Serge Baudo revient diriger Pelléas à l’Opéra de Toulon

La Scène, Opéra, Opéras

Toulon. Opéra. 31-I-2016. Claude Debussy (1862-1918) : Pelléas et Mélisande, drame lyrique en cinq actes et dix-neuf tableaux sur un poème de Maurice Maeterlinck. Mise en scène et costumes : René Koering. Décors : Virgile Koering. Lumières : Patrick Méeüs. Avec : Guillaume Andrieux, Pelléas ; Sophie Marin-Degor, Mélisande ; Laurent Alvaro, Golaud ; Nicolas Cavallier, Arkel ; Cornelia Oncioiu, Geneviève ; Chloé Briot, Le Petit Yniold ; Thomas Dear, Un Médecin, Le Berger. Orchestre et Chœur de l’Opéra de Toulon (chef de chœur : Christophe Bernollin), direction : Serge Baudo.

fred6342_pelleas_suiteRien de très inspirant dans la très illustrative mise en scène de , même si le plateau offre de belles surprises, c’est vers la fosse que nos oreilles se tournent. Mémoire musicale d’une époque où Karajan l’invitait à diriger Pelléas et Mélisande à la Scala, offre un somptueux écrin sonore au chef d’œuvre de Debussy.

Plongés pour l’essentiel dans une lumière noire, un enchaînement de décors abstraits alternent des lignes géométriques avec comme point fixe, une persienne à cour. Voilà le cadre du très sobre Pelléas et Mélisande, mis en scène par – dans une reprise de la production de l’Opéra de Nice en 2013. On pourrait facilement déceler dans cette esthétique très visuellement correcte des allusions au cinéma de Claude Sautet ou Eric Rohmer. Les éclairages de Patrick Méeüs réservent la meilleure part, osant quelques subtilités dans l’utilisation d’une lumière rasante qui laisse affleurer les aspérités des murs et découpe en ombres chinoises les profils des personnages. On se montrera plus perplexe concernant les projections d’« ambiance » vidéo, composant un fond mouvant et visuellement très illustratif et un peu perturbant.

Peu de forêt et très peu d’Allemonde ; en revanche, de bien prosaïques bicyclettes sur lesquelles Pelléas et Mélisande vont en promenade. Entre veste jaune canari et tenues années 80, c’est l’univers du roman photo qui se sert de substrat visuel en lieu et place du symbolisme de Maeterlinck. On s’interrogera longtemps sur l’improbable transformation de Geneviève en Yvette Horner ou les gamineries forcées d’un petit Yniold occupé à jouer avec sa voiture téléguidée. Tant pis également si les trois pauvres gisant dans la grotte sont emballés dans des sacs poubelles ou bien si les servantes sont contraintes à des pantomimes assez énigmatiques dans la dernière scène. D’une manière générale, les protagonistes sont abandonnés en scène sans véritable direction d’acteur, ce qui n’est pas sans poser certaines chutes de tension. Le théâtre semble flotter et disparaître au point qu’on a du mal à saisir comme dramatiques des scènes comme celle du meurtre, qui semble vidée de toute vigueur et de toute urgence.

Côté plateau, on retient surtout la belle prestation de en Pelléas. La voix est à la fois claire et sonore, impeccable de tenue même dans les passages les plus exposés. Seuls quelques infimes détimbrages dans le IV rappellent l’écriture exigeante et la difficulté de la projection. La fontaine des aveugles possède la vertu d’assouplir le timbre pincé et métallique de la Mélisande de , le miracle se limite à une voix assez droite et scrupuleusement à fleur de notes.

fred6431_pelleas_suite

fait croire à son Golaud, notamment par une voix ample et de bien belle tenue. Sensiblement limitée dans le registre aigu, la voix se tasse progressivement et la ligne se désunit sur la fin. Oublions la Geneviève de , perdue dans sa lettre comme dans les brumes de ses voyelles, et notons la belle couleur du Médecin et du Berger de . L’Arkel de possède encore de belles qualités mais la ligne charbonneuse par endroit laisse affleurer une tension peu propice à l’émotion. Enfin, le petit Yniold de fait vocalement oublier l’impossible perruque rouge dont elle est affublée. Découverte en « enfant terrible » dans l’opéra éponyme de Philip Glass, puis à Nantes en 2014 dans le Pelléas d’Emmanuelle Bastet, la piquante soprano reprendra le rôle d’Yniold dans la très attendue production de Katie Mitchell au prochain festival d’Aix.

La présence de dans la fosse justifie à elle seule le déplacement. L’ancien directeur musical de l’orchestre de Lyon, désormais chef invité aux quatre coins de la planète, propose un Debussy sans affèterie, à la ligne admirable et soyeuse. La discrétion de la conduite harmonique dans les transitions fait entendre une véritable respiration musicale, idéale et subtile. L’orchestre de l’Opéra de Toulon ne boude pas son plaisir et sait se placer au niveau de cette fine et noble baguette.

Crédits photographiques : Frédéric Stéphan

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
  • Thierry Astolfi

    Je ne suis pas du même avis concernant la direction musicale.
    Nous avons trouvé les sonorités de l’orchestre bien peu poétiques surtout dans la première partie ( actes 1 à 3) , sans alliage de timbres et manquant de nuances, ce qui est dommageable lorsque l’on sait tout le soin apporté par Debussy aux couleurs de l’orchestre.
    Il est vrai que la partition est redoutablement exigeante, cantonnée qu’elle est la plupart du temps dans les nuances p et pp.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.