Mot-clef : Claus Peter Flor

La passion selon Star Wars

Cela fait déjà quelque temps que les institutions culturelles confrontées à la décroissance de leur public tentent de suivre les modes, celles dictées par les mass-média. Que ce soit pour les nouvelles consommations ou divertissements, on assiste également à une mondialisation standardisée de la culture. Et les orchestres ne sont pas en reste. Face à la mutation des comportements des consommateurs, les orchestres adoptent de nouvelles techniques dignes des meilleurs spécialistes ...
Tiefland_1

Avec Tiefland, le Capitole au sommet des Pyrénées

Audace et Théâtre du Capitole de Toulouse sont bien synonymes au regard de la fin de saison lyrique 2016-2017, avec Le Prophète de Meyerbeer, et de ce début de saison, avec Tiefland d’Eugen d’Albert. Peu importe qu'entre ces deux ouvrages lyriques, les univers diffèrent totalement : le succès est total pour la maison toulousaine. Rarement joué sur les scènes lyriques nationales, Tiefland possède pourtant de très belles pages musicales et une ...
Prophète_6a

Meyerbeer au Capitole, prophète en Occitanie

Cette nouvelle production de l’opéra de Meyerbeer Le Prophète est la preuve incontestable de l’ouverture d’esprit du Théâtre du Capitole, qui n’hésite pas à sortir des sentiers battus pour clôturer sa saison. Afin de se conformer au genre, l’Opéra n’a pas lésiné sur les moyens, l’une des caractéristiques principales du grand opéra étant un visuel plus que grandiloquent, agrémenté de ballets, de grands chœurs, de machineries et d’épopées historiques. Avec ...

Claus Peter Flor, chef invité du prochain Concours international de Montréal

Le chef d'orchestre allemand Claus Peter Flor sera le chef d’orchestre invité de l'édition piano 2017 du CMIM. Il dirigera l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) qui accompagnera les finalistes les 9 et 10 mai ainsi que les lauréats lors du concert gala le 12 mai à la Maison symphonique de Montréal.
13466320_1055877904494812_1448551852162071039_n

Belle reprise de Faust en fin de saison du Capitole

Après ses débuts à Toulouse en tant que metteur en scène avec Faust de Gounod en 1983, Nicolas Joel avait clôturé en 2009 sa dernière saison au Capitole avec cet ouvrage que nous retrouvons sur cette même scène en cette fin de saison brillante. C'est aujourd'hui un Faust empreint de l'excellence des productions antérieures avec une distribution entièrement revue tout en conservant les décors et costumes des proches collaborateurs de ...
haensel et gretel

Hänsel et Gretel à l’Opéra : comment ça va avec la névrose ?

Hänsel et Gretel n'avait jamais été donné à l'Opéra, alors que c'est le pain (d'épices !) quotidien du public allemand et américain. C'est chose faite, dans une nouvelle production qui restera certainement parmi les éléments positifs du bilan de Nicolas Joël. On connaît la répugnance de ce dernier pour les mises en scène choquantes, et pourtant, Mariame Clément propose une lecture quelque peu radicale. Il n'y a pas de force surnaturelle, ce ...
naxos dvorak

Le Dvořák fulgurant de Claus Peter Flor

Le chef d’orchestre allemand Claus Peter Flor poursuit avec Antonín Dvořák son parcours à travers le cœur de répertoire Mitteleuropa à la tête de ses musiciens malais.  Ce présent volume place toujours la barre très haut avec une lecture démentielle du poème symphonique Le Rouet d’or. Dans cette partition, le chef impose une tension ultra-dramatique, faisant de cette partition de près d’une demi-heure, un opéra en miniature avec ses paroxysmes ...
bis_dvorak_flor

Claus Peter Flor et les cauchemars de Bohême

À la tête de son superbe orchestre philharmonique de Malaisie, le chef allemand Claus Peter Flor, avait déjà revigoré par son énergie et l’intelligence de ses interprétations de redoutables pièces  symphoniques de Suk et Smetana. Il poursuit cette exploration des grands chefs d’œuvres tchèques avec un volume 100% Dvořák. Selon le chef; le compositeur était tourmenté par des ombres fantomatiques qui résidaient dans les couloirs étroits de l’imposant château de Karlštejn, ...
Claus Peter Flor décape Smetana

Claus Peter Flor décape Smetana

C’est avec une grande satisfaction que l’on retrouve, sous étiquette Bis, le brillant chef d’orchestre allemand Claus Peter Flor. Au début de l’ère numérique, le musicien avait enregistré deux intégrales majeures des symphonies de Martinu et Mendelssohn pour le label RCA. Parti avec l’eau du bain lors de la crise du disque, le chef a posé ses valises en Malaisie pour présider aux destinées de l’orchestre philharmonique local, phalange de ...
Wagner en Cinémascope

Wagner en Cinémascope vu par David McVicar

Siegfried Après un Rheingold et une Walküre mémorables, l’aventure continue à l’Opéra du Rhin avec Siegfried, deuxième journée (et troisième étape) du Ring des Nibelungen de Richard Wagner dans la mise en scène de David McVicar. Comment allait-il se sortir du piège que constitue ce livret, de notre point de vue le plus difficile à réaliser car relativement pauvre et linéaire d’action – tout est déjà programmé dès le début – ...
Pleuré par les notes

Chostakovitch par Claus Peter Flor, pleuré par les notes

La collection « référence » du label Berlin Classics remet au premier plan des enregistrements méconnus dirigés par Claus Peter Flor. Formé à Leipzig et élève des grands Kurt Sanderling et Rafael Kubelik, ce chef d’orchestre s’est rapidement imposé comme l’une des étoiles montantes de la musique en Allemagne de l’Est. Invité par les plus grandes formations du Bloc de l’Est, il se vit confier par le label Eterna (nom de Berlin ...
Tutto nel mondo è burla !

Tutto nel mondo è burla !

Così fan tutte au Théâtre du Capitole C’est peu dire que Così fan tutte réunit toutes les ambiguïtés de la représentation de la nature humaine : théâtre des apparences où se jouent toutes les passions amoureuses - factices ou sincères - et dont la morale amère incite pourtant chacun à la gaieté - forcée ou vraie. Giorgio Strehler, dans son ultime mise en scène inachevée, reprend pour mieux les détourner toutes les ...
Chœur en gloire

Claus Peter Flor, chœur en gloire à Toulouse

Ah ! le Requiem ! Divin Mozart, langueurs religieuses et componction ecclésiastique … Rien de cela, bien sûr : amateurs de clichés, passez votre chemin. Le Requiem de Claus Peter Flor, décapé comme les fresques de la Sixtine, retrouve ses vraies proportions, ses vraies couleurs. Les tempos, allants, sont partout les bons, c’est-à-dire qu’on n’entend pas ici les battues divisées par deux imposées par la tradition. L’orchestre retrouve une taille réduite (8/8/6/3) et ...
Une Flûte animée

Une Flûte animée pour l’inauguration de la saison du Capitole

Nicolas Joel inaugurait cette saison du Théâtre du Capitole hors les murs, pour cause de travaux de rénovation, par cette Flûte enchantée à la Halle aux Grains. Par sa configuration hexagonale, avec une scène centrale, cette salle pose certainement de grands problèmes de mise en scène et d'utilisation de l'espace, ici assez habilement résolus par l'utilisation d'un double escalier hélicoïdal — ressemblant à une molécule d'ADN—  au pied duquel les musiciens ...
Les Noces de Figaro, ou la Double Inconsistance

Les Noces de Figaro, ou la Double Inconsistance

Le Nozze di Figaro Pauvre Wolfgang ! Victime d’une nouvelle production pâlotte, avec un Figaro falot, et una piccola Susannettina… Non qu’il faille déplorer de fautes de goût rédhibitoires. Mais, de là à transformer cette amère comédie humaine en un divertissement léger de boudoir, une farce kitsch outrageusement poudrée ; il y a un pas : il a failli être franchi à plusieurs reprises. Du Mozart très sage, privé d’équivoque – aseptisé ; c’est un ...