Spectacles Danse

Deux soli sous la ramure

André Ouamba & Julie Guibert, deux soli sous la ramure

Festival d’Avignon Dans le calme du matin provençal, une brise légère agite les ramures des arbres du jardin du Lycée Saint-Joseph, enchâssés dans le plateau qui accueille depuis déjà plusieurs années les propositions du Sujet à Vif. Le principe en est simple : un interprète choisit un chorégraphe pour lui écrire un solo. Des doubles projets pilotés par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques et le Festival d’Avignon, qui laissent la ...
Cabaret déshabillé

Cœurs croisés par Philippe Decouflé : Cabaret déshabillé

Dans cette fantaisie pour adultes, Philippe Decouflé en maître de cérémonie coquin a convoqué les principales perversions sexuelles pour en faire des numéros de strip-tease à la limite du loufoque et du burlesque. Point d’érotisme torride dans ce cabaret transgenre où une galerie de personnages étranges et sympathiques paradent tour à tour. Du plus grand, un noir bien membré, au plus petit, un nain aux longs cheveux blonds, ils s’exposent ...
Grandeur et décadence

Giselle par le Ballet National de Cuba, grandeur et décadence

Il en va des légendes comme des rêves, elles finissent par s’évanouir au réveil. La réputation légendaire du Ballet National de Cuba, emblème castriste de la révolution cubaine, repose en grande partie sur les épaules de sa fondatrice et toujours directrice Alicia Alonso, divine ballerine des années cinquante, malgré une cécité qui ne l’empêcha jamais de danser. Ses ports de bras sublimes et son visage expressif font partie des grands ...
Monumental

Monumenta : Anselm Kieffer vu par Carolyn Carlson

Le travail d’Anselm Kieffer est une profonde source d’inspiration pour Carolyn Carlson. Dans le cadre monumental de l’exposition consacrée à l’artiste allemand au Grand Palais, la chorégraphe signe un événement chorégraphique improvisé et unique. De la même manière que le butoh japonais a émergé en réaction aux explosions atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, la chorégraphe Carolyn Carlson a choisi une danse du désastre pour se confronter aux œuvres émouvantes et ...
Autoportrait sensible

Solo de Philippe Decouflé, autoportrait sensible

Créé en 2003 au milieu des arbres des Tuileries, ce solo, sous-titré « Le doute m’habite », revient à Paris après avoir tourné sur de nombreuses scènes internationales. Dans ce format plus intime que ses spectacles « Sombrero » ou « Iris », Philippe Decouflé en profite pour explorer de nouvelles trouvailles optiques et chorégraphiques, tout en traçant un autoportrait sensible. Photos à l’appui, il présente au spectateur – qui n’en demande pas tant – les femmes ...
Carnets d’étude : danse et musique

Thomas Hauert et Luis Naón invités d’honneur au Festival Agora

Festival Agora 2007 Deux créations mondiales et une création française au programme de cette soirée de pièces courtes, placée sous le signe de la musique et de la danse. Thomas Hauert, chorégraphe suisse et Luis Naón, compositeur argentin, en sont les invités d’honneur autour d’un trio d’interprètes d’exception : Alain Billard, Geneviève Strosser et Laurent Korcia. Le genre « étude », que celle-ci soit musicale ou chorégraphique, associe prouesse technique et virtuosité. Première et brillante ...
Au commencement était Forsythe

Au commencement était Forsythe

Koninklijk Ballet van Vlaanderen Après le beau spectacle Decreation, présenté sur la même scène du Théâtre national de la Communauté française quelques semaines auparavant, c’est un autre ballet du bouillant William Forsythe qui draine en masse son public de fidèles. Créé en 1988 par le ballet de Francfort, Impressing the Czar est un tournant dans l’œuvre de l’Américain, tant au niveau de l’évolution des formes que dans la reconnaissance internationale de son ...
William Forsythe en festival

William Forsythe en festival

Kunstenfestivaldesarts Ce milieu de printemps est en Belgique fortement placée sous le signe de William Forsythe. Le Kunstenfestivaldesarts propose deux spectacles du chorégraphe : Decreation et Human Writes ; le ballet royal des Flandres proposant à Bruxelles le quasi légendaire Impressing the Czar et le centre culturel anversois De Singel offrant une reprise d’une nouvelle version des Three Atmospheric studies. On ne va pas s’en plaindre tant l’artiste est un des rares créateurs actuels ...
Ombres et lumière

Ombres et lumière pour Sombrero de Philippe Decouflé

Un étonnant spectacle en noir et blanc où Philippe Decouflé réinvente les ombres en flanquant chaque danseur vêtu de blanc d’une doublure teinte en noir. Ponctué de textes poétiques et sur une partition de piano inspirée d’Erik Satie, le chorégraphe s’affirme une fois de plus comme un illusionniste hors pair. Le format est modeste, le propos plutôt simple avec un retour affiché à la chorégraphie au détriment des effets spéciaux qui ...
Exercice de style

12 Easy Waltzes par Michèle-Anne de Mey

Autour de la valse, la chorégraphe wallonne Michèle-Anne de Mey et son assistant proposent en douze étapes un exercice de style très conceptuel et un peu désuet. Sur le parquet de bois clair est tracé un cercle rouge, identique à ceux qui marquent les terrains de basket. Celui-ci servira, 45 minutes durant, de terrain de jeu aux deux interprètes, un homme et une femme, qui vont s’appliquer à déconstruire et décomposer ...
Concert de danse

Soirée Steve Reich par Anne Teresa De Keersmaeker

Résolument placée sous le signe de la musique, cette soirée Steve Reich mêlait reprises et créations autour d’une collaboration de 25 années entre le compositeur contemporain et la chorégraphe flamande. Premier round de cette soirée avec Pendulum, une pièce musicale pour deux micros baladeurs pendus au-dessus de haut-parleurs pour une dizaine de minutes d’effet Larsen et de son sursaturé. Puis un époustouflant récital de marimbas pour Marimba Phase, ménageant de subtiles ...
Touchant

Touchant « Journal d’inquiétude » de Thierry Baë

Que faire lorsque l’on est un danseur de 45 ans, handicapé par des difficultés respiratoires et qu’on a encore envie de créer et de danser ? Se faire remplacer par un autre danseur, de préférence plus connu, dont le nom restera une surprise jusqu’au bout. C’est le pari gonflé qu’a fait le danseur et chorégraphe Thierry Baë en imaginant ce solo émouvant et drôle en trois parties. Dans la première partie, le danseur ...
Variations subtiles et les nouveaux alpinistes

Sens Dessus-dessous de Tiago Guedes

Une variation subtile autour du trio signée par un chorégraphe portugais invité dans le cadre de la manifestation « Sens Dessus-dessous » par le Parc de la Villette. Vêtus de tee-shirts et de pantalons en coton peu seyants, les trois corps – deux féminins et un masculin – se laissent alternativement manipuler par les deux autres, jusqu’à l’obtention d’une position idéale et satisfaisante pour chacun. Ces trois positions forment alors la base d’un ...
Festival Ballets Russes V

Compagnie Heddy Maalem, climax du Festival Ballets Russes à Liège

Le Festival de l’OPL consacré aux ballets russes s’est clôturé par le très attendu Sacre du printemps, dans lequel l’orchestre liégeois a été rejoint par la compagnie de danse de Heddy Maalem. Ce festival, au cours duquel le public aura pu savourer un grand nombre de partitions trop peu souvent jouées (on pense à la suite d’orchestre Le Bouffon de Prokofiev, ou encore à la Tragédie de Salomé de Schmitt), ...
De bruit et de fureur

Péplum de Nasser Martin-Gousset : de bruit et de fureur

Dans cette toute première « superproduction » (il est également l’auteur de Bleeding Stone (2000) et Neverland (2002) ainsi que de plusieurs solos) le chorégraphe Nasser Martin-Gousset, par ailleurs interprète fétiche de Joseph Nadj, fait preuve d’un sens aigu de la mise en scène. Il signe avec Péplum un hommage appuyé et d’une grande efficacité au cinéma hollywoodien en général et aux péplums en particulier. Mais pas n’importe quel péplum ! Cléopâtre, le ...
Bulle cinématographique

In the wind of time d’Isabella Soupart : Bulle cinématographique

Dans l’ambiance survoltée d’une conférence de presse avec un réalisateur américain, les questions fusent dans toutes les langues dès l’ouverture du spectacle. Peu importent les réponses, seul le rythme compte, tandis que chaque interprète endosse un langage corporel qui lui est propre. Une italienne s’attarde pour une interview en tête-à-tête, plus sensible, laissant la place à chacun des protagonistes pour des duos sans repos, émaillés d’images vidéo. Dans la salle, la ...
its not funny Meg Stuart

It’s not funny de Meg Stuart : Talent comique

Perruques blondes et sourires Ultra Brite, tous les ingrédients du show à l’américaine sont réunis sur le plateau d’It’s not funny, le dernier spectacle de la chorégraphe Meg Stuart, installée à Bruxelles avec sa compagnie. Mais en y regardant de plus près, quelque chose cloche dans cette « chorus line » digne de Broadway. Hésitants, embarrassés, mal fagotés, les six interprètes provoquent les éclats de rire du spectateur, toujours prompts à se ...
Nudité civilisée

La pudeur des icebergs de Daniel Léveillé : Nudité civilisée

Un trio d’hommes nus, dans la puissance brute et dénuée d’artifices de leurs corps. Cette nudité virile permet de façon clinique de voir chaque muscle se tendre et s’exercer dans des portés répétés et sans apprêt. Dans ce spectacle du chorégraphe montréalais Daniel Léveillé, la simplicité des mouvements exerce une certaine fascination sur le spectateur. Le trio devient quatuor l’espace d’un instant, avec l’arrivée d’un nouveau danseur, puis quintette avec celle ...
Parcours de danseurs

« A quoi tu penses ? » de Dominique Boivin : Parcours de danseurs

Qu’est ce qui conduit à une vie de danseur ? La romancière Marie Nimier a interrogé dans « Vous dansez ? », recueil paru en 2005 chez Gallimard, le parcours de cinq danseurs, dont Dominique Boivin fait un spectacle à la fois tendre, ludique et grave. A partir de ces textes plutôt difficiles à mettre en mouvement, même s’ils ne parlent que de danse, Dominique Boivin dresse une galerie de portraits bien sentis, de l’adolescente ...
Le fil rouge

Festival Faits d’Hiver – Christian Ubl : Le fil rouge

Le spectacle – ou la performance – dure 50 minutes, dont dix sont consacrées au déroulement d’un fil rouge en un long réseau arachnéen, maintenu par de fines poulies, formant sur scène une véritable installation. Pendant ce temps, un corps dont on ne voit que le dos se déplace en rampant latéralement, puis en roulant sur lui-même, pivotant toujours autour d’un même axe. Progressivement, ce corps se mettra à quatre ...
Cœurs mêlés

Corazón Loco de Blanca Li : Cœurs mêlés

Pari réussi pour Blanca Li avec cet audacieux spectacle vocal où seule la beauté des voix, sur des paroles très simples célébrant l’amour, habite l’espace. Blanca Li fait de Corazón Loco un spectacle total abouti et maîtrisé, utilisant la musique, la vidéo, la lumière et la danse, dans la lignée d’un Decoufflé ou d’un Montalvo, régulièrement accueillis dans cette salle. Soutenu de bout en bout par l’exceptionnelle partition d’Edith Canat ...
Capitonnée

Chambre blanche de Michèle Noiret : Capitonnée

Un peu daté, le quatuor féminin signé par la chorégraphe belge Michèle Noiret est l’un des premiers rendez-vous du festival « Faits d’Hiver ». Une table blanche un peu massive, un tabouret noir. Tour à tour, quatre femmes pénètrent dans l’espace délimité de voilages blancs. Chignon banane, manteau droit et sombre, talons hauts, elles dévoilent en quelques gestes leur personnalité. Sensuelle et hédoniste pour la première, vive et pressée pour la seconde, prudente ...
Trafiqués

Import – Export de Kœn Augustijnen : Trafiqués

Deuxième rendez-vous de ce début d’année entre la danse et la musique baroque aux Abbesses, mais cette fois, celle-ci est sonorisée et jouée sur instruments modernes. Reprenant un dispositif cher à Alain Platel, le fondateur des Ballets C. de la B., Kœn Augustijnen intègre un quatuor à cordes à un décor de containers. Juché sur une palette, un alto remarquable, Steve Dugardin, chante des extraits d’opéras baroques. Et pourtant, le choix ...
Humour noir

Récitatifs toxiques de Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna : humour noir !

Pour démarrer l’année, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna nous offrent un spectacle d’une irrésistible drôlerie, où se côtoient humour noir et musique baroque. Tapissé de bois clair, le sobre écrin du Théâtre des Abbesses sied à ce répertoire, interprété sur scène par les musiciens de l’Ensemble Quam Dilecta. Le plateau est entièrement occupé par un impressionnant décor, des stalles grises munies de lutrins, d’une grande modernité. Lorsque les instrumentistes, ayant ...
Dans la tourmente !

Sans retour de François Verret : dans la tourmente !

Corps frôlés par le vent de puissantes turbines, les haubans qui se balancent et une passerelle de bateau en métal projettent les danseurs dans l’univers inhospitalier de la haute mer et le fracas de la tempête, évoquée par Herman Melville dans Moby Dick. Psalmodié comme un gospel, le texte poétique de Charles Olson présente les personnages emblématiques d’Ismaël et d’Achab. Des séquences de calme, très contemplatives, succèdent aux séquences de ...
Fantaisie en bleu

Quintette cercle de Boris Charmatz : Fantaisie en bleu

Boris Charmatz livre avec Quintette cercle une courte et étrange fantaisie chorégraphique. Après l’expérimental Régi, avec et autour de la figure de Raimund Hogue, il y retrouve le plaisir de danser aux côtés de ses quatre interprètes. On se souvient en 2002 d’Héâtre-élévision, spectacle télévisé diffusé dans ce même Centre Georges Pompidou à l’attention d’un seul spectateur par séance. Une aventure sensorielle pour le public, concentré sur les mouvements captés ...
Franc et direct

Never Mind de Daniel Larrieu : franc et direct

Daniel Larrieu a délaissé les joliesses de ses précédentes créations Cenizas ou N’oublie pas ce que tu devines pour une danse efficace et directe, incarnée par des interprètes d’expérience. Avec ces corps de 30 ou 40 ans, il retrouve le plaisir du jeu sans excès d’innocence, comme si la liberté retrouvée d’une compagnie indépendante (il dirigeait le centre chorégraphique de Tours jusqu’en 2002) l’avait débarrassé du désir de paraître. Franche et ...
Variation chorégraphique pour un homme seul

Un garçon debout de Rachid Ouramdane : Variation chorégraphique pour un homme seul

Pour reprendre à Paris cette pièce créée en octobre dernier à Annecy pour l’auteur et metteur en scène de théâtre Pascal Rambert, Rachid Ouramdane a choisi l’espace difficile et exigeant de la Ménagerie de Verre. La salle, une ancienne imprimerie en béton au plafond très bas, est entièrement tapissée de plaques de carton fort, poudré de blanc. Au sol, deux bosses créent une irrégularité dans cet espace plan. Derrière le public, ...
Märkl et Chouinard au top

Jun Märkl et Marie Chouinard au top

Les concerts d’ouverture réservent toujours des surprises à leurs invités. Un auditorium archi-comble et complètement enfumé nous empêchait presque de trouver notre place. Un couplage Debussy-Stravinsky assez insolite -joué avec ballet- nous attendait dans une salle noire type opéra, les pupitres des musiciens étant très légèrement éclairés. Jun Märkl, quant à lui dirigeant dans l’obscurité quasi totale. Une danseuse au look bestial, vêtue très légèrement, entra sur scène pour le prélude, ...
William Forsythe

William Forsythe, Danse au kunstenfestivaldesarts

Artiste en perpétuelle recherche depuis ses débuts de chorégraphe au Ballet Frankfurt, William Forsythe attire un public toujours nombreux et particulièrement bigarré qui allie les inconditionnels de l’avant-garde et les esthètes du ballet curieux des réalisations de ce diable d’homme qui ne saurait se satisfaire de superficialité et de simplification. En dépit d’un horaire hybride de fin d’après midi, le récent théâtre national de la Communauté française Wallonie-Bruxelles est bondé ...
 

Banniere-ClefsResmu-ok