Mot-clef : Damiano Michieletto

Der ferne Klang | Franz Schreker | Premiere 31.03.2019
Musikalische Leitung
    Sebastian Weigle
Regie
    Damiano Michieletto
Bühnenbild
    Paolo Fantin
Kostüme
    Klaus Bruns
Video
    Roland Horvath, Carmen Zimmermann
Licht
    Alessandro Carletti
Chor
    Tilman Michael
Dramaturgie
    Norbert Abels

Grete Graumann
    Jennifer Holloway
Fritz
    Ian Koziara
Wirt des Gasthauses "Zum Schwan"
    Anthony Robin Schneider
Ein Schmierenschauspieler
    Iurii Samoilov
Der alte Graumann / 2. Chorist
    Magnús Baldvinsson
Seine Frau
    Barbara Zechmeister
Dr. Vigelius
    Dietrich Volle
Ein altes Weib
    Nadine Secunde
Mizi
    Julia Dawson
Milli / Die Kellnerin
    Bianca Andrew *
Mary
    Julia Moorman *
Eine Spanierin
    Kelsey Lauritano *
Der Graf
    Gordon Bintner
Der Baron
    Iain MacNeil *
Der Chevalier / 1. Chorist
    Theo Lebow
Rudolf
    Sebastian Geyer
Ein zweifelhaftes Individuum
    Hans-Jürgen Lazar
Ein Polizeimann / Ein Diener
    Anatolii Suprun *
Die alte Grete
    Steffie Sehling
Der alte Fritz
    Martin Georgi

Chor der Oper Frankfurt
Frankfurter Opern- und Museumsorchester

* Mitglied des Opernstudios

Der Ferne Klang de Schreker retrouve Francfort

Créé triomphalement en 1912 à l’Oper Frankfurt, Der Ferne Klang de Franz Schreker retrouve la scène de Hesse dans une production onirique de Damiano Michieletto centrée sur la vieillesse, avec pour atouts principaux la Grete de Jennifer Holloway et la direction de Sebastian Weigle. À mesure que le temps passe, les opéras de Schreker retrouvent une place sur les scènes du monde, à l’instar de Die Gezeichneten repris ces dernières années à ...
---

Reprise de Don Pasquale avec Pretty Yende et Michele Pertusi à Garnier

Créée la saison précédente, la mise en scène sans mur de Don Pasquale par Damiano Michieletto retrouve l’Opéra Garnier avec une distribution plus adaptée au chant donizettien, bien que moins efficace à porter le comique du livret.  L’année passée, nous n’avions pas totalement goûté aux charmes des décors de Paolo Fantin pour la mise en scène de Don Pasquale proposée par Damiano Michieletto. Pourtant, malgré l’absence de murs, tout y est ...
Un Lohengrin bleu pour Piotr Beczała à Bayreuth

Autour de Lohengrin avec Piotr Beczała

Lohengrin pour la première fois à la Semperoper Dresden en 2016, déjà avec Christian Thielemann, Piotr Beczała reprend le rôle dès cet été à Bayreuth suite à la défection de Roberto Alagna un mois plus tôt. Le sujet avait été succinctement abordé avec lui deux ans plus tôt, mais nous avons souhaité le développer avant qu’il ne chante la troisième des cinq représentations prévues pour la session 2018 du Festival. "Ses ...
Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Don Pasquale est l’un des opéras les plus populaires de Donizetti, et pourtant, il aura fallu attendre 2018 pour que la vénérable institution se penche sur lui. Une entrée au répertoire toutefois réussie, notamment grâce à un plateau homogène et de très haute volée au service du regard neuf et émouvant de Damiano Michieletto qui donne du relief à une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît. Un opéra bouffe ? Certainement. ...
Ensemble - @ Opéra Royal de Wallonie-Liège - copie

La Donna del Lago retrouve Michele Mariotti à Liège

Sixième des huit opéras de sa période napolitaine, La Donna Del Lago de Rossini réapparaît à nouveau sur les scènes du monde à la faveur du renouveau dont bénéficie son auteur depuis quelques décennies. L’Opéra de Liège rapporte en Wallonie la production de Damiano Michieletto et la direction exemplaire de Michele Mariotti, en plus de programmer une distribution de qualité portée par le Malcolm de Marianna Pizzolato. Après avoir disparu ...
916NL90Z7UL._SL1500_

Le brutal Guillaume Tell du Royal Opera House

La mise en scène peu convaincante de Damiano Michieletto ne permet pas à ce DVD de Guillaume Tell de surpasser le disque paru en 2010 chez EMI avec la même équipe vocale sous la direction du chef Antonio Pappano, toujours en fosse pour cette production du Royal Opera House. Le viol collectif au troisième acte de cette production londonienne avait fait grand bruit lors de la première en 2015. La proposition ...
La Dalila d’Anita Rachvelishvili triomphe à Bastille

La Dalila d’Anita Rachvelishvili triomphe à Bastille

Damiano Michieletto double la mise à Bastille : Après un Barbier de Séville (2014) à l'humour bon enfant, son choix se porte aujourd'hui sur Samson et Dalila, immense blockbuster et ultime avatar du Grand opéra. Sa vision de l'épisode biblique est transposée dans l'univers assez chic et aseptisé d'un décor entre hall d'aéroport et chambre témoin d'une grande enseigne de design. La distinction sociale entre philistins et israélites se double d'une ...
Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Podleś, Flórez, Peretyatko, trois stars à Pesaro

Cette année au Rossini Opera Festival de Pesaro, retour de la grande Ewa Podleś dans une reprise réussie de Ciro di Babylonia, et deux nouvelles mises en scène : Le Turc par Davide Livermore et La Donna par Damiano Michieletto. Un Ciro d’époque Versatile, irisée, sombre, luisante, monstrueusement divine et émouvante, la voix monte des tripes et semble venue de l’océan du temps, jade, miel et chocolat. Une voix de trois octaves qui va ...
Inganno-Savayas-sicilia-Lepore

Ninetta, Lucia et Lisetta, trois héroïnes tragi-comiques à Pesaro

Trois "petits" opéras de Rossini présentés par le Festival de Pesaro. Porté par la poésie de cette première mise en scène du jeune Graham Vick pour le Rossini Opera Festival en 1994, l’ Inganno felice, (décor et costumes de Richard Hudson, lumières de Matthew Richardson) transcende les limites d’une histoire invraisemblable. Cette farce en un acte, opéra comique, drame joyeux, l’un des trois écrit par Rossini en 1812 et son ...
barbier-49

Un Barbier haut en couleurs

A l'Opéra Bastille, un Barbier grand public qui distrait mais sans combler. Damiano Michieletto déplace l'action dans une Séville populaire et haute en couleurs. Un spectacle bon enfant mais un théâtre davantage visuel que strictement vocaliste. En 2012 déjà, l'esprit movida faisait souffler à Bastille un vent de folie sur Carmen revue et corrigée par Yves Beaunesne. Deux ans plus tard, c'est au tour du Barbier de Séville version Damiano ...
Cosi  ©  Fenice / Michele Crosera

La trilogie Da Ponte à la Fenice : Cosi fan tutte

Pour la dernière collaboration entre Mozart et Da Ponte, Damiano Michieletto a réussi son adaptation contemporaine de Cosi. À l'aide du décorateur Paolo Fantin, il nous projette dans l'univers d'un hôtel luxueux. Ce lieu de rencontres interlopes dans lequel se mélangent les styles de vie, ce microcosme comportemental est propice, effectivement, à tous les jeux, à toute la théâtralité de personnes en situation de force ou de faiblesse. Don Alfonso ...
noces de figaro fenice (a) Michele Crosera

La Trilogie Da Ponte à La Fenice : Les Noces de Figaro

Rejouer Les Noces de Figaro, comme toutes les stars de l'opéra qui font les beaux jours de l'art lyrique actuel, c'est relever à chaque fois un nouveau défi. Le metteur en scène devra en effet choisir entre se plier aux lieux, situations et costumes d'époque, ou alors trancher dans le vif et actualiser le propos. Si nous avons affaire à une vraie recréation dramatique, il ira encore plus loin en ...
Il-Barbiere-di-Siviglia-02w

Il Barbiere di Siviglia, le temps des reprises à Genève

Il est de retour, le temps des reprises (sur un air connu). Voici deux ans le Grand Théâtre de Genève présentait une production assez inventive mais scéniquement agitée du Barbiere di Siviglia de Rossini dirigée par Damiano Michieletto. Le public avait chaleureusement reçu cette production. Impressionné par le gigantisme du décor et la mise en scène débridée favorisant le comique de situations, ce Barbier moderne avait fait mouche malgré quelques réserves de ...
Hui He bouleversante Madama Butterfly.

Hui He bouleversante Madama Butterfly

Quand au lever de rideau, une voiture arrive aux abords d’une place encombrée de petits commerces de fast food, de néons et d’affiches publicitaires, on perçoit quelques mouvements d’humeur d’un public déconcerté par l’image aussi éloignée de celle de la Madama Butterfly de nos parents. Quand au baisser de ce même rideau, la clameur triomphante du public s’élève, se mesure le chemin parcouru par le metteur en scène vénitien Damiano ...
Jackie O, était-ce bien la peine ?

Jackie O, était-ce bien la peine ?

La création lyrique américaine, après Copland, Bernstein, Barber ou Menotti, serait-elle en panne ? Mis à part l’effet de surprise de Susannah de Carlisle Floyd (découvert en France il y a une quinzaine d’années par l’Opéra de Lyon) et le désopilant The Ghosts of Versailles de John Corigliano, bien peu d’œuvres lyriques récentes d’outre-Atlantique semblent convaincantes – John Adams excepté. Jackie O de Michael Daugherty s’inscrit dans cette lignée de pièces conçues ...