Bannière-Web-ResMusica-728x90

Badinter, Escaich et Py contre la peine de mort

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Thierry Escaich (né en 1965) : Claude, opéra en un prologue, seize scènes, deux interscènes et un épilogue, sur un livret de Robert Badinter. Mise en scène : Olivier Py. Décors et costumes : Pierre-André Weitz. Lumières : Bertrand Killy. Chorégraphie : Daniel Izzo. Avec : Jean-Sébastien Bou, Claude ; Jean-Philippe Lafont, le Directeur; Rodrigo Ferreira, Albin ; Laurent Alvaro, l’Entrepreneur, le Surveillant Général ; Rémy Mathieu, Premier personnage, Premier Surveillant ; Philp Sheffield, Deuxième personnage, Deuxième Surveillant ; Loleh Pottier, la Petite fille ; Anaël Chevalier, la Voix en écho ; Yannick Berne , Premier détenu ; Paolo Stupenengo, Deuxième détenu ; Jean Vendassi, Troisième détenu ; David Sanchez Serra , l’Avocat ; Didier Roussel, l ‘Avocat général ; Brian Bruce, le Président ; Laura Ruiz Tamayo, Danseuse. Orchestre, Choeurs et Maîtrise de l’Opéra de Lyon (Chef des Choeurs Alan Woodbridge) sous la direction de Jérémie Rhorer. Captation DVD : Vincent Massip. Enregistré le 4 avril 2013 à l’Opéra National de Lyon. Sous-titres et notice: français, anglais. Bonus : entretien avec Thierry Escaich et Robert Badinter par Anne Sinclair. 1 DVD BelAir classiques 97′ (opéra) 26’ (supplément).

 

51wFdxpNj6LDans le cadre d’une trilogie consacrée en 2013 au thème lancinant de l’histoire humaine Justice/ Injustice, Claude est une commande de l’Opéra de Lyon adressée à , ,  : le brelan magnifique accouche d’un opéra qui noue la gorge.

Histoire vraie. Claude, victime de la révolution industrielle qui le prive de son travail, est emprisonné pour s’être rué sur la barricade des Canuts, se lie avec Albin, en est séparé par la jalousie du directeur de la prison qu’il tue, est guillotiné.

Claude est adapté par Badinter avec quelques libertés (notamment le rétablissement de la dimension homosexuelle évacuée par Victor Hugo), de Claude Gueux, deuxième volet avec Le dernier jour d’un condamné du ditpyque que l’écrivain consacra à la peine de mort. Le Ministre réalisa le rêve du Poète, en faisant abolir en 1981 ladite peine de mort en France. Il prolonge ce combat d’une vie par l’architecture implacable d’un livret dont le déroulé haletant (entre prologue et épilogue, 16 courtes scènes séparées par de brefs interludes) est une manière de perfection.

En contraste avec l’univers concentrationnaire de l’intrigue, la musique de , riche instrumentarium à l’appui, est gorgée de couleurs. Aussi bref que Wozzeck, il offre comme ce dernier un prenant interlude pré-conclusif. Pas une seconde l’intérêt ne se relâche, pris en main que l’on est entre l’empathie hugolienne («  chaque enfant qu’on instruit est un homme qu’on gagne » ) la parfaite compréhension du mot, et la puissance des images.

s’empare spectaculairement de cet univers à la Genêt. Il joue en virtuose des architectures métalliques de , empruntées pour partie à Carmen que le tandem montait à Lyon dans la même saison… Dans cet univers surgi de l’obscurité, ce sont les détenus qui enclenchent en toute logique le mouvement perpétuel des bâtiments jusqu’à la bouleversante chute de cendre du final.

En parfaite adéquation avec la machine de mort à l’oeuvre, la direction motoriste de  galvanise une distribution mémorable, du Claude fracassé d’avance de , du haute-contre à la touchante fragilité de , du terrifiant Directeur chanté par aux essentiels doubles rôles de , et Philip Sheffield ainsi qu’aux seuls échos féminins des voix off de Loleh Pottier et Anaël Chevalier. Du choeur impeccable s’échappent quelques solistes remarquables.

Bémol enfin pour la captation de Vincent Massip étranger à la fascinante cosmogonie du tandem Py/Weitz. Mais attentif aux vraies larmes de l’Entrepreneur.

 

En coopération avec la
sur les mémoires des violences politiques

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.