Mot-clef : Adolphe Adam

Kimin Kim époustouflant dans Le Corsaire à Vienne

La reprise du Corsaire de Manuel Legris par le Ballet de l’Opéra de Vienne met en valeur une troupe de haut niveau, capable de donner toute sa saveur à ce ballet complexe. En personnalité invitée, le danseur du Mariinsky Kimin Kim s’impose dans le rôle de Conrad avec une virtuosité sidérante. Lorsqu’il s’élance et prend son envol, un murmure d’étonnement et de louange s’empare du public.  Peu de danseurs au monde ...
Le retour du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra-Comique

Le retour du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra-Comique

Créé en 1836 à l'Opéra-Comique, Le Postillon de Lonjumeau, qui revient aujourd'hui à Paris, fut un triomphe mondial jusqu'à la fin du XIXe siècle, puis tomba complètement dans l'oubli. Il fallut, pour pouvoir entendre l’œuvre d'Adolphe Adam tout au long des cent années suivantes, rester à l’affût et voyager beaucoup, ne serait-ce que dans la bonne ville de Longjumeau, qui le mit à l'honneur au début des années 2000. Conformément à ...
FAU Michel_1165

Michel Fau, amoureusement lyrique

Acteur et metteur en scène prolifique, dénicheur d’œuvres inconnues ou méprisées, Michel Fau impose depuis quelques années son univers baroque et à contre-courant sur les scènes lyriques françaises. Après le triomphe de son Ariane à Naxos au Capitole de Toulouse, il donne à redécouvrir Le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam à l’Opéra-Comique. L’occasion pour ResMusica de s’entretenir avec cet artiste singulier, hors du temps et des modes. "S’il n’y a pas cette folie ...

Messe de Minuit avant l’heure par Dominique Visse à l’église Saint-Roch

Beauté du lieu, beauté d’une musique festive et joyeuse : Dominique Visse à la direction du Café Zimmermann et de l’ensemble Aedes, porte l’Oratorio de Noël et la Messe de Minuit de Charpentier avec esprit et justesse à l’église Saint-Roch. Pour Marc-Antoine Charpentier, la diversité et le contraste étaient la substantifique moelle d’une bonne musique. C’est donc portée par une savante combinaison du liturgique et du profane, de l’art profane et de ...
Ballet de Cuba

Giselle par le Ballet de Cuba : à dix ans près

Une sorte d’éternité touche le Ballet de Cuba qui revient à Paris, non plus au Grand Palais mais dans la salle Pleyel, dix ans plus tard avec le même programme et les mêmes stars dans les rôles principaux. Cette expérience d’assister à une décennie près au même spectacle laisse une impression floue et grisante d’une constance et d’une sécurité dans un monde de la danse où les aspérités sont de ...
Décès du ténor Nicolai Gedda

Nicolai Gedda, ténor de légende

Le ténor suédois Nicolai Gedda s’est éteint le 8 janvier dernier à Tolochenaz, sur la Riviera vaudoise. Il avait 91 ans. Annoncé seulement hier, cet avis tardif respecte la volonté du chanteur dont la discrétion était légendaire. Bien sûr, lorsque l'on apprend la disparition d’une telle légende de l’art lyrique, on veut lui rendre un hommage personnel. Et quel meilleur moyen de se souvenir autrement qu'en se précipitant dans sa discothèque ...
Giselle ONP mai 2016

Giselle à l’Opéra de Paris : à contretemps

Que cette reprise de Giselle semble bien incongrue, perdue entre la transition de direction du Ballet de l’Opéra et la caste des Etoiles en perte de vitesse ! Annoncée souffrante, Myriam Ould-Braham, qui devait assurer la première distribution en compagnie de Mathieu Ganio, rate à nouveau le coche du répertoire romantique, puisqu’elle n’avait pas pu danser la Sylphide à la dernière reprise : espérons qu’elle sera rétablie pour la suite des ...
IMG_7052-Edit-Edit_foto_Yan_Revazov-2400x1900px

Giselle ou mourir d’amour au clair de lune

Le maître de ballet de l’Opéra de Paris, Patrice Bart, qui dans les années 2000 avait déjà exporté Giselle, bijou du ballet romantique français, remonte la chorégraphie pour les planches berlinoises. Une beauté aérienne et évanescente jaillit de ce ballet intemporel : une œuvre maîtresse du 19e siècle ! Créé en 1841 à l’Académie Royale de Musique de Paris, neuf ans après La Sylphide, Giselle s’inspire de La Légende des Willis, recueil de ...
Garanca

Airs sacrés pour Elīna Garanča

Un produit qui en séduira beaucoup, mais dont on aurait tout aussi bien pu se passer. Le passage par le recueil d’airs sacrés semble jalonner le parcours de tout grand artiste lyrique qui se respecte. Invariablement la formule décline divers extraits de musiques religieuses, vieux classiques immémoriaux aux adaptations plus ou moins sirupeuses, pièces contemporaines provenant de l’entourage musical direct du chanteur en question. Le dernier récital de la mezzo lettone Elīna ...
Giselle

Giselle au Bolchoï : Routine et chemins de traverse

Giselle, ballet de répertoire par excellence, à l’instar du Lac des Cygnes. Toutefois, cela oblige, à chaque représentation, une certaine tension sur la capacité d’une troupe à faire face au style exigé par le ballet, et notamment pour Giselle, l’atmosphère romantique, l’évanescence voulue par Théophile Gautier pour son héroïne de ballet ; et autant pour un ballet très académique, on peut s’ennuyer quand tout est parfait, autant Giselle nécessite un ...
Juan Diego Florez L'amour Decca

Flórez à la croisée des chemins

Le dernier récital de Juan Diego Flórez datant de 2010, la parution de ce CD permettra à certains de faire l’état des lieux sur l’évolution vocale et artistique d’un des chanteurs les plus doués de notre époque. Depuis cette date, plusieurs prises de rôle importantes ont en effet marqué l’univers de ce rossinien accompli – Guillaume Tell à Pesaro en 2013, mais aussi Nadir des Pêcheurs de perles à Las ...
91EgRDewL5L._AA1500_

Trois chorégraphies historiques en noir et blanc

Bienheureux les esprits vierges en musique et en danse. Ils trouveront au visionnage de ce DVD trois chefs-d’œuvre chorégraphiques parmi les plus célèbres de l’histoire du ballet. Certes, on pourra toujours reprocher à ces spectacles les marques patentes d’un passé révolu et démodé, à savoir une image en noir et blanc, un statisme très marqué de la caméra et une accentuation trop appuyé du jeu des danseurs et de la ...
Herman Severin Løvenskiold (1815-1870)

La Sylphide de Løvenskiold

Musique de ballet du Danois Løvenskiold (1815-1870) Les amateurs de ballets, les spécialistes de chorégraphies, les mélomanes avertis connaissent tous le titre de ce ballet romantique, La Sylphide, et celui du chorégraphe de la création, le célèbre Auguste Bournonville. Peu en revanche sont capables de citer le nom du Danois qui en composa si habilement la musique : le discret baron Herman Severin Løvenskiold. Voici son histoire singulière…   Un baron nommé… Herman ...
emi_ballet_edition_lanchbery

De l’art de la musique de ballet

Sans doute inconsciemment EMI Classics, dans sa belle et récente série « Ballet Edition », rend-il hommage au regretté John Lanchbery (1923-2003), compositeur, arrangeur et chef d’orchestre anglo-australien dont nous avons déjà dit le plus grand bien lors d’une superbe publication des trois ballets de Tchaïkovski. Par sa collaboration avec les danseurs et chorégraphes Sir Frederick Ashton et Kenneth MacMillan, John Lanchbery offrit ses multiples talents au Sadler’s Wells et à Covent ...
Grandeur et décadence

Giselle par le Ballet National de Cuba, grandeur et décadence

Il en va des légendes comme des rêves, elles finissent par s’évanouir au réveil. La réputation légendaire du Ballet National de Cuba, emblème castriste de la révolution cubaine, repose en grande partie sur les épaules de sa fondatrice et toujours directrice Alicia Alonso, divine ballerine des années cinquante, malgré une cécité qui ne l’empêcha jamais de danser. Ses ports de bras sublimes et son visage expressif font partie des grands ...
Joseph Calleja, l’un des plus grands ténors du monde ?

Joseph Calleja, l’un des plus grands ténors du monde ?

« Malte a déjà produit d’autres chanteurs de renom international, et je rêve qu’un jour on dira que l’un des plus grands ténors du monde vient de notre pays. A en juger de la qualité du chant de Calleja sur ce récital, ce rêve semble près de s’accomplir. » Après avoir lu la notice du nouveau récital de Joseph Calleja, rédigé par Paul Asciak, le professeur du jeune ténor, on ne peut ...
Giselle Inépuisable !

Giselle revue par Mats Ek : inépuisable!

Retour au Palais Garnier d’un des ballets les plus forts du répertoire : Giselle d’après Théophile Gautier sur une musique d’Adolphe Adam dans la relecture du chorégraphe suédois Mats Ek. Trois danseurs étoiles y tiennent les rôles principaux. Á peine remis du choc occasionné par Tulips présenté par le NDT III au Théâtre national de Chaillot (voir article du 17/05/2004 sur le site) on retrouve au Palais Garnier la légendaire « Giselle » du ...
Chouette cocher !

Chouette cocher !

Le Postillon de Longjumeau « Oh ! Qu’il est beau, qu’il est beau… » Non, non ! Vous n’y êtes pas : le postillon de Longjumeau, voyons ! Adolphe Adam, exact contemporain de Berlioz (tous deux sont nés en 1803), dont les seuls succès vraiment populaires se limitent aujourd’hui à son ballet Gisèle et au fameux cantique Minuit, chrétiens ! (qu’il traîne comme une casserole aux yeux de ses pairs), s’est, en outre, souvent vu taxé de facilité, ...
Ballets de Février

Ballets de Février à Paris : Alwin Nikolais, Jiří Kylián, Giselle

Alwin Nikolais, Jiří Kylián, Giselle I : Rétrospective Alwin Nikolais au Théâtre de la Ville Jettera-t-on le même regard dans cinquante ans sur les chorégraphies de Jiří Kylián que celui émerveillé que l’on porte aujourd’hui sur celles d’Alwin Nikolais. Les hasards du calendrier mettent en perspectives ces deux immenses chorégraphes du vingtième siècle respectivement Tchèque et Américain. Alwin Nikolais (1910-1993), un des papes de la Modern Dance américaine au même titre que Martha ...
Adam Adolphe Charles [1803 - 1856]

Adolphe Charles Adam [1803 – 1856], compositeur

Né à Paris le 24 juillet 1803, décédé à Paris le 3 mai 1856. Entre « Giselle » et Noël Né la même année que Berlioz et passé par le même conservatoire, celui de Paris, Adolphe Adam s’adjugea de son vivant de plus avantageux succès mondains que ceux de son concurrent « sérieux » mais la postérité devait se montrer moins aimable avec lui, Berlioz en eut le juste de pressentiment, qu’il appelait « le faiseur ...