Mot-clef : Ingrid Perruche

AP146-Cover-Votez-pour-moi

Votez pour moi, florilège politique par les Lunaisiens

Parlementaires qui vivent grassement aux dépens du peuple, citoyens qui veulent des réformes qui ne touchent que les autres, classe moyenne qui supporte tous les impôts, récupération politicienne de Jeanne d'Arc, ou encore un Président de la République qui s'échappe nuitamment de l'Elysée avant de se faire prestement ramener au palais, la Clique des Lunaisiens fait revivre une chanson politique et satirique française du XIXe siècle d'une surprenante actualité.  Arnaud Marzorati et sa Clique ...
LE 20 NOVEMBRE 2015 / A BORDEAUX / A L'OPERA DE BORDEAUX / LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE / Compagnie Les Brigands 
Direction, Christophe Grapperon
Mise en scène, costumes et scénographie, Pierre-André Weitz 
Lumières, Bertrand Killy
Piano, Nicolas Ducloux

Musiciens de l'Orchestre National Bordeaux Aquitaine 
Rodomont, le duc, Damien Bigourdan
Sacripant, sénéchal, Antoine Philippot
Merlin, enchanteur,Arnaud Marzorati
Médor,jeune ménestrel, Manuel Nuñez Camelino
Totoche,la duchesse, Ingrid Perruch
Angélique, sa belle-fille, Lara Neumann
Mélusine, magicienne, Chantal Santon Jeffery
Fleur-de-Neige, Clémentine Bourgoin
Roland, chevalier errant, Rémy Mathieu
Amadis des Gaules, David Ghilardi
Lancelot du Lac, Théophile Alexandre
Renaud de Montauban, Jérémie Delvert 
Ogier le Danois, Pierre Lebon

Les Brigands, réjouissants chevaliers de la table ronde

En cette fin d'année, La Compagnie Les Brigands offre avec Les Chevaliers de la Table ronde d’Hervé, un choix d'œuvre réjouissant, lors d'une importante tournée nationale — et même internationale avec cinq représentations au Théâtre Malibran à Venise. Sur la scène, tout est zébré : les décors, les costumes, et dans une certaine mesure, les paroles aussi. Une sorte de syncope théâtrale qui joue volontiers avec l’anachronisme. Les rayures noir et blanc se ...
Amadis

Les enchantements d’Amadis

Il s’agit d’un enregistrement qui propose des sortilèges dont nous ne saurions plus nous passer. Créée en janvier 1684 à l’Académie Royale de Musique, la tragédie-lyrique de Lully et Quinault Amadis était en réalité l’occasion de réaffirmer, en ces temps troubles qui précédaient de quelques mois la révocation de l’Édit de Nantes, la souveraineté de Louis XIV comme seul représentant en France de la chrétienté et comme soutien indéfectible de l’Église ...
roi pausole© GTG Yunus Durukan

Le Roi Pausole à Genève, jouissance et poésie

Une femme par jour de l’année, pour le bon plaisir du Roi. C’est donc un harem en guise de cour qui entoure Pausole, monarque truculent régnant sur ses 365 sujettes avec une bonhomie licencieuse. Sauf en ce qui concerne sa fille. Et lorsque la princesse Aline s’enfuit avec une danseuse de ballet qu’elle prend pour un charmant libertin, l’équilibre réglementé et implacable du royaume jouisseur de Tryphème se désarçonne peu ...
phaeton

Le Phaéton de Rousset au zénith

Après le Festival de Beaune, Les Talens Lyriques de Christophe Rousset poursuivent à la salle Pleyel la représentation du Phaéton de Lully. De toutes les tragédies en musique issues de la collaboration entre Lully et Quinault, Phaéton figure parmi les plus remarquables, et des plus acclamées du public de l’époque. Crée en 1683 au Château de Versailles, Phaéton rencontra un tel succès au Théâtre du Palais Royal à Paris, puis à ...
Bellérophon mis en boîte

Bellérophon mis en boîte par Christophe Rousset

C’était le dernier opéra de Lully à n’avoir pas été mis à l’affiche depuis le regain d’intérêt pour la musique baroque, et bien voilà qui est chose faite. Le grand public va enfin pouvoir découvrir le dernier ouvrage lyrique de Lully à avoir été enregistré. L’œuvre, il est vrai, ne manque de charmes, et on pourra se laisser séduire par le beau livret de Thomas Corneille, qui relate la vengeance ...
ingridperruche

Bellérophon de Lully en création intégrale et mondiale

Les divers partenaires de cette production (Festival de Beaune, Cité de la musique et Centre de musique baroque de Versailles) annoncent que Bellérophon trouve ici sa création mondiale en sa version intégrale. Contrairement à l’habitude, le tandem Lully – Quinault ne fut pas ici à l’œuvre : en 1677, en assistant à la première d’Isis, Louis XIV avait peu apprécié que le livret de Quinault fasse écho à ses amours extra-conjugales. Aussi, ...
Théâtre d’ombres

Pelléas et Mélisande, théâtre d’ombres

Sur un fond de ciel gris traversé de nuages, des silhouettes hiératiques déplacent dans la pénombre, en contre-jour, d’énigmatiques parallélépipèdes et se reflètent sur le glacis du sol. Tel est le royaume d’Allemonde qu’ont imaginé Alain Garichot et son décorateur Denis Fruchaud. Un univers clos, refermé sur lui-même, sombre surtout, qui n’entrevoit l’extérieur que par de modestes trouées dans ses hautes parois. Un monde symbolique aussi, où un cube ouvert ...
Les flèches de l’amour

Dardanus de Rameau, les flèches de l’amour

Jean-Philippe Rameau is back, retour du fils prodigue ! Depuis l’opéra-ballet Les Indes galantes présenté en 1983 par William Christie, aucune œuvre lyrique du musicien dijonnais n’avait été donnée en sa bonne ville. Rendons grâce à cette coproduction associant Caen, Dijon et Lille, où Emmanuelle Haïm est en résidence avec le chœur et l’orchestre du Concert d’Astrée : elle a délicieusement enchanté notre soirée. Il faut pourtant accepter de remonter le temps pour ...
Les quatre-vingts millésimés : un vrai régal !

Les quatre-vingts millésimés : un vrai régal !

Pierre Cao est un habitué de l’auditorium dijonnais et du répertoire baroque qu’il interprète de main de maître à la tête de son ensemble vocal Arsys-Bourgogne. Souvenons-nous de sa magnifique prestation de la Passion selon Saint Jean en mars dernier avec le Concert Lorrain. Aujourd’hui, il retrouve non seulement Bach, mais également Rameau, Telemann et Haendel – tous nés dans les années 1680 – dans un répertoire religieux : cantate, motet ...
Poussez, poussez l’escarpolette

Véronique de Messager au Châtelet : Poussez, poussez l’escarpolette

Poussez, poussez l’escarpolette… oui mais pas dans l’orchestre ! Presque tout était réuni pour que cette production de Véronique d'André Messager, qu’enfin une grande scène parisienne ose monter, puisse être d’anthologie. Sauf l’orchestre. Avec Jean-Christophe Spinosi, chaque roulement de caisse claire est une rafale de mitraillette, chaque coup de timbale un coup de canon. Nous sommes loin de la musique « distinguée », « sans banalités » et « riche d’inventions ...
nora_gubicsh_sceaux

Soirée inégale

La Clemenza di Tito Après Don Giovanni en début de saison, l’Atelier Lyrique de Tourcoing continue son cycle Mozart, avec cette fois La Clemenza di Tito, pour une unique exécution en version de concert. Le nez constamment plongé dans la partition, Kobie Van Rensburg est encore en phase de rodage, presque de déchiffrage. Son interprétation de Titus manque donc d’assurance et de liberté, et son chant, surtout au premier acte, n’a pas ...
Quand le classicisme paie

Reprise de Don Giovanni à Tourcoing, quand le classicisme paie

Cette année, Tourcoing se donne de petits airs de Scala de Milan, mais sans scandale, en ouvrant très tard sa saison lyrique, avec ce Don Giovanni de Mozart. Après 2001, c’est la deuxième reprise de cette production qui fut créée en 1995, et obtint cette année-là le Prix du meilleur spectacle lyrique du Syndicat Professionnel de la Critique. La mise en scène de Pierre Constant n’a rien perdu de sa ...
Plus de coloris que d’émotions

Maurice Denis et la musique

Dans le cadre de l’exposition consacrée à Maurice Denis (jusqu’au 21 janvier 2007), le Musée d’Orsay propose un cycle « Maurice Denis et la musique ». Après la mezzo Nora Gubisch et avant le concert très attendu de Jean-Paul Fouchécourt (le 11 janvier), c’est la soprano Ingrid Perruche qui proposait un répertoire de mélodies directement puisées dans les affinités musicales du peintre Maurice Denis. Un récital avec son protocole et ses paradoxes : ...
Après le déluge, la mousson

Le déluge de Saint-Saëns par Yan-Pascal Tortelier

Affluence sur scène et dans le public pour ce concert gratuit « Portes ouvertes : Musique et Sacré ». Ce n’est pas tous les jours qu’est donné le démentiel Déluge de Saint-Saëns, ni le non moins torride Psaume XLVII du sulfureux Florent Schmitt – rappelons à toutes fins utiles pour notre lectorat que ce compositeur, après avoir été une figure de proue du modernisme au début du XXe siècle, a tourné à l’antisémitisme ...
Un Rinaldo peut en cacher un autre

Un Rinaldo peut en cacher un autre

Rinaldo sous la direction de Jean-Claude Malgoire C’était le coup d’envoi ce dimanche dans le vieillot mais confortable Théâtre municipal de la saison de l’Atelier lyrique de Tourcoing. Pour cette saison anniversaire, les versions de concert d’opéras marquants dans la carrière de Jean-Claude Malgoire vont se succéder (voir la présentation de la saison ici), en commençant par Rinaldo de Haendel. Ce Rinaldo faisait figure d’événement car il devait marquer les débuts dans ...
Agrippina en demi teinte

Agrippina en demi teinte

Atelier Lyrique Suite de la riche saison tourquennoise avec, reprise de 2003, une production d’Agrippina qui n’atteint pas tout à fait le haut niveau artistique des derniers spectacles, la faute à une distribution inégale et à une mise en scène pas toujours inspirée. Remplaçante de Veronica Cangemi dans le rôle-titre, Lynne Dawson a connu des jours meilleurs. La voix, par rapport à ses meilleures années, s’est considérablement durcie, les aigus ont perdu ...