Archives de l’auteur : Cyril Brun

Ensemble Organum. Cœur d’hommes

Ensemble Organum. Cœur d’hommes

Surpris, dérouté, pantois, incapable de se prononcer, c’est assurément la palette de sentiments qui anime l’auditeur à la première écoute du Chant des Templiers. L’impression est à la fois nouvelle et déroutante, mais une sensation de connu semble pourtant demeurer tout au long du déroulement de ce chant liturgique médiéval. Ce qui surprend, en définitive, c’est la synthèse harmonieuse des styles. Tout nous est connu au point que le mouvement naturel ...
Bartok -Volkov, ça c’est de la musique !

Bartok -Volkov, ça c’est de la musique !

Sibelius-Bartok-Berlioz Mercredi soir Ilan Volkov a révélé au public de la Salle Pleyel son sens aigu de la nuance et de l’équilibre. Béla Bartòk n’est pas un compositeur toujours facile à saisir. Entrer dans l’intelligence de sa musique n’est pas immédiat pour un public, comme pour un musicien à qui n’est pas familier avec son écriture. Le Mandarin Merveilleux ne fait pas exception, bien au contraire. Une œuvre scandale qui mit ...
VI. Ludovic Tézier

Haydn, Fauré, une blague… de mauvais goût !

« Nous prenons un risque, celui de vous émerveiller ». Tel est le slogan actuel de Radio France. Et bien ce dimanche 15 octobre au Châtelet, l’émerveillement se fit attendre et tel Godot, ce fut l’incompréhension voire la consternation qui furent au rendez-vous. Comment un chef salué maintes et maintes fois pour son œuvre, notamment par le prix Toscanini, a-t-il pu nous donner une interprétation aussi plate ? De la technique, de l’électrique, du ...
Eclatant Puccini

Eclatant Puccini

Madame Butterfly La salle est plongée dans l’obscurité, le rideau n’est pas encore levé lorsque, clairs et sonores, les premiers accords de Madame Butterfly jaillissent, impétueux, du silence qui les contenait. Ouverture franche qui saisit le public pour ne plus le lâcher une mesure jusqu’au dernier accord étouffé, comme happé par le silence dramatique qui reprend ses droits, ensevelissant la pauvre Cio-Cio-San poignardée par son espérance trompée, que le rideau sans ...
Les limites de la technique

Les limites de la technique

Fait-on plus témoin d’une époque que les Symphony anthems de John Blow ? Il est difficile pour l’auditeur néophyte d’apprécier, au sens intellectuel du terme, ces œuvres religieuses d’un genre particulier. Si elles peuvent être agréables à entendre, ou qualitativement irréprochables, ce n’est pas ce qui en donne l’intelligence et la saveur. En bonnes musiques de l’Eglise protestante, elles visent d’abord à donner un sens au texte qu’elles supportent. La charge émotive ...
Michael Gielen, au plus intime de Beethoven

Michael Gielen, au plus intime de Beethoven

Le premier et étrange accord en ré majeur du Kyrie est là, présent, saisissant. Il fait entrer l’auditeur dans toute la dimension spirituelle, à la fois inquiète et admirative, de Beethoven pour le conduire jusqu’à l’ultime invitation de l’Agnus Dei à demeurer encore dans la contemplation divine. Loin des accords finaux des grandes symphonies, Beethoven nous laisse ici face à nous-même, prolongeant intérieurement près d’une heure trente de mystère christologique. ...
Theatre_des_Arts_de_Rouen

Réouverture de l’Opéra de Rouen

Après un an passé « hors les murs », l’Orchestre de l’Opéra de Rouen rentre chez lui, au Théâtre des Arts. Il n’a déjà pas été facile pour son directeur général et artistique, Daniel Bizeray, de mettre sur pieds une saison dite nomade, il n’était guère plus aisé de réussir le retour de l’enfant prodigue. A cela, Daniel Bizeray répond : « une saison est toujours composée de contraintes et d’opportunités. » Finalement, le ...
Excellence et connivence

Festival Berlioz 2006 Vol IV : excellence et connivence

Il est des instants que les mots ne peuvent rendre. Il est des profondeurs que la parole ne sait dire. Il est des intensités que la verve la plus habile ne parvient pas à dévoiler. Le concert de clôture du festival Berlioz 2006 est de ces moments que seuls ceux qui l’ont vécu peuvent partager. L’intense respect et l’immense amitié qui lient la si délicate Caroline Sageman et le non ...
Grandiose et époustouflant

Festival Berlioz 2006 Vol III : Grandiose et époustouflant

Ouverture franche et nette, une incroyable maîtrise des doubles forte, une très grande lisibilité des accords et une facile appréhension des pupitres, quelques relatives anicroches des trompettes et des altos un peu poussifs, un jeu entre pupitres un rien décousu et décidément une nette puissance dans les graves, posés avec un aplomb inébranlable, voilà ce qui aurait pu ressortir de ce concert. Un ensemble très correct pour une interprétation agréable ...
Un romantisme inégal

Festival Berlioz 2006 Vol II : Un romantisme inégal

On peut dire que l’ensemble vocal Berlioz est « couleur locale ». Les sept musiciens qui le composent sont presque tous issus de la région ou en lien avec elle. Du conservatoire de Grenoble aux ensembles amateurs de Lyon sans oublier l’orchestre de Saint Etienne, très lié au Festival, les voici tous unis dans la patrie de Berlioz pour traduire un peu de son lien avec le romantisme allemand. Sous le ciel ...
Un Beethov’ de plus !

Intégrale symphonique par Kurt Sanderling, juste un Beethov’ de plus !

« A ma mort, je voudrais être congelé. Le temps de donner à la science de me faire revivre, car je ne connais toujours rien de Beethoven. » Cette phrase de celui que l’on a considéré comme l’un des plus grands connaisseurs du Maître de Bonn, ne peut que nous remplir de modestie et d’humilité face aux diverses interprétations tant de Karajan lui-même que de tout musicien qui ose s’affronter au génie ...
Isolde abandonnée à son pauvre sort

Festival Berlioz 2006 Vol II: Isolde abandonnée à son pauvre sort

Transcrire une œuvre est de soit une gageure, transcrire Wagner est un jeu extrêmement risqué, mais prendre ce risque dans la patrie même de Berlioz qui n’appréciait pas que l’on puisse changer une note d’une composition, est pour le moins incongru. Jean-Pierre Arnaud, passant outre tous les obstacles, s’est courageusement attelé à cette tâche redoutable, destinée à un public de connaisseurs. Le résultat de la transcription est, disons-le, assez réussi ...
Retour sur un des événements musicaux majeurs de l’été

Festival Berlioz 2006 Vol I : Retour sur un des événements musicaux majeurs de l’été

Humilité, sobriété excellence ! Le village est quasiment inchangé. Les superbes Halles médiévales qui ont accueilli le festival à ses débuts il y a douze ans, n’ont rien perdu de leur éclat qui rivalise avec le ravissant château Louis XI qui accueille depuis 2003 un festival devenu incontournable pour les grands noms de la musique symphonique. Tout le village est mobilisé derrière l’équipe du Festival. Quatre salariés et deux cents bénévoles ...
Mozart invité à l’inauguration du Théâtre des Arts

Mozart invité à l’inauguration du Théâtre des Arts

Così fan tutte Così fan tutte ! Si elles pouvaient effectivement toutes faire de même, ces voix d’artistes, et atteindre la beauté et la profondeur de ce que nous ont livré Guylaine Girard, Patricia Fernandez, James Oxley, Boris Grappe, Eric Martin-Bonnet et Virginie Pochon lors du premier concert que donnait vendredi 23 juin 2006, l’opéra de Rouen pour inaugurer sa nouvelle cage de scène ! Le public, toujours aussi fidèle, après une saison ...
Bruckner version Sanderling

Bruckner version Sanderling

Dans le vaste panorama d’interprètes et d’interprétations, l’embarras nous saisit parfois, à l’image d’un professeur face à une bonne, voire très bonne copie…hors sujet. Le sujet traité est excellemment traité, mais ce n’est pas le bon et c’est dommage. Que dire alors, comment noter ? C’est ce que suggère cette republication de la Symphonie n° 4 de Bruckner, par Sanderling. Cette réédition d’un concert public enregistré en 1994 est d’une qualité sonore relative, ...
Une cure de jouvence de haut niveau

Réouverture du Théâtre des Arts de Rouen

Tandis que ses musiciens et chanteurs s’offraient une saison nomade à la rencontre des rouennais, restés fidèles, le Théâtre de Arts de Rouen subissait une rude et radicale cure de jouvence. Cette institution rouennaise inaugurée sous ce nom en 1776, incendiée (accidentellement ?) un siècle plus tard jour pour jour, rebâtie à l’emplacement même des cendres encore chaudes en 1882, mise à mal par la sinistre semaine rouge qui réduisit en ...
Du pré à la cour, du parvis à l’autel de Graville

Du pré à la cour, du parvis à l’autel de Graville

IIe Festival de musique médiévale Quelque part sur les hauteurs du Havre, un petit prieuré dans le plus pur style du roman normand, accueillait dimanche 18 juin 2006, ses « Deuxièmes prieurales », sous l’égide des amis du Prieuré de Graville. Après les estampilles royales proposées l’années dernière, le prieuré de Graville nous invitait à entrer dans une « autre approche de la danse au Moyen-âge ». Le défi n’est pas des moindres. Le Moyen-âge ...
C’est Strauss qu’on assassine

C’est Strauss qu’on assassine

Drame au Théâtre des Champs Elysées Dès les premières mesures il est clair que l’Orchestre National de France n’est pas dans son état habituel. L’unité si harmonieuse que Kurt Masur sait d’habitude imposer est totalement absente. Il faut même un long moment avant de réussir à pénétrer dans l’intelligence de la Musique de concert pour orchestre à cordes et cuivres de Paul Hindemith. Chose totalement inhabituelle pour l’orchestre, les pupitres ne ...
IVe centenaire de la naissance de Corneille

IVe centenaire de la naissance de Corneille

Le grand siècle dans tous ses Etats ! Fermez les yeux, laissez-vous porter, il n’y a pas de doute, vous êtes au Grand Siècle, le roi ne devrait plus tarder. Son Excellence l’archevêque de Rouen ouvre la Salle des Etats du Palais de l’Archevêché au tout Rouen invité par la prestigieuse et savante Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, à passer deux journées autour de Pierre Corneille qui, au ...
Alberto Nosè, un pianiste à suivre

Alberto Nosè, un pianiste à suivre

Une fois encore, l’abbaye de l’Epau, l’Académie Musicale de Villecroze et la collection Nascor d’Ysaÿe Records semblent avoir répondu à leur vocation en donnant une large et belle tribune au jeune pianiste Alberto Nosè qui peut ainsi réaliser son premier enregistrement. Pour cette première, ils choisissent de frapper fort en sélectionnant deux œuvres pour virtuose. Les Etudes symphoniques de Robert Schumann, peut-être l’une des œuvres les plus accomplie du compositeur allemand, ...
Kurt Masur s’amuse dans l’Ile aux enfants

Kurt Masur s’amuse dans l’Ile aux enfants

Bechara El-Khoury, Aux frontières de nulle part En voyant la programmation, on se demande d’emblée qu’elle sera l’unité de la soirée. Entre un Prokofiev qui choisit, par bravade, de composer une symphonie classique, un Matthus qui écrit pour Kurt Masur une œuvre exprimant le chef allemand mieux que n’importe quelle interview, il y a déjà deux mondes musicaux. Mais ajouter encore à cet éclectisme, la finesse orientale de Bechara El-Khoury et ...
Festivités du neuvième centenaire de l’Abbaye

Festivités du neuvième centenaire de l’Abbaye de Fécamp

Ouverture en demi-teinte Dans le cadre des festivités du neuvième centenaire de l’abbaye de Fécamp, l’abbatiale de la Sainte-Trinité recevait samedi 20 mai 2006, Les chantres d’Ile-de-France, sous la direction de Jean-François Capony, pour un concert qui leur est cher, la Cantate de l’Apocalypse d’André Gouze. Composée en 1995 par le Père dominicain de Sylvanès, cette cantate suit le texte biblique attribué à l’apôtre saint Jean, dans une relecture de Pierre ...
L’Anima del filosofo

L’Anima del filosofo, Koopman au service de la musique classique

Après Gluck et Monteverdi, avant Offenbach, Joseph Haydn reprend à son compte le mythe d’Orphée et d’Euridice en 1791. Composé à Londres, cet opéra italien s’inscrit dans une série de commandes du King’s Theatre. L’incendie du théâtre londonien le 17 juin 1791 remit en cause l’exécution de certaines œuvres et c’est ainsi que L’anima del filosofo dut attendre 1950 pour être interprétée pour la première fois dans son intégralité à ...
Richard Hickox, un coup pour rien !

Richard Hickox, un coup pour rien !

En passant par hasard devant une fenêtre ouverte d’où s’échapperait un peu de musique on aurait juré entendre l’enregistrement d’une grosse harmonie municipale sous le kiosque à musique de la place du village. L’entrain du flonflon est là, avec sa générosité et son absence totale de légèreté. Les violoncelles très pesants empâtent ce Souvenir de Florence que les violons peinent à alléger tant la confusion de l’orchestre et la lourdeur ...
Technique et talents au service de Saint-Saëns

Technique et talents au service de Saint-Saëns

En écoutant l’enregistrement de Yannick Nézet-Séguin et Philippe Bélanger, sur l’Orgue de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal, on se dit d’emblée : Il y a quelque chose ! Mais quoi ? Quelque chose d’inhabituel, mais pourtant de très agréable. Mais quoi ? Car si l’ensemble est relativement bon, tout n’est pas parfait et de nombreuses imperfections demeurent. Mais qu’est-ce donc ? L’organiste peut-être ? Philippe Bélanger mérite, il est vrai, plus de notoriété qu’il n’en a encore en Europe. Jeune prodige ? On ...
La Résurrection en sept paroles

Haydn : La Résurrection en sept paroles par Laurence Equilbey

Incontestablement, il est des enregistrements qui font date. Dans le flot actuel de concerts, de récitals et d’enregistrements de qualité relative, c’est un véritable bonheur de trouver une perle comme ces Sept dernières paroles du Christ en croix par Laurence Equilbey et son ensemble. Une perle haut perchée qui ne fait que creuser davantage l’écart entre les grands et … les autres. Il faut dire que de grands, Laurence Equilbey ...
Les Passions slaves

Les Passions slaves

Oxana Yablonskaya à Mogador L’Orchestre National d’Ile-de-France a invité Oxana Yablonskaya au théâtre Mogador pour sa quatrième des six représentations des « Passions slaves ». Au programme, deux russes aussi radicalement différents qu’ils sont talentueux. Comment rapprocher, en effet, Rachmaninov de Scriabine ? Tous deux élèves de l’austère Zverev, leurs étoiles illuminèrent pourtant les deux pôles les plus antithétiques du firmament russe contemporain, après des débuts difficiles, faits de revers et d’incompréhensions. Oscillant entre échecs ...