Mot-clef : Eike Wilm Schulte

Image de une

Nikolai Schukoff, le berger pyrénéen de Tiefland au Capitole

Après son succès incontestable dans un puissant Lohengrin à Saint-Étienne en juin dernier, Nikolai Schukoff ouvre la saison lyrique du Capitole de Toulouse en incarnant le rôle principal de Tiefland de Eugen d’Albert, ouvrage quasi absent aujourd’hui des scènes lyriques. ResMusica a rencontré le ténor le lendemain de la première. « Pour moi, c’est la différence entre la campagne et la ville qu’il est important d’aborder dans Tiefland. » ResMusica : Pourquoi avoir dit « oui » à ...
1. opera sauvetage

L’effet de mode de l’opéra sauvetage ou comment inspirer Beethoven

Le 26 mars, jour des 190 ans de la mort du plus connu des musiciens romantiques, nous donne l’occasion de nous pencher sur les origines de son unique opéra, Fidelio, composé entre 1805 et 1814. L’opéra sauvetage s’est développé rapidement en France durant la Révolution française, principalement dans l’opéra-comique, puis est assez vite passé de mode sous l’Empire après que le grand opéra se le fut approprié. Ce type d’ouvrage ...
Parsifal.cd

Envoûtant Parsifal de Marek Janowski

Nouvel opus de l’œuvre titanesque entreprise par Marek Janowski pour enregistrer l’intégrale des opéras de Wagner. Une initiative à nouveau couronnée du succès avec cet envoûtant Parsifal. Favorisant à tous moments le sacré de l’œuvre wagnérienne, le chef allemand porte les solistes. Soignant l’aspect profondément mélancolique et spirituel de l’oeuvre wagnérienne, il laisse cependant ample place à l’expression vocale. Il tisse autour des chanteurs un tapis chargé d’harmonies aux couleurs ...
ARIADNE_une_badenbaden12

A Baden-Baden, luxueuse Ariane à Naxos

En reprenant en grande partie les ingrédients du Rosenkavalier de 2009, le Festspielhaus de Baden-Baden comptait très probablement en renouveler l’incontestable réussite avec un autre chef d’oeuvre de Richard Strauss : Ariane à Naxos. Le public était donc accouru de fort loin pour réentendre Renée Fleming et Sophie Koch sous la baguette de Christian Thielemann, mais cette fois sans Diana Damrau, la Sophie du Rosenkavalier, qu’on aurait pu espérer en Zerbinetta. Sophie Koch ...
Un Lohengrin de rêve

Un Lohengrin de rêve avec une Petra Lang d’anthologie

Il est désormais sûr. L’événement lyrique de la saison 2007/2008 à Cologne n’a pas eu lieu à l’Opéra, mais à la Philharmonie. En programment deux représentations en concert de Lohengrin avec une distribution de rêve, l’orchestre symphonique de la radio de Cologne a rassemblé les wagnériens de près et de loin. Et ils n’ont pas été déçus. Premier atout de cette soirée grandiose : Semyon Bychkov, directeur musical de l’orchestre. Dès les ...
Le rêve devenu réalité

Le rêve devenu réalité

Le Chevalier à la rose Les idées fausses ont la vie dure et il en circule quelques-unes autour du Chevalier à la rose. Cette extraordinaire production conçue par Nicolas Jœl permet d’appréhender dans sa totalité ce qui est probablement l’opéra le plus intelligent du répertoire. Pour pouvoir apprécier une telle splendeur attendre 30 ans n’est pas bien grave. Merci à Nicolas Jœl d’offrir au Capitole (et à l’opéra de Rome ...
Des Maîtres dignes d’un festival

Des Maîtres dignes du Festival d’Opéra de Munich

Traditionnelle œuvre de clôture du Festival d’Opéra de Munich, jouée tous les 31 juillet, Die Meistersinger von Nürnberg était depuis des années la chasse gardée munichoise de Zubin Mehta (qui a fait ses adieux de Directeur Musical au Staatsoper l’an passé en dirigeant la représentation du Festival 2006) et de Peter Schneider. C’est donc naturellement ce dernier que nous retrouvons ce soir à la baguette, dans la production gentiment modernisée ...
Des adieux de maîtres

Des adieux de maîtres

Les Maîtres chanteurs de Nuremberg Avec cette traditionnelle reprise de clôture du Festival d’opéra de Munich se terminaient conjointement les mandats d’intendant de Sir Peter Jonas et de directeur musical de Zubin Mehta. À la tête de l’institution bavaroise depuis 1993, Sir Peter Jonas quitte Munich avec un bilan à faire pâlir bien des directions d’opéras ! Sous son règne, le Staatsoper peut se targuer d’avoir fait la course en tête des ...
Le Maître... et l’apprenti

Le Maître… et l’apprenti

Les Maîtres chanteurs à Toulouse Mettre en scène aujourd’hui les Maîtres Chanteurs pose problème tant l’œuvre, apologie de l’art allemand fort connotée idéologiquement, a été récupérée par Hitler qui en fit l’opéra officiel du Troisième Reich - ce fut la seule œuvre jouée à Bayreuth en 1943 et 1944 lors de représentations réservées aux soldats et censées leur remonter le moral. Nicolas Jœl a pris le parti… de ne prendre aucun ...
gurre_lieder

Captain Judd à la tête des Gurrelieder

Après la venue de Vadim Repin en décembre, janvier est encore une période de cadeaux à Lille, où l’Orchestre National fête ce mois-ci ses trente ans en offrant de superbes concerts au public et en faisant un magnifique présent à James Judd, son premier chef invité, en lui permettant de diriger une œuvre jubilatoire, dont les proportions babyloniennes rendent les exécutions aussi rares que chères. L’effectif nécessaire à cette œuvre mi-oratorio ...
Daphne : pour straussiens de tous pays

Daphne avec Renée Fleeming, pour straussiens de tous pays

Rares sont en ces temps de crise les chanteurs lyriques pouvant se dire gâtés par les grandes maisons du disque. Renée Fleming en fait certainement partie. Non seulement elle sort régulièrement des récitals et des albums, mais on peut également l’admirer dans un grand nombre d’intégrales. Ainsi, ces jours-ci, la diva américaine est sur la couverture d’une nouvelle Daphne de Richard Strauss publiée par Decca et enregistrée (sans public!) par ...
Liberté conditionnelle pour Florestan

Fidelio au Grand Théâtre de Genève

Le nombre de bonnes intentions et la qualité globale du plateau eussent permis une réussite prégnante pour ce Fidelio si la fosse n’avait pas pâti de tant de mollesse et d’un manque d’inspiration aussi marqué. Dès les premières mesures, la direction de Woldemar Nelsson est alanguie, sans verve. Au fil du temps, l’entier de la lecture de la partition du seul opéra de Beethoven se révèle uniforme, émoussée, souvent imprécise, ...