Mot-clef : Dominique Trottein

webimage-D03571E8-99F0-41D8-93217B8422B875BE

Bain de jouvence avec Grease au Théâtre Mogador 

Il existe parfois des maux pour des biens. Ainsi, le Théâtre Mogador, qu'on a connu bien poussiéreux et pas vraiment engageant, renaît de ses cendres, dans tous les sens du terme, puisque très endommagé en 2016 à la suite d'un incendie dans ses sous-sols, il revient un an après complètement rénové, avec Grease, la célèbre comédie musicale. La salle est maintenant magnifique, rutilante. Tapisseries, peintures, dorures, machinerie, tout a été refait ...
lost_rennes

Lost in the stars à Rennes

Saison après saison, Alain Surrans parvient à nous faire oublier la faiblesse des moyens financiers de l’Opéra de Rennes à coups de flair et d’audace. Il confirme ce fait en ouvrant la saison avec une production bâtie par Opéra Eclaté de Lost in the stars, le testament lyrique de Kurt Weill. Comédie musicale ? Peut-être par la forme : un théâtre interrompu par des numéros lyriques s’inscrivant dans la pure ...
Photo Lib/Alain Wicht

Saint-Céré, Un Onéguine sans Eugène

Cet Eugène Onéguine est la nouvelle production du Festival de Saint-Céré, au côté de reprises de Rigoletto et du Roi Carotte d'Offenbach. Plusieurs tables, des tabourets, et six parois amovibles plantent le décor. La compagnie Opéra Éclaté voyage léger afin de pouvoir proposer son spectacle un peu partout en France (pour les parisiens, à Massy en mars 2012). C'est largement suffisant à Eric Perez pour développer une mise en scène claire ...
La Bohème en double détente

La Bohème en double détente

Chanter les grands opéras en français, c'est l'une des vocations du festival de Saint-Céré pour rendre accessible la portée théâtrale des ouvrages lyriques les plus anthologiques. Dans le cas de La Bohème, la traduction en français a eu très tôt valeur d'élargissement du genre. Dès 1898 (deux ans après la création à Turin), c'est Paul Ferrier qui a traduit le livret de Giacosa et Illica en français, pour que l'ouvrage ...
La Traviata ou la tragédie au coin de la rue

La Traviata ou la tragédie au coin de la rue

La Traviata En reprenant sa production de 2007 de La Traviata, le Festival de Saint-Céré a voulu mettre à l’honneur de nouveaux solistes et, en particulier, Burcu Uyar, soprano turque venant pour la première fois à Saint-Céré pour interpréter le rôle de Violetta. Avec un espace scénique aux dimensions familiales, une partition réduite pour un ensemble chambriste d’une trentaine de musiciens, il était d’autant plus intéressant que la mise en scène ...
Une « petite dinde » bien croquignolette ...

Une « petite dinde » bien croquignolette …

Véronique Il y a un an Véronique était mise en scène par Fanny Ardant au Châtelet. Aujourd’hui une autre Véronique est offerte sur la scène d’Avignon grâce à l’Opéra-Théâtre de Metz et au Grand Théâtre de Limoges : ce bijou d’André Messager, que tout le monde fredonne sans l’avoir vraiment vu, sortirait-il de l’oubli ? Désuète, l’opérette ? Sans doute, et nous en avions déjà fait la remarque à l’occasion du Pays du Sourire. Mais par ...
Minimum syndical orchestral ...

Minimum syndical orchestral …

Les Contes d'Hoffmann Habituellement une partie du public quitte la salle par mécontentement pendant le spectacle ou disparaît à l’entracte. Mais aujourd’hui, à Dijon, les choses sont bien différentes. Environ un quart des spectateurs se lève et part avant que l’opéra ait commencé, laissant quelques trous béants pour un spectacle qui devait tourner initialement à guichet fermé. Pourquoi ? Pour comprendre, il faut revenir à l’entrée du théâtre, là où tout commence. Des ...
Beaumarchais et Rossini : Les mots et les notes

Beaumarchais et Rossini : Les mots et les notes

Festival de Saint-Céré 2008 Rapatriés depuis la cour du Château de Montal vers le Théâtre de l’Usine de Saint-Céré en raison d’une météo capricieuse, nous avons assisté à un joli spectacle qui s’est niché dans ce petit théâtre. Il ne s’agit pas d’Il Barbiere di Siviglia mais d’Un Barbier de Séville, spectacle qui remplace les récitatifs de l’opéra par des extraits de la pièce de Beaumarchais. On peut donc y voir ...
Les Contes d’Offenbach

Les Contes d’Offenbach

Festival de Saint-Céré 2008 C’est dans le cadre enchanteur du Château de Castelnau qu’est donnée cet été, avant de partir pour une grande tournée nationale, une production subtile des Contes d’Hoffman, signée Olivier Desbordes. Cette production refuse de se contenter de la version la plus courante avec les récitatifs ajoutés et pose ainsi d’emblée de nombreuses questions. Monter les Contes, c’est d’abord se poser la question de la version de cet ...
Pour un coup d’essai ...

Pour un coup d’essai …

La Belle Hélène Après La Grande Duchesse de Gerolstein et Les Brigands, qui avaient obtenu un grand succès, voilà que Gérard Pisani, ex-danseur à l’opéra de Paris, puis acteur et metteur en scène, signe ici sa première Hélène. L’opérette, dit-il, est un genre noble, qui mérite le respect, et qu’il faut tirer vers le haut, vers le beau, vers l’universel. En plein accord avec le décorateur et le costumier, il s’est ...
Tout sauf l’enfer...

Tout sauf l’enfer…

Orphée aux Enfers « Les dieux sont tombés sur la tête » titrait avec enthousiasme une de nos consœurs dans un quotidien local. Pour nous en effet, les Enfers de la mythologie orphique et « offenbachique » ont été... tout sauf un enfer ! C’était pourtant une séance en matinée, avec un public « de matinée ». Mais nous en avons reçu malgré tout une véritable bouffée de jouvence et d’entrain. Quel ...
Bruit et fureur

Macbeth à Dijon, Bruit et fureur

« Voici l’heure où le meurtre décharné, averti par sa sentinelle le loup, dont les hurlements lui servent de parole, s’avance comme un fantôme à pas furtifs, vers ses desseins… La vie n’est qu’une ombre qui marche : elle ressemble à un comédien qui se pavane et s’agite sur le théâtre une heure… » Ces deux phrases sont prononcées par Macbeth dans la pièce de Shakespeare, dont l’opéra est une traduction ...
Offenbach : la carotte et le bâton.

Offenbach : la carotte et le bâton

Le Roi Carotte : quel est ce titre loufoque qui nous promet une soirée déjantée ? Quel est ce monarque peu banal, usurpateur du trône imaginaire de Fridolin XXIV ? Quelle est cette carotte maîtresse des racines, qui ne se déplace qu’en compagnie d’une aubergine et d’un radis par la magie de la sorcière Coloquinte, qui a un vieux compte à régler avec Fridolin ? Il va remplacer ce prince bambocheur dilapidateur de la fortune de son ...
Une Traviata au château

Une Traviata au château

Festival de Saint Céré Chaque Festival a son rituel et monter au Château de Castelnau en est un, délicieux lorsque des conditions climatiques idéales permettent de détailler à l’infini les paysages qu’offre le plateau du Haut Quercy. On dîne sur les remparts avant que la cloche agitée par le maître des lieux, Olivier Desbordes, nous convie à la représentation de « la Traviata » dans la cour d’honneur du château. Fidèle à une politique ...
Cio-Cio-San atomisée

Cio-Cio-San atomisée à Besançon

Comme pour la récente production de La Traviata, la mise en scène de Didier Brunel favorise l’austérité. Austérité du décor d’abord, qui se borne à n’habiller la scène que de quelques plateaux sur un fond de scène tapissé de rares panneaux de tulle et d’un étrange branchage fait de cintres à habits. Dans sa présentation, Didier Brunel explique que «le dénuement de Cio-Cio-San est total» et qu’il envisage sa Butterfly ...
Un couple parfait

Karen Vourc’h et Avi Klemberg, couple parfait dans La Traviata

À ne rien vouloir montrer, on voit tout. En concevant une Traviata ascétique, Didier Brunel s’engage dans une voie de mise en scène très étroite. Un grand rideau de drap noir devant lequel un plancher meublé d’un large canapé de cuir noir, c’est le décor unique de tout l’opéra. Un décor minimaliste parfois rehaussé d’heureux éclairages. Si les hommes sont en habit de ville et les femmes en robes noires, ...
¿ Ole ? Si, ma non troppo !

¿ Ole ? Si, ma non troppo !

Carmen « C’est sur la place brûlée de soleil, reflétée par les murs blanchis, que commence notre histoire… A la fin, c’est sur la place qu’au printemps l’on assistera à la corrida sanglante… » C’est ainsi qu’Olivier Desbordes explique son choix du décor unique pour les quatre actes, décor parfois agrémenté d’un tapis rouge ou bien des ballots des contrebandiers. Depuis trente ans on a tendance à faire des mises en scène dépouillées, ...
Version  Mobeaumarchaiszart

Version Mobeaumarchaiszart

Les Noces de Figaro La perspective de cette Folle Journée, c’était un peu « Beau temps mais orageux en fin de journée », quand le chroniqueur se trouve, par exemple, relégué à l’extrême fond de la salle, là-bas tout en haut, sur un méchant strapontin (plus mauvaise place, y’avait pas…) et qu’un flot de spectateurs en retard (mais néanmoins admis à entrer) vient perturber votre perception du « Cinque…dieci… » de Figaro. Si l’on ajoute ...
Un Messie rétro

Un Messie rétro

Festival de Saint-Céré et du Haut Quercy Ce Messie est une récompense, celle de quelques centaines de choristes amateurs venus de toute la France, voire d’Europe, pour participer au stage de chant choral de Martel. A l’issue de plusieurs semaines de répétition, ils sont fins prêts pour interpréter l’œuvre choisie devant le public du Festival de Saint-Céré. Anniversaire Mozart oblige, c’est sa version réorchestrée en 1789 de l’œuvre de Haendel qui a ...
Acide et dérangeant Don Giovanni

Acide et dérangeant Don Giovanni

Festival de Saint-Céré Cette troisième de Don Giovanni au festival de Saint-Céré était presque une première, puisque les orages qui ont éclaté lors des deux représentations précédentes ont empêché qu’elles se déroulent dans la cour du château médiéval de Castelnau. Or, c’est bien là un élément essentiel, la féerie de cet endroit splendide donnant une part de magie supplémentaire au spectacle. Car il faut bien parler de magie concernant cette production ...
Commedia dell’arte shakespearo-rabelaisienne

Commedia dell’arte shakespearo-rabelaisienne

Giuseppe Verdi : Falstaff On dit souvent de Falstaff qu’il représente le testament musical de Verdi. Même si, au vu du calendrier, c’est quelque peu oublier les Quatro pezzi sacri (1898), on peut en effet y voir une sorte de profession de foi philosophique d’un Verdi octogénaire, gardant le sourire et…toujours vert. C’est là, estime le metteur en scène Olivier Desbordes, « une belle manière de quitter la scène en nous disant ...

La Croix et la Manière

Giuseppe Verdi « Don Carlo » Ce Don Carlo est une reprise de la production nantaise de 2002 (Théâtre Graslin), à cette différence près qu’on n’a reconduit qu’une partie de la distribution initiale (Philippe II, Eboli, l’Inquisiteur, le moine/voix de Charles Quint) et que Philippe Godefroid semble avoir repensé certains problèmes de mise en scène. Version italienne en quatre actes (1884), Don Carlo, sans le « s » de la version originale de ...
Il pleure dans les cœurs comme il neige sur la ville…

Il pleure dans les cœurs comme il neige sur la ville…

Werther Robert Cantarella, le metteur en scène, homme de théâtre avant tout (c’est là sa première mise en scène d’opéra), résume ainsi l’histoire : « Werther voit Charlotte. Il tombe en amour et en meurt. » Selon lui, le chant distille ici « un acide inquiétant qui dissout les espoirs d’une autre vie, d’un amour fou. » Si bien que , dit-il encore, cet opéra « verse dans la catégorie des œuvres entêtantes et fondamentales en décrivant ...