Opinions

L’enfance de l’art ou l’immaturité du public

Plus de détails

 

Comment m’a pris l’idée de rapprocher les comportements alimentaires des enfants avec les choix des spectateurs…d’ailleurs choisissent-ils ? Mais il en ressort que si l’enfant fait état de son appétence pour des goûts et saveurs qui se répètent, le spectateur qui n’écoute que la même musique trahit une immaturité similaire à celle d’un enfant.

Saucisse-purée ou steak-frites ?

Pour l’opéra, faire un état des lieux des œuvres proposées est facile. Depuis des décennies, deux excellents sites référencent l’activité lyrique mondiale et permettent d’extraire des données (1). C’est avec celles-ci que Jean-Claude Tarondeau et Philippe Agid (2) ont fait ressortir la prédominance d’œuvres qui constituent l’essentiel du répertoire pour la période 2006-2007. Dans les deux cas, c’est La Traviata qui arrive en premier.

Voulant savoir si ce constat était toujours d’actualité, j’ai repris le site d’Opéra-Base, et ai relevé les noms d’œuvres ayant été jouées le plus souvent. De ces « pole positions » cumulées sur seize saisons, il ressort l’ordre décroissant suivant. Le résultat est édifiant : La Traviata, La Flûte enchantée, Carmen, La Bohème, Tosca, Madame Butterfly, Rigoletto, Les Noces de Figaro, Don Giovanni, Aida.

Dix opéras pour seulement quatre compositeurs, sur plus de 360 référencés. Le vainqueur est Puccini puis Mozart suivi de Verdi et l’on doit noter la position de Bizet en quatrième compositeur le plus joué dans le monde, défendu avec un seul de ses six opéras dans le top 20 mondial : Carmen. Il paraît inutile de pousser plus loin car même avec seulement dix opéras, six ne sont déjà plus dans la course et Aida aurait très bien pu être remplacée par Le Barbier de Séville, L’Elixir d’amour, Hänsel et Gretel ou le Vaisseau Fantôme de Wagner, compositeur qui n’apparaît dans le top 20 que cinq fois en seize saisons.

Italiano vero

Le spectateur serait donc un Italien dans l’âme. En effet, le trio de tête des compositeurs d’opéras joués est Verdi-Mozart-Puccini soit 5400 levers de rideaux annuels d’opéra italiens pour 2300 de Mozart. Rossini fait moitié moins et pire encore pour les suivants.

Cet état de fait est renforcé par les pratiques de maisons d’opéra dites de « répertoire » comme en Allemagne par opposition à la France qui est en « saison ». Les opéras «  au répertoire » d’une maison ayant une troupe de chanteur,  favorisent la répétition année après année des mêmes œuvres. Cependant, le modèle «  saison » ne se libère pas plus de cette dynamique. En effet, les opéras français n’ont pas de troupe, et leurs coûts de productions sont donc plus élevés. Ainsi, ils ne négligent pas les opéras qui rapportent le plus économiquement, et font encore une fois le jeu de la répétition. Conclusion pour l’opéra : devant les pressions économiques et les coûts élevés des productions lyriques, l’essentiel de l’offre est italienne. C’est donc patate au menu, en purée ou en frites.

Et le symphonique ?

L’autre pan de la musique dite savante c’est le concert symphonique. Et tout porte à croire que la forme privilégie la diversité. En effet lors d’un concert, ce sont en général trois pièces qui sont jouées. Le triptyque habituel étant : petite symphonie ou ouverture, concerto et grande symphonie. Une formule qui permet de juxtaposer des œuvres moins populaires aux « standards » symphoniques.

Et pour sortir des sentiers battus, depuis 1991, Musique nouvelle en liberté (3) soutient des concerts dits mixtes, intégrants de la musique contemporaine à la forme classique du concert. Malheureusement, seuls quinze concerts bénéficient de cette aide et seulement deux orchestres permanents intègrent le programme. Donc, exit la musique contemporaine intégrée aux concerts, cette forme ne reste qu’à la marge, malgré les efforts en soutien financier de l’association crée par un certain , qui décidément aura fait beaucoup pour la musique en France.

Ainsi, les lois économiques qui prévalent à l’opéra, font s’aligner les orchestres vers la prise de risque limitée quand ce n’est aucune. Les responsables des programmes symphoniques en quête de nouveaux publics (car ils en trouvent plusieurs aux dénominations variées : empêchés, non publics, éloignés etc.) modifient leur programmation dans ce but et tendent vers la facilité. L’explosion des « ciné-concerts » en atteste.

Tout comme la chaine Radio Classique où les « classiques » sont la norme. A l’antenne ou dans la salle, Brahms, Tchaïkovski, Bartók, Debussy, Ravel, Mozart et Vivaldi n’échappent à aucune saison. A cela il faut ajouter les contes pour enfants. Ernest et Célestine,  Poil de Carotte , Marie Poppins, Léon et la fausse note, Le petit Prince…

Musique d’ascenseur

Force est de constater que l’ensemble de la programmation tend majoritairement vers le divertissement et la musique dite «  facile » à l’écoute. Car c’est celle d’un habitus auditif qui occupe autant la radio que les ascenseurs ou parkings, tout comme les sons d’attente des centraux téléphoniques qui finissent par rendre insupportable les Quatre saisons de Vivaldi ou la Petite musique de nuit de Mozart.

Cette quête de nouveaux publics doit être en effet faite avec un répertoire quelque peu conformiste quand ce n’est pas racoleur avec la musique archi-populaire hollywoodienne ou – nouveau fait à la mode – de la techno… L’on favorise donc cette fameuse immaturité du public. Quand l’ancien ose encore venir, il somnole confortablement dans les grands classiques, et le nouveau tente de trouver goût aux pommes de terre.

On est loin des subtilités des lieder de Schubert ou Mahler, de la créativité de Honegger, des couleurs de ou , du romantisme de , , de la clarté de etc. Ils sont tellement nombreux avec une musique si variée que sans sortir du système tonal, l’offre est déjà pléthorique.

La possibilité d’accéder aux plus subtils et étonnants des plats musicaux est donc «  par sécurité » interdite aux spectateurs, et ce n’est donc pas leur choix mais bien celui de l’offre qu’ils subissent. Et pourtant, et contrairement à la cuisine étoilée, le prix serait le même.

Ne plus surprendre, pas d’émotions fortes, rassurer le public, une sorte de politiquement correct qui fait se restreindre l’offre musicale, comme les près de 1% du répertoire lyrique qui domine les scènes mondiales. Tout comme les parcours gustatifs de découverte, les parcours sonores sont à reconstruire si l’on ne veut pas, un jour, finir par être tous atteints d’agueusie.

De surcroit, l’actualité récente nous porte à croire que laisser faire les courants dominants de consommation finit par influer sur les choix des institutions culturelles. Et même dans celles de référence comme France Musique, les arbitrages poussent vers la sortie les émissions de création les plus ambitieuses. La suppression de cinq émissions fait réagir en une vague de protestation fédérée sur une pétition. (4 et 5)

Faut-il faire confiance à la loi du nombre pour nous dire où se situe l’essence de l’art ? La formule de Ravel relative à son Boléro devrait en ce sens nous interpeller : « Je n’ai écrit qu’un seul chef-d’œuvre, malheureusement il ne contient pas de musique ».

 

  1. www.jmb-travel.co.uk  et www.operabase.com/home/fr
  2. Pour ceux qui souhaitent affiner l’analyse, ils peuvent lire l’excellent travail du sociologue Jean-Claude Tarondeau et de l’ancien directeur adjoint de l’opéra de Paris Philippe Agid dans leur ouvrage le management des opéras, comparaisons internationales chez Descartes & Cie
  3. www.musiquenouvelleenliberte.org
  4. https://www.telerama.fr/radio/france-musique-coupe-dans-ses-emissions-de-fin-de-soiree-malgre-une-audience-en-hausse,n6253810.php
  5. https://www.change.org/o/pour_le_maintien_de_la_cr%C3%A9ation_musicale_sur_le_service_publi

 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de la rédaction.

Plus de détails

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

  • Bernard G

    Triste constat Monsieur Lagrange. J’ajouterai que les publics sont aussi constitués des invités des mécènes, invités sur on ne sait trop quels critères. Ces publics ne viennent pas d’abord pour la musique, mais pour paraître au concert et le cas échéant profiter (au sens premier) du cocktail à suivre.
    Dans votre analyse vous n’avez pas parlé de la musique de chambre. Je programme depuis des années des saisons musicales, pour un public averti et passionné, mais qui se réduit avec le temps. Musique Nouvelle en Liberté ne soutient pas la musique de chambre. C’est dommage car j’aurais apprécié son coup de pouce, sachant que la musique d’aujourd’hui est largement présente dans nos programmations, pour le plus grand plaisir des compositeurs (bien entendu), des connaisseurs et aussi des musiciens.
    Que d’efforts pour garder le niveau, mais que de joies partagées. Encore !

  • Martin Antoine

    Pas tout à fait d’accord:
    – on ne fera pas venir un « nouveau » public avec Hindemith ou M Bruch ( pourquoi ce nom ?) .
    – quant aux émissios de FM quel était l’auditoire de celles supprimées ? Et par ex l' »alla breve » d’A Montaron m’a toujours semblé très rébarbatif malgré sa brièveté !
    Faut-il etre si pessimiste et le magnifique succès de la Philharmonie de Paris est là: programmes attrayants et le plaisir ne doit-il pas être au rendez vous ? Prix attractifs et salles pleines ….

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.