Mot-clef : Gianandrea Noseda

noseda geneve

La beauté intérieure de Diana Damrau et de Gianandrea Noseda

A Genève, pour l’ouverture de sa saison, l’Orchestre de la Suisse Romande s’est offert une soirée inoubliable. Inoubliable de beauté. La beauté vocale d’une Diana Damrau en très grande forme. La beauté d’une direction d’orchestre d’exception avec un Gianandrea Noseda investi dans la musique et investissant l’entier de sa personne pour sublimer les pages de Giuseppe Verdi, de Richard Strauss et d’Igor Stravinski. Et la beauté intérieure du chef italien ...

Gianandrea Noseda démissionne du Teatro Regio de Turin

Le chef d'orchestre italien Gianandrea Noseda (50 ans) a donné ce matin sa démission de Directeur musical du Teatro Regio de Turin au maire de la ville Piero Fassino. En conflit avec le surintendant Walter Vergnano, Gianandrea Noseda a demandé au Maire (et Président de la Fondation Teatro Regio) la nomination d'un troisième directeur chargé de l'artistique. La décision n'ayant pas été prise, le chef d'orchestre a donc annoncé sa démission ...
chandos petrassi noseda

Goffredo Petrassi, la redécouverte par Gianandrea Noseda

Dans une récente interview, le chef d’orchestre Gianandrea Noseda nous parlait de sa satisfaction de mener cette série de disques Chandos dédiés à la musique italienne symphonique de XXe siècle. Bien oublié, Goffredo Petrassi fut une figure majeure de l’Italie musicale du XXe siècle, il fut un professeur recherché à l’Académie Santa Cecilia de Rome, où il eut, entre autre, comme élève : Ennio Morricone et Peter Maxwell Davis. Si l’on fait ...
Verbier-Noseda.02

A Verbier, le Chœur du Teatro Regio enflamme le Requiem de Verdi

Point culminant de ce 20e Festival de Verbier, l’affiche de cette soirée de Fête Nationale Suisse proposait rien moins que le Requiem de Giuseppe Verdi. A le diriger, Gianandrea Noseda, probablement la plus belle baguette actuelle de la musique italienne (voir notre interview). Dès les premières notes du Requiem, un frisson parcourt l’auditoire tant l’éther du pianissimo que le Choeur du Teatro Regio de Turin se love d’une rare beauté ...
noseda 2013

Gianandrea Noseda, chef d’orchestre italien

« Quand la crise sera derrière nous, seules les structures qui auront repensé leur développement seront encore debout » ResMusica : Vous venez de diriger le London Symphony Orchestra à Aix-en-Provence, vous allez aussi ouvrir la saison de l’orchestre au Barbican Center de Londres. Alors que Valery Gergiev a annoncé son départ du poste de directeur musical du LSO, serez-vous le prochain chef de la phalange ? Gianandrea Noseda : Travailler avec les artistes du LSO ...
George Gagnidze (Rigoletto) © Patrice Berger / Artcomart

Rigoletto à Aix, beaucoup de cirque pour rien

Quel est le but du Festival d'Aix en programmant Rigoletto ? Fêter Verdi ? Nul besoin du festival pour ça. Se recentrer, selon les désirs du directeur général Bernard Foccroule, sur un répertoire plus "méditerranéen" ? Ce ne sont pas les opéras italiens qui manquent (et pour cause). Tailler des croupières à Orange en programmant le même répertoire ? Mauvaise idée. Etre une prolongation estivale de la saison de l'Opéra ...
Vasily Ladjuk (Onéguine), Svetla Vassileva (Tatiana), Aleksandr Vinogradov (Grémine), Maksim Aksënov (Lensky) © Ramella&Giannese Teatro Regio Torino

A Turin, Onéguine tourne en rond

Le public italien aime l’opéra. Plus encore que l’opéra, il aime le chant, les voix et les chanteurs. A l’entendre applaudir à tout rompre les protagonistes de cette production, on ne peut pas en douter. Quelques belles voix, quelques airs bien chantés et le public transalpin est prêt à pardonner les manquements d’une mise en scène confuse et inaboutie. Dans son avant-propos, le directeur artistique du Covent Garden de Londres qui ...
Ildar Abdrazakov (Filippo II) © Ramella&Giannese – Teatro Regio

A Turin, le meilleur ne fait pas forcément un Don Carlo

Le 200e anniversaire de la naissance de Verdi coïncidant avec celui des quarante ans de la réouverture du Teatro Regio totalement détruit par un incendie en 1936 (il aura fallu 37 ans pour le reconstruire !), l’occasion était trop belle pour cette maison d’opéra, considérée à juste titre comme l’une des meilleures d’Italie d’offrir à son public un beau cadeau avec la reprise de la fastueuse production du Don Carlo ...
hollandais-turin

A Turin, un Hollandais de haut vol

Avec cette reprise de la production de l’Opéra Bastille 2010, le Teatro Regio réussit un « Hollandais » de haut vol. Haut vol musical avec un prise en main de la partition en lui insufflant une énergie et une intensité interprétative formidables. Survolté, Gianandrea Noseda entraîne un orchestre du Teatro Regio en pleine forme dans un déferlant feu d’artifice aux couleurs et aux rythmes chargés d’une puissance peu commune. Dès les premières ...
lso_britten_noseda

Un War Requiem peu inspiré

Bras droit de Valery Gergiev à Saint-Pétersbourg, Gianandrea Noseda a fait ses classes avec succès. Aujourd’hui, il se retrouve à la tête du London Symphony Orchestra, l’orchestre londonien de son maître, pour une œuvre complexe et maintes fois enregistrée. Le War Requiem de Benjamin Britten a été composé pour la consécration et l’inauguration de la cathédrale de Coventry quelque vingt-deux ans après son bombardement et la destruction de la ville par ...
jamesehnes_bartok

Bartók de classe avec James Ehnes

Le violoniste James Ehnes et son fidèle chef et ami Gianandrea Noseda offrent un album Bartók idéal dans son approche artistique et dans son sens éditorial. La plastique du jeu du violoniste, sa perfection technique et son archer inspiré sont au service de l’évolution stylistique de Bartók. L’artiste ne cherche pas la modernité pour la modernité, ni ne romantisme son propos. Quant au chef, il allège la masse orchestrale privilégiant le ...
Tosca_Vassileva, Ataneli_turin0112 _vign

A Turin, le triomphe de Marcelo Álvarez

En mars 2005, la légendaire soprano Renata Scotto déplorait dans nos colonnes que l’opéra italien souffrait de ce que les chefs d’orchestre dépiautaient les partitions des compositeurs aux fins d’un respect total de l’œuvre. « On ne joue plus la musique des opéras pour en exprimer l’émotion », poursuivait-elle. « Pour que l’opéra italien retrouve sa vérité, il faut qu’il redevienne italien. Avec ses excès. Alors il déclenchera l’enthousiasme. Et de ...
Fidelio_turin1211_une (1)

A Turin, Gianandrea Noseda galvanise Fidelio

Quand un chef d’orchestre galvanise la scène, quand de la fosse jaillit une musique qui tient le public en haleine de la première à la dernière mesure, quand, au moment des saluts, ce chef reçoit une ovation plus grande que les chanteurs eux-mêmes, on réalise combien le public de l’opéra est en attente de l’émotion que la musique est capable de leur apporter. C’est le message que laisse Gianandrea Noseda ...
tosca_verbier1

Verbier : Gianandrea Noseda, le triomphe de Tosca

C’est devenu un leitmotiv : il se passe toujours quelque chose au Verbier Festival ! Cette soirée lyrique était très attendue en dépit des inévitables raccommodages de distribution de dernière heure qui ont fait les gorges chaudes des lyricomanes. Ainsi l’annoncé Cavaradossi du ténor russe Aleksandr Antonenko remplacé par un certain Riccardo Massi et le Scarpia de Bryn Terfel par le baryton Ambrogio Maestri. Deux chanteurs peu connus pour accompagner la Tosca ...
Nosada_2011

Gianandrea Noseda et l’Orchestre de Paris

Ce concert de fin de saison de l’orchestre de Paris voyait débuter au pupitre de l’orchestre parisien le chef milanais Gianandrea Noseda, pas encore très connu sous nos contrées mais néanmoins directeur du Teatro Regio de Turin, Principal chef invité depuis 1997 du Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg où il est le premier étranger à occuper ce poste, nouvellement nommé à la même fonction à l’Orchestre symphonique de Pittsburgh, entre autres ...
Mozart et la voix de basse

Mozart et Ildebrando D’Arcangelo

Le programme, il faut bien le reconnaître, n’est pas d’une folle originalité, même s’il permet d’entendre, à côté des grands classiques du genre, quelques-uns des sublimes airs de concert que Mozart écrivit pour la voix de basse. Et si l’air alternatif «Rivolgete a lui lo sguardo», parfois chanté par Guglielmo au premier acte de Cosi fan tutte, n’est plus vraiment une curiosité aujourd’hui, ce CD permettra tout de même de ...
Viva Verdi !

I Vespri Siciliani à Turin : Viva Verdi !

Il est des œuvres qui feront toujours vibrer la corde patriotique. I Vespri Siciliani de Giuseppe Verdi fait partie de celles qui touchent l’âme des Italiens. Quand l’Orchestre du Regio attaque un Fratelli d’Italia à la fois bouillant et émouvant avant l’ouverture de l’opéra, le public du théâtre se lève comme un seul homme pour chanter l’hymne national avec une ferveur toute latine. Certes, en pleine commémoration du 150e anniversaire ...
Jean-Efflam Bavouzet et les concertos de Bartók

Jean-Efflam Bavouzet et les concertos de Bartók

Après son intégrale du piano de Debussy et des volumes Haydn hautement remarqués, Jean-Efflam Bavouzet se lance dans les concertos pour piano et orchestre de Béla Bartók. Curieusement, si la discographie de ces partitions reste quantitativement importante, elle est qualitativement assez faible et dominée par deux références incontournables : Kocsis/Fischer (Philips) et Kovacevich-Davis (Philips). Même des affiches alléchantes comme György Sandor/Adam Fischer (Sony), Geza Anda/Ferenc Fricsay (DGG) ou Baremboim/Boulez (EMI) sont ...
L’odeur de la misère

Boris Godounov à Turin, l’odeur de la misère

Avec cette production de Boris Godounov, le cinéaste Andreï Kontchalovski revisite l’opéra de Moussorgski en lui donnant les odeurs de la misère du peuple russe. Illustrant son propos, il habille ses masses pouilleuses de vêtements sales, rapiécés et souillés, peuple de gueux crasseux dans l’attente du sauveur : le tsar. Dans ses éclairages noirs, il soutient les ambiances grises du peuple, parfois illuminées des rouges sang du pouvoir, de la peur et ...
Eternelle Russie

Rachmaninov, Boris Berezovsky, éternelle Russie

Un concert «tout Rachmaninov» pendant l’année de la Russie en France, cela tombe sous le sens. L’affiche était alléchante : Boris Berezovsky, qu’on ne présente plus, le National, le Chœur de Radio-France – qui a encore confirmé ce soir ses progrès – dans trois partitions rarement données du dernier des romantiques. Le Printemps, œuvre de la maturité, contemporaine du Concerto pour piano n°2, est l’héritier des ballades romantiques pour chœur et orchestre. ...
Robert Carsen sublime Salomé

Robert Carsen sublime Salomé

Teatro Regio de Turin C’est un tonnerre d’applaudissements qui salue l’extraordinaire Salomé de Richard Strauss du Teatro Regio. Des applaudissements et des bravos qui s’adressent indifféremment aux chanteurs ou au chef d’orchestre jusqu’au moment où apparaît le véritable héros de la soirée : le metteur en scène canadien Robert Carsen. Alors, le public lui offre un triomphe. Un triomphe largement mérité. Sa conception de Salomé est un chef d’œuvre d’intelligence, d’humour et d’ironie. ...
Le crépuscule d’un dieu

Ruggero Raimondi, le crépuscule d’un dieu

Teatro Regio Du Don Giovanni de Mozart au Méphistofélès de Faust, du Procida des Vêpres Siciliennes à Attila, en passant par ce Falstaff truculent de Genève en 1986, Ruggiero Raimondi faisait rêver. Comme un dieu, il soulevait les foules. Comme un dieu, il enchantait. Mais dans cette production du Falstaff de Turin, le dieu d’alors signe son crépuscule. Même si on ne pouvait plus attendre de grandes prouesses vocales, on espérait que ...
Triomphe de la poésie

Triomphe de la poésie pour Rusalka

Après le formidable Sémélé que le metteur Robert Carsen reprenait du Festival d’Aix-en-Provence pour le remonter à l’Opéra de Zurich, c’est la Rusalka de l’Opéra Bastille qu’il monte au Regio de Turin. Si la découverte de cette musique est un enchantement, celle du spectacle l’est plus encore. Le rideau est à peine ouvert que le metteur en scène canadien nous transporte dans le rêve le plus absolu. Le triomphe de ...
Liszt selon Noseda

Liszt selon Gianandrea Noseda

Le label Chandos se lance dans une intégrale des poèmes symphoniques de Franz Liszt. L’entreprise est salutaire car les intégrales de ces œuvres n’encombrent pas les bacs des disquaires : les sommes gravées par Bernard Haitink (Philips) et Kurt Masur (EMI) datent de près de trente ans, alors que les disques plus récents d’Arpáad Jóo pour Hungaroton (diffusion Brilliant) se disqualifient d’eux même. On était donc impatient de jauger l’un des ...
Dans la peau de Franz Schubert

Dans la peau de Franz Schubert

Rendering de Berio Rude concert, au programme sans doute peu conventionnel et en tout cas sans concession, mais un excellent stimulant pour la curiosité, avec deux compositeurs récents très peu joués à Toulouse et la découverte d’une œuvre qui titille l’affect autant que l’esprit, Rendering de Berio d’après les esquisses de Schubert pour sa Symphonie N°10 par des artistes qui avaient déjà enchanté les toulousains il y a un an (lire ...
La force de Dindo

La force de Dindo

Gianandrea Noseda avait laissé un souvenir ébloui d’une Première symphonie de Brahms volcanique, d’où quelques réticences en se rendant à ce concert. Le jeune chef italien se montrerait-il à la hauteur des espérances, les attentes n’allaient-elles pas être déçues ? De fait, l’introduction orchestrale du Concerto de Dvorák ne montrait pas le même enthousiasme ni la même énergie. Phrasés larges, un peu inertes, dans une approche très ouvertement romantique, mais sans l’effervescence ...
KO au Capitole

KO au Capitole

Il est de ces rares concerts dont on sort épuisé, ravi, enthousiaste et un peu absent ; K. O. debout. Au dernier accord vous partez comme un automate, bredouillez quelques mots sans suite, la musique ne semble jamais vouloir finir. Tant pis pour la pluie qui ne parvient même pas à vous arracher à votre ravissement. Moi qui vous parle, j’entends encore flotter quelque part les accents tenaces d’un Brahms saisissant. ...