Mot-clef : Béatrice Uria-Monzon

À la Monnaie de Bruxelles, une Gioconda entre sexe et effroi

À la Monnaie de Bruxelles, une Gioconda entre sexe et effroi

En coproduction avec la Théâtre du Capitole de Toulouse et le Théâtre Wieki de Varsovie, la Monnaie de Bruxelles propose en ce début d’année une nouvelle production de La Gioconda d’Amilcare Ponchielli, dans une mise en scène  dérangeante, parfois scabreuse, souvent glaçante et toujours très noire d’Olivier Py. Le livret d’Arrigo Boïto s’inspire largement du drame de Victor Hugo Angelo tyran de Padoue ; l’action et les personnages en sont quelque peu modifiés et ...
Mefistofele_2

Simplicité spectaculaire du Mefistofele de Boito aux Chorégies d’Orange

Après une Aida routinière et un duo Nucci/Sierra l’année dernière pour un Rigoletto de qualité mais sans grande surprise, Jean-Louis Grinda a su susciter l’étonnement en 2018 en proposant aux Chorégies d’Orange l'opéra Mefistofele d’Arrigo Boito, bien trop rare sur les scènes lyriques françaises. Pour cette première programmation de Jean-Louis Grinda pour les Chorégies d’Orange, certains trouveront ce choix audacieux alors que dès le prologue, il est évident que le gigantisme de l’œuvre ...
Ophélie Gaillard.01

Ophélie Gaillard toute en musicalité dans Richard Strauss

N’a-t-on pas déjà tout dit sur le métier irréprochable de la violoncelliste française ? Et pourtant, avec cet enregistrement consacré à Richard Strauss, Ophélie Gaillard fait une fois de plus la magnifique démonstration de sa musicalité. Là où, dans la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6 de Richard Strauss, ses collègues violoncellistes martèlent les cordes réussissant à « économiser » près de deux minutes sur cette œuvre ...
IMG_8443 b photo Christian DRESSE 2018

Gloire à l’orchestre, dans Hérodiade à Marseille

C'est devenu une sorte de tradition, l'Opéra de Marseille propose régulièrement des raretés de l'opéra français, dans une distribution léchée. Ne serait-ce quand dans les cinq dernières années, nous avons eu le privilège d'y entendre Cléopâtre, Les Troyens, Moïse et Pharaon, ou encore l'Aiglon ! Cette fois-ci, l'institution phocéenne nous offre la grandiose Hérodiade de Massenet. Envoûtante partition que celle-ci, dernier feu d'un grand opéra moribond, qui allie pompe et sentimentalité, ...
_DSC2894

Adriana Lecouvreur à Saint-Étienne : Adrienne, Sarah et Béatrice

Entre Monaco et Marseille, Adriana Lecouvreur fait escale chez son deuxième coproducteur. La mise en abyme de Davide Livermore (réalisée à Saint-Étienne par Alessandra Premoli), qui avait déjà invité Sarah Bernhardt, bénéficie à Saint-Étienne, de l’arrivée d’une autre belle tragédienne : Béatrice Uria-Monzon. Battons notre coulpe en préambule : nous n’avions jamais pris très au sérieux cet avatar du vérisme, créé en 1902 entre Bohème et Tosca, certes bien écrit mais moins immédiatement ...
Beatrice Uria-Monzon

À Lausanne, l’évocation de Maria Callas déçoit

Pour cette année commémorative du quarantième anniversaire de la disparition de Maria Callas, et pour le jour anniversaire de sa naissance en 1923, l'Opéra de Lausanne proposait un concert lyrique animé par l’écrivain et journaliste Alain Duault, figure emblématique des présentations d’opéra à la télévision, et la mezzo-soprano française Béatrice Uria-Monzon. Le spectacle s’ouvre (si l’on peut dire), sur un grand écran couvrant tout le rideau de scène de l’opéra de ...
3-Opera-de-Vichy-credit-Christophe-Morlat-2

Le spectacle continue à l’Opéra de Vichy

Dans un style Art nouveau qui en fait un théâtre lyrique unique en son genre, l’Opéra de Vichy brille aujourd’hui de mille feux, avec sa sublime décoration d’or et d’ivoire qui a bénéficié d’une restauration complète en 1995, par sa programmation riche et exigeante, ou bien encore par sa saison d’été autant que par celle d’hiver. Mais l’Opéra de Vichy a bien d’autres spécificités que sa directrice artistique Diane Polya-Zeitline ...
Trompe-La-Mort de Luca Francesconi en création sur le plateau de Garnier

Trompe-La-Mort de Luca Francesconi en création sur le plateau de Garnier

Après la création, à la Scala, de son opéra Quartett en 2011, le Milanais Luca Francesconi répond à la commande de l'Opéra de Paris avec Trompe-La-Mort d'après Honoré de Balzac. S'il élabore lui-même le livret, il avoue ne pas avoir touché à l'écriture de Balzac, celle de Splendeurs et misères des courtisanes dont est tirée l'histoire de ce personnage caméléon aux quatre visages. Avec la collaboration fructueuse du metteur ...
Carthage

À Genève, Béatrice Uria-Monzon bouleversante Didon des Troyens

Vingt ans après son enregistrement à la tête de l’Orchestre Symphonique de Montréal, Charles Dutoit propose une nouvelle lecture concertante des Troyens d’Hector Berlioz sur la scène du Grand Théâtre de Genève. Est-ce l’acoustique du Grand Théâtre de Genève qui ne se prête pas idéalement aux versions concertantes d’opéra ? Reste qu’en comparaison avec l’enregistrement en studio que Charles Dutoit réalisa avec l’Orchestre Symphonique de Montréal en octobre 1993, le Royal ...
IMG_4783 photo Christian DRESSE 2014

Une Gioconda de grand luxe à l’Opéra de Marseille

Venant de Liège, ayant tourné à Palerme, Nice, Saint-Etienne, cette belle production de La Gioconda atterrit enfin à Marseille. La mise en scène réussit le tour de force d’allier tradition et modernité, de laisser respirer l’action dans les lieux et l’époque du livret, sans tomber dans le chromo de grand-papa. Les décors, plus suggestifs que réalistes, évoquent à merveille la cour du palais des doges, un navire en partance ou l’intérieur ...
IMG_1209 photo Christian DRESSE 2014

Le Roi d’Ys à l’Opéra de Marseille

Dans les notes d’intentions de ce Roi d’Ys, représenté pour la première fois en 2007 à Saint-Etienne, puis en 2009 à Liège (ce dernier ayant fait l’objet d’une captation DVD sous l’étiquette Dynamic) Jean-Louis Pichon décrit la légendaire cité courbée sous la religion d’Etat, envahie par la frustration, la haine, la jalousie et le culte effréné du pouvoir. Cela nous vaut une mise en scène sombre, dans des décors oppressants ...
LA VESTALE -

La Vestale resurrected at the Théâtre des Champs-élysées

Paris had to wait for 160 years to see again La Vestale, a masterpiece from the First Empire, the missing link between the French lyric tragedy and the Romantic opera, and a hymn to the glory of Napoleon I. Its sheer inspiration has never been translated well onto the CD support, except for Maria Callas, but the sound recording was all too uncertain. Thus, I was eager to see this Vestale ...
LA VESTALE -

La résurrection de La Vestale au Théâtre des Champs-Élysées

Voici environ 160 ans que Paris attendait de retrouver La Vestale, chef-d’œuvre du Premier Empire, chaînon manquant entre la Tragédie Lyrique et l’Opéra Romantique, hymne à la gloire de Napoléon Ier. L’œuvre possède un souffle intense, qui ne fut jamais rendu au CD, si ce n’est par Maria Callas, hélas dans une prise de son plus qu’aléatoire. L’impatience était grande, donc, de voir cette Vestale pour la première fois, en version ...
IMG_1751 photo Christian DRESSE 2013

Exceptionnels Troyens à Marseille !

L’opéra de Marseille, capitale européenne de la culture 2013, a frappé très fort en donnant ces Troyens comme point final de sa saison, qui plus est, dans une distribution presque entièrement hexagonale, et qui donne fort à espérer du renouveau de l’école du chant français ! Que de voix admirables, de diction châtiée étaient réunies ce soir du 12 juillet, pour rendre hommage à Hector Berlioz ! Entendons-nous bien. La perfection ...
Massenet, Cléopâtre, photo Christian Dresse

Marseille : Cléopâtre… et Marc-Antoine

Pour honorer le label Marseille Provence, capitale européenne de la culture, l’Opéra de Marseille offre une saison plus singulièrement méditerranéenne dont la pénultième étape est une rareté. Saluons une institution qui, avec un fier courage, préfère produire un ouvrage quasi-inconnu plutôt qu’une énième (et réputée « fédératrice ») Traviata. Avec cette Cléopâtre (1912), Jules Massenet résuma tout son art. Alors que, en 1912, Debussy, Schönberg et Stravinsky (il avait achevé Petrouchka ...
tannhauser_strasbourg

Strasbourg : Tannhäuser, une première difficile

Présenter Tannhäuser sans Tannhäuser. Voilà sûrement une forme d’exploit dont Marc Clémeur et l’Opéra national du Rhin se seraient volontiers passés. D’autant plus que, comme le rappelle le programme de salle, c’est ici à Strasbourg que l’ouvrage connut sa première représentation en France en 1855, dix ans après la création à Dresde. Annoncé souffrant d’un refroidissement mais en voie de guérison avant le premier acte, le titulaire du rôle-titre, Scott MacAllister, ...
Rideau de scène © Christian Leiber / ONP

Deux visages de l’enfance à l’Opéra de Paris

Deux visions de l'enfance, voilà bien le seul lien entre deux œuvres aussi dissemblables que Der Zwerg (Le Nain) de Zemlinsky et L'Enfant et les sortilèges de Ravel. Encore que l'enfance dans la première œuvre est très relative : si l'infante dans l'originale de Wilde a douze ans, une fois mise en musique elle en a dix-huit. Quant à l'idée de ce couplage improbable, elle remonte à 1998 et est ...
Duchesse_lausanne1211 (2)

A Lausanne, La Grande Duchesse gagne le public

Un beau succès. Et bien mérité. Dans cette nouvelle production, Omar Porras réussit la difficile gageure de montrer une œuvre de divertissement avec beaucoup de finesse malgré les « grosses ficelles » de l’intrigue. Racontant le livret avec clarté et entrain, jamais il n’oublie ni l’époque, ni le compositeur Jacques Offenbach. Dans cette charge contre les pouvoirs, de l’armée, de la noblesse, sa Grande Duchesse de Gerolstein aurait pu tisser ...
norma.lausanne2

Norma au Tibet

A l’ouverture du spectacle, quand entre une procession de moines tibétains vêtus de leurs tenues traditionnelles de toges bordeaux et jaunes, certains coiffés de chapeaux emplumés, armés de grands cure-dents terminés par des boules de papier rose ajourées comme  ceux qu’on plante dans les cocktails rafraîchissants des îles du Pacifique, on se dit qu’on s’est trompé de film ! L’arrivée d’une Norma, couronnée de lauriers d’or, vêtue d’une robe d’une blancheur ...
Routine et reprises…

Les Contes d’Hoffmann à Bastille, routine et reprises…

C’est un véritable bonheur que de retrouver cette splendide production des Contes d’Hoffmann, une des plus réussies de Robert Carsen pour l’Opéra de Paris. Créée en mars 2000, elle n’a pas pris une ride malgré ses dix ans, et fonctionne toujours aussi bien : pour qui ne l’a jamais vue, le numéro de la poupée nymphomane fait toujours autant rire, et le même murmure d’admiration accueille l’ouverture du rideau de l’acte ...
Le grand style français

Werther dirigé par Michel Plasson, le grand style français

Antidote salutaire au récent Werther de l’Opéra de Paris, à sa distribution internationale générique et à son pathos exacerbé, la nouvelle production de l’Opéra du Rhin retrouve la mesure et les demi-teintes propres à cette interprétation tellement française du romantisme allemand, dont Les Souffrances du jeune Werther, écrit par Gœthe dès 1774, ne sont d’ailleurs que les prémisses. Le maître d’œuvre en est sans équivoque le chef Michel Plasson qui, à ...
Des trois oranges à croquer !

Des trois oranges à croquer !

En décembre 2005, Gerard Mortier avait offert au public parisien un Amour des trois oranges très grand public réglé avec efficacité par son vieux compère Gilbert Deflo. Le metteur en scène gantois use, avec un peu de facilité, d’une transposition dans le monde de la Comedia dell’Arte avec des effets secondaires du Paris Art déco mondain, luxueux et polisson. Cependant son travail s’avère poétique et spectaculaire car les décors et ...
Kazushi Ono, un berliozien d’avenir !

Kazushi Ono, un berliozien d’avenir !

Orchestre Symphonique de La Monnaie Alors qu’il fait ses débuts dans la fosse de l’Opéra de Paris à l’occasion de la reprise de Cardillac de Paul Hindemith, Kazushi Ono revient au pupitre de l’orchestre dont il est, jusqu’en juin prochain, le directeur musical. Centré autour de Berlioz, ce concert avait tout pour plaire : une œuvre très populaire et l’espoir de grandes interprétations car le chef japonais avait été l’artisan d’un superbe ...
Shakespeare à l’opéra

Shakespeare à l’opéra

Solistes du CNIPAL Shakespeare et Gounod à l’opéra : quel casting !… et quel dommage ! Quel dommage ? Qu’il ait été boudé... « Ce n’était que Molière », déplorait Musset dans une salle à demi-vide. Disons avec optimisme que l’Opéra-théâtre d’Avignon était à demi-plein. On avait initialement annoncé un concert symphonique, et le public a hésité jusqu’au dernier moment. Toujours est-il que les treize jeunes chanteurs, après avoir été applaudis dans le même programme par 1. 500 ...
Don José sauve Carmen

Le Don José de Marcelo Álvarez sauve Carmen

Théâtre du Capitole de Toulouse Voici donc enfin, dix ans après, la reprise tant attendue de cette Carmen qui avait vu le triomphe de Béatrice Uria-Monzon. La mise en scène de Nicolas Joël, très sobre, fuit la couleur facile d’une Espagne de carte postale. Trop sobre peut-être, on pourrait même la trouver par moments bien statique, particulièrement dans le traitement des chœurs. De bonnes idées ne peuvent racheter totalement une certaine ...
Pour deux grandes tragédiennes

Les Troyens à l’Opéra du Rhin : pour Sylvie Brunet et Béatrice Uria-Monzon, grandes tragédiennes

Les Troyens d'Hector Berlioz sont-ils enfin sortis du purgatoire, où les cantonnait leur réputation de chef d’œuvre trop long, trop lourd à monter et trop difficile à distribuer ? On peut l’espérer puisque, après la production événement de 2003 au Théâtre du Châtelet et alors que l’Opéra de Paris reprend la production salzbourgeoise de Herbert Wernicke, la plus modeste scène de l’Opéra du Rhin tente courageusement l’aventure dans le cadre de son ...
Grandiose et époustouflant

Festival Berlioz 2006 Vol III : Grandiose et époustouflant

Ouverture franche et nette, une incroyable maîtrise des doubles forte, une très grande lisibilité des accords et une facile appréhension des pupitres, quelques relatives anicroches des trompettes et des altos un peu poussifs, un jeu entre pupitres un rien décousu et décidément une nette puissance dans les graves, posés avec un aplomb inébranlable, voilà ce qui aurait pu ressortir de ce concert. Un ensemble très correct pour une interprétation agréable ...
Création concertante de Fiesque, premier opéra de Lalo

Création concertante de Fiesque, premier opéra de Lalo

Festival de Radio-France et Montpellier 2006 Les deux opéras que composa Edouard Lalo (1823-1892) n’auraient pu connaître destins plus différents. Tandis que son deuxième opéra, le Roi d’Ys, connut le succès et une grande popularité, Fiesque ne fut jamais représenté. En effet, pour son premier essai lyrique, le compositeur, mieux connu par sa Symphonie Espagnole, rencontra de nombreuses difficultés. Lalo avait proposé son opéra à l’automne 1868 lors d’un concours qui ...
Myung Whun Chung dirige une distribution de rêve

Myung-Whun Chung dirige une distribution de rêve

Festival de Saint Denis Requiem de Verdi C’est un magnifique et émouvant concert que nous a offert le festival avec quatre voix descendues du ciel, un orchestre et des chœurs sublimes sous la baguette fervente de Myung Whun Chung. En 1874, à l’occasion du premier l’anniversaire de la mort de l’écrivain Alessandro Manzoni Verdi écrivit cette bouleversante et magnifique méditation sur l’éternité. Le compositeur voue une immense admiration à l’auteur d’I ...
Existe-t-il un Don Carlo parfait ?

Don Carlo ouvre la saison toulousaine

Ouverture de saison en fanfare avec ce Don Carlo très attendu - l’œuvre n’avait pas été donnée à Toulouse depuis 1984 - et succès certain : le spectacle était affiché complet dès les premières représentations et a manifestement charmé le public! Une fois n’est pas coutume, commençons cette chronique par quelques mots de l’orchestre. Car, contrairement à ce qui a pu être écrit ici ou là un peu légèrement, la prestation des ...