Mot-clef : Samuel Boden

Grand cru vocal et choral au Festival de Wallonie à Namur

Grand cru vocal et choral au Festival de Wallonie à Namur

Le Festival de Wallonie à Namur, axé cette année sur nos « racines » culturelles et musicales, revient à  ses fondamentaux dans les deux concerts auguraux : l’exploration du répertoire ancien et l’expression chorale sous touts ses formes. Le Huelgas Ensemble de Paul Van Nevel y va d’un passionnant programme couvrant six siècles d’histoire de musique, tandis que le Chœur de chambre de Namur et le Millenium Orchestra, sous la direction experte ...
11-Saul Leonardo Garcia Alarcon 290

Un Saül enivrant par Leonardo García Alarcón à Beaune 

L’immense Saül de Haendel est encore une révélation pour beaucoup. L’interprétation généreuse et ébouriffante de Leonardo García Alarcón arrive au Festival de Beaune après celui de Namur. Considéré comme le premier oratorio d’un compositeur qui n’écrira presque plus d’opéras, Saül a été créé en 1739 par un Haendel dépité de la tiédeur de l’accueil d’Ariodante et Alcina (deux de ses opéras les plus aimés aujourd’hui). Mais Saül, partition de la plus haute inspiration, parée ...
zipy

George Benjamin à l’Opéra de Lyon, entre amour et violence

S’orientant sur le tard vers l’opéra, le compositeur britannique George Benjamin démontre encore par ces Lessons in Love and violence récemment parues en DVD, que le genre peut évoluer dans le monde de la musique contemporaine avec facilité. Parce qu’en effet, la partition atonale du compositeur est bien pourvue en lyrisme, comme en énergie dramatique et rythme théâtral. Sur un livret inspiré de plusieurs sources dont Edouard II de Marlowe, concis avec ...
71un8YWeQnL._SL1200_

Lessons in Love and Violence, nouveau coup de maître

Après Into the Little Hill à l'Opéra Bastille (2006), et Written on Skin au Festival d'Aix (2012), c'est le Royal Opera House qui offrait un écrin à la création du troisième ouvrage lyrique du duo George Benjamin et Martin Crimp. Au vu de la beauté des premiers opus, on ne pouvait que s'y attendre, ces nouvelles Lessons in Love and Violence touchent au meilleur. Après la légende du joueur de flûte de Hamelin ...
Monteverdi Herreweghe

La spiritualité contenue de Herreweghe dans les Vêpres de Monteverdi

Une énième version des Vespro della Beata Vergine de Monteverdi ? Une constance interprétative plutôt de la part du chef d’orchestre Philippe Herreweghe et du Collegium Vocale de Gand. Ceux qui affirment avoir tout entendu des Vespro della Beata Vergine de Monteverdi n’ont pas épuisé les secrets de cette œuvre, car même si les nombreux enregistrements se fondent sur une partition particulièrement précise pour l’époque (1610), les versions se succèdent et se confrontent en ...
funerailles louis XIV HM

Grand théâtre de la mort du Roi-Soleil par Raphaël Pichon

Impressionnantes par leur jeu sur les ténèbres et la lumière, tant à l’image que dans les choix musicaux, ces « Funérailles Royales de Louis XIV » témoignent de la grande richesse musicale de la fin du règne. Ce qui frappe d’emblée le regard et l’écoute, c’est le travail réalisé sur la lumière et sa cohérence avec le traitement des timbres musicaux et leur disposition dans l’espace. On est souvent à la limite de ...
Marc Minkowski

Les Boréades de Rameau : vents impétueux

Les Boréades, chef d’œuvre tardif de Rameau, a connu sa première représentation à l’Opéra Royal de Versailles avec les Musiciens du Louvre Grenoble. La partition, d’une grande richesse concernant l’orchestration des instruments à vent, était dirigée par un Marc Minkowski, qui n’a laissé passer aucune difficulté sous silence, soulignant çà et là telle subtilité de l’écriture, surtout que la version de concert laisse une part importante à la pure écoute musicale, ...
the_indian_queen

Metz, The Indian Queen revisitée

En raison du principe même de leur construction, les « semi-operas » de Purcell sont par définition extrêmement difficiles à monter. Cela est vrai tout particulièrement de The Indian Queen, ouvrage composé à partir d’une pièce de théâtre notoirement indigeste, dont la simple lecture serait un supplice pour le spectateur contemporain. Le parti-pris du metteur en scène Joachim Schloemer a donc été de restructurer et de recontextualiser entièrement la vieille tragédie ...