Mot-clef : Marina Rebeka

Marina-Rebeka-Janis-Deinats

Marina Rebeka illumine l’Instant Lyrique à l’Éléphant Paname

En récital alors que Notre-Dame était en feu, la superbe Marina Rebeka expose toute sa flamme à l’Éléphant Paname, sans concession pour le volume sonore malgré la petite salle, sans concession par la qualité de sa prestation, de Gounod à Wagner, avec au milieu un hommage aux compositeurs lettons. Marina Rebeka n’était pas encore clairement identifiée comme une grande sur la scène française, même lors de sa Violetta parisienne nuancée en ...
bolena1

Anna Bolena à Bordeaux : jolie prise de rôle pour Marina Rebeka

Anna Bolena de Donizetti se fait rare sur les scènes françaises. La production de l’Opéra de Bordeaux vaut surtout pour une distribution qui réalise parfois ses promesses et pour la jolie prise de rôle de Marina Rebeka. La mise en scène proposée par Marie-Louise Bischofberger est une reprise d’un travail qui constituait la première incursion de cette collaboratrice de Luc Bondy dans la mise en scène lyrique. Prudente, elle respecte la dramaturgie de l’œuvre ...

Les annulations de stars : entre déception et opportunité

Quand on casse sa tirelire afin d’acheter un sésame, un an à l’avance, pour entendre la diva que l’on préfère, il y a toujours le risque qu’elle annule, avec l’amère déception qui s’ensuit. On le sait tous. Il nous est tous arrivé de subir ce genre de déconvenue ; et pourtant, allez savoir pourquoi, on recommence toujours… L’idée de ce billet d’humeur a germé dans mon esprit le 25 février 2018 ...
Traviata - Marina Rebeka

Une Traviata en grande forme à l’Opéra de Paris

L’annonce de la défection d’Anna Netrebko, qui devait faire ses adieux au rôle, avait déjà échaudé le public. Quand l’annonceur est venu expliquer que Plácido Domingo était souffrant, le public parisien a manifesté si bruyamment son mécontentement qu’une partie de l’assistance n’a pas compris que l’idole maintenait sa participation. Une ambiance à tirer au couteau a donc ouvert cet après-midi hivernal à l’Opéra Bastille. Trois heures plus tard, ce fut ...
BadGala_2017_08

Baden-Baden : La Clemenza di Tito en concert mais pas sans théâtre

Toujours en version de concert et toujours avec un enregistrement discographique à suivre chez Deutsche Grammophon, le Festival d’été de Baden-Baden continue d’explorer les grands opéras de Mozart avec une Clémence de Titus d’un particulier dramatisme grâce à la direction acérée et pleine de vie de Yannick Nézet-Séguin et à l’intense Sesto de Joyce DiDonato. Commencée en 2012 avec Don Giovanni puis poursuivie par Cosi fan Tutte en 2013, L’Enlèvement ...
Christoph Prégardien, le roi Idoménée avec Kent Nagano

Christoph Prégardien, le roi Idoménée avec Kent Nagano

Pour une version de concert d'Idomeneo, Kent Nagano et Concerto Köln accompagnent Prégardien père et fils. Pour les plus lettrés, Ingolstadt fut l’une des capitales des ducs de Bavière, qui y fondèrent en 1472 la première université de leurs États ; pour les autres, Ingolstadt est Audi, comme Clermont-Ferrand et Sochaux sont (ou furent) Michelin et Peugeot. La marque automobile affirme sa présence dans la ville de toutes les manières possibles, et ...
A Lausanne, l’Ariodante sublime de Stefano Poda

À Lausanne, l’Ariodante sublime de Stefano Poda

Grâce à une formidable mise en scène et direction d’acteurs de Stefano Poda, à une remarquable distribution vocale et à une direction musicale inspirée de Diego Fasolis, le public de l’Opéra de Lausanne, gagné par l'émotion, fait un triomphe à cette nouvelle production d'un Ariodante de Haendel digne des plus grandes scènes européennes. Nos lignes s’étaient déjà enchantées par l’extraordinaire mise en scène de Stefano Poda dans Faust de Gounod au ...
Guillaume Tell

Guillaume Tell à Pesaro, sensation surtout vocale

La mise en scène de Graham Vick en décevra plus d’un, mais l’interprétation vocale de haute volée rend pleinement justice à la réputation du Rossini Opera Festival de Pesaro. Lors du Rossini Opera Festival de 2013, la nouvelle mise en scène du Guillaume Tell de Rossini avait été moyennement appréciée. Peut-être avait-on exagérément souligné la dimension politique, voire communiste, de la lecture de Graham Vick, marquée effectivement par le rouge d’un ...