Mot-clef : Werner Güra

Bach

La Passion selon saint Jean de René Jacobs enfin en CD

  Trois ans après leur enregistrement de la Passion selon saint Matthieu, René Jacobs et ses troupes récidivent. Succès absolu pour une œuvre peut-être moins  contemplative et moins introvertie, mais tout autant aboutie sur le plan dramatique et musical. Nous l’avons souvent dit dans ces colonnes, tout enregistrement signé de René Jacobs est un petit événement. Au plaisir tactile, visuel et intellectuel que fournissent avant même l’écoute de l’œuvre la présentation exemplaire ...
Werner Güra © Monika Rittershaus

Une belle Création de Haydn par Thomas Zehetmair

Pour sa première à la Philharmonie de Paris, l'Orchestre de chambre de Paris retrouve le chœur Accentus pour proposer un sommet de la musique religieuse, à même de ravir un public venu nombreux. Les attentes ne sont pas déçues. Dès les premières mesures, on sent que la soirée sera bonne. Hormis quelques petites imprécisions dans l'introduction, l'orchestre offre une bonne maîtrise. Ses sonorités sont équilibrées, malgré la faiblesse relative de ...
valer-sabatus_uwe-arens-sony-362x262

Le Kammerorchester Basel dans un oratorio de Noël en demi-teinte

Un Oratorio de Noël festif mais sans véritable passion à la Cité de la musique. L’orchestre de chambre de Bâle offrait, à la Cité de la musique, un concert bien de saison : deux soirées musicales donnaient à entendre l’Oratorio de Noël de Bach, respectant la structure en deux parties d’une œuvre qui retrace en six cantates l’histoire de la Nativité. On ne pouvait que percevoir l’atmosphère de fête et de danse ...
laurence-equilbey-cjanajocif_0

Laurence Equilbey et Accentus dans le Requiem de Mozart

La saison dernière, Laurence Equilbey s’était illustrée dans la Passion selon St Jean de Bach pour l’ouverture du 1er festival de Pâques. Mercredi soir, nous l’avons de nouveau retrouvée au Grand Théâtre de Provence avec des œuvres « sacrées », un diptyque de musique du 18e siècle, à la tête de ses deux phalanges, Insula orchestra et le chœur Accentus. Cette magnifique soirée consacra un chef en osmose totale avec ses musiciens. Le ...
bertrand-de-billy

À Pleyel, concert en demi-teintes avec Bertrand de Billy

C'est la Symphonie en la majeur qui ouvrait ce concert, une œuvre remarquable d'un point de vue formel et composée en 1850 par un Saint-Saëns tout juste âgé de 15 ans. Évidemment, l'héritage des classiques se veut palpable et c'est là le cœur du problème : Bertrand de Billy l'a dirigée comme un Mozart ou un Beethoven, c'est-à-dire avec une battue rigoureuse et immuable ne tenant pas toujours compte des élans ...
Raphaël Pichon © Etienne Gautier

Raphaël Pichon dirige la Saint Jean de Bach

Ensemble en résidence cette saison au Festival de Saint-Denis, Pygmalion et son jeune chef Raphaël Pichon se produisaient dans la Passion selon saint Jean de Bach, le compositeur que ce dernier affectionne particulièrement et avec lequel il s’est fait connaître du public. Si la Basilique se prête bien au répertoire sacré de la fin du XVIIIe et du XIXe siècle (Beethoven, Cherubini, Berlioz, Brahms…), il est permit de douter de ...
Werner Güra et Christoph Berner © Monika Ritterhaus

Metz : Werner Güra aux Rencontres franco-allemandes

Pour la quatrième année consécutive, les Rencontres musicales franco-allemandes « Je t’aime… Ich auch nicht » se sont déroulées à Metz à la mi-automne, dans le but de célébrer, dans cette zone frontalière marquée culturellement par les deux nations, les influences mutuelles exercées par la France et l’Allemagne tout au long de leur histoire musicale. Le récital du ténor Werner Güra et de son pianiste Christoph Berner, consacré au lied allemand et à la ...
werner_gura

Saint-Denis, la Saint Matthieu de Bach en clôture du festival

Du temps où il était directeur musical de l’Ensemble Orchestral de Paris (1998-2008), John Nelson a fréquemment dirigé les grandes fresques sacrées du répertoire (oratorios, messes…), notamment à Notre-Dame de Paris. En clôture de l’édition 2011 du Festival de Saint-Denis, le chef américain, à présent directeur musical honoraire, retrouvait ses musiciens dans la Passion selon saint Matthieu de Bach, avec un chœur de chambre universitaire anglais (une quarantaine de choristes ...
Le merveilleux Voyage de Werner Güra

Le merveilleux Voyage de Werner Güra

Quel plaisir d’entendre le Winterreise (Voyage d’hiver) de Schubert par un ténor ! Les enregistrements légendaires de Dietrich Fischer-Dieskau avaient presque fait oublier que les vingt-quatre lieder composant ce cycle fameux tiré des poèmes de Wilhelm Müller ont une tonalité initiale qui porte la voix plus haut que celle du grand baryton. On apprécie d’autant plus que le «voyageur» de cette soirée au Musikverein de Vienne n’est autre que Werner Güra, ...
En toutes saisons

Les Saisons par Harnoncourt : époustouflant !

Voici un enregistrement des Saisons de Haydn qui fera date. Dès les premières mesures, on reconnaît la griffe de Nikolaus Harnoncourt à la tête du Concentus Musicus Wien et du Chœur Arnold Schœnberg : les vents font état d’une émission incisive tout en nimbant la musique de Haydn d’atmosphères pastorales et les cordes, lumineuses, phrasent avec une articulation marquée qui n’entame pas le legato. On retrouve surtout toute une gamme de ...
Un prophète aux Champs-Elysées

Un prophète aux Champs-Elysées

On connaît bien l’intérêt de Mendelssohn pour Bach, et en particulier pour la Passion selon Saint-Matthieu. Pourtant Elias fait surtout penser aux oratorios de Haendel, comme Judas Macchabée et Israël en Egypte, que Mendelssohn a dirigés en Angleterre. Le livret, inspiré du Livre des Rois, ne prévoit ni choral à l’unisson, ni narrateur, mais il offre de nombreux épisodes spectaculaires, surtout dans la première partie, où Elias accomplit ...
Une Péri qui mène au Paradis…

Une Péri qui mène au Paradis…

Robert Schumann écrit lui-même le livret de son oratorio Das Paradies und die Perie op. 50 d’après le fameux Lalla Rookh de Thomas Moore. La première, en 1843, fut une réussite : Mendelssohn vint d’ailleurs le féliciter. Comme le compositeur l’a confié, c’est «un oratorio, pas pour l’église, mais pour les gens joyeux.» La joie et l’enthousiasme sont en effet au rendez-vous de cette version dynamisante et fluide de Nikolaus Harnoncourt. L’homogénéité ...
Bonheur mozartien

Bonheur mozartien avec l’Orchestre du Gürzenich de Cologne

Entre les représentations de La flûte enchantée à l’Opéra de Cologne, le Gürzenich-Orchester et son chef Markus Stenz se payèrent le luxe d’un programme Mozart à la Philharmonie. Et quel programme ! Quatre airs de concert en ouverture, puis la Messe en ut mineur et, en bis, un sublime Ave verum corpus. Plus encore que dans la Flûte, Stenz a put montrer ici son affinité avec l’univers mozartien. Très engagé dans ...
Bach/Harnoncourt : c’est Noël à Pâques !

Bach/Harnoncourt : c’est Noël à Pâques !

On ne le dira jamais assez : l’Oratorio de Noël n’est pas un cycle de six cantates mais plutôt une histoire cohérente (et quelle histoire !) divisée en six parties. Il n’empêche que cette œuvre suit le calendrier des six fêtes de Noël (25–26–27 décembre et 1er–2–6 janvier), que c’est ainsi qu’elle a été jouée la première fois en 1734-35 et que chacune des six parties ressemble furieusement aux cantates « habituelles ...
Don Giovanni par la case René Jacobs II

Don Giovanni par la case René Jacobs II

Opéras en concert à Pleyel La tournée européenne pendant laquelle René Jacobs présente alternativement le Don Giovanni de Mozart dans la version de la création à Prague en 1787et de sa reprise à Vienne en 1788, faisait ces 28 et 29 novembre escale à la Salle Pleyel. Excellente occasion de rafraîchir nos oreilles contemporaines, habituées à entendre le plus souvent un mixage des deux. Quelles en sont les principales différences ? Pour faire ...
Des invités luxueux

Des invités luxueux

Fin de saison de l’ONL En première partie de ce concert final de la saison 2005-2006 de l’ONL, la Symphonie de psaumes de Stravinsky, dans une lecture ample, souple et ardente, mais au son orchestral un peu trop mœlleux, pas assez percutant et à l’équilibre sonore pas toujours maîtrisé (on n’entend pas assez les pianos), loin de la précision chirurgicale d’Ernest Ansermet, le créateur de l’œuvre. Pour la suite : encore la ...
Le Chant du cygne mis à l’honneur à La Monnaie

Werner Güra : le Chant du cygne mis à l’honneur à La Monnaie

Ce soir, Werner Güra nous propose une soirée composée de quelques pages très connues de Schubert. La première partie est dédiée au poète allemand Gœthe, pour qui Schubert avait une admiration sans bornes mais unilatérale : Gœthe a toujours nié les différents courriers de Schubert. Après les cinq lieder de Gœthe, nous retrouvons le Chant du cygne, cycle de quatorze lieder de Schubert écrits sur des poèmes de différents auteurs et édités ...
La Flûte Enchantée

La Flûte Enchantée, Mozart à grande vitesse à La Monnaie

A l’occasion de l’ouverture de sa saison 2005-2006, et vu le succès retentissant de cette production en avril dernier, La Monnaie a décidé de reprogrammer « La Flûte enchantée », pour cinq représentations. Ce n’est plus René Jacobs mais Piers Maxim à la baguette qui assure la relève, dans la version très inspirée et controversée que son prédécesseur a laissée. Pour la mise en scène, nous retrouvons William Kentridge, qui avait imprimé sa ...
seasons_jacobs

Les Saisons de Haydn par René Jacobs

C’est avec un pur chef d’œuvre que Joseph Haydn (1732-1809) fera son entrée dans le XIXe siècle : Les Saisons, oratorio créé en 1801. Ce siècle verra les dernières œuvres de ce grand génie et, à sa fin, les premières d’Arnold Schönberg. Schönberg fera à son tour basculer la musique dans le XXème siècle avec une autre grande oeuvre vocale : les « GurreLieder », qu’il acheva en 1901. Dans les cinq dernières années que ...