Mot-clef : Sonia Prina

FALSTAFF

À Turin, magnifique Falstaff de Carlos Àlvarez

Pour la vingt-et-unième fois depuis sa première création en décembre 1893, le Teatro Regio de Turin offre un de ses opéras fétiches, Falstaff de Giuseppe Verdi, dans la mise en scène remarquable d’intelligence de Daniele Abbado portée par un magnifique et touchant Carlos Àlvarez dans le rôle-titre. Falstaff. L’opéra des opéras. Tout dans cette musique de l’ultime opéra de Giuseppe Verdi sublime le mot, transcende la parole, exacerbe la phrase. Toutefois, ...
vivica-genaux

Après Geminiani, Vivaldi sauve la mise au Théâtre des Champs-Élysées

Une soirée en demi-teinte mais qui s’achève sur une note savoureuse, grâce au prêtre roux et aux interprètes : Vivica Genaux, Sonia Prina et Fabio Biondi à la tête de l'Orchestre de chambre de Paris. L’Orchestre de chambre de Paris s’est associé avec le chef Fabio Biondi autour d’un programme baroque italien qui regarde vers la France, avec une belle part consacrée au violon et aux voix : la cantate Gloria e ...
karina gauvin

L’Arsenal de Metz en fête avec La Senna festeggiante de Vivaldi

Interprétation de choc pour le plus français des ouvrages vocaux profanes de Vivaldi. Avec B’Rock Orchestra et des solistes de renom, l’ambiance de ce concert était à la fête. Des huit « serenate » composées par Vivaldi, la plus longue et la plus développée est très certainement La Senna festeggiante, même si les circonstances de production de cet hommage appuyé au jeune Louis XV demeurent largement mystérieuses. Vraisemblablement créé à Venise lors de ...
Roberta Mameli / DR

A Vienne, Amadigi ou l’étourdissante Melissa de Roberta Mameli

C’est avec un opéra de jeunesse, Amadigi di Gaula, que l’infatigable chef Alan Curtis poursuit son incroyable conquête des opéras de Haendel, l’aventure le portant cette fois vers les contrées inquiétantes de la magicienne Melissa qui tente désespérément de conquérir le coeur du chevalier Amadigi, amoureux de la douce Orianna, qui elle même a éconduit le prince Dardano. Difficile sans mise en scène de prendre toute la mesure de la ...
Karina Gauvain (c) DR

Rodelinda brille au Théâtre des Champs-Elysées

Avec Giulio Cesare et Tamerlano, Rodelinda fait partie des trois grands chefs-d’œuvre écrits coup sur coup par un Haendel touché par la grâce de l'inspiration et par la présence de vedettes italiennes comme la capricieuse Cuzzoni ou l'incroyable castrat Senesino. Même si l'opéra ne jouis plus de sa popularité d’antan, il a récemment été donné au Metropolitan de New York avec une distribution prestigieuse dont Renée Fleming et vient de ...
Une heure avec Cléopâtre

Natalie Dessay, une heure avec Cléopâtre

Il n’y a pas très longtemps encore, un disque comme ce «Cléopatra» n’aurait pas existé. Une diva telle que Natalie Dessay aurait, bien sûr, immortalisé sa Cléopâtre dans le cadre d’une intégrale. Aujourd’hui, elle doit se contenter de nous présenter les grands airs du rôle auxquels s’ajoutent quelques pièces orchestrales, deux airs alternatifs (jamais enregistrés d’ailleurs) ainsi que le duo final avec (quel luxe !) la formidable Sonia Prina dans le ...
Maladie d’amour

Orlando de Haendel, maladie d’amour

Il suffit d’observer le rideau de scène baissé pendant que l’orchestre joue l’ouverture à la française pour être averti de ce que l’on va entendre : des fêtes galantes, peintes à la manière de Watteau ou de Lancret, laissent présager des histoires d’amour légères et cruelles teintées subtilement de mélancolie. Pourtant des mufles d’animaux sauvages étranges sortent des bosquets, et ces créatures fantastiques ne manquent pas de nous inquiéter quelque peu. ...
Haendel, version théâtre !

Orlando de Haendel, version théâtre par le Concert d’Astrée!

La première d’Orlando à l’Opéra de Lille affiche complet. Ce début de saison détonne sous la baguette d’Emmanuelle Haïm et la direction artistique de l’Écossais David McVicar qui nous sert cette histoire fantastique, d’amour, de mort et de démence, sur un plateau d’argent. Droit sorti de l’Orlando furioso de l’Arioste, Orlando est un chevalier amoureux et batailleur qui, fou de jalousie, supprime dans un accès de démence son aimée Angelica et ...
Veronica triomphante !

Ezio de Haendel : Veronica triomphante !

Disons le d’emblée Ezio n’est pas de la meilleure plume de Georg Friedrich Haendel, il connut à sa création un échec cuisant (5 représentations seulement), pourtant depuis quelque temps il jouit d’un regain de vitalité : outre le concert de ce soir en tournée (donné aussi au Festival de Montpellier de cet été), signalons la parution discographique et la tournée de concerts par le chef Alan Curtis ainsi qu’une production scénique ...
Haendel en brique historique

Opéras de Haendel en brique historique

Réalisés entre 1967 et 2004, les enregistrements réunis dans cet élégant coffret conçu par Sony Music pourraient presque se lire, ou s’écouter, comme une anthologie de l’interprétation des opéras haendéliens au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Ainsi, le Giulio Cesare dirigé par Julius Rudel, dans la foulée des fameuses représentations du New York City Opera, atteste encore l’ancienne manière initiée dans les années 1920 – instruments modernes ...
Le défi du seria

Le défi du seria

Ezio Ezio, le vingt-cinquième opéra de Haendel, ne connut, lors de sa création au King’s Theatre en janvier 1732, que cinq représentations. Haendel reprenait l’un des inusables livrets de Métastase (d’après une pièce de Thomas Corneille, Maximian, créée en 1662) déjà mis en musique par une quarantaine de compositeurs dont Hasse, Porpora, Jommelli et Gluck, pour ne citer que quelques uns d’entre eux. Le général Ezio revient à Rome, auréolé de ...
Pour l’Alcina enchanteresse de Joyce DiDonato…

Pour l’Alcina enchanteresse de Joyce DiDonato…

Les amoureux du beau chant ne seront pas déçus, car cette nouvelle version d’un des plus beaux opéras de Haendel contient de très sérieux atouts, qui pourraient bien la faire préférer à toute autre. On pouvait peut-être redouter d’entendre la mezzo Joyce DiDonato dans un rôle de soprano, mais il se trouve en réalité que la tessiture du rôle, finalement assez basse, convient idéalement à la jeune chanteuse américaine, dont ...
Premières armes

Premières armes

Le Concert d’Astrée Qui gagnera la bataille avec l’Ange ? Certainement pas le méchant Lucifer, retranché furieusement dans son orgueil ! Qui pleure d’une façon si touchante et se lamente sur le mort de Jésus de Nazareth ? Marie-Madeleine et Marie Cleophe éplorées. Quant à Jean, il sait si bien comprendre cette mère que lui a confiée le Sauveur ! Mais le miracle a lieu : même si Marie-Madeleine ne peut toucher celui qu’elle aperçoit à la porte ...
Splendeur musicale et mise en scène ensablée

Splendeur musicale et mise en scène ensablée

Giulio Cesare au Théâtre des Champs-Élysées On peut dire qu’à l’occasion de ce Giulio Cesare, le Théâtre des Champs-Élysées a mis, pour la distribution tout du moins, les petits plats dans les grands ! On sort en effet de la représentation ébloui par tant de beauté musicale…et dépité par tant de vacuité scénique ! Qu’est-il donc arrivé à Irina Brook ? On avait bien aimé son Eugène Onéguine à Aix-en-Provence et sa Cenerentola dans ce ...
Haendel, Le Concerto Italiano

Haendel, Le Concerto Italiano

Festival International d’Opéra baroque La famille Borée, sur scène lors des récentes Boréades de Lyon ou dans le ciel et « pour-de-vrai » sur le festival de Beaune, agite décidément volontiers le monde baroque. Orage, ô désespoir ! Le festivalier qui s’apprêtait à passer un bon moment dans l’exceptionnel et fastueux décor de la cour des Hospices, ce vendredi soir, 17 juillet, aura dû faire contre mauvaise fortune beau chœur : celui de la Basilique ...