Mot-clef : Carine Séchaye

Faust.Lausanne.02

À Lausanne, Faust à l’étroit

Après la magnifique production d’Ariodante de Händel, l’Opéra de Lausanne ouvre à nouveau son plateau au metteur en scène, scénographe, costumier et chorégraphe Stefano Poda pour Faust, l’œuvre majeure de Charles Gounod, coproduit avec le Teatro Regio de Turin. Un événement attendu d’une part par la rareté des apparitions scéniques de cet opéra (le dernier Faust donné en Suisse Romande date d’avril 1995), par la beauté de la musique alliée avec ...
Roméo et Juliette 4 - Metz © Arnaud Hussenot - Metz Métropole

Metz, Roméo et Juliette s’invitent chez Tim Burton

Une distribution moyenne et une mise en scène inspirée du cinéma sont-elles suffisantes pour renouveler notre approche du chef d’œuvre de Gounod ? Jacques Mercier et l’Orchestre national de Lorraine, en tout cas, illuminent une partition aux mille beautés. Située dans un décor marqué par la quasi omniprésence d’un grand escalier en colimaçon traversant le plafond, symbole de la liberté à laquelle aspire une Juliette opprimée par le poids des injonctions ...
Ruben Amoretti (Don Basilio), Miguel Sola, (Dottore Bartolo), George Petean (Figaro), Yijle Shi (Conte Almaviva), Lana Kos (Rosina), Carine Séchaye (Berta)

À Avenches, un beau plateau pour le Barbier

Dans cette production avenchoise du Barbiere di Siviglia de Rossini, le plateau vocal rattrape une mise en scène sans caractère et sauve le tout d’une trop grande déception. Sur l’immense ouverture de scène des arènes, Emmanuelle Favre (décors) imagine un village de maisons de toile blanche qui, pivotant, permettent de voir l’intérieur stylisé de ces maisons. Placées sur des pilotis, l’accès à l’étage requiert nombre d’escaliers assez habilement mus pour ne ...
barbebleue

Barbe Bleue d’Offenbach à Nantes, très réjouissante

Rien de tel pour célébrer les fêtes de fin d'année qu'un opéra bouffe d'Offenbach. Alors que le marché de Noël bat son plein place Royale, le Théâtre Graslin nous offre Noël avant l'heure avec cette production de Barbe-Bleue particulièrement réjouissante. Créé au théâtre des Variétés en février 1866, Barbe-Bleue prend place dans le catalogue des œuvres d'Offenbach entre La Belle Hélène et La Vie parisienne. Signé par les mêmes librettistes, les futurs académiciens ...
COSI FAN TUTTE Opéra de Tours

L’évidence de Cosi fan tutte par Gilles Bouillon et Jean-Yves Ossonce

Pour cette nouvelle production de Cosi fan tutte à l’Opéra de Tours, Jean-Yves Ossonce a fait appel à son fidèle complice, Gilles Bouillon. Il en a résulté, comme souvent avec ces deux maîtres d’œuvre, un spectacle abouti avec, pour le spectateur, le sentiment d’un réel travail d’équipe. Gilles Bouillon ne vise pas la relecture mais s’efforce de fluidifier le déroulement de l’ouvrage et de mettre en évidence les sentiments des personnages. ...
Senn

La Scala di seta, un hilarant Rossini au TCE

Présentée sous forme de concert, cette farse en un acte affiche tous les éléments propres à un intrigue comique : un mariage secret, un serviteur maladroit, un rival ridicule, une belle ou mieux encore deux et bien évidemment un patron qui ne se doute de rien. De modeste durée, La Scala di seta alterne beaucoup d'airs d'agilité et quelques récitatifs qui rappellent ici là l'influence de Mozart. Dans le respect ...
C_Sechaye_10x15©Céline Michel

A Dijon jusqu’au bout des notes avec Carine Séchaye

Il y a, dans l’existence, des moments de grâce qui vous apportent du baume au cœur : Carine Séchaye et Marie-Cécile Bertheau sont de celles qui vous enchantent une fin d’après midi comme personne. Vite, vite, courrez prendre "l’apéro" à l’Auditorium de Dijon. Ce programme nous fait voyager dans la carte du tendre, avec parfois des incursions surréalistes dans le monde populaire de Jacques Prévert. La présentation de chaque auteur est ...
LAKME 06 © Philippe Gisselbrecht - Metz Métropole

Metz : Lakmé sans daturas

C’est sous le signe du dépoussiérage que semble avoir été placée la production de Lakmé récemment donnée à l’Opéra-théâtre de Metz. Débarrassé du kitsch et de la pacotille orientale qui entachent si souvent les mises en scène du chef d’œuvre de Delibes, ce spectacle coproduit avec le Theater Bonn ramasse l’action sur elle-même pour mieux se concentrer sur la vérité des personnages et sur la sincérité de leurs sentiments. Le contexte ...
L'Aiglon -Carine Séchaye (Duc de Reichstadt) ©  François Berthon

Tours : l’Aiglon royal

En 2004, Renée Auphan, alors directrice de l’Opéra de Marseille, avait remis à l’affiche L’Aiglon de Honegger et Ibert dans une remarquable mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser, qui n’avait malheureusement pas connu de reprises jusqu’à cette année. Les Opéras de Lausanne et de Tours ont eu l’excellente idée de s’associer pour donner une nouvelle vie à ce spectacle, Renée Auphan en assurant désormais la régie. On ne ...
Aiglon 012w

Lausanne : Sublime envol de L’Aiglon avec Carine Séchaye

En 1831, Napoléon est mort depuis dix ans. Son fils, le Duc de Reichstadt, roi de Rome, avait trois ans quand, suite à l’abdication de Napoléon 1er, il part pour Vienne avec sa mère, l’Archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Au château de Schönbrunn, il reçoit l’éducation réservée à son rang. Le chancelier Metternich déteste l’enfant. A l’adolescence, le jeune homme entretient la légende du glorieux passé de son père grâce à l’environnement ...
Faust 1

Faust à Metz, le Maître et Marguerite

Coproduite avec les Opéras d’Avignon, de Saint-Étienne et de Nice, donnée à Toulon en décembre 2011, cette mise en scène de Paul-Emile Fourny a fini par faire son entrée à l’Opéra-Théâtre de Metz. Si l’on goûte au premier chef l’opportunité d’entendre enfin le chef d’œuvre de Gounod donné sans la moindre coupure (scène de la chambre dans son intégralité, ballet du dernier acte), on apprécie également l’intelligence, l’habileté et la ...
14_MIGNONw

Mignon à Genève, le 19e siècle prend de l’âge

Inutile d’essayer de se convaincre que Mignon d’Ambroise Thomas est un opéra, au sens actuel que l’on donne généralement à ce mot. Un opéra, c’est-à-dire une intrigue, tragique ou comique, racontée en musique. Mignon n’est, sous son aspect de conte merveilleux et totalement improbable, que le prétexte pour Ambroise Thomas de nous servir une musique souvent charmante et plus souvent encore d’une joliesse plate. En fait, cette œuvre a considérablement ...
chenier2_geneve0911

Andrea Chénier, des plumes mais pas de voix

Pourquoi le Grand Théâtre de Genève est-il incapable de présenter des distributions vocales au niveau des œuvres qu’il présente ? Depuis quelques années en effet, à quelques exceptions près, la scène genevoise souffre cruellement de l’absence de chanteurs dignes de la réputation de cette maison. Si aujourd’hui le temps des Luciano Pavarotti, Piero Cappuccilli, José Carreras, Montserrat Caballé, Ruggiero Raimondi, Samuel Ramey, Thomas Hampson, chanteurs qui ont tous foulés cette scène ...
Trois-Oranges_9

L’amour des trois oranges à Genève, un prêt à porter scénique

Créée à La Fenice de Venise en 2001, reprise au Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf en 2002, et en 2007 sur la petite scène vaudoise du Théâtre du Jorat, cette production de L’Amour des Trois Oranges garde encore intacte sa force théâtrale quand bien même son génial metteur en scène est décédé depuis cinq ans. Avec l’idée maîtresse du décor d’Ezio Toffoluti de situer l’action dans le décor du ...
Elektra anecdotique

Elektra anecdotique à Genève

En 1990, la scène du Grand Théâtre de Genève marquait durablement les esprits avec une production d’Andreï Serban qui plongeait le public aux confins de la folie d’Elektra avec, sous la direction d’une rare finesse de Jeffrey Tate, une flamboyante Gwyneth Jones donnant la réplique à une monumentale Leonie Rysanek. Vingt ans plus tard, allait-on retrouver l’exacerbation des sentiments extrêmes avec la mise en scène de Christof Nel ? Force est de ...
Une amourette de « djeuns »

Une amourette de « djeuns » pour le Barbier à Genève

Pour son ouverture de saison, le Grand Théâtre de Genève inscrit à son programme Il Barbiere di Siviglia, le plus célébré des opéras de Rossini. Jusque-là rien de bien particulier. Sauf que l’affaire se corse quand on apprend qu’on entendra le chef d’œuvre de Rossini dans deux versions différentes. La première voit une Rosina en mezzo-soprano, telle que l’avait imaginée Rossini dans sa version d’originale et la seconde avec le ...
Cadre recherche tableau

Cadre recherche tableau

Il Barbiere di Siviglia Le Barbier de l’Opéra de Rouen réunit de nombreux atouts. Avec ses voix de caractère, son décor intelligent, un chef racé et un orchestre ductile, il n’a manqué que peu de chose pour parvenir à un résultat de rêve. L’intelligence du décor est un des moments forts de cette production qui sait investir et ses fonds et son imaginaire : portes, fenêtres et lumières suggèrent les différents espaces avec ...
Mozart pour finir l’année

Mozart pour finir l’année

Cosí fan tutte Cosí fan tutte, si célèbre et si souvent joué, n’en reste pas moins une œuvre aussi complexe que le thème qu’elle traite. Contradictions, suggestions quasi subliminales, il y a peut-être quelque chose de féminin dans la composition même de l’œuvre. Raconter une histoire en espérant que le public en comprenne une autre. Dire une chose avec des mots et suggérer l’inverse par la musique. Affirmer par le jeu ...
Nicola Beller-Carbone, une Salomé pour l’Histoire

Nicola Beller Carbone, une Salomé pour l’Histoire

Déjà en février de l’an dernier, la belle Nicola Beller Carbone avait brûlé les planches du Teatro Regio de Turin avec son interprétation de la Salomé de Richard Strauss. A Genève, elle est une Salomé encore plus impressionnante. Particulièrement lorsque, dans le terrible air final, le metteur en scène Nicolas Brieger a eu le bon goût d’offrir le plateau à sa seule présence. Non pas que les excès d’hémoglobine qui ...
Brigitte Hool, Micaëla de velours

Brigitte Hool, Micaëla de velours

Carmen Au tomber du rideau, le chef d’orchestre Cyril Diedrich s’avançant sur le devant de la scène salue avec, à ses côtés, tous les musiciens de l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Un hommage bien mérité à une formation qui sait comme aucune autre anticiper et s’immiscer admirablement dans la sensibilité musicale des chefs qui la dirigent. Et dans ce Carmen, il le démontre avec brio. Certes, la direction sans effet de ...