Danse , La Scène, Spectacles Danse

Soirée Mats Ek à l’Opéra Garnier

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 7-V-2022. Mats EK. Carmen. Chorégraphie : Mats Ek. Assistante du chorégraphe : Ana Laguna. Musique : Georges Bizet, Rodion Chtchedrine (Carmen Suite, ballet en 1 acte). Décors et costumes : Marie-Louise Ekman. Lumières : Jurgen Jansson. Avec Carmen : Marine Ganio, Don José : Hugo Marchand, Escamillo : Florian Magnenet, M : Hannah O’Neill.
Another Place. Musique : Franz Liszt. Piano : Staffan Scheja. Décors et costumes : Peder Freiij. Lumières : Erik Berglund. Avec Ludmila Pagliero et Stéphane Bullion.
Boléro. Musique : Maurice Ravel. Décors et costumes : Marie-Louise Ekman. Lumières : Erik Berglund. Avec les danseurs du corps de ballet de l’Opéra national de Paris

Dans ce programme créé en 2019 à l’Opéra Garnier, trois superbes pièces du chorégraphe se répondent : le Carmen de Bizet, le duo tout en sensibilité Another Place sur une sonate de Liszt et l’entêtant Boléro de Ravel. Cette reprise offre des prises de rôles réussies.


Pour la Première c’est un couple inattendu que l’on découvre dans Carmen, et . « Sujet » depuis une dizaine d’années, est une danseuse talentueuse dont on connaît les qualités mais qui a eu relativement peu d’occasions d’être distribuée dans des rôles de premier plan. L’attribution du rôle de Carmen lui donne enfin l’opportunité de se démarquer et de révéler sa personnalité. Elle surprend par son charisme et sa capacité à se mettre dans la peau de la fougueuse espagnole, au déhanché sulfureux. Vive, petite et provocante, elle met à ses pieds le splendide Don José, comme ensorcelé par les vapeurs du cigare qu’elle arbore fièrement. Quant à , qui avait interprété Escamillo en 2019, il offre une interprétation bouleversante de Don José, déchiré par un amour destructeur.

Chez , la danse et le théâtre se mêlent. Les danseurs expriment vocalement leur joie ou leur douleur, la danse est émaillée de gestes du quotidien et en même temps extrêmement physique, énergique et précise. L’étincelant Escamillo, incarné par un aux airs de Don Juan, bondit et fait tourner les cœurs après lui. Il ne résiste pas à Carmen. La fatalité est là et tout ce que touche Carmen est maudit : Escamillo est tué par Don José, qui sera exécuté par les soldats. Rodant au cœur même des moments de vie les plus joyeux, la mort est partout présente, symbolisée par l’énigmatique personnage de M (excellente Hannah O’Neill), souvent dans l’ombre de Don José.

Peut-être pourrait-on pousser encore davantage le caractère provocateur de Carmen, son irrévérence et sa gouaille, mais il faut saluer le travail d’appropriation de cette pièce par le ballet de l’Opéra national de Paris. La réjouissante musique de Bizet est interprétée par l’Orchestre de l’Opéra de Paris sous la direction de .

C’est une pièce tout en intimité qui succède au brillant Carmen. Le duo Another Place a été créé en 2019 pour Aurélie Dupont et . Il raconte le quotidien d’un couple vieillissant, sa banalité d’où jaillissent parfois des instants de beauté fulgurante où transparait une indicible tendresse. Au-delà de la beauté des lignes de , le couple arrive à trouver cette connexion qui dépasse la technique, nécessaire au langage de Mats Ek.

La scène, intégralement dépouillée, avec comme seul accessoire une table ordinaire, repousse ses limites, dévoilant les coulisses puis la salle de répétition à son extrémité, aux lueurs mordorées. Cette immensité réduit le couple qui semble soudain fragile et minuscule, perdu au milieu de quelque chose qui le dépasse.


Sans transition, le Boléro de Ravel. Techniciens et danseurs s’affairent sur scène, les uns préparant le décor, les autres s’échauffant. Un énigmatique homme en costume blanc et chapeau vient remplir méthodiquement une baignoire avec des seaux d’eau. Ce Boléro est un pur mouvement d’ensemble, aucune individualité ne s’en dégage. Le groupe enchaine à l’unisson des mouvements sur un rythme crescendo, jusqu’à l’apogée de la musique. Avec une pointe d’humour, l’homme au costume blanc se jette dans la baignoire remplie d’eau à la dernière note. Mats Ek parvient toujours à surprendre et interroger, imprégnant de sa pâte chaque chef-d’œuvre qu’il aborde.

Crédits photographiques : © Ann Ray / ONP

(Visited 385 times, 6 visits today)

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 7-V-2022. Mats EK. Carmen. Chorégraphie : Mats Ek. Assistante du chorégraphe : Ana Laguna. Musique : Georges Bizet, Rodion Chtchedrine (Carmen Suite, ballet en 1 acte). Décors et costumes : Marie-Louise Ekman. Lumières : Jurgen Jansson. Avec Carmen : Marine Ganio, Don José : Hugo Marchand, Escamillo : Florian Magnenet, M : Hannah O’Neill.
Another Place. Musique : Franz Liszt. Piano : Staffan Scheja. Décors et costumes : Peder Freiij. Lumières : Erik Berglund. Avec Ludmila Pagliero et Stéphane Bullion.
Boléro. Musique : Maurice Ravel. Décors et costumes : Marie-Louise Ekman. Lumières : Erik Berglund. Avec les danseurs du corps de ballet de l’Opéra national de Paris

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.