Mot-clef : Orchestra del teatro comunale di Bologna

0814337014872

Distribution de rêve avec Ildebrando d’Arcangelo pour un nouvel Attila en DVD

Réunir un quatuor de chanteurs sachant rendre justice à Attila n’est nullement facile. En 2016, l’opéra de Bologne a réussi le pari comme en témoigne le DVD récemment paru sous label Cmajor. Disons-le d’emblée : musicalement, on ne peut pas faire mieux. Mariant énergie et souplesse, fougue et langueur, Michele Mariotti est le chef idéal pour diriger un opéra du jeune Verdi. Rien ne sonne mécanique ici – même les accompagnements les ...
Pizzolato_02g

Une Italienne à Alger de haute volée au TCE avec Marianna Pizzolato

Le Teatro Communale di Bologna avait rassemblé ses forces musicales au grand complet avenue Montaigne, sous la direction de son directeur musical Michele Mariotti, pour cette Italienne à Alger. Donnée en version de concert, elle comble toutes les attentes des lyricomanes parisiens grâce à une distribution vocale irréprochable. Premier opéra-bouffe (dramma giocoso) de Rossini, L’Italienne à Alger, est une œuvre éruptive, savant mélange parodique d’opéra seria et d’esprit buffa, où la ...
Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Cette année au Rossini Opera Festival de Pesaro, retour de la grande Ewa Podleś dans une reprise réussie de Ciro di Babylonia, et deux nouvelles mises en scène : Le Turc par Davide Livermore et La Donna par Damiano Michieletto. Un Ciro d’époque Versatile, irisée, sombre, luisante, monstrueusement divine et émouvante, la voix monte des tripes et semble venue de l’océan du temps, jade, miel et chocolat. Une voix de trois octaves qui va ...
Guillaume Tell

Guillaume Tell à Pesaro, sensation surtout vocale

La mise en scène de Graham Vick en décevra plus d’un, mais l’interprétation vocale de haute volée rend pleinement justice à la réputation du Rossini Opera Festival de Pesaro. Lors du Rossini Opera Festival de 2013, la nouvelle mise en scène du Guillaume Tell de Rossini avait été moyennement appréciée. Peut-être avait-on exagérément souligné la dimension politique, voire communiste, de la lecture de Graham Vick, marquée effectivement par le rouge d’un ...
Juan Diego Florez L'amour Decca

Flórez à la croisée des chemins

Le dernier récital de Juan Diego Flórez datant de 2010, la parution de ce CD permettra à certains de faire l’état des lieux sur l’évolution vocale et artistique d’un des chanteurs les plus doués de notre époque. Depuis cette date, plusieurs prises de rôle importantes ont en effet marqué l’univers de ce rossinien accompli – Guillaume Tell à Pesaro en 2013, mais aussi Nadir des Pêcheurs de perles à Las ...
rossini_adelaide arthaus

Adélaïde de Bourgogne au Festival de Pesaro

Œuvre rare, cet opéra de jeunesse donné la première fois au Teatro Argentina de Rome le 27 décembre 1817, est loin d’être le plus connu et le plus réussi de Rossini. Toutefois, même s’il n’est pas son chef-d’œuvre, il déroule un grand nombre de numéros parfois très entraînants voire même dispensateurs de grands moments parsemés dans une  ribambelle de cavatines, de cabalettes, de chœurs virils et de duos franchement savoureux. ...
Ciro

Ciro in Babilonia à Pesaro, l’événement DVD

Cette production de Ciro in Babilonia a été un des moments phares du Festival de Pesaro en 2012, et restera probablement dans les annales comme une de ses plus grandes réussites. Cet ouvrage de jeunesse qui n’avait, sauf erreur, jusqu’ici jamais été donnée in loco, est représentative des premières tentatives de Rossini dans l’opera seria. Sur un livret convenu, d’inspiration biblique, l’orchestration est soignée, et l’on entend ça où là ...
Matilde

Matilde di Shabran avec un Juan Diego Flórez surhumain

Matilde di Shabran n’est certes pas l’ouvrage le plus palpitant de Rossini. Composé à la va-vite pour le théâtre Apollo de Rome, nettement moins prestigieux que le San Carlo de Naples, où le compositeur était alors en résidence, il souffre d’une musique bien moins inventive que celle que le compositeur réservait pour Naples, et d’un livret d’une indigence abyssale. En effet, cet opéra semiseria, c’est à dire alternant moments comiques et ...
Du sirop, et quelques pièces de résistance !

Juan Diego Flórez, du sirop, et quelques pièces de résistance !

Les lois du marketing étant ce qu’elles sont, tout grand chanteur digne de ce nom se doit, au moins une fois dans sa carrière, de se livrer à ce redoutable exercice de style qui consiste à rassembler au sein d’un même programme un certain nombre d’airs dits «sacrés». Parfois conçues exclusivement autour de chants de Noël, parfois présentées comme une compilation plus ou moins habile de pièces d’église et de ...
Juan Diego Florez, un puritain sur mesure

Juan Diego Flórez, un puritain sur mesure

Lors d’un séjour à Vérone, Piero Cappuccilli nous confiait sa fatigue d’être la «locomotive» chantante d’opéras aux distributions raccrocs. Avec les coûts toujours plus élevés des productions lyriques, peu de théâtres peuvent s’offrir des distributions de haut vol pour les opéras qu’ils programment. Si la plupart des opéras de bel canto ne demande «que» quatre chanteurs, la présence scénique d’un Juan Diego Florez, le ténor actuellement le plus cher de ...
Surprenant Domingo !

Surprenant Domingo avec Ruggero Leoncavallo !

Plácido Domingo ne cessera de surprendre. Alors qu’il « baritone » autour du monde avec le rôle-titre de Simon Boccanegra, le ténor s’attaque à une œuvre insolite et rare. N’ayant plus rien a prouvé de son talent, le voilà qui s’expose en s’attaquant non seulement à une rareté vériste, mais encore, en s’emparant de la langue française qu’on lui savait ne pas être parmi ses chevaux de bataille. Dans ce poème symphonique composé ...
Orphée et Eurydice, d’après C.W. Gluck

Orphée et Eurydice, d’après C.W. Gluck

À une époque où l’on prise l’authenticité dans la restitution des ouvrages du XVIIIe siècle, ce DVD pourrait presque passer pour une provocation. Passons sur la vision personnelle du metteur en scène, le mythe d’Orphée en a vu d’autres, et le concept évoqué dans cette production ne manque ni d’intérêt, ni de cohérence. David Alagna s’en explique dans le livret, de même que dans l’interview proposée en bonus. Le mythe ...
Jackie O, était-ce bien la peine ?

Jackie O, était-ce bien la peine ?

La création lyrique américaine, après Copland, Bernstein, Barber ou Menotti, serait-elle en panne ? Mis à part l’effet de surprise de Susannah de Carlisle Floyd (découvert en France il y a une quinzaine d’années par l’Opéra de Lyon) et le désopilant The Ghosts of Versailles de John Corigliano, bien peu d’œuvres lyriques récentes d’outre-Atlantique semblent convaincantes – John Adams excepté. Jackie O de Michael Daugherty s’inscrit dans cette lignée de pièces conçues ...
L’esprit de Rossini présent pour une Italienne à Alger  victorieuse

L’esprit de Rossini présent pour une Italienne à Alger victorieuse

Le Festival de Pesaro présente régulièrement les enregistrements de ses productions. Nous voici en présence d’une Italienne à Alger de haut vol, donnée l’été dernier. Il s’agit d’une interprétation très réjouissante, bouillonnante de vie. Dans une mélodie inédite, l’adieu de Rossini, le vieux Maestro se moque de lui-même avec beaucoup d’humour et se décrit comme une brise agitant l’eau et dont l’effet sera toujours perceptible. Pas de doutes ici, ...