Mot-clef : Pierre Thirion-Vallet

ORPHEE-0006 BD

L’Orphée d’Eléonore Pancrazi à Clermont-Ferrand

En attendant l’annonce de la programmation 2019-2020, la dernière production de la saison du Centre Lyrique se tourne vers l’avenir et la jeunesse, en attribuant notamment à la jeune mezzo-soprano Eléonore Pancrazi le premier rôle d’Orphée et Eurydice de Gluck dans la version d'Hector Berlioz. Dans sa révision destinée à l’interprète Pauline Viardot, Hector Berlioz choisit en 1859 de conserver tous les éléments de la version parisienne de 1774, soit le ...
Nouvelle Madame Butterfly du Centre Lyrique Clermont-Auvergne

Nouvelle Madame Butterfly du Centre Lyrique Clermont-Auvergne

Les trois premières représentations de cette nouvelle production de Madame Butterfly par le Centre Lyrique Clermont-Auvergne et Opéra Nomade précèdent un plus grand nombre en Ile-de-France, dans une mise en scène classique et respectueuse. Remarquée dans La Petite Renarde rusée que ResMusica avait chroniquée à Besançon, Noriko Urata excelle ce soir sur une scène qu’elle connaît bien depuis sa victoire au concours international de chant à Clermont en 2005. Déjà abordé ...
20181008_121913

Naples au Siècle des Lumières s’expose à Clermont-Ferrand

Avec l'exposition Viva Napoli, le Centre Lyrique de Clermont-Ferrand met à l’honneur la ville de Naples au XVIIIe siècle, et plus particulièrement l’école napolitaine qui se répandit dans toute l’Europe. Troisième ville d’Europe avec ses 400 000 habitants après Paris et Londres, Naples désormais autonome, trouve son apogée par les Arts, grâce au règne de Charles de Bourbon, arrière-petit-fils de Louis XIV, qui, comme son ancêtre, utilise l’Art et son rayonnement afin ...
BARBIER-0057 L

Un Barbier sixties à Clermont-Ferrand

Une nouvelle production d'Il barbiere di Siviglia par le Centre lyrique Clermont-Auvergne et l'Opéra nomade, l'occasion d'écouter les jeunes Elsa Dreisig et Viktor Korotich. Les sixties siéent bien au Barbier de Séville, qui se situe à une époque où les jeunes filles n'ont pas encore leur mot à dire, tout en commençant à montrer leurs griffes, et où les costumes sont aussi pimpants que la musique de Rossini ! De ce postulat, Pierre ...