Mot-clef : Serena Farnocchia

IDOMENEO_03_MG_6205_(c)AnnemieAugustijns_web

Idomeneo, un conte pour grands enfants par David Bösch à Anvers

Déjà mis en scène par David Bösch en 2013 à Bâle, la mise en scène de cet Idomeneo revient en terres flamandes sous la direction de son assistante Barbora Horáková Joly. Ce qui peut être une découverte pour les uns sera pour les autres l'occasion d'approfondir la connaissance d'une des scénographies les plus originales du moment. Loin d'une exhaustivité conservatrice, on sait gré aux coupes d'usage de se fondre dans une vision ...
13_Madama Butterfly © Frédéric Iovino

Fortes émotions à Luxembourg avec la Butterfly de Jean-François Sivadier

Créée en 2004 à l’Opéra de Lille, reprise ensuite à Nancy, Angers et Dijon, la mise en scène de Madama Butterfly par Jean-François Sivadier n’a pas pris une ride. Servie par un plateau vocal de grande classe, la partition de Puccini bouleverse le spectateur au plus profond de son âme. Débarrassé de tout accessoire inutile, le décor sobre et neutre se limite à un plateau légèrement incliné à peine encombré de ...
Marthe Keller se trompe de Don Juan

Marthe Keller se trompe de Don Juan

Passées les premières minutes du spectacle, visualisés les imposants décors coulissants de murailles de brique, une étrange impression d’ennui s’empare bientôt du spectateur. Est-ce l’effet sournois d’une digestion difficile ou de la fatigue de la journée ? Impossible, c’est Mozart qu’on joue ! Et qui plus est, Don Giovanni, le plus célébré des opéras du maître de Salzbourg ! Malgré les efforts pour conjurer le malaise, il persiste. Il ne peut venir de ...
Les contre-ut, c’est plus cher!

Il Trovatore à Genève : les contre-ut, c’est plus cher!

En juin dernier l’opéra de Genève vendait ses meilleures places pour Il Trovatore de Verdi à près de cent quarante Euros. A Lausanne, pour ce même opéra, on ne débourse que quatre-vingts cinq Euros. La différence ? Les contre-ut, peut-être ! Alors qu’à Genève, les chanteurs essayaient en vain de sauver une production désastreuse avec ces artifices que Verdi lui-même n’avait pas écrits dans sa partition, à Lausanne, on s’est contenté, avec bonheur, ...
Le panoptique de Jourdheuil

Le panoptique de Jourdheuil

Così fan Tutte Que n’exige-t-on d’un metteur en scène qu’il se contente de raconter une histoire, l’histoire que le librettiste a imaginée ? À l’opéra, plus l’intrigue est simple, plus certains directeurs de plateau s’ingénient à en cacher la simplicité. À Genève, Jean Jourdheuil sublime le propos ! Construisant l’entier du discours scénique de ce Cosi fan Tutte sur l’idée architecturale du panoptique de Bentham*, aura-t-il donc suffi d’une telle idée pour qu’un directeur ...
(c) Ursula Kaufmann

Le destin d’Otello au Grand Théâtre de Genève, avec force !

[caption id="attachment_48422" align="alignright" width="362" caption="(c) Ursula Kaufmann"][/caption] Pour son début de saison, Genève offre un ouvrage emblématique de Verdi. Une production du Théâtre de la Monnaie d’Otello signée Willy Decker retentit en effet ces jours dans les mûrs de l’institution lyrique du bout du lac. Créée le 5 février 1887, l’œuvre marquera les retrouvailles de Boito et du compositeur, alors septuagénaire, et s’imposera immédiatement comme l’un des chefs d’œuvre de l’Italien. Synthétique, ...