Mot-clef : Daniel Klajner

patrick davin

Patrick Davin, un Belge heureux à Mulhouse

Le chef d’orchestre belge Patrick Davin est une figure bien connue de la vie musicale belge et française à la fois lyrique et symphonique. Depuis la rentrée 2013, il préside aux destinées musicales de l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Il présente, pour ResMusica, cet orchestre et ses projets. « Le Concerto pour violon de Philippe Boesmans a été entendu par près de 3000 personnes et applaudi comme du Tchaïkovski, j’en suis absolument ravi » ResMusica : ...
LA NUIT DE GUTENBERG

Strasbourg, Philippe Manoury questionne l’écriture

En partenariat avec le Festival Musica de Strasbourg, l'Opéra National du Rhin ouvrait sa saison 2011-2012 avec la création mondiale de La Nuit de Gutemberg, une commande faite à Philippe Manoury qui signe là son quatrième opéra. Compositeur/chercheur investi depuis fort longtemps dans les processus d'application des logiciels électroniques à l'écriture instrumentale, Manoury conçoit son nouvel opus scénique avec l'assistance de la technique Ircam – comme il l'avait fait pour ...
Rêve éveillé

Rêve éveillé pour la Ville morte de Korngold

Hormis ses musiques de film (et ses deux oscars) à Hollywood, Erich Wolfgang Korngold doit sa renommée à une seule œuvre. Créée en 1920, La Ville morte ne s’imposera pourtant que dans le dernier quart du XXème siècle. Il fallut même attendre 2001 pour en voir la création scénique en France, à Strasbourg, et l’automne 2009 pour que l’Opéra national de Paris la fasse entrer à son répertoire. Une œuvre ...
Plein les oreilles

Ariane à Naxos à Strasbourg, plein les oreilles

Ariadne auf Naxos de Richard Strauss n’est pas une œuvre facile. Le projet initial d’un court opéra sur le thème mythologique d’Ariane abandonnée par Thésée devait servir de divertissement conclusif à une représentation du Bourgeois Gentilhomme de Molière, remplaçant la «turquerie» originale de Lully. Profondément remanié par le compositeur et son librettiste attitré, Hugo von Hofmannsthal, après l’échec de la création en 1912, il aboutit au singulier objet opératique qu’est ...
Halévy selon Pierre Audi

Richard III de Giorgio Battistelli, dans l’arène sanglante

Dans le cadre du Festival Musica 2009, l’Opéra du Rhin donnait en création française l’ouvrage lyrique de Giorgio Battistelli, Richard III, créé à Anvers en 2005 et sous-titré, à la manière de Monteverdi, dramma per musica : un projet ambitieux (le premier ouvrage lyrique directement inspiré de la pièce de Shakespeare!) qui se donne tous les moyens de sa réussite. Puisant au chef d’œuvre du théâtre élisabéthain dont il conserve bien sûr ...
De Piaf à la Shoah

De Piaf à la Shoah

Orchestre Symphonique de Mulhouse Depuis le mois de mars et jusqu’à la fin mai, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, et son directeur musical Daniel Klajner, ont souhaité rendre hommage à un compositeur dont le nom parle à peu de gens, alors que sa musique a fait le tour du monde : Norbert Glanzberg. Compositeur d’innombrables chansons (dont les immortelles Padam… Padam… et Mon manège à moi, créées par Edith Piaf) ainsi que de ...
Les Atrides sans fard

Les Atrides sans fard

Elektra Avec opportunisme et intelligence, l’Opéra national du Rhin remontait Elektra de Richard Strauss dans la production de Stéphane Braunschweig, datant de 2002 et couverte d’éloges, et doublait l’intérêt en conviant dans le rôle-titre la soprano Janice Baird, grande habituée du rôle, où elle a fait à chaque fois une considérable impression. Pièce centrale de la scénographie, la baignoire, où fut assassiné Agamemnon, occupe l’avant-scène durant tout le spectacle. Elle rappelle en ...
Un escalier pour rêver

Cendrillon de Massenet, un escalier pour rêver

Au milieu d’une scène entièrement plongée dans le noir, un grand escalier s’enroulant majestueusement de la scène aux cintres, voilà bien un décor pour amener les spectateurs de cette Cendrillon dans le rêve. Dans ce décor unique des quatre actes de l’opéra, il faut tout le talent du metteur en scène Johannes Erath pour que l’ennui ne s’installe pas parmi le public. Parce qu’il faut bien reconnaître qu’en dépit de ...
La revanche de Liù

La revanche de Liù

Turandot On pourrait tout autant définir Turandot comme un chef-d’œuvre de l’opéra vériste que comme la difficulté faite opéra. La dernière œuvre lyrique de Puccini étant parsemée d’écueils qu’il appartient à la production d’un tel opéra d’éviter. L’exercice est réussi avec brio par l’Opéra de Marseille. En effet, les décors et la scénographie n’ont rien de la Chine de carte postale mais dessinent un travail stylisé tandis que les déplacements de ...
Perdre conscience … Volupté suprême

Deborah Voigt : perdre conscience… volupté suprême

Magnifique programme allemand, présenté un peu abusivement comme un récital Deborah Voigt alors que la partie chantée n’occupait guère plus d’une trentaine de minutes, et dont la pièce de résistance était le trop rare Pelléas et Mélisande composé en 1903 par un Schönberg qui n’avait pas encore cédé au dodécaphonisme ; musique tonale, d’une incroyable luxuriance harmonique et polyphonique, sorte de symphonie en quatre mouvements imbriqués suivant pas à pas le ...
Convive de pierre et baguette de plomb.

Convive de pierre et baguette de plomb

Don Giovanni Ce Don Giovanni promettait beaucoup, à la fois par la présence de Ludovic Tézier dans le rôle-titre, et par la mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman, venue du théâtre -son Britannicus la saison dernière à la Comédie-Française avait visiblement été apprécié. On pouvait ainsi espérer tout à la fois une relecture passionnante du mythe et de l’opéra, et une prise de rôle majeure par l’un des meilleurs barytons français ...

Un Hollandais à la hauteur de la légende

Der Fliegende Hollander Deux ans après sa première apparition sur la scène de l’Opéra Bastille, la production du Fliegende Holländer de Willy Decker qui en avait déjà laissé les réglages à Christoph Myer de cette mise en scène reprise cette fois par Alejandro Stadlers, convainc davantage qu’à l’origine. La scénographie de Wolfgang Gussmann place l’action dans un vaste salon bourgeois des bords de la mer du Nord aux murs blancs formant ...

Exaltation de la « Medea » de Rolf Liebermann

Medea Pour la seconde entrée de la saison au répertoire de l’Opéra de Paris d’une œuvre de la fin du XXe siècle, après Das Mädchen mit den Schwefelhölzer de Helmut Lachenmann, Hugues Gall a porté son dévolu sur une partition de son maître ès direction de théâtre lyrique, Rolf Liebermann. Il en a confié la mise en scène à Jorge Lavelli, autre familier de l’Opéra de Paris de l’ère Liebermann. Directeur de ...