grapperon
Spectacle sans public diffusé sur France 3 Noa

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.