Archives de l’auteur : Jean-Luc Clairet

181_K61A6093

Bouffonnerie rossinienne avec Laurent Pelly à Milan

Météo lyrique très contrastée à la Scala de Milan en ce mois de Juillet 2014. Passer du jour au lendemain du choc esthétique et humain du Cosi fan tutte magistral de Claus Guth à la farce rossinienne du Comte Ory selon Laurent Pelly cause forcément des dégâts collatéraux. Seul point commun entre les deux œuvres : le désir. Mais moyens musicaux fort différents, bien sûr. Qualifié par le critique américain Paul Hume d' ...


Les 3 Cosi fan tutte de Claus Guth à la Scala de Milan

Claus Guth a encore retouché son magistral Cosi fan tutte salzbourgeois à la Scala !!! Mis à part le remodelage spectaculaire en 1977 (et, dans une moindre mesure, chacun des étés qui suivit) par Patrice Chéreau (et Böcklin!) du Ring du Centenaire à Bayreuth, le troisième Cosi fan tutte de Claus Guth présenté cet été à la Scala semble un cas tout à fait nouveau dans l'Histoire de l'Opéra. Le premier Cosi fan ...
P1100622

Création française de Kathrin de Korngold par Musiques Interdites

Quoiqu'en puissent penser certains aujourd'hui, à une époque où des hommes et des femmes sont tentés d'offrir un peu de pouvoir à des gens pour qui la Culture est non seulement très secondaire mais, sous les prétextes les plus fallacieux, l'ennemi à abattre en priorité, il faut rappeler que le totalitarisme laisse toujours des traces. Il est très dur de reconstruire ce qui a été écarté. Les nazis l'ont démontré ...
platee-onr-2014-photo-alain-kaiser_dsc76761402666244

La Platée géniale de Mariame Clément ressort de l’aquarium à l’Opéra du Rhin

 Voici la Platée que l'on aimerait posséder en DVD !! Il y a tant à voir dans l'approche supra-intelligente de Mariame Clément qu'aussitôt la représentation terminée, l'envie de recommencer l'impossible voyage nous emplit de regret. Naît même l'envie de changer de métier afin d'être sur scène avec les heureux élus de cette aventure. C'est dire combien s'avère justifiée la reprise de ce magnifique spectacle créé en 2010 à l'Opéra du ...
IMG_5402

Primo il Vino doppo la Musica à Meursault

Ce qui «se joue» à tous les sens du terme au Festival Musique et Vin au Clos Vougeot est exceptionnel à plus d'un titre. Sis dans les lieux emblématiques de célébration du vin que sont le Clos Vougeot et le Château de Meursault (mais aussi dans la Halle de Beaune), voilà un jeune Festival (né en 2008) qui ne ressemble à nul autre. Durant une semaine (cette année, du 21 ...
68407C12C6

La Damnation de l’Humanité à Bâle

Qui a répandu l'idée que La Damnation de Faust n'était pas un opéra? Voilà une assertion qui ne peut plus avoir cours à une époque où l'on sort régulièrement le chef-d'oeuvre berliozien de la fosse dans laquelle son appellation ambiguë par le génial Hector lui-même de « Grand opéra de concert » l'a longtemps cantonné. Accusant ses incessants changements de tableaux et ses nombreuses pages orchestrales, on a cru que le confier à ...
bejun 2

L’Orlando complètement fou de Bejun Mehta

Tous ceux qui, à l’été 2013, ont été pris tout à la fois dans les rets du timbre de miel et des yeux égarés de Bejun Mehta à Beaune lors de la version de concert d’Orlando donnée par René Jacobs, vont légitimement avoir envie de se précipiter sur l’enregistrement réalisé dans la foulée et qui paraît chez Archiv Produktion. Double événement que cet Orlando qui, en plus d’être la première collaboration ...
haas

Pavel Haas et les enfants d’Auschwitz

Tous les mélomanes de la Vieille ville espagnole en ont fait l’expérience : lorsqu’en Franche-Comté, résonne, au sein de l’Orchestre Victor Hugo, le hautbois de Fabrice Ferez, par ailleurs actuellement co-directeur artistique de Tetraktys, essentiel ensemble de musique de chambre franc-comtois, et également chef d’orchestre de l’Orchestre Philharmonique de Besançon, le Temps réalise le vœu du poète en marquant une pause. C’est à un émouvant voyage dans le Temps que nous ...
or4

Un Nouveau Monde pour l’Or du Rhin à Genève

Assister à une représentation de L’Or du Rhin alors que l’on a déjà vu les trois autres journées de la Tétralogie, est une expérience troublante et pas si politiquement incorrecte qu’on pourrait l’imaginer. Un peu comme quand on fait la connaissance de quelqu’un et qu’ensuite seulement on découvre son passé. En Musique, la 9ème de Beethoven d’abord, la Première ensuite. Dans le cas Wagner, il peut arriver de commencer par ...
rebel_ambronay

Dans la famille Rebel je demande le père et le fils

Surprise : c’est le maître-mot de ce premier enregistrement, sous le label Ambronay, de l’ensemble Les Surprises. Surprise face à la révélation d’un nouveau compositeur. Surprise face à l’exécution musicale. Pour tous les mélomanes, Rebel, c’est Jean-Féry, élève de Lully, et compositeur, avant Rameau, de la plus formidable explosion de dissonance musicale : ses Eléments et leur Cahos introductif est un tube sidérant d’audace et de plénitude sonore. Le genre de ...
GTG ring0414

Le beau Ring-Théâtre de Dieter Dorn à Genève

Contrairement à bon nombre de spectateurs genevois ayant fui sous la pluie au deuxième entracte (!), on ne manquerait pour rien au monde le dernier acte du Crépuscule des dieux ! En plus d’être la spectaculaire conclusion du Ring, ce projet fou de Richard Wagner, qui prétend raconter l’histoire de l’Humanité en 15 heures de musique avec 36 chanteurs et un chœur qui n’interviendra que 15 minutes, ce dernier acte ...
tristan sellars paris

Le rituel Tristan de Sellars à Paris

Wagner a écrit Tristan et Isolde comme une cérémonie d’initiation : action scénique réduite au minimum, quasiment pas de choeurs (mais quels !) pour 5 chanteurs (voire deux !) qui parlent pendant 4 heures du voyage humain de l’Amour à la Mort. L’opéra wagnérien a toujours été le miroir des avancées en matière de mise en scène. Nul doute, alors, que Wagner, qui rêvait de l’oeuvre d’art totale (le fameux ...
henze complete dgg

La Grande Bellezza de Hans Werner Henze

Hans Werner Henze : un compositeur Deutsche Grammophon ? Ah ! Comme l’on aurait aimé que l’aventure continue ! Pourquoi la Deutsche Grammophon a-t-elle peu ou prou lâché le compositeur allemand, qu’elle a tant choyé dans les années 60/70 ? Le magnifique coffret de 16 CD avec ses élégants digipacks reproduisant les pochettes d’origine, qu’elle vient de publier (pour se faire pardonner ?) vient raviver les regrets. Il permet une salutaire ...
!cid_A50C0096-CD7A-41FD-B2E1-1ED0D8FAD366@home

Le petit Requiem de Fauré est grand à la Grange au lac

Au contraire de Poulenc qui sidère en déclarant que l’œuvre est « un vrai supplice », qu’elle lui « ferait perdre la foi », le Requiem de Fauré fait partie de ces œuvres que l’on a toujours envie d’écouter. Puits sans fond de mélodies à l’inspiration inouïe (la longue phrase d’entrée des ténors dans le numéro 1 !), ses à peine 40 minutes tordent le cou aux apocalyptiques excroissances les ...
siegfried geneve2014

The Ring in Geneva : a crescendo in aesthetics

With its perfect narration of the legend, the depth of its direction, and an aesthetic sometimes deliberately distressed by a Brechtian desire to expose the seams, the beautiful Die Walküre imagined by Dieter Dorn for the Grand Théâtre de Genève last November was captivating from beginning to end and created a certain eagerness for its sequel. That eagerness was fully satisfied throughout the wonderful Siegfried staged by the German director ...
HP2_B-Premiere_0705

La bombe atomique de John Adams à Karlsruhe

Mettant en parallèle Doctor Atomic, l’opéra de John Adams, dont il a écrit le livret, et Le Crépuscule des dieux, Peter Sellars précise à juste titre: « Dans le cas de Wagner, la fin du monde était un mythe, une image. Pour nous, c’est une réalité que nous vivons à chaque instant. » Doctor Atomic, avant-dernier opéra du très reconnu compositeur américain, a été créé en 2005 à San Francisco. Le ...
figaro berlin2

Figaro se marie encore à l’ancienne à Berlin

1978 …Ces Noces de Figaro aujourd’hui à l’affiche du Deutsche Oper affichent de leur côté 36 ans d’âge ! On s’y rend pourtant avec une curiosité proustienne: à la mise en scène le nom de Götz Friedrich (qui a marqué les mémoires bayreuthiennes avec le provocant Tannhäuser de 1972, l’esthétisant Parsifal du Centenaire de 1982, un Ring industriel à Londres, mais qui fut aussi un Intendant inventif de ce même ...

Interview with Philip Glass

ResMusica : In 1976, Einstein on the Beach, and in 2013, The Lost. Mr. Glass, when composing your first opera, did you know that twenty-four others would follow? Philip Glass: (Laughs.) No. No, no . . . And there soon will be another one! In 2013, The Lost (Spur der Verrirten) was premiered, but so was The Perfect American. I composed those two operas at the same time. (Laughs.) One was ...
mm14_p_einstein_on_the_beach_spaceship_2_c_lucie_jansch_2012_presse_quer

Le sacre d’Einstein on the Beach à Berlin

C’est la fin annoncée de la tournée triomphale d’Einstein on the beach, mythique premier opéra de Philip Glass. Remonté à l’occasion des 75 ans du compositeur pour un anniversaire dont les premières bougies ont été soufflées à Montpellier en 2012 et qui aura finalement duré 2 ans, le monstrueux opus de 4h30, donné sans entracte s’avère être l’occasion de faire le point et de mesurer le statut iconique qu’il a ...
passion berlin

La chavirante Passion de Sellars et Rattle à Berlin

Et si l’on commençait par la fin ? L’image la plus forte est très certainement celle qui a suivi les saluts, les tonnerres d’applaudissements…Après le départ de l’orchestre, des solistes, du chef, du metteur en scène de cette Passion selon Saint Jean, au moment où même une bonne partie du public avait déjà quitté la salle, voir les choristes rester sur scène se tomber dans les bras les uns des ...
transform.php

La Traviata d’Aix ne fait pas son âge à Berlin

Mais qu’est-ce qui a donné à Peter Mussbach une idée pareille ? Une Traviata vue de l’intérieur d’une voiture roulant sous la pluie, avec en prime le va-et-vient d’un essuie-glace géant !! Afin de réaliser cette très singulière proposition scénique, la totalité du cadre de scène est tendue d’un tulle-écran qui va distancier l’action des spectateurs du Schiller Theater, tous embarqués comme un seul homme dans l’immense véhicule. Radical mais ...
damnation1

A Berlin, la Damnation de Faust est un opéra

D’abord, tout est de sa faute : Berlioz lui-même n’a jamais été très clair quant à sa Damnation de Faust. La première fois qu’il l’évoque, il parle de son « grand opéra de Faust (opéra de concert en 4 actes). » Mais dès la création de ce dernier sous forme de concert en décembre 1846, il envisageait déjà une adaptation scénique qui n’eut hélas jamais lieu de son vivant. Munis de ...
Philip-Glass1

Philip Glass à la recherche du temps perdu en France

En ouverture de THE NEW YORK MOMENT, passionnante semaine que la ville de Saint-Etienne consacre, du 17 au 25 janvier 2014, à Philip Glass et, au-delà, à la musique américaine, le compositeur, qui a déjà beaucoup parlé au fil de ses 40 ans de carrière, accorde, juste avant d’entrer en scène, un entretien exclusif à ResMusica. "Le problème est que je n’aurai jamais assez de temps pour écrire toute la musique ...
siegfried geneve2014

Crescendo esthétique du Ring de Genève

En novembre dernier, une très belle Walkyrie imaginée par Dieter Dorn, pour le Grand Théâtre de Genève, impeccable dans sa narration de la légende, très fouillée dans sa direction d’acteur, à l’esthétisme parfois gêné aux entournures dans sa volonté brechtienne de montrer les coutures, avait captivé de bout en bout et fait légitimement naître une impatience. Impatience comblée tout au long du superbe Siegfried conté par le metteur en scène ...
La belle et la Bete - Charly Jurine

Le sublime Cocteaupera de Philip Glass

Glass à Saint-Etienne. Acte II L’événement de la semaine « The New York Moment » du 4ème Festival Saint-Etienne Nouveau Siècle (hormis la reprise du ballet In the upper room dans la chorégraphie légendaire de Twyla Tharp par le Ballet de Lorraine et le récital du pianiste David Greilsammer qui concocte un intrigant programme où l’ inusable Metamorphosis two montera à l’assaut des Barricades mystérieuses) est la présentation, en fin d’après-midi ...
forty year retrospective2 - charly Jurine

Philip Glass fait des rencontres à Saint-Etienne

Philip Glass a toujours aimé les rencontres. On ne présente plus celle devenue mythique avec Robert Wilson dont l’ovni Einstein on the beach, quarante ans plus tard, continue d’éblouir les spectateurs de tous âges et surtout de toutes chapelles. Dans les livrets de Philip Glass, on croise Cocteau, Doris Lessing, Poe, Ginsberg, Kafka, Handke… Shankar, Bowie, Eno, le griot Foday Musa Suso, le groupe brésilien Uakti, Robert Moran ont inervé ...
0$GZIRElTY_2013104NEKCQE43FO

Parsifal par Castellucci, une nouvelle porte à la mise en scène

Nous n’y étions pas. Nous n’étions pas à la Monnaie en janvier 2011, lorsque Romeo Castellucci présenta, à 51 ans, sa première mise en scène d’opéra. Devant l’emballement critique, l’envie était forte de rattraper ce spectacle en espérant un DVD à la hauteur. Après que l’on nous eut un temps annoncé qu’il n’y en aurait pas, la Monnaie décide de mettre sur le marché une trace qui n’était destinée au ...
glass_sixth_sun

Philip Glass pour Happy Few

Philip Glass a toujours pratiqué le transgenre musical. Il faut remonter à l’orée des années 60 pour confondre les deux coupables, les deux responsables d’une attitude qui n’a rien à voir avec de l’opportunisme mais bien plutôt avec un sincère désir d’écoute des autres, et rappeler qu’au sortir de la Juilliard School, diplôme en main, le jeune Philip Glass a vécu deux rencontres majeures qui l’ont aiguillé sur d’autres voies ...
21495

Visitors : la symphonie cinématographique de Philip Glass

« Pas sûr que la musique puisse s’écouter indépendamment des images… » pouvait-on entendre en 1983, à la sortie de  Koyaanisqatsi , film-choc où les notes remplaçaient les paroles, entreprise totalement originale, en fait premier film de l’histoire du cinéma où l’on pouvait  véritablement « entendre les images et voir la musique.» Le réalisateur Godfrey Reggio, alors parfait inconnu, avait mis 7 ans à concevoir cet ovni filmique à 4 mains, pour lequel il avait travaillé ...
walkyrie grand theatre geneve

Le nouveau Ring de Genève : le suspense reste entier

Mars 2013 : Le Grand Théâtre de Genève initie une nouvelle production de la Tétralogie de Wagner confiée à l’Allemand Dieter Dorn. Jacques Schmitt a déjà loué dans nos pages un Prologue passionnant mais inégal. Mais combien d’Or du Rhin prometteurs ont été suivis de Walkyries effondrées ! Automne  2013 : Première journée décisive de la Tétralogie. Un sentiment équivalent à celui de notre confrère nous habite à l’issue d’une Walküre d’assez haut vol, ...