Banniere-ClefsResmu-ok

Musique symphonique

28948348824

Decca réédite les intégrales Bruckner et Mahler par Haitink

En guise de cadeau pour le 90e anniversaire de Bernard Haitink, Decca réédite dans un son "remastérisé" ses seules intégrales achevées des symphonies de Bruckner et de Mahler, gravées pour Philips, pour lesquelles les pochettes reprennent la jaquette de l'édition originale. Deux intégrales également marquantes à leur publication, d'un intérêt différent aujourd'hui. À sa parution en microsillons (à l'époque des « souscriptions » dont les plus anciens discophiles se souviennent encore), cette intégrale des ...
62074801_10157245205613794_4259207235084746752_o

Les débuts de Dima Slobodeniouk à l’Opéra de Bavière

Le concert symphonique qu'il vient diriger vaut surtout par la présence de Frank Peter Zimmermann. Abondance d’Oiseaux de feu ne nuit pas : quelques jours à peine avant ce concert, Munich accueillait l’interprétation de Mirga Gražinytė-Tyla que nous avions commentée à Luxembourg ; cette fois c’est le Staatsorchester, autrement dit l’orchestre de l’Opéra, qui l’interprète sous la direction de Dima Slobodeniouk. C’est un jour de première : le chef n’avait jamais dirigé l’orchestre, et ...
Tchaïkovski Berlin Petrenko

Inutile Pathétique par Kirill Petrenko à Berlin

On attendait beaucoup de ce disque, le premier de l’ère Petrenko. Trop, assurément, mais pas au point d’éprouver une telle déception. La première déconvenue vient du son. Malgré le label SACD, l’orchestre est capté sans profondeur réaliste, mettant à nu des cordes criardes. La seconde mauvaise surprise vient de la conception même du chef. La tenue rythmique de l’Adagio est pour le moins flottante et les petits effets compassés agacent. Les solistes ...
20190528_Blomstedt©PMeisel_212-800x600

Herbert Blomstedt et la Radio bavaroise en terres nordiques

Pleinement suivi par l'orchestre, Herbert Blomstedt offre des interprétations très personnelles et abouties de Sibelius et Mendelssohn. On a beaucoup entendu Herbert Blomstedt, ces dernières années, diriger Bruckner et Mahler, sans doute parce que c’est ce que les orchestres lui demandent d’abord ; son répertoire reste cependant beaucoup plus vaste que cela, et l’édition 2019 de son passage à Munich l’aura montré. Les deux symphonies au programme sont toutes deux en ...
4011790180410

Rafael Kubelík dans la Neuvième et la Missa Solemnis de Beethoven

Orfeo publie un double album des gravures beethoveniennes de Rafael Kubelík parues originellement chez le même label en 1989 (Symphonie n° 9 op. 125) et 1994 (Missa Solemnis op. 123). Dès les premières mesures, l'interprétation de la symphonie révèle l'intensité dramatique conjuguée à l'approche intellectuelle du chef d'orchestre. Nous nous délectons aussi bien de la musicalité des phrasés et d'une imagination sonore exceptionnelle de sa part que du raffinement des couleurs, ...
scribendum_concert_hall_carl_schuricht

Réédition bienvenue des gravures Concert Hall de Carl Schuricht

Le label anglais Scribendum réédite l’un de ses tout premiers coffrets consacré aux gravures Concert Hall de l’un des plus prestigieux musiciens du XXe siècle, le chef d’orchestre allemand Carl Schuricht (1880-1967), et publié initialement en 2003, mais cette fois disponible sous forme de pochettes individuelles cartonnées, rendant l’ensemble plus compact. Le visuel de cette réédition indique « THE Concert Hall Recordings », ce qui pourrait laisser présager une intégrale : ...
Kazuki Yamada dirige Jarrell et Berlioz à la Philharmonie de Paris

Kazuki Yamada dirige Jarrell et Berlioz à la Philharmonie de Paris

Avec le deuxième « week-end Berlioz » à la Philharmonie de Paris, les festivités autour de du Romantique français se poursuivent, mettant à l'affiche le monumental Te Deum. Sous la direction de Kazuki Yamada, l'Orchestre Philharmonique de Radio France créé en première partie Reflections, concerto pour piano n° 2 de Michael Jarrell, avec en soliste Bertrand Chamayou. Après son opéra Bérénice, créé à Garnier l'année dernière et que nous avions beaucoup aimé, le nouveau concerto ...
capucon-3625409

Renaud Capuçon impose Dvořák à Clermont-Ferrand et gagne

Renaud Capuçon, musicien associé à l'Orchestre national de Lyon cette saison, substitut au célébrissime concerto de Brahms celui de Dvořák et emporte la conviction. C’est une première partie 100% américaine que nous réserve l’Orchestre National de Lyon avec en arrière fond une œuvre du FRAC, dispositif désormais habituel avec l’Orchestre d'Auvergne organisateur de la soirée. A la fois planante et dramatique, oscillant entre nostalgie et détresse, l’Adagio pour cordes de Samuel Barber ...
L’oiseau de feu, formidable théâtre sonore de Mirga Gražynitė-Tyla

L’oiseau de feu, formidable théâtre sonore de Mirga Gražynitė-Tyla

Directrice musicale de l'orchestre de Birmingham depuis 2016, la jeune cheffe Mirga Gražynitė-Tyla enflamme également musiciens et public. Tant de programmes de concerts se contentent d’accumuler des œuvres hétéroclites ; pour son étape à Luxembourg, le City of Birmingham Symphony Orchestra, lui, propose une soirée où la cohérence musicale est évidente même pour le plus inattentif des auditeurs ­– dans le travail du son, mais aussi dans le grand spectacle sonore. Le Concerto ...
7318599923000

Audace, virtuosité, exotisme : le Saint-Saëns rêvé des Kantorow

Aussi racé qu’intelligent, le piano d’Alexandre Kantorow offre, aux côtés d’un orchestre finlandais rutilant et sous la direction de son père, l’un des plus beaux disques consacrés aux concertos de Camille Saint-Saëns.  Pour ceux qui penseraient, à tort, que Saint-Saëns fut un compositeur de pièces académiques d’une veine salonnarde et judicieusement agrémentées d’effets, je conseille d’écouter cet enregistrement. Alors que nous entendons en concert et jusqu’à plus soif le Concerto ...
Schubert Symph 1 & 6 R. Jacobs B' Rock Orchestra

René Jacobs fait des symphonies de Schubert un opéra instrumental

Par ce premier enregistrement d’un cycle des symphonies de Schubert, qu’il donne régulièrement en concert avec ce même B’Rock Orchestra, René Jacobs retrouve son amour de jeunesse pour la musique de Schubert, dont enfant il interprétait les Lieder en tant que soprano garçon de la maîtrise de la cathédrale de Gand. Lorsque René Jacobs avait enregistré quelques « grandes » symphonies de Mozart, il lui a été reproché de les traiter comme des ...
Bruckner-Schaller9

Troisième version de la n° 9 de Bruckner par Gerd Schaller

Avec un orchestre réuni chaque année à Ebrach, le chef Gerd Schaller a entrepris d'enregistrer d'ici 2024, année du bicentenaire de la naissance du compositeur, toutes les symphonies de Bruckner dans leurs nombreuses rédactions successives. Après une première gravure des onze symphonies, il revient pour la troisième fois à la neuvième et à son finale laissé inachevé à la mort du maître. Plus que les deux précédentes, cette troisième gravure ...
Lebrecht-Furtwangler

Wilhelm Furtwängler le géant, enregistrements radio à Berlin 1939-1945

Voici que le label associé à l'Orchestre philharmonique de Berlin nous restitue l'intégralité du matériel existant des enregistrements radiophoniques des années 1939-1945 de Wilhelm Furtwängler à la tête de cette prestigieuse phalange. Il s'agit d'un total de 22 SACD hybrides accompagnés d'un livre de 184 pages. Une entreprise ambitieuse et qui ne devrait pas passer inaperçue. Vers 1947-1948, après que les troupes soviétiques ont occupé la Haus des Rundfunks de Berlin, l'officier russe Konstantin Adzhemov, ...
Quintessence et majesté, András Schiff et Nikolai Lugansky à Lyon

Quintessence et majesté, András Schiff et Nikolai Lugansky à Lyon

Deux visages du piano d'aujourd'hui à l'Auditorium Maurice Ravel. Décanté, quintessencié, l'art d'András Schiff éblouit. Tout autant que la lecture altière et virtuose offerte par Nikolai Lugansky et Leonard Slatkin du Concerto n°2 de Brahms. Supérieurement pensé et construit, le récital d'András Schiff diffuse un sentiment de plénitude musicale rare. Bach, Brahms, Beethoven et Schumann : un quatuor de compositeurs que le pianiste chérit par dessus tout, et des œuvres qui convergent ...
Connesson Lost Horizon

Les mondes symphoniques et littéraires de Guillaume Connesson

À la fois peintre et écrivain de l’orchestre, Guillaume Connesson saisit l’auditeur par la virtuosité de son écriture et la beauté plastique de ses univers sonores. Il y a des compositeurs avec lesquels on se sent “bien” immédiatement. Du moins si l’on aime la fantasmagorie en matière de musique et l’abandon devant le luxe sonore, tant la virtuosité devient esclave de l’imaginaire. Symphonie ou poème symphonique en trois parties, Les ...
180166

Poignant War Requiem de Britten par Daniel Harding à la Philharmonie

Le War Requiem  de Britten sollicite le meilleur de ses interprètes. Daniel Harding les y conduit avec des gestes d’une grande douceur. Benjamin Britten, objecteur de conscience ayant quitté momentanément l’Angleterre pour les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, pacifiste militant et humaniste à la personnalité marquée par la thématique de l’individu victime du rejet des autres, a composé cet étrange War Requiem en 1961-1962, créé cette année-là pour la ...
75843-paavo-jarvi-2---credit-kaupo-kikkas

Paavo Järvi et le Philharmonia sur les traces de Mvravinski

En tournée avec le Philharmonia Orchestra, pour un concert unique à Paris au Théâtre des Champs-Élysées, Paavo Järvi livre une interprétation saisissante de la Symphonie n° 6 de Tchaïkovski, tandis que le violoniste russe Vadim Repin exalte toute l’expressivité du Concerto pour violon de Sibelius. Dès les premières mesures de l’Ouverture d’Egmont de Beethoven, le ton est donné : l’ambiance, ce soir, est au drame. Dans un mélange de grandeur ...
NL-HaNA_2.24.01.03_0_916-0628

Bernard Haitink à Berlin, l’heure des adieux

Mozart et Bruckner sont au programme, et l'admiration du public au rendez-vous. Pour son dernier concert avec l’Orchestre philharmonique de Berlin avant la saison sabbatique qu’il s’apprête à prendre, Bernard Haitink a choisi un programme en pleine continuité avec ses choix de prédilection de ces dernières années : un concerto du classicisme viennois, une symphonie de Bruckner. Le concerto, cette fois, est le dernier concerto de Mozart, et comme souvent ces dernières ...
Foto: Rene Jakobson / renejakobson@hotmail.com

À Tallinn, le croisement fertile de deux festivals

Festive, chaleureuse et galvanisante, l'édition 2019 du festival Estonian Music Days offre cette année un riche éventail de la création sonore, sans effacer pour autant l'identité de l'Estonie, la tradition chorale notamment, dont s'enorgueillit le pays. Estonian Music Days fête en effet cette année ses quarante ans d'existence et invite pour l'occasion les forces vives d'un autre festival, World New Music Days, organisé par l'ISCM (International Society of Contemporary Music). Chaque ...
Rosey_07052019.02

À Rolle, la jota s’invite chez Beethoven

En tournée avec l’Orchestre de Cadaqués, le guitariste Pablo Sáinz Villegas offre une prestation contrastée du Concerto d’Aranjuez de Rodrigo dans un concert par ailleurs de belle tenue. Dans la mise en bouche animée à souhaits de deux extraits de la Suite espagnole no. 1 op.47 d’Isaac Albéniz orchestrée par le pianiste et compositeur catalan Albert Guinovart, l’Orchestre de Cadaqués fait preuve d’une belle homogénéité et son chef Jaime Martín se ...
Dupont

En première mondiale, l’œuvre symphonique de Gabriel Dupont

Avec cet album consacré au corpus symphonique de Gabriel Dupont qui sera pour beaucoup une agréable découverte, Patrick Davin et l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège rendent un bel hommage à ce compositeur français injustement oublié. Élève de Massenet, titulaire d’un deuxième Prix de Rome (après Caplet, mais devant Ravel), Gabriel Dupont (1878-1914) est l’auteur d’une œuvre assez éclectique, comprenant nombre de mélodies, de pièces pour piano et d’opéras dont la célèbre ...
47769_g

Berlioz et Sibelius dans les valises du Philhar

Dans une sorte de répétition générale, avant le départ pour une tournée de six concerts en Espagne du 4 au 10 mai, Mikko Franck teste une dernière fois ses troupes, avec ce programme convoquant Berlioz et Sibelius, associé pour l’occasion à la violoniste, Hilary Hahn, artiste en résidence à Radio France. Pilier du répertoire violonistique, le Concerto pour violon et orchestre de Sibelius, composé en 1905, exige à la fois virtuosité ...
Mahler 7 Fischer

Le Chant de la nuit sans mauvais rêve d’Ivan Fischer

Clarté, luxe et volupté… Telle semble être la devise d’Ivan Fischer. Il domine sans conteste la virtuosité de l’écriture mahlérienne et offre une palette de couleurs splendides à la Symphonie n° 7. Est-ce pour autant suffisant ? Il ne manque que l’immense Symphonie n° 8 pour qu’Ivan Fischer et sa formation concluent leur cycle Mahler. Disons-le d’emblée : la Symphonie n° 7 dite du Chant de la nuit ne sera pas le jalon le plus ...
mikko franck

Mikko Franck donne des ailes au Philhar

Pour ce concert éclectique sur le thème des oiseaux, associant Rimski-Korsakov, Chopin, Rautavaara et Stravinsky, Mikko Franck exalte le ramage très coloré du Philharmonique de Radio France, tandis que Nelson Freire livre  une interprétation envoûtante et intimiste du Concerto n° 2 de Chopin. Composée pour partie en 1907, puis complétée par Glazounov et Steinberg en 1913, après la mort du compositeur, la Suite symphonique du Coq d’Or reprend cinq épisodes marquants ...
Chailly

Le généreux hommage de Decca à Riccardo Chailly, chef symphoniste

Si aujourd'hui Riccardo Chailly se consacre plus à l'opéra qu'au concert, en tant que directeur musical de la Scala de Milan, il a laissé durant ses mandats successifs à Berlin (RSO), Amsterdam et Leipzig un ensemble d'une qualité exceptionnelle. Decca lui rend hommage symphonique dans un coffret superbe en 55 CDs, presque exhaustif et surtout révélateur des choix d'interprétation et de répertoire du maestro. Ce somptueux coffret rend un hommage généreux ...
Bruckner 6 Ticciati

Robin Ticciati impose un Bruckner très personnel

Une énergie débordante, un sens des contrastes et des couleurs, voilà quelques qualités réunies sous la baguette de Ticciati dans cette étonnante Symphonie en la majeur de Bruckner. Directeur musical du Deutsches Symphonie-Orchester depuis deux ans, Robin Ticciati enregistre pour la première fois une symphonie de Bruckner (il grava fort bien, pour le label Tudor, la Messe n° 3 avec le Symphonique de Bamberg). Est-ce le prélude à une intégrale ? ...
Mendelssohn Lisiecki DG

Lisiecki et Bezuidenhout en quête d’un Mendelssohn authentique

Comment le pianiste Jan Lisiecki et le pianofortiste Kristian Bezuidenhout abordent-ils, dans ces deux parutions, le Concerto pour piano n°2, une œuvre dans laquelle classicisme et romantisme se rejoignent ? Jan Lisiecki a choisi le piano moderne et, à la suite de ses précédents enregistrements avec orchestre (Mozart, Chopin et Schumann), nous offre une lecture puissamment charpentée, à défaut d’être audacieuse sur le plan de la recherche des nuances. L’instrument soliste ...
Sibelius

Sibelius épidermique et ensorcelant par Santtu-Matias Rouvali

De toute évidence, Sibelius est l’un des plus profonds créateurs de son temps. Longtemps dénigré puis amplement encensé, les meilleurs musiciens ont défendu sa musique et un peu rapidement on aurait pu croire que le temps des surprises interprétatives était révolu. Erreur ! Le jeune chef finlandais Santtu-Matias Rouvali nous en administre la preuve. Né à Lahti en 1985, Santtu-Matias Rouvali, percussionniste de formation, opte à l’âge de 22 ans pour la ...
decca_tchaikovsky_sleepingbeauty_fistoulari

La réhabilitation du chef d’orchestre Anatole Fistoulari continue

Eloquence Australie nous gratifie enfin de la version Decca officielle de ces merveilles que sont les toutes premières gravures des trois ballets de Tchaïkovski, augmentés de la Symphonie n°4 en fa mineur, par ce chef bien trop peu connu de nos jours : Anatole Fistoulari. La vie du chef d’orchestre russe Anatole Fistoulari (1907-1995), devenu citoyen britannique en 1948, est digne d’un roman. À l’âge de sept ans à peine, il ...
L’étrange Requiem de Verdi par Teodor Currentzis

L’étrange Requiem de Verdi par Teodor Currentzis

Surnommé « l’enfant terrible de la musique classique », le chef d’orchestre Teodor Currentzis ne dément pas l’adage avec son étrange conception du Requiem de Giuseppe Verdi porté sur la scène d’un Grand Théâtre de Genève comble. Par quoi peut-on attirer un public ? Par la popularité d’une œuvre ? Par l’intérêt qu’on porterait à qui la dirige, la joue ou la chante ? Dans le cas de la Messe de ...
 

Banniere-ClefsResmu-ok