Mot-clef : Bernard Tétu

jennifer-johnston

Le Requiem de Verdi à Lyon, des limbes au paradis

Quelques regrets, mais surtout de belles impressions, dans le Requiem de Verdi que dirige Leonard Slatkin. Des solistes d'envergure, des chœurs solides, un chef expérimenté, ont tous besoin d'échauffement. Qu'elles sont redoutables, ces premières mesures sotto voce d'un Requiem que l'on associe plus volontiers aux déferlements furieux du « Dies irae » ! La ligne introductive des violoncelles est splendide de tristesse austère, mais le chœur – effet pervers de la pléthore de chanteurs ...
ovh-druet-y-petit_11

Le Festival de Besançon sort des sentiers battus

Des Lieder d'Alma Mahler avec Isabelle Druet ; la version originale du Stabat Mater de Dvořák par Bernard Tétu : bien que forcément frustrantes, deux soirées aussi originales qu'intenses . Orchestre Victor Hugo Franche-Comté / Isabelle Druet : l'osmose Aucun cinéphile n'a oublié les larmes rentrées d'Alma enterrant symboliquement ses partitions entre les racines d'un arbre dans le très beau Mahler de Ken Russell. Les voici vengées par l'humour distancié d'un Jean-François Verdier très en ...
BB

Berlioz versus Beethoven au Festival Berlioz

Audacieuse idée, en fin de Festival, que d'associer le jeune Berlioz et le Beethoven de la maturité au cours d'une soirée intitulée Hymne à la joie. Qui sort gagnant de ce choc des titans ? On l'a beaucoup dit et loué : Beethoven est chez lui au Festival Berlioz. Ces deux géants de la musique de chaque côté du Rhin ont entamé, depuis quelques années déjà, un dialogue des plus stimulants à La ...
!cid_A50C0096-CD7A-41FD-B2E1-1ED0D8FAD366@home

Le petit Requiem de Fauré est grand à la Grange au lac

Au contraire de Poulenc qui sidère en déclarant que l’œuvre est « un vrai supplice », qu’elle lui « ferait perdre la foi », le Requiem de Fauré fait partie de ces œuvres que l’on a toujours envie d’écouter. Puits sans fond de mélodies à l’inspiration inouïe (la longue phrase d’entrée des ténors dans le numéro 1 !), ses à peine 40 minutes tordent le cou aux apocalyptiques excroissances les ...
timpani_aucassinetnicolette

Aucassin et Nicolette de Paul Le Flem

Paul le Flem a traversé le XXe siècle et ses courants musicaux, de l'enseignement de la Schola Cantorum jusqu'à l'atonalité,  avant de nous quitter à l'âge respectable de 103 ans. En 1909, c'est pour le théâtre d'ombres chinoises qu'il acheva son premier ouvrage lyrique, Aucassin et Nicolette, inspiré d'une légende médiévale et composé pour un orchestre de chambre réunissant cordes, harpe, piano et orgue. Malgré son apparente simplicité, la partition ...
L’Académisme en musique

L’Académisme en musique

Solistes de Lyon Dans le cadre de son exposition sur l’Académisme en musique, le Musée d’Orsay proposait un concert rassemblant diverses œuvres vocales écrites entre le début du XIXe siècle et le début du XXe. Des cantates pour la plupart grâce auxquelles les compositeurs ont gagné le Prix de Rome, et ont pu séjourner dans la fameuse Villa Médicis. Le programme était constitué plus ou moins chronologiquement, de Ferdinand Herold à Henri ...
Au pays bleu

Au pays bleu

Les folies d’Offenbach Encore une soirée Offenbach à la veille des fêtes de fin d’année, me direz-vous ; mais en voir une de cette qualité, c’est plus rare, et elle mérite largement le détour, avec trois étoiles à la clef de sol ! La collaboration entre les artistes lyonnais et Jean Lacornerie, Philippe Chevalier et Robin Chemin, qui avaient déjà participé au spectacle «Signé Vénus» en 2007, fait sauter les bouchons de champagne, ...
Alexandre Charpentier, l’esprit français

Alexandre Charpentier, l’esprit français

Comme à l’accoutumée le Musée d’Orsay propose une programmation parallèle à ses expositions temporaires. Après Ferdinand Holder vient le tour d’Alexandre Charpentier (1856-1909). Ce fils d’ouvrier, joaillier et graveur de médaille de formation, remarqué à ses débuts par Alexandre Dumas fils et Auguste Rodin, est aujourd’hui considéré comme un maître en art décoratif et comme un des pères de l’Art Nouveau. La programmation musicale du musée d’Orsay se doit donc ...
Une rencontre intemporelle

Une rencontre intemporelle

Portraits croisés : Betsy Jolas - Roland de Lassus A l’occasion du 80ème anniversaire de Betsy Jolas, la Cité de la musique rend hommage à cette élève d’Olivier Messiaen et de Darius Milhaud. L’intitulé du deuxième concert « Portrait croisé : Jolas/Lassus » pouvant surprendre le néophyte de prime abord s’est révélé être la concrétisation, l’aboutissement de l’émerveillement porté par la compositrice à ce maître de la Renaissance. C’est d’ailleurs en personne qu’elle vint présenter ...
Ma ville pour un conservatoire : les 25 ans du CNSM de Lyon !

Ma ville pour un conservatoire : les 25 ans du CNSM de Lyon !

Symétrie 25 ans, un anniversaire et une notoriété internationale! Quel beau bilan pour le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de la capitale des Gaules. Mais pour arriver à ce niveau de compétence et d’excellence, il fallut bien des efforts et surmonter les défis. En effet, créer un conservatoire supérieur dans une ville de province pouvait apparaître comme une gageure dans la France d’avant la décentralisation et face à ...
Berlioz - Oeuvres pour choeur

Berlioz – Oeuvres pour choeur

Si dans un bac du rayon « classique », à l’onglet « Berlioz », et derrière Les Troyens, trois ou quatre « Fantastiques » et autres Nuits d’Eté, vous tombez sur ce modeste surgeon de l’abondante floraison du bicentenaire, posez-vous la question : que sais-je de ce Hector Berlioz-là ? Le Berlioz qui précède de quelques mois la « sortie » de la Symphonie Fantastique. Celui des Mélodies Irlandaises d’après des textes de Thomas Moore — et au poète dédiées —. ...