La Scène, Opéra, Opéras

Le Nez à Bâle: poupées russes

Plus de détails

Bâle. Theater Basel. 24-III-2022. Dimitri Chostakovitch (1906-1975) Le Nez. Opéra en trois actes et dix tableaux sur des livrets de Evgueni Zamiatine, Georgi Jun’in, Alexander Prejs et Dmitri Chostakovitch tirés de la nouvelle éponyme de Nikolaï Gogol. Mise en scène et décor: Herbert Fritsch. Costumes : Victoria Behr; Lumières : Roland Edrich. Avec : Michael Borth, ténor (Kowaljow) ; Hubert Wild, baryton (le Nez / la Dame accompagnatrice / Chosrow Mirza) ; Peter Tantsists, ténor (l’Exempt de quartier / l’Eunuque) ; Andrew Murphy, baryton-basse (Ivan Yakowlevitsch / le Père); Jasmin Eteradzadeh, mezzo-soprano (Prasskovja Ossipovna / la Marchande de bretzels / une Dame respectable / Pelageja Grigorjewna Podtotschina); Vuyani Mlinde, basse (un Rédacteur/Iwanowitsch) ; Karl-Heinz Brandt, ténor (Ivan / le Premier fils / Un Vieillard / le Serviteur de Kowaljow / une autre Connaissance); Inna Fedorii, soprano (soprano solo / la Mère / la Fille) ; Jasin Rammal-Rykała, baryton-basse (un Vendeur / un Laquais / un Cocher / un Spéculateur / le Major / le Deuxième fils) ; Kyu Choi, ténor (le Domestique de la Comtesse / le Docteur / une Connaissance) ; Donovan Elliot Smith, ténor (Fjodorowitsch / Jarischkine) ; Frauke Willimczik, mezzo-soprano (une Vieille voyante) ; Boguslav Bidzinski, ténor (le Colonel); Flavio Mathias, basse Vivian Zatta, baryton-basse (deux Garçonnets) ; Emily Dilewski, Georgia Knower, Evelyn Meier, Sonja Goltz (Mendiantes) ; Martin Baumeister, Boguslav Bidzinski, Kyu Choi, Eckhard Otto, Marco Pobuda, Jasin Rammal-Rykała, Constantin Rupp, André Nicolas Schann, Donovan Elliot Smith, Vladimir Vassilev, Vivian Zatta (Hommes en attente / Policiers / Voyageurs / Messieurs / Etudiants). Chœur du Theater Basel (Chef de choeur : Michael Clark) et Sinfonieorchester Basel, direction musicale : Clemens Heil

A l’opposé de la glaciale version en noir et blanc de Serebrennikov à Munich, la lecture polychromatique d’Herbert Fritsch embarque le spectateur dans un grand huit visuel, à exacte distance entre la satire grinçante de Gogol et le pamphlet existentiel de Chostakovitch.


Étonnant Nez ! Suivant à la lettre la farce éponyme de Gogol qu’il agrémente d’extraits des Ames mortes, de La Nuit de mai et de Tarass Boulba, le premier opéra (1928) d’un compositeur de 22 ans ne dépare pas dans le prestigieux aréopage lyrique d’un début de siècle qui venait d’accoucher de Wozzeck, Pelléas, Elektra et Turandot. Au-delà du premier interlude musical pour percussions, prophétisant Varèse, c’est un geste musical savant et accessible qui, pour raconter l’aventure cauchemardesque d’un homme qui se réveille un matin sans son nez (« Sans nez, l’homme n’est pas un homme », clame le tableau 8), met en branle un ahurissant kaléidoscope d’inventions musicales (de la polka à la fugue, de l’atonalité au folklore) à destination de tessitures le plus souvent haut perchées. D’abord fêté en un temps où la Russie révolutionnaire ne pouvait que se réjouir d’un libelle qui moquait en musique la bureaucratie policière des Tsars, Le Nez, qui évoque aussi la sexualité confisquée par le Pouvoir, fut interdit par la Russie stalinienne dès 1936, pile un siècle après la parution de la nouvelle gogolienne : une manière de bande-annonce du destin houleux du compositeur dans un pays dont il est un des plus grands compositeurs. Le Nez, qui ne refit surface en Russie qu’en 1974, grâce à la ténacité de Guennadi Rodjestvenki, voit l’évidence de son génie musical et de sa force décuplés par un aujourd’hui délétère : deux artistes du spectacle bâlois, après le triomphe du spectacle à l’applaudimètre, prennent le micro pour annoncer qu’une collecte de fonds pour l’Ukraine sera proposée à la sortie. chanteuse ukrainienne de la distribution adresse de vibrants remerciements à un public qui aura pris congé de la remarquable production d’Herbert Fritsch avec de chaleureux rappels. Une production entre rire jaune et réflexion acérée sur la société des hommes, qui, dès la première image, montre un homme qui tremble.

Étonnante distribution ! Le Nez est aussi bref (1h45) que pléthorique en terme de solistes : à Bâle 32 chanteurs pour 54 rôles ! L’oppressante version policière de Serebrennikov les uniformisait, qui les costumait tous en policiers : plus ludique, celle de Fritsch les individualise. L’on est donc à même d’identifier, courant à la suite du Kowaljow percutant de , et chantant en allemand cet opéra russe : Jasmin Etezadzadeh, d’un impayable abattage à chacune de ses trois apparitions, dont une Marchande de bretzels déchaînée sur la ligne de crête d’une foule qui ne l’est pas moins ; Peter Tantsits, qui importe de Saint-Étienne l’ambitus joueur avec lequel il terrorisait déjà le héros de Point d’orgue : son Exempt de police désarticulé est en tous points jubilatoire ; les aigus d’, environnée par un chœur grandiose, propulsent le superbe tableau de la cathédrale dans la stratosphère ; donne beaucoup de sa personne (six rôles à lui seul) dans une œuvre qui semble faite pour lui ; le barbier « wozzeckien » qui lance le spectacle bénéficie de la solide expérience scénique bâloise d’ ; le triple travesti d’ aligne les moments savoureux ; et sont kafkaïens au possible. Tous seraient bien sûr à citer, parfaits petits soldats de la machine chostakovienne tenue par à la tête d’un Sinfonieorchester Basel stupéfiant et parfaites marionnettes de la machine fritschienne.


Étonnante mise en scène ! Le Nez confirme les qualités d’Intermezzo que le metteur en scène allemand, venu du théâtre, avait mis en scène in loco en 2021. Des qualités qui s’apparentent à ce qu’il est d’ores et déjà convenu de nommer un style. De retour l’appétence pour la couleur (le jeu d’orgues est un personnage à lui seul), la fascination d’un décor unique (devant un cyclorama blanc destiné à être ripoliné aux couleurs de l’arc-en-ciel, un enfilage très « poupées russes » de sept cubes aux sept couleurs de…. l’arc-en-ciel), l’interaction plateau/fosse (c’est dans cette dernière que le nez sera in fine jeté), le refus de l’accessoire des accessoires. Dans Intermezzo, un abat-jour géant veillait sur les Strauss. Le Nez arbore une matriochka de cubes stylisant une ville recrachant et aspirant des habitants à demi-masqués. Posé sur tournette, le dispositif s’avance, recule, et les angles varient sous les lumières hypnotisantes de Roland Edrich. Les scènes de foule sont particulièrement impressionnantes dans ce microcosme esthétique que la direction d’acteurs, faisant feu du caractère immédiatement physique et pour tout dire assez irrésistible de cette musique, ne lâche jamais, jusqu’au bruit de bottes conclusif, encore plus terrifiant dans son rhabillage: une danse folklorique allant crescendo, d’une diabolique innocence. Herbert Fritsch est un metteur en scène d’opéra à suivre.

Crédits photographiques: © Thomas Aurin

(Visited 364 times, 1 visits today)

Plus de détails

Bâle. Theater Basel. 24-III-2022. Dimitri Chostakovitch (1906-1975) Le Nez. Opéra en trois actes et dix tableaux sur des livrets de Evgueni Zamiatine, Georgi Jun’in, Alexander Prejs et Dmitri Chostakovitch tirés de la nouvelle éponyme de Nikolaï Gogol. Mise en scène et décor: Herbert Fritsch. Costumes : Victoria Behr; Lumières : Roland Edrich. Avec : Michael Borth, ténor (Kowaljow) ; Hubert Wild, baryton (le Nez / la Dame accompagnatrice / Chosrow Mirza) ; Peter Tantsists, ténor (l’Exempt de quartier / l’Eunuque) ; Andrew Murphy, baryton-basse (Ivan Yakowlevitsch / le Père); Jasmin Eteradzadeh, mezzo-soprano (Prasskovja Ossipovna / la Marchande de bretzels / une Dame respectable / Pelageja Grigorjewna Podtotschina); Vuyani Mlinde, basse (un Rédacteur/Iwanowitsch) ; Karl-Heinz Brandt, ténor (Ivan / le Premier fils / Un Vieillard / le Serviteur de Kowaljow / une autre Connaissance); Inna Fedorii, soprano (soprano solo / la Mère / la Fille) ; Jasin Rammal-Rykała, baryton-basse (un Vendeur / un Laquais / un Cocher / un Spéculateur / le Major / le Deuxième fils) ; Kyu Choi, ténor (le Domestique de la Comtesse / le Docteur / une Connaissance) ; Donovan Elliot Smith, ténor (Fjodorowitsch / Jarischkine) ; Frauke Willimczik, mezzo-soprano (une Vieille voyante) ; Boguslav Bidzinski, ténor (le Colonel); Flavio Mathias, basse Vivian Zatta, baryton-basse (deux Garçonnets) ; Emily Dilewski, Georgia Knower, Evelyn Meier, Sonja Goltz (Mendiantes) ; Martin Baumeister, Boguslav Bidzinski, Kyu Choi, Eckhard Otto, Marco Pobuda, Jasin Rammal-Rykała, Constantin Rupp, André Nicolas Schann, Donovan Elliot Smith, Vladimir Vassilev, Vivian Zatta (Hommes en attente / Policiers / Voyageurs / Messieurs / Etudiants). Chœur du Theater Basel (Chef de choeur : Michael Clark) et Sinfonieorchester Basel, direction musicale : Clemens Heil

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.