Mot-clef : James Conlon

james conlon

James Conlon à Paris : éternel amoureux de Zemlinsky

Au pupitre devant l’Orchestre de Paris, James Conlon s’attache toujours avec passion à la défense de l’œuvre de Zemlinsky. Il lie une courte pièce du compositeur à la Nuit Transfigurée de Schoenberg, inspirée par le même poète, et montre ce qu’au début du siècle l’élève doit encore au maître. En seconde partie, la Lyrische Symphonie est défendue avec splendeur par la soprano Aga Mikolaj et le baryton Christopher Maltman. Retrouvé à ...
Festival de Spolète, Don Giovanni

Don Giovanni, un banquet d’outre-tombe à Spolète

En ouverture du Festival de Spolète, Don Giovanni met un terme à un projet artistique sur trois ans autour de la trilogie Mozart / Da Ponte. Le Don Giovanni de cette soixantième édition du Festival de Spolète, réalisée en collaboration avec la Rai, le Teatro Coccia di Novara et le Festival di Cartagena, commence sous le signe de la philosophie de Kierkegaard, avec des citations de son texte sur Don Juan, ...

De nouvelles collaborations au Los Angeles Opera

Plácido Domingo a annoncé aujourd'hui des collaborations qualifiées de "sans précédent" pour la saison 2017/18 entre le Los Angeles Opera et le Lyric Opera de Chicago, le Joffrey Ballet, l’Opéra d’État de Hambourg et John Neumeier (un "vieux rêve" selon Domingo) pour un Orphée et Eurydice de Gluck (version de 1774) qui sera dirigé par le chef britannique Harry Bicket à Chicago, en ouverture de saison en septembre, puis par ...

James Conlon renouvelé au Los Angeles Opera

Plácido Domingo, le directeur général, a annoncé hier que le contrat de directeur musical de James Conlon avec le Los Angeles Opera était renouvelé jusqu'à la saison 2020/21. Célébrant actuellement son 10e anniversaire dans la maison en tant que directeur musical, James Conlon y a dirigé 314 spectacles. Quand il remontera sur le podium le 28 janvier pour diriger L'Enlèvement au Sérail, il aura dirigé 50 opéras différents au LA ...
ka1_494p

Plácido Domingo as Macbeth at LA Opera

Plácido Domingo offers his Macbeth to the opera company he directs. This production of Macbeth will satisfy, even inspire, the most skeptical viewer. Darko Tresnjak (winner of 4 Tony awards and Broadway’s golden boy) is at work here, it’s true, with the help of Colin McGurk, on his own sets, often quite pertinent, often clever, flexible, and accommodating, readily manipulated and maneuvered, gloomy and foreboding, sinister (for the woods and battleground), ...
ka1_279p

Le Macbeth de Plácido Domingo à Los Angeles

Plácido Domingo offre son Macbeth à la compagnie dont il est le Directeur Général. La mise en situation de ce Macbeth satisfera, puis ralliera les plus hésitants. Darko Tresnjak (4 Tony Awards, petit chéri de Broadway) travaille ici, il est vrai, aidé en cela de Colin McGurk, sur ses propres décors, souvent pertinents, souvent astucieux, malléables et accommodants, aisément manipulés, aisément manœuvrés, sombres et inquiétants, sinistres (pour les forêts et coupe-gorge), ...
DTrifonov

Trifonov brille dans Prokofiev

Daniil Trifonov, de passage à Paris, dévoile son Prokofiev dernier cru : il est amer, caustique, emporté, tel qu'on l'aime. Le pianiste russe de 24 ans peut se targuer d'intriguer tout le monde. Certains l'intronisent déjà parmi les grands ; d'autres ne veulent voir en lui qu'un feu de paille médiatique dont les années effaceront bientôt le souvenir. Visiblement à demi conscient de son irrésistible ascension, Trifonov parcourt le monde, et s'attaque aux ...
Joel-Prieto-in-Ferrando-Francesca-Dotto-in-Fiordiligi

Cosi à Spolète, drame glacé entre ciel et mer

James Conlon ouvre le festival de Spolète avec un Cosi fan tutte à la fois émouvant et glacé. Dès les premières notes de l’Ouverture, James Conlon fait roucouler l’Orchestre juvénile Cherubini comme un ruisseau, avec des tempi glissés, soufflés presque, créant l’atmosphère sans repères propice au jeu de masques. La mise en scène de Giorgio Ferrara, directeur artistique du festival, est subtile, réaliste et émouvante dans sa juste théâtralité ; elle laisse ...

James Conlon à Turin

Le chef d'orchestre James Conlon a été désigné Directeur musical de l'Orchestre national de la RAI de Turin. Il prendra ses fonctions en 2016 à la suite de Juraj Valcuha.
ARC Ensemble 2 -® Beth Charteris

L’ARC Ensemble de Toronto, sous le signe de la mémoire

L’ensemble Artists of the Royal Conservatory (ARC) de Toronto est un ensemble de musique de chambre de très haut niveau, spécialisé dans le répertoire des œuvres composées pendant les années troubles du XXe siècle. Leur discographie exigeante (Weinberg-Ben-Haïm) témoigne de leur engagement dans la redécouverte de ces pans oubliés du répertoire. Simon Wynberg, co-fondateur et directeur artistique de l’ensemble nous explique la philosophie et les projets de cet ensemble unique ...
81pd0S0n-6L._SL1500_

Splendid Stigmatized by James Conlon

These “Stigmatized” (Die Gezeichneten) by Franz Schreker, Jew-lovers and degenerates (entartete musik) for Hitler’s Reich, disappear quickly from the repertoire in 1930. The opera debuted in Frankfurt on April 25, 1918, (a triumph, with Else Gentner-Fischer, Karl Ziegler, Robert vom Scheidt, and Walter Schneider, under the baton of Ludwig Rottenberg), six years after the enormous success of Schreker’s FERNE KLANG, with a libretto by the composer. After Zemlinsky had been approached, ...
81pd0S0n-6L._SL1500_

Des Stigmatisés passionnants par James Conlon

Ces Stigmatisés (Die Gezeichneten) de Franz Schreker, philosémites et dégénérés, Entartete Musik selon le Reich hitlérien, disparaissent rapidement du répertoire, dès 1930. Créés à Francfort le 25 avril 1918 (triomphe avec Else Gentner-Fischer, Karl Ziegler, Robert vom Scheidt, Walter Schneider et Ludwig Rottenberg à la direction) six ans après l'énorme succès de son Ferne Klang, sur un livret du compositeur - Zemlinsky, pressenti, avait finalement préféré s'éloigner et, sur ce même ...
Magic Flute_Orchestra Tech 1 _November 18, 2013

Los Angeles : The Magic Flute in silent film style

This Flute, which first we watch, with ever-widening eyes, for we proceed from good to excellent surprises, then we hear…is especially noteworthy, as you may have guessed, because of the unique, often staggering reinterpretation by the Berlin theatre troupe, “1927,” (Suzanne Andrade) and Barrie Kosky, the Australian director, in the throes of euphoria. An audacious reinterpretation, embellished by the breathtaking animation of Paul Barritt. Of course, Mozart suffers a bit…but ...
Magic Flute_Orchestra Tech 1 _November 18, 2013

Une Flûte enchantée version cinéma muet à Los Angeles

Cette Flûte qui d' abord se regarde, les  yeux de plus en plus écarquillés, car nous allons de (bonnes) surprises en (excellentes) surprises, … puis s'écoute, vaut surtout, on l'aura déjà compris, par la relecture insolite, souvent ahurissante, qu' en  donne l' équipe du « 127 », groupe théâtral berlinois (Suzanne Andrade, Barrie Kosky) en mal d' euphorie. Relecture audacieuse, agrémentée des époustouflantes animations de Paul Barritt. Bien sûr, Mozart en pâtit ...

Martin Lebel a Montevideo

Le chef d'orchestre français Martin Lebel a été nommé à la tête de la Filarmonica de Montevideo. Il prend ses fonctions immédiatement. Martin Lebel, ancien assistant de James Conlon à Paris et Cologne, est également chef d'orchestre auprès du symphonique de Karlovy Vary en République tchèque.
"The Flying Dutchman" Final Dress Rehearsal_March 6, 2013

In Los Angeles, Sensational Timely Debuts by Matos and Tomasson

Nikolaus Lehnhoff’s former production (Chicago, 2001; San Francisco, 2004), very slightly retouched, retains its freshness and all its brilliance here and, in particular, gets right down to essentials. Of course, some psychological elements still remain but the myth, which immediately clears up any ambiguity. is frankly and straightforwardly recounted, as it should be, with explicit precision and accessibility. The timeless universal sets and costumes, often sinister and even macabre, also ...
flying dutchman LA

A Los Angeles, débuts fracassants, in loco, de Matos et Tomasson

L'ancienne production (Chicago, 2001; San Francisco, 2004) de Nikolaus Lehnhoff, légèrement retouchée, mais si peu, conserve ici toute sa fraîcheur, tout son éclat et va surtout droit à l' essentiel. Bien sûr, certaines considérations psychologisantes y demeurent, mais le mythe, qui dissipe d'emblée toute équivoque, est ici raconté, clair et franc, comme il se doit, avec une précision, une lisibilité toutes explicites. Les décors et les costumes, de tous temps, ...
Sergei_Semishkur©Anna_Primki

Le Requiem de Dvořák par l’Orchestre de Paris

On n'entend pas souvent le Requiem de Dvořák à Paris, ni à Saint-Denis non plus d'ailleurs. L'Orchestre de Paris offrait deux chances d'écouter cette œuvre singulièrement émouvante. L'interprétation qu'en donnèrent l'Orchestre et son Chœur fut, mercredi soir, de très bon niveau. Dans la conduite de James Conlon, on pouvait seulement regretter une propension à prendre des tempos systématiquement plus rapides que ceux prévus. Craignait-il que l’œuvre ne paraisse trop morne ...
Shadows in Paradise

Les exilés de Hitler au paradis

Peter Rosen est un réalisateur et un producteur prolifique sur la musique classique depuis les années 1970. Avec « Les ombres au paradis, les exilés de Hitler à Hollywood», documentaire au titre quelque peu racoleur mais cohérent par rapport à son thème, il traite d’un sujet aussi connu que rarement traité à l’image, à savoir l’émigration à partir de 1933 d’une partie essentielle de l’élite musicale et intellectuelle allemande vers les ...
oehms_mahler_stenz

Markus Stenz et le Gürzenich de Cologne jouent un Mahler terrien

Le chef d’orchestre allemand Markus Stenz poursuit à la tête de son orchestre du Gürzenich de Cologne une intégrale des Symphonies de Mahler. Peu présent dans les pays francophones, ce chef est pourtant, à bientôt 50 ans, l’une des meilleures baguettes germaniques. Sous sa direction, l’Orchestre du Gürzenich de Cologne s’est hissé dans le peloton de tête des phalanges d’outre-Rhin. Historiquement la formation peut s’enorgueillir d’une longue tradition mahlérienne : elle ...
gil_shaham_paris1211_vign

Shaham, Conlon, Petibon et l’Orchestre de Paris

Entre Hollywood, évocation et trivialité. Un concert visiblement attendu, si l'on en croit le nombre impressionnant de micros et de caméras qui encombraient la scène, la salle et les balcons. Le public pénètre sur un champ de bataille, on s'étonne, on grogne de se voir déplacé, puis on attend la cloche. C'est qu'il ne faut pas manquer cela : un célèbre violoniste américain, une chanteuse talentueuse, un chef qu'on connaît bien ...
Du grand n’ importe quoi !

Lohengrin à Los Angeles, du grand n’importe quoi !

Anvers. 1917. Les ruines calcinées, toujours fumeuses et malodorantes d’une église aménagée en hôpital aux armées, interpellent d’emblée, violemment, dès le lever de rideau. On attend, avec une certaine anxiété, l’arrivée des forces prussiennes, celle du Kaiser, soi-même. Une autre armée, celle de ces infirmières attentives et généreuses, dont une pauvresse, Elsa, accusée d’avoir assassiné son frère, et qu’il faudra bien juger, s’agite et s’empresse auprès de cette chair à ...
Merci, Achim Freyer !

Götterdämmerung à Los Angeles : merci, Achim Freyer !

Après avoir longuement cherché à coller une quelconque relecture sur ce Crépuscule qui participe d’un nouveau Ring que Los Angeles inaugure en mai, on ne peut finalement qu’y déceler l’élucubration bien outrancière, plus ou moins bien agencée, d’un potache (Achim Freyer) en mal de bouffonneries, et/ou un exercice incongru, forcé, dada - comme le fut Dali, et/ou une opération d’agit-prop à laquelle collabore alors inconsciemment le spectateur. Toute autre tentative ...
Simple et tranquille …

Simple et tranquille…

Chamber Orchestra of Europe Si le programme du soir pouvait sembler quelque peu disparate, à la fois concertant et symphonique, alliant orchestre classique et orchestre à cordes et traversant trois siècles de composition, il n’en était pas moins intéressant. Dire qu’il fut totalement passionnant serait exagéré, il était plutôt «tranquille» mais au moins globalement de bon gout. C’est la brève ouverture Der Schauspieldirektor de Mozart qui servit de mise en bouche plutôt ...
Mahagony à Los Angeles

Mahagony à Los Angeles

Curieusement, en dépit de son grand potentiel musical et dramaturgique, Grandeur et décadence de la ville de Mahagony de Kurt Weill et Berthold Brecht ne s’est pas encore imposé au répertoire courant des maisons d’opéra. En terme de DVD, il fallait pour l’instant se contenter de la production très « intello bobo » de Peter Zadek pour le festival de Salzbourg 1998 (EuroArts). Dans ce contexte, cette nouvelle production californienne ...
Sacrifice pour le Sidaction

Sacrifice pour le Sidaction

Orchestre National de France Certains compositeurs les accumulent. Après on s’étonne qu’ils aient été oubliés. Erwin Schulhoff, natif de Prague, a connu une brillante carrière de compositeur et concertiste dans les années 20 surtout en Allemagne, mais être juif à partir de 1933 étant mal vu, il a rejoint sa Bohème natale, sans se douter qu’elle serait happée par le Reich nazi pendant que les nations européennes tournaient la tête. Son ...
Mozart et Kenneth Branagh œuvrent pour la paix dans le monde

Mozart et Kenneth Branagh œuvrent pour la paix dans le monde

Délaissant pour une fois les adaptations de son dramaturge fétiche, Kenneth Branagh s’attaque au chef-d’œuvre de Mozart, La Flûte Enchantée. On savait le réalisateur soucieux du rythme et de la mélodie dégagés par les vers de Shakespeare, notamment depuis son époustouflant numéro de claquettes dans Peines d’amour perdues, il confirme cette fois son affinité avec la musique en général, en concoctant un film-opéra à la fois original, captivant, et ...
Une soirée de force 10

Don Carlo, une soirée de force 10

Ce nouveau Don Carlo de Ian Judge, solide, engageant, somptueux, fleure bon ces (bonnes) productions traditionnelles et/ou rebattues, mille fois vues, mille fois confirmées dans leur habileté à plaire, à survivre parce qu’elles vous brossent, sans détours, à grosses touches et en pleine pâte, personnages et situations et vous cernent, sans fausse honte, l’événement tel quel. Judge adapte ce que l’on appelle ici son «unit set» et le pousse aux ...
Fleming, Villazon, Bruson... Tout un programme !

Fleming, Villazon, Bruson… Tout un programme !

Opening night hollywoodienne (mais après tout, nous y sommes) de la saison 2006-2007 du Los Angeles Opera. Paillettes, fanfreluches, people (vous êtes assis devant Michael York, près de Michael Eisner, PDG de Disney), froufrous, (faux) visons... musiques enfin ! Marta Domingo nous ressert, comme l’on ressert une vieille soupe hâtivement mal réchauffée, dans les anciens décors et costumes d’un milieu bourgeois XIXe, légèrement surannés, agréables à l’œil mais bien élémentaires, une ...
Le retour de James Conlon

Le retour de James Conlon à l’Orchestre National de France

Le public parisien serait-il rancunier ou aurait-il la mémoire courte? Le retour de celui qui fut pendant 9 ans le directeur musical (parfois contesté) de l’Opéra National de Paris sous l’ère Gall (après Myung-Whun Chung) n’a pas attiré les foules au TCE. S’ajoute à cela un programme exclusivement consacré au XXe siècle, qui décidément peine à se faire valoir comme « classique », et pourtant... Et pourtant James Conlon a concocté une soirée digne ...