Banniere-ClefsResmu-ok

Le choc Elektra à Aix

La Scène, Opéra, Opéras

Aix-en-Provence, Grannd Théâtre de Provence. 16-VII-2013. Richard Strauss (1864-1949) : Elektra, opéra en un acte sur un livret de Hugo von Hofmannsthal. Mise en scène : Patrice Chéreau. Décors : Richard Peduzzi. Costumes : Caroline de Vivaise. Lumières : Dominique Bruguière. Perruques, coiffures : Campbell Young. Mouvements chorégraphiques : Thierry Thieû Niang. Avec : Evelyn Hertzelius, Elektra ; Waltraud Meier, Klytämnestra ; Adrianne Pieczonka, Chrysotemis ; Mikhail Petrenko, Orest ; Tom Randle, Aeghist ; Franz Mazura, Der Pfleger des Orest ; Florian Hoffmann, Ein junger Diener ; Donald McIntyre, Ein alter Diener ; Renate Behle, Die Aufseherin / Die Vertraute ; Bonita Hyman, Erste Magd ; Andrea Hill, Zweite Magd / Die Schleppträgerin ; Silvia Hablowetz, Dritte Magd ; Marie-Eve Munger, Vierte Magd ; Roberta Alexander, Fünfte Magd. Coro Gulbenkian. Orchestre de Paris. Direction : Esa-Pekka Salonen

Evelyn Hertzelius (Elektra), Mikhail Petrenko (Orest) © Pascal Victor / Artcomart

Evelyn Hertzelius (Elektra), (Orest) © Pascal Victor / Artcomart

La claque commence dès les premiers accords. L’, dirigé par , explose littéralement. La violence de l’écriture de Strauss est ce soir magnifiée, l’orchestre porté à son maximum et le volume sonore à son paroxysme. Dès les premières secondes, on sait que la soirée sera exceptionnelle.

Et elle le fut. Outre l’excellence orchestrale, le plateau réuni est enfin digne d’un festival international. ne donne aucun signe de fatigue dans cet écrasant rôle. La ligne de chant ne se brise jamais, le soutien est sans faille, la puissance étonnante, le tout sans forcer. offre un bon contrepoids vocal en Chrysothemis, avec une voix plus claire, plus légère mais toujours bien projetée. En abordant sa première Klytämnestra, domine le plateau avec aisance et livre une interprétation magistrale de ce rôle central d’Elektra. Les deux rôles masculins, plus courts, ne déméritent pas et sont luxueusement distribués avec et . Enfin la ribambelle de seconds rôles alternent entre vieux briscards de la scène (, 79 ans, et , 89 ans !), artistes lyriques plus que confirmés (, , )  et jeunes talents (, , ).

Waltraud Meier (Klytämnestra), Evelyn Hertzelius (Elektra) - en second plan : Andrea Hill (Die Schleppträgerin), Renate Behle (Die Vertraute) - de dos : Bonita Hyman (Erste Magd) © Pascal Victor / Artcomart

(Klytämnestra), Evelyn Hertzelius (Elektra) – en second plan : (Die Schleppträgerin), (Die Vertraute) – de dos : (Erste Magd) © Pascal Victor / Artcomart

La mise en scène de poursuit le succès de La Maison des morts sur la même scène en 2007. Sobriété, efficacité, théâtre, mise en valeur des relations entre les personnages… Quelques libertés sont prises, par exemple Klytämnestra, après sa confrontation avec Elektra, part en riant et en exigeant de la lumière (« Lichter ! Mehr Lichter« , parlé dans la partition de Strauss) mais se tait ici, les époux démoniaques sont assassinés sur scène, les cadavres gisant au sol jusqu’à la fin, Elektra ne meurt pas mais reste dans une extase totale et les pleurs finaux de Chrysothemis (« Orest ! Orest !« ) correspondent à une supplication vers son frère, qui part une fois le meurtre accompli, alors que le livret originel la fait appeler à l’aide en découvrant le corps inanimé de sa sœur. Tout cela n’a guère d’importance, les mythes antiques sont faits pour être revus et relus. L’arrivée impromptue d’Orest correspond à ce départ silencieux, entre autre. Les mouvements chorégraphiques de Thierry Thieû Niang ont tendance à se répéter : de La Maison des morts à El Regreso / Un Retour on retrouve systématiquement les mêmes postures. De même pour les décors de , qui doit avoir du mur en béton brut à recycler. Mais ce ne sont que des détails qui n’entravent en rien l’extraordinaire réussite de ce spectacle. Émotion à prolonger bientôt sur Arte et en DVD.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi (2) :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.