Archives de l’auteur : Nicolas Derny

Franz Liszt réduit à ses principes élémentaires

Franz Liszt réduit à ses principes élémentaires

On doit à Isabelle Werck l’inestimable traduction en français des souvenirs de Natalie Bauer-Lechner, confidente de Gustav Mahler jusqu’à l’arrivée d’Alma dans la vie du musicien (L’Harmattan). Quelques mois après avoir publié une courte biographie de son compositeur fétiche (Bleu nuit), la musicologue consacre -anniversaire oblige- un petit ouvrage à Franz Liszt. En huit chapitres, tout est censé y passer et comme l’auteur l’admet elle-même : «ce n’est pas une mince ...
Plaidoyer féministe peu convaincant

Plaidoyer féministe peu convaincant

«Si l’absence de toute œuvre féminine importante dans l’Histoire de la musique peut trouver d’autres explications, elle est cependant d’abord la preuve que la femme manque d’imagination. Car il faut infiniment plus d’imagination pour produire de la musique que ne saurait en montrer la femme la plus masculine». Cette citation issue de Sexe et Caractère d’Otto Weininger (1880-1903) a de quoi indigner. Cependant, pour des raisons sociologiques, seule une poignée ...
Soirée romantique avec Tabea Zimmermann

Soirée romantique avec Tabea Zimmermann

Difficile de trouver le juste superlatif pour décrire la parfaite alchimie qui opère lorsque Tabea Zimmermann et Kirill Gerstein se mettent à faire de la musique ensemble. Si l’on connaît bien la première, célébrée dans le monde entier comme une des meilleures altistes de notre temps, voici l’occasion idéale de faire plus ample connaissance avec le Russe qui participe incontestablement à la réussite de cet enregistrement. Né en 1979 et ...
City-trip réussi dans la capitale impériale

City-trip réussi dans la capitale impériale

Après un disque intitulé «Paris» (Avi), le Quatuor Szymanowski nous emmène à Vienne ; escapade musicale qui débute par une interprétation très soignée de l’opus 18/2 de Beethoven. Avec une irréprochable précision d’intonation, une excellente cohérence interne et une parfaite justesse d’expression (Scherzo), l’ensemble se montre très convaincant. Le tout est d’un classicisme aux finitions très propres (Adagio cantabile presque vocal, robuste Allegro molto final) et procure un plaisir musical que ...
La Bohème au féminin

La Bohème au féminin

Riches d’une collaboration de plusieurs années et d’une discographie plutôt axée sur la musique allemande et française (Mendelssohn, Brahms, Fauré, Saint-Saëns, Ravel), c’est un charmant programme tchèque que nous proposent cette fois Antje Weithaas et Silke Avenhaus. Outre des pièces plus ou moins connues, deux raretés intéresseront les curieux et les inconditionnels. Certes, le Capriccio : Rondo di concerto de Dvořák est loin d’être un chef-d’œuvre (le compositeur ne trouva d’ailleurs aucun ...
Un Schubert peut en cacher un autre

Un Schubert peut en cacher un autre

Volupté sonore et mélancolie douce, voilà qui résume la Sonate Arpeggione telle qu’interprétée par Marc Coppey. Avec un sens naturel du phrasé et un lyrisme extraordinaire (Adagio), le violoncelliste nous emmène dans un univers aux magnifiques couleurs automnales. L’entente avec Peter Laul est parfaite et c’est presque à une scène d’opéra de chambre que nous assistons dans l’Allegretto final. Les personnages semblent prendre vie (et dialoguer !) sous l’archet de Coppey ...
Un quatuor dans la force de l’âge

Le Quatuor Hagen, dans la force de l’âge

Trente ans de quatuor pour la famille Hagen ! S’il ne joue «que» depuis 1987 dans la formation actuelle (avec Rainer Schmidt comme second violon), l’ensemble fête dignement cet anniversaire en entreprenant une nouvelle série d’enregistrements pour le label Myrios (après 45 disques gravés pour Deutsche Grammophon). Loin de se reposer sur ses lauriers, le quatuor va (très) loin dans ses recherches musicales et force est de constater que cela lui ...
Femme fatale pour concertos inégaux

Hilary Hahn, femme fatale pour concertos inégaux

D’abord jugé injouable, le Concerto pour violon de Tchaïkovski fut ensuite qualifié de «musique puante pour l’oreille» par Eduard Hanslick. A force d’être rabâchée par des solistes en mal d’imagination et autres violonistes de concours, l’œuvre semble parfois usée jusqu’à la corde. Las du pathétique à la sauce slave, de la pyrotechnie gratuite, des chevauchées à travers la steppe ou des finales à la cosaque, l’enregistrement d’Hilary Hahn apparaît comme ...
L’intransigeant

Václav Talich (1883-1961), l’intransigeant

Václav Talich marqua profondément l’histoire de la direction d’orchestre du XXe siècle. Sous son règne, long d’une vingtaine d’années, l’Orchestre Philharmonique Tchèque se hissa à la hauteur des meilleures formations mondiales. Animé par une forme de carriérisme et une ambition artistique qui ne sont pas sans rappeler celles de Gustav Mahler, il dirigea également d’une main de fer le Théâtre national de Prague, institution emblématique de l’histoire de son pays. ...
Pour un Mozart apollinien

Pour un Mozart apollinien

Chef-d’œuvre absolu du corpus chambriste mozartien, le Divertimento K. 563 est une pièce qui demande une connivence parfaite entre ses interprètes. Or, les trios à cordes régulièrement constitués sont relativement rares. Celui formé par Zimmermann / Temstit / Poltéra se réunit un ou deux fois par an mais donne l’impression de jouer ensemble au quotidien depuis de longues années tant l’alchimie entre ces musiciens de talent est parfaite. Armé d’instruments d’exception ...
La jeune garde et le bon Vieuxtemps

La jeune garde et le bon Vieuxtemps

D’origines diverses et variées, les sept jeunes violonistes réunis pour cette intégrale des concertos d’Henri Vieuxtemps sont placés sous la supervision artistique de leur maître Augustin Dumay. Ce dernier fut élève d’Arthur Grumiaux, qui bénéficia lui-même des conseils de Georges Enesco, disciple de Martin-Pierre Marsick dont Vieuxtemps disait : «Je tiens cet artiste pour le premier violon de Paris et de mille autres lieux. Et dire que c’est un Belge, un ...
Toute la noblesse de Brahms

Toute la noblesse de Brahms par Plamena Mangova

Pour un label indépendant tel que Fuga Libera, graver des œuvres aussi emblématiques que celles qui figurent sur ce disque peut être considéré, selon le résultat, comme audacieux ou inconscient –il faut en effet pouvoir se distinguer sur un marché saturé et dominé par les interprétations de personnalités musicales plus vendeuses qu’une soliste encore peu connue sur la scène internationale et un orchestre de seconde catégorie. Cet enregistrement brahmsien s’apparente ...
Le violon du diable dompté par un ange

Caprices de Paganini par Julia Fischer, le violon du diable dompté par un ange

Les Caprices pour violon seul de Paganini sont un passage obligé pour tous les violonistes. Qu’il soit question d’un examen de conservatoire, d’un bis de concert ou d’un enregistrement intégral, tous les pratiquent un jour ou l’autre. Julia Fischer a choisi de les analyser en profondeur afin de nous en livrer une lecture mûrement réfléchie. En plus de les avoir répété au violon, la musicienne confie en effet avoir étudié ...
Beethoven avec Renaud Capuçon et Frank Braley

Beethoven avec Renaud Capuçon et Frank Braley

Comme pour les Symphonies, les Concertos ou les Sonates pour piano, chaque mélomane possède probablement une version de référence des Sonates pour violon de Beethoven. Magnifiquement réussie, l’intégrale signée Renaud Capuçon/Frank Braley ne menace toutefois pas nos repères en la matière. Car les deux compères, liés par une évidente complicité, offrent une version parfaitement homogène et équilibrée de ce corpus inégalé dans l’histoire du genre mais, malgré une belle imagination, ...
Une Symphonie des Milles en demi-teintes

Une Symphonie des Milles en demi-teintes par David Zinman

Œuvre redoutable et à double tranchant que la Symphonie n°8 de Gustav Mahler, sous-titrée « Symphonie des milles » en raison du nombre impressionnant d’exécutants qu’elle requiert. Mahler la créa à Munich le 12 septembre 1910, à la tête de 1029 choristes, solistes et musiciens, donnant là son dernier concert européen auquel assistaient nombre de personnalités de l’époque. Un siècle plus tard, David Zinman poursuit son intégrale mahlérienne en enregistrant cette pièce ...
Moussorgski en liberté

Le Moussorgski en liberté d’Alice Ader

Belle idée de la part d’Alice Ader que de nous offrir une intégrale des œuvres pour piano de Modest Moussorgski, que l’on réduit trop souvent aux Tableaux d’une exposition, généralement assez mal servis par des pianistes de concours ou par des lisztiens blasés en quête de frisson slave. Par conséquent, on préfère souvent entendre l’orchestration de Ravel que l’original –pourtant si génial- débité par des broyeurs d’ivoire sans âme. Cette ...
Aux sources de la musique : hommage à sir Charles Mackerras (1925-2010)

Sir Charles Mackerras (1925-2010), aux sources de la musique

Sir Charles Mackerras a profondément marqué le XXe siècle musical. Mozartien d’exception, il nous a également (surtout ?) révélé Leoš Janáček. Il fut le premier à jouer et enregistrer Jenůfa dans sa version «authentique», à dégraisser Mozart (longtemps avant le retour aux instruments d’époque) et remettait inlassablement sur le métier ses œuvres de prédilection. Plus d’une soixantaine d’années de concerts, d’enregistrements et de tournées n’ont pas émoussé l’enthousiasme de ce chef ...
Un volcan sans nuage

Ilian Garnetz et Alina Bercu, comme un coup de foudre

Certaines rencontres musicales sont comme des coups de foudre. Quelques notes suffisent pour que les musiciens comprennent qu’ils sont sur la même longueur d’onde. Ainsi Clara Haskil et Arthur Grumiaux se rencontrèrent au hasard du Festival de Prades et après quarante-cinq minutes de répétition, formèrent un des plus beaux duos de leur temps dans Beethoven et quelques Mozart. Ilian Garnetz et Alina Bercu (finaliste du concours… Clara Haskil !) semblent s’être ...
Au pied du mur

Miloš Popovič & Lorenzo Gatto en voyage musical dans l’Europe centrale du XXe siècle

Le label belge Fuga Libera peut s’enorgueillir d’avoir en son sein quelques jeunes artistes parmi les plus prometteurs de leur génération : Plamena Mangova, le Trio Dali, Severin von Eckardstein, Miloš Popovič, etc.. Le jeune violoniste belge Lorenzo Gatto, auréolé, entre autres distinctions, du deuxième prix du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique (2009), fait aujourd’hui son entrée dans l’écurie bruxelloise après avoir démontré ses talents de chambriste dans des ...
La quête de l’inouï

La quête de l’inouï de Nikolaj Znaider

Le Concerto pour violon op. 61 d’Edward Elgar dure une petite cinquantaine de minutes. Pour cette raison, il est peu prisé des programmateurs de concerts et rares sont les violonistes qui s’y attaquent. Composée pour Fritz Kreisler, l’œuvre fut créée par celui-ci le 10 octobre 1910 au Queen’s Hall de Londres (détruit en 1941 sous les bombes allemandes). C’est sur le Guarneri del Gesu que jouait Kreisler ce soir-là que ...
Bach sans relief

Bach sans relief

Faut-il être un vieux sage du violon pour aborder avec réussite les œuvres pour violon seul de Johann Sebastian Bach ? Le jeune Menhuin (EMI) ou, plus proche de nous, Hilary Hahn (Sony) et Julia Fischer (Pentatone) ont prouvé que non. En revanche, l’enregistrement des Partitas n°2 et 3 que nous livre aujourd’hui Marie Cantagrill ne marquera pas la discographie, loin s’en faut. L’intonation est parfaite, le jeu d’archet très propre et ...
Un peu de poésie

Un peu de poésie avec István Várdai

Comme on approuve le jury du Concours de Genève qui, le 27 octobre 2008, a décerné son Premier Prix de violoncelle au jeune hongrois István Várdai ! Déjà lauréat du Concours Tchaïkovski (3e Prix) et du Concours de l’ARD à Munich, le jeune musicien –22 ans à l’époque- ne fait que confirmer, grâce à cette distinction supplémentaire, qu’il est un interprète sur lequel on peut désormais miser. Un mot vient immédiatement à ...
bohuslav_martinu5

Bohuslav Martinů, l’exil éternel et le mal du pays

Comme Smetana, Dvořák et Janáček avant lui, Martinů est un patriote convaincu et militant. A ce titre, sa musique est proscrite par les nazis lors de l’invasion allemande. L’interdiction vaut aussi bien pour la France que pour la Tchécoslovaquie, également occupée par Hitler depuis mars 1939. Le couple Martinů fuit les allemands en s’installant provisoirement, en septembre 1940, à Aix-en-provence. Ayant fui aussi vite que possible avec un minimum de ...
bohuslav_martinu4

Bohuslav Martinů : l’entre-deux guerres, entre Prague et Paris

L’état tchécoslovaque, libéré depuis 1918 du joug germanique, accorde au jeune compositeur (qui a déjà plus de 150 œuvres à son actif !) une petite bourse lui permettant de partir pour Paris (1923), ville qu’il affectionne énormément. Le séjour était censé durer 3 mois, mais la capitale française le retient 17 ans ! Les débuts sont difficiles pour cause de soucis matériels et la barrière de la langue est difficile à surmonter. Mais ...
bohuslav_martinu2

Bohuslav Martinů : Enfance et formation sous l’empire Austro-hongrois

De la musique tchèque, on retient en général les noms de Smetana, Dvořák et Janáček. A ce tableau, fort incomplet, il faut ajouter un grand compositeur du XXe siècle : Bohuslav Martinů, dont on fête cette année le cinquantième anniversaire de la mort. L’homme, trop mal connu des mélomanes actuels, compose comme il respire, autant que Bach ou Haydn. Si son esthétique est composée d’inspirations diverses et qu’il vécut la majeure ...
Erosion mahlérienne

David Zinman, érosion mahlérienne

Décevante lecture que ce septième volet de l’intégrale en cours de David Zinman à la tête de «son» orchestre de Zurich chez RCA. Dès le premier mouvement, le chef montre les carences architecturales de sa vision de l’œuvre en ne faisant preuve d’aucune cohérence dans l’enchaînement des sections et sous-sections de cette forme sonate. S’il respecte les indications de tempo fournies par Mahler, Zinman les lit au pied de la ...