Danse , Livestream

Le Parc, temps fort d’une soirée consacrée à Preljocaj

Plus de détails

Opéra Garnier. 9 et 11-III-21. Ballet de l’Opéra national de Paris : Le Parc. Chorégraphie : Angelin Preljocaj. Musique : Wolfgang Amadeus Mozart. Création sonore : Goran Vejvoda. Décors : Thierry Leproust. Costumes : Hervé Pierre. Lumières : Jacques Chatelet. Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet. Orchestre de l’Opéra national de Paris, direction musicale : Benjamin Shwartz

Diffusions le 1er juin 2021, en seconde partie, de soirée sur le canal 14 (Culture box) et le 30 juillet 2021 en première partie de soirée sur France 5.
Captations – 9 et 11 mars 2021, 19h30

Capté en mars dernier sur la scène de l’Opéra Garnier, Le Parc est diffusé mardi 1er juin en seconde partie d’une soirée consacrée au chorégraphe , sur Culturebox. L’occasion d’admirer à nouveau ce ballet et la nouvelle génération de danseurs qui s’en est emparé cet hiver.

Le Parc est devenu un classique du Ballet de l’Opéra de Paris. Crée en 1994 par , il a été dansé 126 fois par des générations différentes de danseurs. Son écriture contemporaine, géométrique et structurée, se fond à merveille dans les volutes musicales de Mozart. Tout au long du spectacle, le chorégraphe joue du contraste entre les tracés austères et géométriques du jardin « à la française », un magnifique et astucieux décor de et la fantaisie espiègle des duchesses et des petits marquis qui y évoluent. Grâce au merveilleux travail de costume de , l’évocation des tableaux de Watteau est parfaite. À chaque acte, on est aussi toujours agréablement surpris par le contraste entre la rugosité de la musique bruitiste, sur laquelle évolue les jardiniers mécaniciens et la suavité des volutes mozartiennes, qui forment la toile de fond de ce Parc.

Dans le premier tableau, face-à-face sur les chaises de jardin, jeunes femmes et jeunes hommes se toisent, se défient, jouant un jeu de dames géant, enchaînant sur un délicieux jeu de chaises musicales. Reine de ce jeu, se dévoile dans un premier pas de deux avec , qui est celui de l’approche, timide et respectueuse.
D’une grande fraîcheur, le deuxième acte s’appuie sur un travail de bras très stylisé et une plus grande liberté de jeu dans le bas du corps. Cette fois c’est à cache-cache que jouent les danseurs, bouquet de fraîches jeunes filles sous la surveillance d’ en robe vermeille. L’écriture masculine est plus acérée, avec un travail exigeant du bas du corps et des sauts, dont les danseurs se jouent à merveille. Le deuxième pas de deux est encore un peu sage, même si est le feu sous la glace. De la contrainte à l’abandon, elle se révèle au fil des mouvements. en reste pantelant et ému.

C’est au troisième acte que toute la magie du ballet se révèle. Le royaume de la nuit et du sommeil permet un très beau tableau d’entrée, où le corps endormi d’Alice Renavand est manipulé par quatre jardiniers. La danseuse est superbe dans l’abandon, esquissé à l’acte précédent. Mathieu Ganio ne donne sa pleine mesure que dans cet acte, en particulier dans le somptueux duo final.

De bout en bout, Alice Renavand se révèle un magnifique choix pour cette distribution. On retrouve la ferveur, la foi, le sens de l’absolu de l’élue et une façon exceptionnelle de se mettre à nu. C’est une grande interprète du Parc ! Plus raide dans son côté « prince noble », Mathieu Ganio n’est pas forcément son partenaire idéal car moins apte au lâcher prise. Il est dommage que la compagnie ait été privée en raison de la crise sanitaire de la série de représentations qui lui était promise, et au cours de laquelle solistes et corps de ballet auraient pu s’affirmer encore davantage.

Crédits photographiques : © Yonathan Kellerman

(Visited 3 010 times, 3 visits today)

Plus de détails

Opéra Garnier. 9 et 11-III-21. Ballet de l’Opéra national de Paris : Le Parc. Chorégraphie : Angelin Preljocaj. Musique : Wolfgang Amadeus Mozart. Création sonore : Goran Vejvoda. Décors : Thierry Leproust. Costumes : Hervé Pierre. Lumières : Jacques Chatelet. Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet. Orchestre de l’Opéra national de Paris, direction musicale : Benjamin Shwartz

Diffusions le 1er juin 2021, en seconde partie, de soirée sur le canal 14 (Culture box) et le 30 juillet 2021 en première partie de soirée sur France 5.
Captations – 9 et 11 mars 2021, 19h30

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.