Mot-clef : Monica Bacelli

444753

Requiem de Silvia Colasanti, dans la veine dramatique de l’oratorio

On sent chez Silvia Colasanti, compositrice romaine formée à l'Académie Santa Cecilia, un attachement quasi atavique à la voix. En témoignent plusieurs ouvrages lyriques déjà inscrits à son catalogue : Faust, La métamorphose, Le Minotaure, etc. Opératique également est son Requiem (2017) où le texte exogène de Mariangela Gualtieri questionne celui du dogme catholique. La voix collective, celle du chœur qui transmet le texte liturgique (Requiem Aeternan, Dies Irae, Lux Aeterna), ...
FALSTAFF

À Turin, magnifique Falstaff de Carlos Àlvarez

Pour la vingt-et-unième fois depuis sa première création en décembre 1893, le Teatro Regio de Turin offre un de ses opéras fétiches, Falstaff de Giuseppe Verdi, dans la mise en scène remarquable d’intelligence de Daniele Abbado portée par un magnifique et touchant Carlos Àlvarez dans le rôle-titre. Falstaff. L’opéra des opéras. Tout dans cette musique de l’ultime opéra de Giuseppe Verdi sublime le mot, transcende la parole, exacerbe la phrase. Toutefois, ...
Barbiere.01

À Genève, une saga de Figaro ?

Trois opéras en trois jours à Genève. Trois opéras pour tenter de raconter le destin de Figaro. Du brillant entremetteur des amours du comte Almaviva, alias Lindoro, jusqu’à son divorce d’avec Susanna, la soubrette rencontrée lorsqu’elle était au service de Rosine devenue la Comtesse Almaviva. Une histoire de famille, l’histoire d’une famille. Premier épisode : Il Barbiere di Siviglia À l’entracte de ce Barbiere di Siviglia, deux des plus éminents critiques musicaux ...
Cosi_fan_tutte.03

À Genève, Così fan tutte sans Mozart

Formidable metteur en scène, David Bösch offre un théâtre d’une grande vivacité dans ce Così fan tutte de Wolfgang Amadeus Mozart dont malheureusement le compositeur semble absent, vu la pâleur de la direction d’un Orchestre de la Suisse Romande d’une discrétion sonore déconcertante. En 1989, après Don Giovanni de Mozart mis en scène par Peter Sellars à la Maison de la Culture de Bobigny, Philippe Meyer, alors chroniqueur matinal à France ...
IMG_0175

Inauguration du Viale dei Canti à l’Institut culturel italien

Le Viale dei Canti, œuvre visuelle et sonore qui occupe l’une des façades de l’allée de l’Hôtel de Galliffet donnant sur la rue de Grenelle à Paris, vient d'être inauguré.  La cérémonie a donné lieu à un concert inaugural avec une création de Stefano Gervasoni. Le Viale dei Canti : oeuvre d'art multimodale  Situé au cœur du faubourg Saint-Germain, l'Hôtel Galliffet, maison de l'Italie à Paris depuis 1909, abrite aujourd'hui le Centre ...
Alcina, de la conquête au désespoir avec Leonardo Garcia Alarcón

Alcina, de la conquête au désespoir avec Leonardo Garcia Alarcón

Aujourd’hui le Théâtre Éphémère de la Comédie-Française est installé à Genève pour se substituer à la scène du Grand Théâtre de Genève qui va subir d'importantes réfections. Ainsi pendant les deux prochaines années, c’est au Théâtre des Nations (installé près des bâtiments des Nations Unies) que les Genevois (et les autres) verront leurs opéras. Renouant avec l’opéra baroque longtemps délaissé sur la grande scène genevoise, c’est la magie d’une très ...
Capture d’écran 2015-06-26 à 13.08.24

Le beau voyage italien de Pelléas et Mélisande

Le Maggio Fiorentino se lance dans l'aventure assez originale d'un Pelléas avec plateau, chef et metteur en scène italiens. L'oeuvre-phare du symbolisme musical sort pour une fois d'une sphère nationale qu'une certaine tradition a trop souvent figé dans une diction compassée façon ORTF avec nasales et r roulés de rigueur. Il serait faux cependant de prétendre que le projet aboutit à une parfaite réussite et que les spécificités de la langue ...
L'incoronazione Di Poppea (Saison 2013-2014)

Monteverdi par Bob Wilson, la règle et l’épure

Avis aux amateurs (et ils sont nombreux), ce Couronnement de Poppée version Bob Wilson est à la mise en scène ce que le Bauhaus à l'architecture : le produit d'une école (ici, le Watermill Center) et la démonstration d'une pensée esthétique à la rigueur imparable. L'archétype scénique ne cède jamais à l'idée d'un abandon, d'une adhésion au drame musical de Monteverdi. Tout juste si le bleu cobalt (signature illustre du ...
© Elisabeth Carecchio

Re Orso de Marco Stroppa : « Favola in suono »

Avec cette « énorme aventure technologique » qu'est Re Orso, premier ouvrage scénique de son auteur, Marco Stroppa semble bien proposer au public de l'Opéra Comique un prototype de l'opéra du XXIème siècle. Dans cette « Favola in suono » le compositeur perpétue en effet le genre inauguré par Monteverdi quatre siècles auparavant, mais en reformulant son matériau en fonction des outils de notre temps. Assisté ou recréé par l'ordinateur, le son semble parfois ...
Le-Comte-Ory2_geneve11 (1)

A Genève, un Comte Ory bâclé

Rarement les applaudissements de tomber de rideau ont été aussi brefs et peu nourris. Deux saluts de toute la troupe sur le devant de la scène et, le rideau baissé, tout était terminé. Sans manifester bruyamment son insatisfaction, comme lors de certaines productions aux mises en scène tapageuses, le public genevois a exprimé sa déception à ce spectacle musicalement, vocalement, théâtralement et scéniquement inabouti. Inabouti musicalement à cause d’un Orchestre de ...
Così fan Beauté

Così fan Beauté par Barbara Frittoli et Angelika Kirchschlager à leurs débuts

Voici une version opératique de Così au festival de Salzbourg qui montre deux grandes dames, deux grandes voix, à leurs débuts : Barbara Frittoli – qui offre déjà une interprétation de référence dans «Come scoglio», un air sublime – et la somptueuse Angelika Kirchschlager, incarnant respectivement Fiordigili et Dorabella. Les deux sœurs de l’opéra de Mozart forment ici un couple – si l’on ose dire – très complémentaire : la première hésite, ...
Des contes pour rêver

Les Contes d’Hoffmann par Nicolas Joel, des contes pour rêver

Parce que Les Contes d’Hoffmann n’ont pu être terminés par Jacques Offenbach, l’idée de la mise en abyme qu’on y perçoit est fréquemment utilisée comme du pain béni par des metteurs en scène en mal d’explications psychologiques et psychanalytiques fumeuses. Rien de tel avec Nicolas Joël (production déjà vue à Toulouse). Il y voit une poésie amoureuse. Entre le prologue et l’épilogue, il découpe la marche enivrée d’Hoffmann en trois ...
Graham Vick se trompe d’Empereur

Graham Vick se trompe d’Empereur

La Clemenza di Tito En transposant La Clemenza di Tito en plein régime fasciste italien, Graham Vick se trompe d’Empereur. Le Titus de Métastase est un monarque bon, vénéré, aimé et clément. Sous le règne de Mussolini, les dirigeants italiens étaient loin d’avoir les qualités humaines qui font le personnage de l’opéra de Mozart. Ainsi les scènes de violences, de matraquages, d’humiliation que le metteur en scène nous sert tout au ...
L’énigmatique cas Lucio Silla

L’énigmatique cas Lucio Silla

Huitième opéra de Mozart, Lucio Silla (1772) est le fruit du succès de Mitridate (1770). Issu d’une genèse délicate suite aux nombreuses défections des chanteurs, Lucio Silla présente de beaux moments, une belle caractérisation des passions et des caractères, mais l’œuvre peine à s’imposer dans son ensemble. Les préoccupations du jeune Mozart étaient alors autres que l’opéra séria historique. La faible discographie de l’œuvre (5 enregistrements en tout) ne comporte pas ...
Pour la plus grande gloire de Mozart

Pour la plus grande gloire de Mozart

Zubin Mehta/Mai Musical Florentin Tandis que Paris proposait un Don Giovanni controversé et Vienne un Idomeneo parfois douteux, Florence et son chef titulaire Zubin Mehta ont préféré honorer le 250e anniversaire de la naissance de Mozart par deux valeurs sûres : lepréromantique concerto en ré mineur et la messe en ut mineur. Le programme déjà donné le 27 a été redonné le lendemain devant une salle comble et en présence des caméras ...

Noces ensorceleuses

Le Nozze di Figaro Production splendide que ces Noces de Figaro, une production comme on aimerait en voir plus souvent et dont il faut féliciter le Théâtre des Champs-Elysées. Une mise en scène pétillante de charme, de sensualité, de malice, pleine de tact et de goût, une vraie fête pour les sens. On sort de ce spectacle heureux, et l’on a envie de faire la… noce, continuer dans le même élan ...