chaux de fonds2018 728x90

Musique symphonique

enrique-mazzola-ondif-2017

Le Requiem de Verdi superbement dramatique d’Enrique Mazzola

Dans plusieurs salles de la région, dont la Philharmonie de Paris, l’Orchestre national d’Île-de-France et son directeur musical Enrique Mazzola présentent un programme rassemblant deux ouvrages écrits à la pensée d’un être disparu. D'abord Mémoriale, courte pièce pour petit ensemble de Pierre Boulez, puis le magistral Requiem de Verdi, porté en grâce par le Chœur de l’Orchestre de Paris. Enrique Mazzola entre sur la scène de la Philharmonie accompagné de la ...
15179_1

Voyage orchestral imaginaire avec Haydn par Simon Rattle et le LSO

Avec cet album, Sir Simon Rattle et le LSO proposent une compilation originale d’œuvres de Joseph Haydn qui atteste, avec brio, les affinités que le chef britannique entretient de longue date avec le compositeur autrichien. Anecdotique sans doute, mais magistral. Cette compilation originale fut initialement conçue par Simon Rattle pour un concert du Philharmonique de Berlin, plusieurs fois reprise sur scène et enregistrée aujourd’hui par le LSO, sous la direction de ...
matthewbarley

Dans l’atelier de la modernité avec Pascal Rophé et l’Orchestre National de France

La Maison Ronde résonne ce soir de quatre œuvres dans un programme bien pensé mettant en miroir le post-romantisme, une modernité colorée ou fracassante et le contemporain le plus chatoyant. Un très beau concert, donc, où brillent deux solistes, Viktoria Mullova et Matthew Barley, ainsi que Pascal Rophé, chef à la fois énergique, engagé et raffiné. Le Webern que l'on connaît n'est pas celui de l'idylle pour grand orchestre Im Sommerwind, ...
Ctos Brahms Adam Laloum

La poésie d’Adam Laloum dans les deux concertos de Brahms

C’est avec une audace certaine qu’à peine trentenaire, Adam Laloum s’attaque aux sommets de la littérature romantique que sont les deux concertos de Brahms, qui comptent parmi les plus longs et les plus exigeants du répertoire. On connaît le goût du pianiste toulousain pour la musique de Brahms, avec lequel il avait débuté son parcours discographique en 2010, largement prolongé ensuite dans le domaine de la musique romantique allemande. Le Concerto ...
8.573747 Le Taon - The Gadfly

Le Taon de Chostakovitch reconstitué par Mark Fitz-Gerald

Mark Fitz-Gerald poursuit son travail de résurrection des compositions originales de Dimitri Chostakovitch pour le cinéma, cette fois pour Le Taon, film de 1955 d'Alexandre Feinzimmer. Sa reconstitution permet de retrouver la fraîcheur de cette composition, qui avait été perdue dans l'adaptation pour suite symphonique réalisée à l'époque.  Et de quatre ! Après La Nouvelle Babylone (1929), Seule (1931, Clef ResMusica) et Les Amies (1935), Mark Fitz-Gerald livre avec Le Taon (The Gadfly en anglais)  son quatrième ...
Renaud Capuçon © Simon Fowler

Le violon fin de siècle de Renaud Capuçon à Radio-France

On respirait ce soir le parfum suave du début du XXe siècle dans l'Auditorium de Radio-France. Au programme, Debussy, Ravel et Schoenberg, portés par le violon de Renaud Capuçon, ainsi que Lahav Shani, au piano et à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France. C'est l'épure de la tardive Sonate (1917) pour violon et piano de Claude Debussy qui ouvre cette soirée. En habitué d'une partition qu'il a déjà enregistrée chez Erato avec Bertrand Chamayou, ...
À Hambourg, Nagano et Pletnev donnent l’exclusivité à Schumann

À Hambourg, Nagano et Pletnev donnent l’exclusivité à Schumann

C'est un programme entièrement articulé autour de Robert Schumann que Kent Nagano et son orchestre Philharmonique de Hambourg nous ont présenté ce soir. Un programme ludique mettant en valeur les cornistes de la maison dans la célèbre Konzertstück pour quatre cors, ainsi que des tubes comme le Concerto pour piano et la non moins célèbre Symphonie n° 3 en seconde partie de soirée. Contemporaine du Concerto pour piano, la Konzertstück composée en 1849 est ...
backhaus

Des inédits de la radio allemande signés Wilhelm Backhaus

Il y a quelque temps, le label SWR Music a ouvert ses archives en vue de rendre disponibles des trésors d’enregistrement radio qui complètent et embellissent le paysage de la phonographie allemande. Parmi ceux-ci, on découvre, entre autres, des gravures inédites signées Wilhelm Backhaus, reproduites à partir de bandes qui sommeillaient depuis plusieurs dizaines d’années. Wilhelm Backhaus, l’un des pianistes germaniques les plus respectés de sa génération, se cantonna, après la ...
tugan_sokhiev patrice nin

Tugan Sokhiev convaincant à la tête des Berliner Philharmoniker

L'Orchestre philharmonique de Berlin invitait à sa tête Tugan Sokhiev, actuel directeur musical de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, et jusqu'en 2016 de la seconde grande phalange berlinoise : le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin. Dans un programme dominé par les Tableaux d'une exposition de Moussorgski, le chef exploite avec brio les talents qui composent le premier orchestre de Berlin. En guise d'amuse-bouche, l'orchestre interprète la pétillante Symphonie n° 1 de Prokofiev. Surnommée la ...
brahms_goerner

Nelson Goerner à Tokyo pour le Deuxième Concerto de Brahms

Le label Alpha édite un enregistrement public japonais de 2009 consacré au Deuxième Concerto pour piano de Brahms par Nelson Goerner : une réalisation attachante qui mérite toute notre attention. Le chef japonais Tadaaki Otaka et son soliste d’origine argentine Nelson Goerner donnent du Concerto pour piano n° 2 en si bémol majeur, achevé en 1881 et créé en public la même année à Budapest par Brahms au clavier et Alexander ...
harding-daniel-2-harald-hoffmann

Daniel Harding et l’Orchestre de Paris dans Beethoven et Brahms

Un concert au programme éminemment classique, pour une interprétation qui ne l’est pas moins, où l’Orchestre de Paris fait valoir avec éclat tous ses pupitres sous la direction volontaire et inspirée de Daniel Harding. Tandis que le pianiste Lars Vogt livre une interprétation à la pointe sèche du Concerto n° 3 de Beethoven. Maria João Pires ayant décidé de mettre fin à ses apparitions sur scène, c’est finalement au pianiste Lars ...
eric_aubier

L’incroyable talent du trompettiste Éric Aubier

Cet énorme coffret riche d’une quinzaine de CD, baptisé « La trompette en France », retrace une importante partie du répertoire abordé et défendu par Éric Aubier avec un enthousiasme communicatif et une dextérité à couper le souffle. Son jeu souple, sobre et haletant infiltre sans faille les presque cent-vingt œuvres des soixante-dix compositeurs retenus. Les collaborations d'Éric Aubier sont multiples et de grande qualité depuis très longtemps déjà. À l’âge de 14 ans, ...
georg schumann

James Feddeck révèle la Symphonie en fa mineur de Georg Schumann

CPO frappe de nouveau un grand coup avec la révélation (le mot n’est pas trop fort) de la Symphonie en fa mineur du compositeur post-romantique saxon Georg Schumann par le talentueux James Feddek, qui signe ici son premier enregistrement. Cet album, quatrième d’une série que le label d’Osnabrück consacre à ce maître oublié, est généreusement complété par deux ouvertures symphoniques dignes d’intérêt. Le tout est proposé dans des conditions de captation ...
Première en France du Gewandhausorchester avec Andris Nelsons son directeur musical

Première en France du Gewandhausorchester avec Andris Nelsons son directeur musical

Déjà apparu en début de saison à la Philharmonie de Paris, le Gewandhausorchester revient avec son nouveau directeur musical, Andris Nelsons. Après une courte œuvre de Thomas Larcher créée en mars à Leipzig, l’ensemble livre une Symphonie n°40 de Mozart dans laquelle la tradition germanique audible chez chaque instrumentiste est agitée par le geste plus neuf du chef, beaucoup plus enthousiasmant dans une Pathétique de Tchaïkovski d’une incroyable beauté orchestrale après ...
prokofiev romantic

Stéphane Denève et le Brussels Philharmonic dans Prokofiev : plus Cendrillon que Roméo

Sans même ouvrir le livret de ce disque plus avant, le découpage des plages nous avertit du projet éditorial : établir un résumé musical et un raccourci dramaturgique des deux plus célèbres ballets de Sergueï Prokofiev, par la réorganisation d’extraits des suites d’orchestre laissées par le compositeur, selon le strict fil chronologique de chaque argument. Stéphane Denève, à la tête d’un Brussels philharmonic courageux mais parfois dépassé, relève ainsi un périlleux ...
EmmanuelKrivineCreditPhilippe-HurlinVALIDEE_0

Emmanuel Krivine et le National irréprochables dans Saint-Saëns

Dans un programme éclectique lui associant l’inaltérable Concerto pour violon de Tchaïkovski et le confidentiel Choral n° 1 pour orgue de César Franck, la Symphonie n° 3 de Saint-Saëns constitue le moment fort de ce concert d'Emmanuel Krivine avec l'Orchestre national de France. À défaut d’originalité, Maxim Vengerov ouvre cette soirée avec une interprétation de belle facture du Concerto pour violon et orchestre de Tchaïkovski, où le jeu, au fil des ...
Requiem Berlioz Mikko Franck RF

Mikko Franck exalte le Requiem de Berlioz à la Philharmonie

Quatre années après Gustavo Dudamel à Notre-Dame-de-Paris, l’Orchestre et le Chœur de Radio France reprennent le Requiem de Berlioz, cette fois à la Philharmonie. Assisté des membres du WDR Rundfunkchor, le chœur superbement préparé par Nicolas Fink exalte toutes ses parties, accompagné par un Philharmonique des grands soirs emporté par la direction ample de Mikko Franck. Dans une Philharmonie de Paris remplie dont l’acoustique est aujourd’hui rodée pour recevoir les ...
31393916_10156308321247232_814088009522581283_n

Mariss Jansons et la Radio Bavaroise en hérauts de la liberté

De Guillaume Tell vers l'Eroica : le premier concerto de Prokofiev est au cœur d'un beau programme grâce à Frank Peter Zimmermann. Ouverture, concerto, symphonie : la sainte trilogie du concert symphonique est ce soir strictement respectée, mais le concert a malgré tout une grande cohérence, car les trois œuvres au programme ont toutes trois à voir avec le thème de la liberté et de la révolution. L'ouverture de Guillaume Tell commence ...
hemsing_bis

L’envoûtant violon d’Eldbjørg Hemsing au service de Borgström et Chostakovitch

Trois décennies séparent les concertos pour violon et orchestre de Borgström et de Chostakovitch, représentants de deux mondes inconciliables, sinon antinomiques, admirablement défendus sous étiquette BIS. La violoniste norvégienne Eldbjørg Hemsing (née en 1990), exceptionnelle artiste au timbre chaleureux, au jeu précis et millimétré, affiche une très honorable carrière. Sa compréhension subtile des musiques abordées est régulièrement soulignée. Cet enregistrement, si besoin était, nous en fournit une preuve nouvelle. Le Concerto pour ...
james conlon

James Conlon à Paris : éternel amoureux de Zemlinsky

Au pupitre devant l’Orchestre de Paris, James Conlon s’attache toujours avec passion à la défense de l’œuvre de Zemlinsky. Il lie une courte pièce du compositeur à la Nuit Transfigurée de Schoenberg, inspirée par le même poète, et montre ce qu’au début du siècle l’élève doit encore au maître. En seconde partie, la Lyrische Symphonie est défendue avec splendeur par la soprano Aga Mikolaj et le baryton Christopher Maltman. Retrouvé à ...
5019226-origpic-16afee

Christian Lindberg dans les Symphonies 5 et 7 d’Allan Pettersson

A l'instar des autres interprétations de cette série, Christian Lindberg fait ressortir chaque détail et chaque couleur de la Symphonie n° 7 d'Allan Pettersson tout en conservant un contrôle total sur la structure globale de l'œuvre. Christian Lindberg et l'Orchestre symphonique de Norrköping (SON) approchent de la ligne d'arrivée de ce qu'on l'on peut présenter (pardonnez notre opinion subjective) comme l'un des plus importants projets d'enregistrement de la fin du XXe ...
600x337_yannick

Nézet-Séguin et Yuja Wang exaltés avec Rotterdam au TCE

Pour son dernier passage à Paris en tant que directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, Yannick Nézet-Séguin, avec la pianiste Yuja Wang, signe au Théâtre des Champs-Élysées une interprétation exaltée du Concerto pour piano n° 4 de Sergueï Rachmaninov qui restera le moment fort d’un concert convoquant également un Haydn subtil et un Tchaïkovski théâtral qui appelle plus de réserves. La superbe affiche réunissant le fougueux chef québécois et l’exubérante ...
susanna_mälkki_by_simon_fowler

Intensité claire de Mälkki dans la n° 9 de Mahler à Helsinki

A Helsinki, la vision de Susanna Mälkki sur le dernier chef-d’œuvre qu'a pu achever Gustav Mahler se concentre sur un contrôle serré associé à une intensité claire et non sentimentale. A l'approche de la fin de sa deuxième saison en tant que directrice musicale de l'Orchestre philharmonique d'Helsinki, Susanna Mälkki a exploré un large éventail de répertoires, allant des chevaux de bataille à un programme plus aventureux d’œuvres contemporaines. La Symphonie ...
img_03

Compositeurs inspirés avec Gianandrea Noseda à Washington

Pour sa première saison à la tête du National Symphony Orchestra, Gianandrea Noseda propose au public du Kennedy Center des programmes savamment travaillés. Illustration avec ce concert où Mozart et Stravinsky rendent hommage à Bach et Debussy. Pour un compositeur, se référer explicitement à l'un de ses prédécesseurs n'est pas forcément un simple hommage à la personne. Il peut également signifier par là ce que sa musique avait alors, selon lui, ...
panclassics_huppertz_metropolis_strobel

Metropolis de Gottfried Huppertz dans toute sa gloire musicale

Assisté du label d’origine suisse Pan Classics, le chef d’orchestre munichois Frank Strobel, spécialisé avec un réel bonheur dans la restauration, l’édition et la direction de musiques originales de films muets, nous comble enfin avec cette édition musicale complète du Metropolis de Gottfried Huppertz (1887-1937). Lors d’une précédente chronique consacrée à la musique du film de Fritz Lang Die Nibelungen (1924), nous regrettions que celle de Metropolis (1927) publié par Capriccio ne soit pas intégrale. Ce regret n’a plus lieu d’être aujourd’hui, ...
Jansons Mahler 7

Mahler 7 par Jansons et la Radio Bavaroise

Mariss Jansons offre une lecture un peu sage qui met en valeur les qualités de l'orchestre mais reste à la surface de la partition. En ce printemps, le public munichois ne peut échapper à la Symphonie n° 7 de Mahler : c'est le produit classique de l'absence de coordination entre institutions, mais c'est aussi, après tout, une belle occasion de comparer deux des plus grands chefs d'aujourd'hui. C'est donc l'Orchestre de ...
andrea Sanguineti

À Rouen, Andrea Sanguineti mène Mozart et Schubert d’une baguette flamboyante

Une soirée en « do majeur » enlevée, aussi tonique que tenue avec rigueur et enthousiasme par Andrea Sanguineti et les musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Rouen, pour une Chapelle Corneille comblée, malgré quelques déceptions à la flûte. À la première impulsion, il n’y a pas de doute, Andrea Sanguineti mène le concert à la baguette. Avec sobriété, conviction, rigueur et précision, le maestro joue les musiciens comme l’organiste son orgue, sans ...
Esa-Pekka Salonen

Au TCE, Salonen et le Philharmonia chaotiques dans Mahler

A défaut d’originalité dans son programme, associant la Symphonie n° 2 de Beethoven et la Symphonie n° 1 de Mahler, ce concert du Philharmonia Orchestra, dirigé par son directeur musical, Esa-Pekka Salonen, surprend par l’intensité de son interprétation, à la fois fougueuse, sèche, et quelque peu iconoclaste. La Symphonie n° 2 de Beethoven marque indiscutablement un tournant dans le corpus symphonique du compositeur viennois, dernier regard vers Haydn et Mozart avant ...
constantin trinks

Berezovsky diabolise Franz Liszt, Trinks massifie Hans Rott

Après l’avoir dirigée et enregistrée au Mozarteum de Salzbourg, Constantin Trinks revient à la Symphonie de Hans Rott à Paris en imposant une pâte trop appuyée au Philharmonique de Radio France, au risque de le retrancher dans des sonorités ingrates plutôt que de se servir de sa souplesse. Auparavant, Boris Berezovsky expose son jeu diabolique dans le Concerto n° 1 pour piano puis la Totentanz de Liszt. Assistant de Thielemann en ...
Disque

Triple concerto et trio de Beethoven passionnants autour d’Anne Gastinel

Les artistes de ces enregistrements réalisés en Allemagne nous offrent deux lectures du Beethoven trentenaire où se côtoient, avec élégance et détermination, la frénésie et la mélancolie dont était si friand le Maître de Bonn. Beethoven travailla sur le Triple Concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre pendant les années 1803-1804, alors que la création publique, à Vienne, attendit 1808. Le compositeur concrétisa là son souhait de façonner un nouveau cadre ...