Mot-clef : Jules Massenet

L’irrésistible Werther de Jonas Kaufmann

L’irrésistible Werther de Jonas Kaufmann

Voici l’un des grands succès, sinon «le» succès, de la saison 2009-2010 de l’Opéra de Paris. Dès le début, la position des caméras nous frappe. Certaines d’entre elles, soigneusement installées par le cinéaste derrière les décors et dans les coulisses, filment les chanteurs attendant avec plus ou moins de tension leur entrée sur scène, entourés parfois d’une partie du personnel du back stage. Ce caractère «live» (le DVD est basé ...
Verse-nous l’ivresse !

Marie-Nicole Lemieux, verse-nous l’ivresse !

On ne présente plus Marie-Nicole Lemieux, qui, dans Vivaldi, Brahms ou Fauré, a marqué les auditeurs par son timbre aux reflets fauves. Du récital qui vient de paraître chez Naïve, on n’entendra en fait que les airs les plus célèbres, en dehors de la belle scène de Charles VI. On s’en console vite cependant. Le chant allie l’exactitude au naturel et les mots, fermement posés, lui assurent un relief que ...
Le syndrome Cendrillon revisité

Montréal revisite le syndrome Cendrillon

Deux heures et demie d’enchantement ! L’Opéra de Montréal clôt de façon éclatante la saison lyrique, avec Cendrillon de Jules Massenet, qui a ravi le cœur d’un public de tous âges, venu nombreux à la première. L’opéra, boudé trop longtemps par les scènes lyriques, mérite à être mieux connu pour ses qualités intrinsèques. La transposition de Cendrillon dans les années 50, aurait pu facilement détruire la magie du conte original. La mise ...
Comme au cinéma

Thaïs comme au cinéma avec Fleming et Hampson

On se doute avant même de glisser le DVD dans son lecteur que cette Thaïs sera à l’opéra l’équivalent du blockbuster au cinéma : un solide travail à l’américaine, soigné, avec une mise en scène esthétique bien sage, et des stars à la pelle. Et en effet, rien n’y manque : jolis décors dans des couleurs crues, costumes luxueux, et une direction d’acteurs classique, sans la moindre trace de ringardise, ce qui ...
Enfin Werther !

Enfin Werther !

 Enfin Werther ! Non que l’œuvre soit peu donnée à Paris – on a pu l’entendre sur la même scène il y a moins d’un an – mais rarement dans un tel souci de cohérence et de vérité de l’œuvre. Enfin un jeune poète beau et élancé – et une Charlotte au diapason, superbement costumée par Christian Gasc –, enfin un ténor sacrifiant les éclats de voix garants d’un succès facile ...
C’est la belle Manon, avec son chevalier

Burcu Uyar, c’est la belle Manon, avec son chevalier

Angers-Nantes-Opéras inaugure sa saison avec cette Manon, co-produite avec l’Opéra de Marseille, où elle fut créée en mai 2008. Renée Auphan et Yves Coudray nous proposent une mise en images de bon ton, animée et toujours lisible. Cette lecture, à défaut de réelle originalité, s’appuie sur une direction d’acteurs précise et inspirée ainsi que sur des costumes et un dispositif scénique séduisants. L’intérêt de cette reprise réside dans une distribution totalement ...
La création lyrique à l’Opéra de Paris

La création lyrique à l’Opéra de Paris : l’année 1909

L’Académie nationale de Musique était conjointement dirigée, depuis le 1er janvier 1908, par le compositeur et chef d’orchestre André Messager et Leimistin Broussan, qui administrait précédemment le Grand Théâtre de Lyon. Leur premier millésime avait été jugé peu exaltant, si l’on excepte la création in loco du Crépuscule des dieux, le 23 octobre, sous la baguette de Messager lui-même. L’année 1909 fut, quant à elle, principalement marquée par l’entrée au ...
Le grand style français

Werther dirigé par Michel Plasson, le grand style français

Antidote salutaire au récent Werther de l’Opéra de Paris, à sa distribution internationale générique et à son pathos exacerbé, la nouvelle production de l’Opéra du Rhin retrouve la mesure et les demi-teintes propres à cette interprétation tellement française du romantisme allemand, dont Les Souffrances du jeune Werther, écrit par Gœthe dès 1774, ne sont d’ailleurs que les prémisses. Le maître d’œuvre en est sans équivoque le chef Michel Plasson qui, à ...
Ecorché vif

Werther écorché vif à l’Opéra de Paris

L’Opéra de Paris avait pour cette production de Werther de Jules Massenet (qui nous vient du Bayerische Staatsoper de Munich) prévu de donner en alternance les deux versions, pour ténor (1892) et pour baryton (1900). Le forfait de Rolando Villazón était à prévoir. C’est donc Ludovic Tézier qui a assuré la première de cette série. Autant dire que les spectateurs n’ont absolument rien perdu. Werther baryton ajoute à la profondeur et ...
Pour Netrebko et Villazón

Une Manon pour Netrebko et Villazón

Filmé en 2007 au théâtre Under den Linden de Berlin, ce spectacle est la reprise de la mise en scène conçue par Vicent Paterson à Los Angeles en 2006, alors sous la direction musicale de Plácido Domingo. Manon y est présentée comme une fraîche et naïve jeune fille, soucieuse avant tout de ressembler aux stars de cinéma de son époque. Tour à tour présenté sous les traits de Audrey Hepburn, ...
Pianistes – et compositeurs – de légende

Pianistes – et compositeurs – de légende

Ne manquez surtout pas d’écouter ces grands moments rares de l’histoire de la musique grâce à la préhistoire du disque, exhumés et préservés une fois de plus par Ward Marston qui nous offre depuis son studio magique la possibilité d’entendre au piano Edvard Grieg, Camille Saint-Saëns, Jules Massenet, Claude Debussy, Raoul Pugno et Louis Diémer en personne ! Le tout en des conditions techniques idéales, compte tenu évidemment de l’âge canonique ...
Carte postale symphonique

Carte postale symphonique

Alors que l’Orchestre National de Lyon commence, assez mal, une intégrale Debussy, la philharmonie de Nice et son chef Marco Guidarini proposent un disque évident par son programme, mais rare. Pour cette généreuse galette, le chef offre ainsi différentes partitions «à programme» de musique française qui n’avaient jamais été réunies dans un même album. En bon ex-assistant de John Eliot Gardiner, Marco Guidarini se souvient que son maître avait enregistré, avec ...
Werther d’hiver

Werther d’hiver

Théâtre Royal de La Monnaie Pour les fêtes, le théâtre de La Monnaie s’offre un Werther de Massenet. Bonne idée car ce répertoire français n’était pas trop en vogue sous le mandat de Bernard Foccroulle, l’ancien directeur du théâtre national. Voulant multiplier les soirées, Peter de Caluwe au lieu de faire appel à deux distributions a décidé de confronter les versions pour ténor et baryton. Considérant qu’une nouvelle production ne s’imposait ...
Un escalier pour rêver

Cendrillon de Massenet, un escalier pour rêver

Au milieu d’une scène entièrement plongée dans le noir, un grand escalier s’enroulant majestueusement de la scène aux cintres, voilà bien un décor pour amener les spectateurs de cette Cendrillon dans le rêve. Dans ce décor unique des quatre actes de l’opéra, il faut tout le talent du metteur en scène Johannes Erath pour que l’ennui ne s’installe pas parmi le public. Parce qu’il faut bien reconnaître qu’en dépit de ...
Manon

Manon incontournable avec Dessay et Villazón

Hasard des programmations lyriques, si la saison 2005-2006 fut celle des Così – année Mozart oblige – et que la saison 2007-2008 sera celle des Cenerentola, la saison 2006-2007 fut celle des Manon, avec trois couples vedettes : Netrebko/Villazón à Berlin, Netrebko/Alagna à Vienne et Dessay/Villazon à Barcelone. Le Liceu donnait donc une production exceptionnelle pour les deuxièmes Manon de Natalie Dessay et le Des Grieux d’un Rolando Villazón en forme. Pour ...
Le roi de Lahore à la Fenice

Le roi de Lahore à la Fenice

S’il fallait décerner la palme de l’invraisemblance au royaume du répertoire lyrique, Le roi de Lahore de Massenet serait sans doute un candidat très sérieux, à côté duquel Il Trovatore paraîtrait presque d’un réalisme de mauvais aloi. Qu’on en juge : le héros Alim, poignardé par son rival à la fin du deuxième acte, passe le troisième au paradis afin de revenir, sous une forme réincarnée – on n’est pas prêt ...
Thaïs mis en espace

Thaïs mis en espace par Pier Luigi Pizzi

L’œuvre de Jules Massenet est trop connue pour que nous en rappelions ici l’argument. En revanche, on ne saurait assez souligner l’originalité d’une production qui sous la direction de Pier Luigi Pizzi, chef flamboyant et précis, a choisi d’éviter les coûteux (et parfois inutiles) effets de la mise en scène rétro pour se contenter d’une « mise en espace » d’un goût et d’une sobriété qui forcent l’admiration. Impeccablement encadrés et accompagnés, ...
De la BOF aux Invalides

De la BOF aux Invalides

Fête de la musique 2007 A l’occasion de la Fête de la Musique, l’Orchestre de la Garde Républicaine et l’Orchestre d’Harmonie nous ont offert, aux Invalides, un concert quelque peu inattendu, célébrant la « grande » musique de films. Cette soirée exceptionnelle, présentée avec beaucoup de classe par Vanessa Dolmen, a été retransmise sur France 3 le samedi qui a suivi, à une heure plutôt tardive mais encore raisonnable. Après une ouverture en fanfare ...
La passion selon Jules Massenet

La passion selon Jules Massenet

Werther Après sa brillante mise en scène des Nozze di Figaro au Stadttheater de Berne, le metteur en scène Stephan Müller se retrouve sur les planches du Luzerner Theater pour y proposer sa vision du Werther de Massenet. Si avec Mozart l’image sociétale et politique dominait la scène, ce sont celles du devoir et de la fidélité qui conduisent sa réflexion dans l’œuvre de Massenet. En léger retrait de l’avant-scène, une ...
Amoureuse !

Amoureuse de Massenet !

Ce CD ne nous est pas inconnu. Voici plusieurs années déjà qu’il était en vente en Australie, uniquement via Internet, et qu’il était devenu objet de culte chez tous les adorateurs de Massenet. Le voici disponible dans les bacs en France, ce qui est une excellente nouvelle. Tout au plus regrettera-t-on la pochette australienne, rose bonbon bordée d’angelots joufflus, parfaitement en situation avec la mélodie Amoureuse, qui donne son titre ...
Les voix de demain ?

Les voix de demain ?

Soirée Massenet par l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris Divine surprise que ce concert au titre pourtant bien peu évocateur de » la Belle Epoque de l’Opéra-Comique » ! Qu’entend-on généralement par le terme Belle Epoque ? L’entre-deux-guerres ? Allait-on entendre des refrains d’opérette, des extraits de Phi-Phi ou de divers ouvrages d’André Messager ? Pas du tout, le titre se réfère au véritable âge d’or, à l’époque bienheureuse de l’Opéra-Comique, celle de Jules Massenet ! Ainsi entend-on, avec une félicité sans mélange, ...
Jongleur, chanteur…saltimbanque !

Jongleur, chanteur…saltimbanque !

Le Jongleur de Notre-Dame L’opéra Berlioz-Corum de Montpellier arborait son air des grands soirs, ce dimanche 4 février : salle pleine comme un œuf, y compris les places à 5 euros assises sur les marches, caméras de FR3 installées juste devant la scène, bourdonnement, excitation… Car c’est en effet le seul jour où Roberto Alagna se produisait en concert dans Le Jongleur de Notre-Dame. Autant le dire d’emblée, la majorité des spectateurs ...
Edita Gruberova, l’enchanteresse au charme vainqueur

Edita Gruberova, l’enchanteresse Manon au charme vainqueur

D’une tessiture sonore inouïe, la voix d’Edita Gruberova maîtrise mieux que quiconque la technique de l’art vocal. L’ambitus est certes extraordinaire et ses chatteries envoûtantes alliées aux notes exceptionnelles dans l’aigu, ont toujours eu un impact très fort sur le public viennois. Cependant, il ne faudrait pas confondre ses poses ou un certain maniérisme d’un goût parfois douteux avec les qualités réelles de la diva, que très peu de chanteuses ...
Chérubin : les sécrétions hormonales

Chérubin : les sécrétions hormonales

« Je suis comme les ruisseaux : je suis clair parce que je ne suis pas profond. » L’aphorisme de Voltaire sied à merveille au dix-septième opéra de Jules Massenet. Le volage Chérubin – fine fleur synthétique du XVIIIe siècle – appartient à la galanterie quelque peu efféminée des Lumières. C’est le personnage le plus léger du panthéon massenétien. Plus qu’un avatar au triptyque de Beaumarchais, Chérubin ambitionne une place aux côtés de ...
Massenet en exil

Michelle Breedt, Chérubin frais et enthousiaste pour Massenet

Chérubin, petit bijou composé par un Massenet âgé de 63 ans, obtint à sa création en 1905 un succès d’estime, par une critique et un public un peu décontenancés, et ne fut jamais repris avant la fin du XXe siècle. Il est vrai que l’ambiance douce-amère de l’œuvre est difficile à saisir : ardeur, joie, vivacité et inconscience de la jeunesse, mais aussi nostalgie, émotion de retrouver chez un être cher ...
L’extase de Measha Brueggergosman

L’extase de Measha Brueggergosman

Measha Brueggergosman a reçu le Premier Prix au Concours de Chant de Montréal en 2002. Depuis, la carrière de la jeune artiste canadienne a pris un essor considérable et se répand d’un bout à l’autre de la planète ; elle apparaît aux yeux et aux oreilles des mélomanes comme l’une des personnalités artistiques les plus complètes, dans des répertoires variés, touchant aussi bien la mélodie, l’oratorio que l’opéra. Après un premier ...
Le naturalisme en musique. De Bruneau à Charpentier

Le naturalisme en musique de Bruneau à Charpentier

« Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre. » Hippolyte Taine Le marteau et l’enclume Histoires au vitriol, guerres cruelles et sans gloire, décrépitude morale et décadence des mœurs, le naturalisme est aux misères du peuple ce que l’idéalisme social est au vertige de l’anarchiste. Imitation de la réalité crue et vérité objective pour le premier ; intransigeance et violence pour le second. C’est la ligne de démarcation ...
Les couleurs sombres de Werther

Werther par Thomas Hampson, version baryton de référence

L’influence de Massenet sur le jeune Debussy n’est plus à démontrer. Cette nouvelle version de Werther – l’exacte contemporaine de Pelléas – la rapproche de l’atmosphère sombre et ténébreuse du drame de Maeterlinck. Mais, n’est-ce pas plutôt l’inverse ? L’œuvre de Massenet était achevée dès 1887 et refusée aussitôt. Elle fut représenté en 1892 à Vienne, en allemand, par le célèbre ténor wagnérien Ernest Van Dyck. Enfin, le compositeur remit sur ...
III. Hérodiade

Les femmes bibliques de Massenet : Hérodiade

 « Qui offrirait toutes les richesses de sa maison pour acheter l’amour, ne recueillerait que mépris. » Appendices. Aphorisme d’un sage. Le Cantique des Cantiques « Je veux que tu me donnes dans un plat, la tête…Elle avait oublié le nom, mais reprit en souriant : La tête de Iaokanaan ! » Hérodias,  Trois Contes. Gustave Flaubert Salomé, la tête dans le bassin du Jourdain Hérodiade, opéra en quatre actes et sept tableaux. Livret de Paul Milliet, Henri ...
Werther. À l’ombre de la puissance tutélaire

Werther à l’ombre de la puissance tutélaire

L’Opéra de Vienne tenait à proposer une relecture moderne de Werther. Voilà qui est fait. D’aucuns pourront critiquer l’approche sommaire voire certains traits réducteurs dans la caractérisation des personnages. Le metteur en scène Andrei Serban transpose l’action au milieu du vingtième siècle, afin d’éviter, explique-t-il dans l’interview accompagnant le DVD, (Bonus : Prior to opening night) « le piège dix-huitième ». Les personnages perdent ce vernis et ce raffinement qui en font le ...