Archives de l’auteur : Geneviève Allène-Dewulf

avatar

À propos de Geneviève Allène-Dewulf

Née en Provence, Geneviève Allène (plus tard épouse Dewulf) a été bercée par un environnement musical permanent : par France-Musique, fréquence pré-sélectionnée à la maison, ou par son père, violoniste dans l’orchestre amateur que dirigeait ce dernier. C’est donc un petit violon qui, tout naturellement, a « subi » ses premières gammes… Elle a ensuite mené dans diverses régions de France une carrière de professeur de Lettres Classiques, en collège, puis lycée, puis Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, littéraires et scientifiques. Son agrégation de grammaire et son doctorat en langue et littérature latines ont cultivé son goût pour l’écriture et pour les productions humaines en général, dont la littérature et l’expression artistique quelle qu’elle soit. En marge du temps scolaire, elle a également entraîné des générations d’élèves et d’étudiants à l’opéra, au théâtre, au musée… suscitant d’ailleurs au passage quelques vocations en ces domaines. Elle écrit maintenant - en particulier pour les pages culturelles - dans un journal régional à Avignon, et elle se régale à fréquenter les salles de spectacle, dans une région qui n’en manque guère. Sa collaboration à Resmusica date de mars 2007.
Un rendez-vous manqué ?

Un rendez-vous manqué ?

Les Contes d’Hoffman Quel défi que de monter cette œuvre inachevée, composite, voire hétéroclite, le seul opera seria d’Offenbach ! Eric Chevalier a choisi de fonder une homogénéité sur l’unité de lieu - le foyer d’un théâtre à l’italienne -, et sur les multiples clins d’œil mozartiens tissés comme autant de fils d’Ariane (avec notamment un bel hommage au Don Giovanni de Joseph Losey). Et c’est un choix excellent, à l’instar de ...
« Audrey, vous le valez bien... »

« Audrey, vous le valez bien… »

Le public était clairsemé ce mardi 13 janvier à l’auditorium, malgré famille et amis, pour écouter la jeune pianiste Audrey Vigoureux. La scène départementale est en effet plutôt spécialisée dans le théâtre de boulevard, la fantaisie, la variété ; et même si quelques artistes y font leurs débuts dans la région en attendant d’être un jour accueillis à l’opéra-théâtre d’Avignon, ils remplissent rarement la salle. On peut légitimement le regretter, car le ...
Barbara Hendricks sings the blues

Barbara Hendricks sings the blues

Cet enregistrement est tout d’abord l’occasion de découvrir, ou de redécouvrir, un beau répertoire de blues, chants de douleur et de compassion, chants d’espoir aussi, auxquels l’interprète donne, selon les cas, profondeur ou lumière. Du célébrissime My man au tragique Strange fruit, chanson rare qui évoque explicitement le lynchage des noirs par le Ku Kux Klan : on y trouve comme un lointain écho, macabre et poétique, de la Ballade des ...
Inva Mula : c’est ici que ma carrière a commencé !

Inva Mula : c’est ici que ma carrière a commencé !

«Je n’ai pas l’habitude de faire des discours» murmure la douce voix d’Inva Mula, «mais je fais une petite exception pour Avignon. C’est ici, grâce à Monsieur Duffaut, que j’ai chanté Traviata à mes débuts et que ma carrière a vraiment commencé. Je suis donc particulièrement émue et heureuse de rechanter Traviata ici même». C’est en effet en 1994 que l’Opéra-Théâtre d’Avignon l’avait judicieusement accueillie, avant de lui confier à ...
Des structures artistiques et culturelles toujours en danger

Des structures artistiques et culturelles toujours en danger

Orchestre Régional Lyrique d’Avignon-ProvenceOn le croyait guéri, du moins la fièvre était-elle retombée. Or l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence, dans son presque 27e printemps, n’est pas encore sauvé. Pour l’instant 16. 000 signatures (dont plus de 6. 000 en ligne), en particulier des noms hautement prestigieux, ont protesté contre la menace de disparition d’une structure artistique de cette qualité. L’Orchestre poursuit sa programmation, mais chaque nouveau concert est un ...
Natalie Dessay devient La Petite Sirène

Natalie Dessay devient La Petite Sirène

Ce livre-disque ne révolutionnera certainement pas l’interprétation du célèbre conte d’Andersen, mais ce sage classicisme est de bon aloi. Le livre, carré, tout en couleurs, marie la sobre élégance des illustrations (en pleine page) et la belle simplicité du texte, en opposition de blanc. Les quarante-cinq pages du conte sont suivies de 2 pages de Coulisses : une présentation biographique rapide pour chaque intervenant - auteur, compositeur, interprètes, peintre - éclaire ...
Tremplin... glissant !

Tremplin ADAMI jeunes chanteurs… glissant !

Autant le Tremplin 2007 nous avait semblé un chemin tout droit tracé vers les sommets, autant celui de 2008 nous a paru être une planche savonneuse. Certes les timbres des quatre artistes sont convenables malgré les aigus un peu acides de la soprano sauf dans les notes tenues ; certes tous quatre sont bons comédiens (la mezzo vient du théâtre) et cabotins en diable, même si le baryton demeure encore un ...
Pierrot ou les secrets de la nuit

Pierrot ou les secrets de la nuit

Qui aime l’univers de Michel Tournier écrivain se réjouira. Qui connaît les talents de Michel Tournier conteur s’en régalera. C’est ainsi qu’on pourrait résumer l’impression produite par ce CD, dont on soulignera aussi la belle qualité musicale d’accompagnement (une création). Un joli cadeau de Noël, pour toute la famille. Pierrot ou les secrets de la nuit, polysémique à souhait, se révèle triste et beau, comme toutes les histoires d’amour («Fermé pour ...
Messiaen, toujours

Messiaen, toujours

Quintette à vent du Grand Avignon Messiaen, toujours : il est vraiment prophète en son pays, en sa ville, et il ne se passe pas une semaine à Avignon sans un concert autour de lui ou, comme ici dans le cadre des Automnales de l’orgue, autour de « Messiaen et de ses compositeurs ». Au cœur d’un musée privé d’art contemporain, la Collection Lambert, écrin exceptionnel et feutré, huit artistes bien connus ...
Dépaysant, mais qu’importe ?

Dépaysant, mais qu’importe ?

Création ballets Dépaysant, c’est le moins qu’on puisse dire, mais «Qu’importe ?», pourrait-on dire, puisque tel était justement le titre du ballet de la 2e partie. La soirée avait drainé un public plus nombreux que les précédents spectacles : mélomanes et amateurs de danse s’étaient donné rendez-vous. Les «classiques» redoutaient Schœnberg, les autres étaient dubitatifs sur les Brandebourgeois. Tout le monde a été renvoyé dos à dos, et chacun, miracle ! y a trouvé son ...
Quelle audace !

Avignon : Les Brigands, Quelle audace!

Le trio infernal (Offenbach-Meilhac-Halévy) a encore frappé... avec un bruit de bottes... On éprouve toujours un grand plaisir à voir ou revoir «un Offenbach», que l’on soit plus sensible à la généreuse allégresse communicative ou à l’ironie grinçante, voire à la mélancolie fugace. C’est une gageure de la part de la Compagnie des Brigands que de monter les œuvres peu connues d’Offenbach ; mais la critique leur a maintes fois donné raison, ...
Une screwball-comédie des années 30

Une screwball-comédie des années 30

Il viaggio a Reims «Le choix d’un tel ouvrage était un peu fou», affirme Raymond Duffaut. Et c’est cette folie qui a soulevé l’adhésion de centaines de participants, à des titres divers, avant de devenir une réussite triomphale sur scène, à Reims bien évidemment puis à Vichy et maintenant à Avignon. Il y a trois ans, le Centre Français de Promotion Lyrique avait en effet imaginé de monter un grand projet, de ...
Auront-ils sauvé le soldat OLRAP ?

Auront-ils sauvé le soldat OLRAP ?

OLRAP L’audience au TGI était fixée au 28 octobre, et l’on ne saurait affirmer que la soirée du 16 ait été déterminante. Et pourtant si jamais démonstration de sympathie et d’estime devait être spectaculaire, c’était bien ce soir-là ... Sur la scène, 280 musiciens venus de 27 orchestres français, 3 chefs qui se sont passé successivement le relais de la baguette (Jun Maerkl, Maxime Venguerov), presque 20 solistes instrumentistes et chanteurs, tous ...
Tout en élégance et en fluidité

Tout en élégance et en fluidité

Festival de musique ancienne d’Avignon Elégance et fluidité, telle nous reste en mémoire l’image de la soirée. Et le public boude ! La petite association qui organise chaque année ce Festival de musique ancienne en ouverture de saison - 9e édition cette année - est capable de déplacer des montagnes, en l’occurrence des artistes prestigieux, qu’ils soient déjà des gloires consacrées ou encore des étoiles montantes. Et cette belle soirée d’ouverture ne ...
Trente jours pour sauver l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence

Trente jours pour sauver l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence

EditoMais que se passe-t-il donc ce mercredi 24 septembre dans la cité papale ? Un orchestre en habit de soirée dès 10h du matin et qui fait danser sur le pont d’Avignon... ou du moins qui joue du Beethoven devant ses arches mythiques, au risque de provoquer quelques froissements de tôles le long des voies sur berge. Une heure plus tard, c’est l’aubade (presque au sens propre) devant l’hôtel de Ville puis ...
Quel Titan !... Un chef ruisselant... de bonheur !

Quel Titan !… Un chef ruisselant… de bonheur !

Olrap Le sachant en visite privée dans la région, Jonathan Schiffman, chef de l’Olrap, avait invité M. Stapleton, ambassadeur des Etats-Unis en France, à assister à la soirée de clôture de l’année symphonique dans la cité des papes. L’invité fut discret. Du moins a-t-il assisté à une soirée éblouissante, avec deux pièces de Verdi et une Symphonie n°1 de Mahler qui a constitué un sans-faute absolu. Deux cents artistes sur scène ! Pas ...
Pour un coup d’essai ...

Pour un coup d’essai …

La Belle Hélène Après La Grande Duchesse de Gerolstein et Les Brigands, qui avaient obtenu un grand succès, voilà que Gérard Pisani, ex-danseur à l’opéra de Paris, puis acteur et metteur en scène, signe ici sa première Hélène. L’opérette, dit-il, est un genre noble, qui mérite le respect, et qu’il faut tirer vers le haut, vers le beau, vers l’universel. En plein accord avec le décorateur et le costumier, il s’est ...
Ils iront loin, les petits Pavarotti...

Aper’opéra du CNIPAL : ils iront loin, les petits Pavarotti…

Depuis plusieurs années le CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques) de Marseille met ses solistes, presque chaque mois, sur les scènes de la région : avec de jolies dénominations comme « L’Heure Exquise » à l’Opéra de Toulon, « L’heure du Thé » à l’Opéra de Marseille, ou « L’Apér’Opéra » dans la cité des papes, ces rendez-vous sont des moments toujours très attendus. Les programmes sont très variés : opérette, ...
daishin_kashimoto

Du Pays du Soleil Levant un éblouissement …

Olrap L’affiche nous avait tous trompés : nous imaginions des accords orientaux, un exotisme peut-être anecdotique, puisqu’on nous annonçait un chef, un soliste et un compositeur tous trois japonais. Nous faisions fausse route : nous avons vécu une communion musicale dans une prodigieuse universalité. Kiyotaka Teraoka, jeune chef au parcours déjà prestigieux couronné par des prix internationaux et des critiques très élogieuses, a dirigé avec force et délicatesse, sachant ménager aussi bien les nuances ...
Un rôle-titre éblouissant !

Un rôle-titre éblouissant !

Rigoletto Rien de nouveau quant à la mise en espace signée déjà par le même tandem en décembre 2006 à Marseille : Arnaud Bernard pour la mise en scène et Patrick Meeüs pour les lumières ont réalisé une œuvre intelligente et esthétique, que l’on ne peut que saluer. Rien de nouveau non plus quant au rôle-titre, toujours interprété par Carlos Almaguer. Mais il faut pourtant dire et redire combien ce baryton mexicain est ...
Tout sauf l’enfer...

Tout sauf l’enfer…

Orphée aux Enfers « Les dieux sont tombés sur la tête » titrait avec enthousiasme une de nos consœurs dans un quotidien local. Pour nous en effet, les Enfers de la mythologie orphique et « offenbachique » ont été... tout sauf un enfer ! C’était pourtant une séance en matinée, avec un public « de matinée ». Mais nous en avons reçu malgré tout une véritable bouffée de jouvence et d’entrain. Quel ...
A consommer sans modération

A consommer sans modération

L’Elisir d’amore Donizetti avait tort. « Nous avons une prima donna allemande, écrivait-il avant la première, en mai 1832, un ténor qui bégaie, une basse-bouffe à la voix de chèvre, et une basse française qui ne vaut pas grand-chose ». Il s’attendait à un échec retentissant. Il avait tort, car le public de la première à Milan en 1832, et les critiques, le lui ont bien montré en accordant un succès ...
Les poings dans les poches… même non crevées !

Les poings dans les poches… même non crevées !

La Bohême « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées… », mais pourquoi cette soirée en demi-teinte ? Les voix ? Globalement belles. Les lumières, costumes, décors ? Pas de reproche fondamental. La musique ? bien interprétée. Alors ? Pendant toute la première moitié de cette Bohême, chacun semblait chercher le ton juste, dans le jeu comme dans la voix. Rié Hamada était une Mimi déjà transparente, Karen Vourc’h, habituellement lumineuse, n’était pas dans son meilleur rôle en grisette… ...
L’Auberge swingue, et nous, bien sûr, on a l’béguin !

L’Auberge swingue, et nous, bien sûr, on a l’béguin !

L’Auberge du Cheval Blanc Ce « mammouth de l’opérette » suivant les termes du metteur en scène Jacques Duparc, est d’une belle légèreté ! Les costumes de Danielle Barraud - réalisés par les ateliers de Couture de l’Opéra-Théâtre d’Avignon sous la haute aiguille d’Elsa Briand -, sans donner pour autant dans le « tout bleu, tout bleu », affichent une fraîcheur acidulée de sucre d’orge. Les éclairages de Jacques Chatelet suggèrent la ...
D’un incendie a jailli la paix

D’un incendie a jailli la paix

Concert sur la paix Le récital de dimanche soir a été original à plus d’un titre, d’abord par sa relative confidentialité - on était loin de la somptuosité d’une salle d’opéra – et tout autant par sa genèse. Il y a à peine plus de trois ans, l’église Jean-XXIII, octogone de béton dans les « quartiers » d’Avignon, avait été victime d’un incendie malveillant, qui avait contraint la petite association paroissiale ...
On a retrouvé Jonathan !

On a retrouvé Jonathan !

Concert de Nouvel An Les grands espaces du Far-West, les règlements de compte entre bandits de grands chemins... voilà qui n’est pas banal dans un concert de Nouvel An. Avignon n’est pas Vienne, et si Strauss ne pouvait être oublié (quelle réussite dans le Pizzicato, léger sans mièvrerie, allègre sans précipitation !), Jonathan Schiffman n’oublie pas, lui, qu’il est américain. Il a donc décidé, pour toute cette programmation 2007-2008, de faire entrer ...
Un bon cru, qui reste à confirmer

Un bon cru, qui reste à confirmer

Tremplin Jeunes chanteurs 2007 « Funiculi funicula », c’est dans l’allégresse communicative de cette chanson populaire napolitaine que les six artistes (cinq chanteurs et la pianiste) ont terminé leur concert, après le « Libiamo » de La Traviata, évidemment chanté la coupe à la main… Pour la XVIe édition du Tremplin Jeunes Chanteurs, l’opéra-théâtre d’Avignon avait fait le plein, et la gratuité n’explique pas tout. Le public est toujours curieux de voir ...
Chronique d’une mort annoncée ? Rencontre avec Raymond Duffaut

Raymond Duffaut : L’Opéra-théâtre d’Avignon, chronique d’une mort annoncée ?

Raymond Duffaut est Conseiller Artistique de l’Opéra-Théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse depuis 2002, après en avoir été le Directeur Général de 1974 à 1985 et de 1989 à 2002. Sur le plan associatif, il est également Président du Centre Français de Promotion Lyrique et Président d’Honneur de France Festivals. Et il a été Administrateur de la Réunion des Opéras de France (vice-président de 2002 à 2005) et Administrateur ...
Une poignée d’irréductibles passionnés …

Avignon : VIIIe Festival de Musique Ancienne

Ils ne sont qu’une poignée d’irréductibles passionnés de musique ancienne, mais leur détermination soulèverait des montagnes. Oui, c’est devenu une tradition. Soutenu par la Ville, le Conseil Général, le Conseil Régional, le VIIIe festival de musique ancienne, ou musique baroque, ouvre la saison musicale d’Avignon, et le public est de plus en plus nombreux et de plus en plus fidèle. La programmation de cette année, éclectique, à la fois originale ...
Excellent Gilles Ragon

Excellent Gilles Ragon dans Le Pays du Sourire

L’amorce du spectacle était quelque peu hésitante, comme si le genre hybride de l’opérette - victime de la désuétude culturelle du monde qui en a vu la gloire - devait toujours batailler pour trouver le ton juste, tous interprètes confondus. En effet, au premier acte de ce Pays du Sourire, entre la comédie coquine (Ludovic Crombé élégamment égrillard dans le rôle du Comte de Lichtenfels) et l’intrigue amoureuse naissante, acteurs ...