Archives de l’auteur : Jacques Hétu

avatar

À propos de Jacques Hétu

Jacques Hétu est professeur de français dans une école au Québec. Depuis plusieurs années, dans le cadre d’un programme éducatif offert par l’Opéra de Montréal, il participe activement à faire connaître l’art lyrique auprès des étudiants. Passionné de musique, il s’intéresse particulièrement à l’opéra français du dix-neuvième siècle. Jacques Hétu a publié, dans les Bulletins Massenet, un essai intitulé Esthétique réaliste dans quatre opéras de Massenet. Ces textes sont reproduits dans leur intégralité sur le site de ResMusica. De plus, il a publié quelques articles, Les cabrioles d’un génie bouffe d’Emmanuel Chabrier sur Operadatabase. Membre de l’Association Massenet, il se rend à la Biennale en novembre 2005. Il publie Les femmes bibliques, textes que l’on retrouve également sur le site. Jacques Hétu est rédacteur pour ResMusica depuis décembre 2004. Il prépare un essai sur L’Opéra et le Conte de fées.
DSC_3561

Mélodies d’amour au Festival Classica

Le programme présenté par Marc Boucher accompagné par les solistes du quintette à cordes et piano, a été un pur délice pour les mélomanes friands de mets délicats. Le cycle La Bonne Chanson de Gabriel Fauré, a donc été donné dans la version pour piano et quintette à cordes. L’appréciation même du compositeur sur cette opération esthétique laisse dubitatif. Il est vrai que l’intimité voix/piano est rompue, que la luminosité chatoyante ...
IMG_1829

Théodore Dubois au Festival Classica de Saint-Lambert

Théodore Dubois revient en force au Festival Classica, sous la direction de Jean-Claude Malgoire. Son opéra Aben-Hamet a été donné en 2013 au même festival. L’an dernier, les mélomanes ont eu droit à la musique de chambre du même compositeur, avec le Terzettino pour flûte, alto et harpe, et la Fantaisie pour harpe et orchestre (harpe et piano). Cette année, c’est l’oratorio Le Paradis perdu, sur un livret d’Édouard Blau, ...
DSC_1763

La Messe en ut de Mozart au Festival Classica de Saint-Lambert

Des coups de tonnerre ont résonné sous les voûtes de la Basilique Sainte-Anne de Varennes à la soirée inaugurale du Festival Classica, cuvée 2017. Un concert que nous qualifierons d’emblée de divin, avec au programme la Grande Messe en ut mineur de Wolfgang Amadeus Mozart. Précédant la pièce de résistance de la Messe, nous avons eu droit au fameux motet solo, Exultate, jubilate. Conçu d’un Allegro de fines broderies aériennes, d’un ...
Valerie Milot 1

Fantaisies françaises par la harpiste Valérie Milot

Au festival Classica, dans un programme de musique française, la harpiste canadienne Valérie Milot semble enchanter les cordes de l’instrument du bout de ses doigts. La harpe a joué un rôle essentiel dans l’univers musical depuis la  nuit des temps. Instrument mythique s'il en est un, c'est à l'époque romantique que des compositeurs français, notamment Adrien Boieldieu avec son Concerto pour harpe en ut majeur et plus encore Félix Godefroid dans ...
Natalie Choquette 1

Natalie Choquette, Diva by night

Natalie Choquette nous étonnera toujours. Depuis plus de vingt ans qu'elle a créé son personnage Diva, un personnage haut en couleur, à la fois soprano éplorée des grands soirs et comédienne un rien mâtine. Elle interprète sans complexe les pages illustres de la musique sacrée, de Purcell à Haendel, entrecoupées par les chansons de La Bolduc ou de Kurt Weill. C'est une sorte de quadrature du cercle de faire cohabiter les ...
2d583545-0a0f-4381-b53a-7a129b223858

Petite messe solennelle au festival Classica

C'est un retour aux sources de redécouvrir La Petite messe solennelle dans sa simplicité, deux pianos et un accordéon (remplaçant l'harmonium) comme seuls instruments. Aux dires de Rossini, c'était le dernier péché mortel de sa vieillesse ! Ce testament musical apparaît comme le dernier regard jeté sur la croix  - ou un rire sarcastique - pour voiler le néant de la mort. Belle unité sonore amplifiée par l'acoustique du lieu. La ...
Otellotitre

Otello à Montréal dominé par Aris Argiris

Otello et Desdemona ne comblent pas les attentes tandis que le Iago d'Aris Argiris domine le plateau vocal. Dès le lever du rideau, la tempête orchestrale agit comme un agent aveugle sorti des profondeurs de la mer. L'émulsion filmique qui se déchaîne sous nos yeux, laisse présager le drame qui va terrasser le couple principal. Ce souffle impétueux de la nature - des lames d'eau inondent les personnages sur scène - se ...
DSC_4965

Festival Classica : le romantisme allemand dans toute sa splendeur

Le violoncelliste Stéphane Tétreault est un habitué du Festival Classica. Il a ses adeptes, ses aficionados qui ne voudraient pour rien au monde manquer sa prestation. Il a l'intelligence communicative, le don de faire sourire son public nombreux et chaleureux. Dès les premiers coups d'archet sur son Stradivarius Comtesse de Stainlein, ex-Paganini de 1707, il fait corps avec l'instrument. Il sait varier les couleurs tel un peintre, la lumière s’irise ...
DSC_6588

L’Amérique selon Félicien David au Festival Classica

Pour sa 5e édition, le Festival Classica de Saint-Lambert a présenté pour la première fois en Amérique du  Nord, Christophe Colomb de Félicien David. Force est de reconnaître que Félicien David est un compositeur de premier plan. Son style d'écriture n'appartient qu'à lui seul. Il a créé, en quelque sorte, un genre nouveau, l'ode-symphonie, une forme hybride à mi-chemin de l'oratorio et l'opéra. La musique est pittoresque, ouvertement descriptive, laissant place aux ...
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Zémire et Azor, ou la Belle et la Bête, à Montréal

Partition admirable que cet opéra-comique, Zémire et Azor, créé à Fontainebleau à 1771. On regrette que l'oeuvre ne soit pas plus souvent représentée.  Les Violons du Roy, en collaboration avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal présentent cette rare production. Dès l'ouverture, , dont le troisième mouvement - l'orage - confine à l'urgence dramatique, on reconnait la limpidité orchestrale, le flux constant d'expressivité musicale propre au maître belge. Si Grétry n'est pas le ...
lemieux montreal

Marie-Nicole Lemieux, une Dalila au port altier

Samson et Dalila à l'Opéra de Montréal, un spectacle qui donne à entendre plus qu'à voir. Afin de souligner les 35 ans de vie de l'Opéra de Montréal, le spectacle a été retardé par les discours de Pierre Dufour, directeur général de la Maison, suivi de celui du maire de Montréal, Denis Coderre - provoquant un fou-rire sur la prononciation du nom de "Saint-Saëns"... Saint-Sins ! (sic)" - décidément plus près ...
photo 1 Barbier

L’art de Figaro à Montréal

Un excellent Barbier de Séville à l'Opéra de Montréal. L'évidente complicité du baryton québécois Étienne Dupuis avec son illustre personnage Figaro est manifeste dès son entrée sur scène. Il a déjà été barbier à Séville dans une autre vie ! Aussi à l'aise à manier le blaireau, le ciseau, aucun poil ne lui résiste. Au service du comte Almaviva,  il devient le factotum indispensable de la soirée. Entouré par quatre jolies ...
nabucco-montreal1

A Montréal, Nabucco au temps du Risorgimento

Nabucco est à l'Opéra de Montréal avec un choeur et un orchestre en pleine forme, dans une coproduction avec le Washington National Opera, le Minnesota Opera et l'Opera Philadelphia. De Jérusalem à Milan, du Temple de Salomon à la scène scaligère, Nabucco fut sans doute la première manifestation artistique d'importance associée au Risorgimento italien. Aux cris de Viva V.E.R.D.I. pour Viva Vittorio Emanuele Re D'Italia, répond une oeuvre forte, dont le ...
turandot2-728x311

Turandot Bangs a Gong in Montréal

The Opéra de Montréal closed its 34th season with Puccini's unfinished opera Turandot. Graeme Murphy’s production of Turandot, which originated in Australia twenty years ago (and which is also available on DVD), remains as attractive as ever. This staging’s undeniably greatest asset is the absence of any dead spots, any moments when the visual elements conflict with the ensemble’s spatial patterns or when their movements appear too studied or obviously choreographed—a powerful staging, galvanized by ...
DSC_5633

Le Quatuor Turovsky au festival Classica

Imaginez quatre élèves surdoués, début vingtaine, tous formés à la russe sous la férule des Turovsky. Le maestro Yuli pour le violoncelle (Stéphane Tétreault) et son épouse Eleonora pour le violon (Robert Margaryan et Veronica Ungureanu) et l'alto (Elvira Misbakhova). À la suite du décès de madame Turovsky survenu en mars 2012, l'idée d'unir leurs forces a germé. Puis janvier 2013, autre catastrophe, maestro Turovsky va rejoindre Eleonora. Moments de ...
concert rameau classica

Jean-Claude Malgoire fête Rameau au Québec

Ce concert fut entièrement consacré à l’œuvre de Jean-Philippe Rameau afin de souligner le 250e anniversaire de la mort du compositeur. Pour Jean-Claude Malgoire,  architecte et maître d’œuvre de la soirée, c'est une histoire d'amour ininterrompue depuis près de 50 ans. Il enregistra à partir des années 70 pour CBS, les intégrales de plusieurs opéras du compositeur dijonnais. Grand connaisseur de la musique française du XVIIIe siècle,  époque troublée s'il ...
stephane tetreault

Carte blanche à Stéphane Tétreault au festival Classica

D'entrée de jeu, et afin de dissiper tout malentendu, si le coup d'archet de Stéphane Tétreault est bouleversant et nous élève sur les plus hauts sommets de l'art, Marie-Ève Scarfone est une artiste accomplie et sensible, dotée d'une forte technique pianistique. Ils forment un duo impressionnant, pianiste-virtuose et violoncelliste inspiré qui affichent une parfaite adéquation, une aisance dans l'exécution et une complicité totale sur scène. Le choix du répertoire n'est pas ...
turandot2

Le grand coup de gong de Turandot à Montréal

L'Opéra de Montréal clôture sa 34e saison 2013-2014 d'un grand coup de gong avec Turandot, l'oeuvre inachevée de Puccini. La mise en scène de Graeme Murphy, qui nous vient d'Australie - il existe d'ailleurs une captation en DVD - garde tous ses attraits après plus de vingt ans de loyaux services. Les qualités premières de cette production sont sans aucun doute qu'il n'existe aucun temps mort où le visuel le dispute aux ...
montreal falstaff © Yves Renaud

A Montréal, le triomphe de sir John Falstaff

Le rire est le propre de l'homme, dit-on, du moins est-il le meilleur remède pour contrer la grisaille et l'ennui. L'Opéra de Montréal a frappé un grand coup en présentant l'ultime opéra de Verdi en cette année du bicentenaire de sa naissance. Ce Falstaff tourbillonnant de gaité prend corps grâce à Oleg Bryjak qui campe un sir John tonitruant, drôle, excessif en tout embonpoint. Falstaff, c'est surtout la mise en ...
John Tessier & Audrey Luna (3) ©Yves Renaud

A Montréal, une Lakmé bollywoodienne

Où va la jeune hindoue ? Que retenir de cette Lakmé montréalaise ? Certes, un parfum de patchouli embaume les somptueux décors et costumes imaginés par Mark Thompson. Ce sont de véritables tableaux vivants tout droit sortis des cartons d'un film bollywoodien. Jardin sacré au premier acte, bazar bigarré avec la foule grouillante au deuxième, hutte en bambous dans la nature envahissante au troisième.  Et ce sont sous les chaudes ...
damnation faust (c)  Louise Leblanc

Québec: La Damnation de Faust, in an astonishing staging

The Québec Opera Festival has attained a new level of achievement, offering festival attendees a work reputed to be difficult, and which usually does not attract many people to the concert hall, even during a regular opera season. The premiere of Berlioz’s La Damnation de Faust took place before a sold-out house. And you can bet that subsequent performances will likewise enjoy full houses. Surely, this is the best production ...
damnation faust (c)  Louise Leblanc

Québec : La Damnation de Faust, une mise en images bouleversante

Le Festival d'opéra de Québec vient de franchir une nouvelle étape en proposant aux festivaliers une oeuvre pourtant réputée ardue, qui d'ordinaire, n'attire pas les foules même en saison régulière. C'est à guichet fermé qu'a eu lieu la première de la Damnation de Faust de Berlioz. Et il est à parier que les autres représentations se dérouleront dans des salles combles. C'est assurément, la meilleure production de l’Opéra de Québec ...
Aben-Hamet. Crédits photographiques : © Festival Classica

Festival Classica : Aben-Hamet, resurrection of an impressive score

Théodore Dubois left only a small legacy to future generations of composers. His name has almost entirely disappeared from history and his work takes up very little space in encyclopedias and music textbooks. The Festival Classica in Saint-Lambert can be proud of hosting the premiere of Aben-Hamet in its original French version. This opera was first mounted in 1884 in Italian at the Théâtre-Italien. It is a special opera, written for ...
DSC_7378

Québec : Concert Poulenc au festival Classica

Le Festival Classica en est seulement à sa troisième édition. C'est un gamin en pleine croissance, vigoureux, qui prend les bouchées doubles et se mêle aux grands de ce monde. Ce gavroche a su réserver une place de choix à un frère d'arme, mort il y a cinquante ans. Dans la ville champêtre de Saint-Lambert, par un bel après-midi de dimanche, tous les éléments étaient réunis pour rendre justice à ...
Aben-Hamet. Crédits photographiques : © Festival Classica

Festival Classica : Aben-Hamet, résurrection d’une impressionnante partition

Théodore Dubois a laissé un mince héritage à la postérité. Son nom est pratiquement effacé au caveau des disparus et son oeuvre tient très peu de place dans les encyclopédies ou autres manuels de musique. Il eut le malheur d'être associé à l'école officielle de son temps - directeur du Conservatoire, membre de l'Académie des Beaux-Arts succédant à Charles Gounod, - il se fit le défenseur d'une tradition figée, ennemi ...
Alexandre Sylvestre & Marianne Fiset © Yves Renaud

Montréal : Une Manon bien lisse

L'Opéra de Montréal termine sa 33ième saison avec un chef-d'oeuvre du répertoire français. Nous restons partagé devant cette Manon, admirant les qualités vocales de la protagoniste mais frustré par une mise en scène qui regarde cinquante ans en arrière, du côté de Jean-Pierre Ponnelle. L'effet dramatique est souvent gommé par des insipidités - le jeu de scène de l'enlèvement du Chevalier au deuxième acte est mal exécuté ; à Saint-Sulpice, Manon ...
La Vie Parisinne, crédit photo  : Opéra de Québec

Québec : La Vie parisienne, feu partout

La Vie parisienne de Jacques Offenbach est une oeuvre à part dans l'immense production du compositeur. C'est l'opéra-bouffe qu'on ne pourrait réduire à une simple farce. Certes, on fait feu de tout bois pour éblouir et décontracter les plus blasés des spectateurs. Mais l'opéra recèle des trésors d'imagination théâtrale et n'est pas avare d'émotions sensorielles pour satisfaire les plus exigeants des mélomanes. On peut s'amuser, rire et être ému. ...
Etienne Dupuis (Joseph De Rocher) © Yves Renaud

Dead Man Walking en création mondiale à Montréal

On se doit de féliciter l'Opéra de Montréal qui a osé présenter une oeuvre contemporaine, forte, sur le sujet brûlant qu'est la peine de mort. Le livret de Terrence McNally, basé sur le livre de Soeur Helen Prejean est limpide et linéaire dans le déroulement de l'action, c'est surtout un plaidoyer sans détours contre la peine capitale. Bien entendu, on peut trouver au-delà la référence biblique et le fatras des ...
Caroline Bleau & Marc Hervieux © Yves Renaud

A Montréal, La Chauve-Souris sans bulles de champagne

L'opérette Die Fledermaus de Yohann Strauss fils, est un chef-d'oeuvre de bonne humeur, de joie de vivre et d'excellente musique. Inutile de revenir sur une intrigue aux multiples rebondissements. Ici tout est prétexte aux déguisements, à l'extravagance, au champagne qui coule à flot et fait tourner les têtes, aux petites femmes jolies et parfumées, avenantes, enfin à toute une faune voulant follement s'amuser. Là où tout est permis ou presque. On ...
vaisseau fantome

Montréal : un Vaisseau fantôme en péril

Devrait-on imposer silence à tous les tripatouilleurs d'abstraction ? Les exiler sur une barque au milieu de l'océan ? La mise en scène de Christopher Alden échoue dans sa tentative de donner une perspective autre à la légende. Elle nous laisse indifférent à tout ce qui se passe sur scène et cela, du début à la fin. Et surtout, pour être aux commandes de ce navire, il aurait fallu une ...