Mot-clef : Giancarlo del Monaco

Un ballo in maschera © GTG / Carole Parodi

À Genève, triste Ballo in Maschera

Au terme de cette dixième et dernière saison de Tobias Richter à la tête du Grand Théâtre de Genève, la terne image de cette production d'Un Ballo in Maschera de Verdi illustre l’échec du but avoué de faire de ce théâtre l’une des dix meilleures scènes lyriques d’Europe. Un Ballo in maschera de Giuseppe Verdi n’avait plus été monté sur la scène du Grand Théâtre de Genève depuis février 1984. Trente ...
Tosca.02

A Lausanne, Tosca chez les nazis

Quand, cinq minutes avant le début de la représentation, un directeur du théâtre se présente devant le rideau de scène, ce n’est généralement pas pour annoncer la meilleure des nouvelles. Ainsi, ce mercredi soir, Eric Vigié annonce que, terrassée par la grippe, Alexandra Voulgaridou, la si magnifique Mimi de La Bohème d’Avenches ne chanterait pas cette seconde production lausannoise. Mais comme « l’opéra must go on », la soprano grecque se ...
Vladimir Galouzine (Canio), Brigitta Kele (Nedda), Florian Laconi (Beppe) & Sergey Murzaev (Tonio) © Opéra national de Paris / Mirco Magliocca

CavPag, entre fiction et réalité à Bastille

Cavalleria rusticana et I Pagliacci sont deux opéras qui occupent une place à part dans le répertoire italien ne serait-ce que par leur construction dramaturgique basée sur une solution de méta-théâtre (théâtre dans le théâtre). S’appuyant sur cette logique de représentation, la mise en scène a été caractérisée par un élément nouveau et tout à fait atypique : le prologue de Pagliacci infiltré dans le Prélude de Cavalleria a ouvert le ...
Le-Comte-Ory2_geneve11 (1)

A Genève, un Comte Ory bâclé

Rarement les applaudissements de tomber de rideau ont été aussi brefs et peu nourris. Deux saluts de toute la troupe sur le devant de la scène et, le rideau baissé, tout était terminé. Sans manifester bruyamment son insatisfaction, comme lors de certaines productions aux mises en scène tapageuses, le public genevois a exprimé sa déception à ce spectacle musicalement, vocalement, théâtralement et scéniquement inabouti. Inabouti musicalement à cause d’un Orchestre de ...
En fermant les yeux III

Francesca da Rimini à Bastille : En fermant les yeux III

Francesca da Rimini, issue du romantisme finissant, est une œuvre fragile. La musique délivre d’innombrables beautés, étincelant au milieu de moments plus convenus et d’indéniables longueurs. On n’y sent pas vraiment de personnalité marquante, plutôt un mélange de Wagner et de Puccini mâtiné de Debussy, les références insistantes à Tristan se situant plus du côté du pastiche que de celui de l’hommage. Le livret peine pendant deux actes et demi ...
De l’énergie à revendre

Otello à Lyon, de l’énergie à revendre

C’est devenu le cadeau lyrique de l’automne ! En début de saison, l’Opéra de Lyon programme -en version de concert- un titre phare du Bel canto. Aux Somnanbula, Maria Stuarda, Anna Bolena et Roberto Devereux précédemment entendues succède cet Otello de Rossini qui a soulevé l’enthousiasme du public. Créé en 1816 au Teatro del Fondo à Naples, l’opéra a connu un succès presque immédiat, en partie grâce à Isabella Colbran, muse ...
Affrontements de ténors pour Rossini

Affrontements de ténors pour Rossini

Otello Incontestablement, l’Otello de Gioachino Rossini n’a pas l’intensité dramatique de l’opéra éponyme de Giuseppe Verdi. Si la trame reste essentiellement la même, la musique de Rossini, souvent sautillante et enjouée, ne plonge guère le spectateur dans la noirceur de l’intrigue shakespearienne. Il semble que l’intérêt souvent avancé pour présenter l’œuvre de Rossini soit la présence d’au moins quatre ténors s’affrontant dans les rôles principaux. L’Opéra de Lausanne ne manque pas à ...
En fermant les yeux…

Andrea Chénier à Paris : en fermant les yeux…

Andrea Chénier enfin au répertoire de l’Opéra National de Paris ! Dans la capitale, seul l’Opéra-Comique avait osé programmer cette œuvre dans un passé lointain – et en français. A l’instar d’Adriana Lecouvreur de Cilea, donnée in loco pour la première fois en 1996, il y a des absences de titres dans la «Grande Boutique» qui laissent interrogateur. On sait que l’ère Jœl à l’ONP sera celle du bel canto romantique ...
L’enchanteur machiste

Don Giovanni, l’enchanteur machiste

Un plan incliné sur lequel est peint le visage de Mozart, c’est tout le décor de cette production du Don Giovanni. Va-t-on se diriger vers une autre de ces mises en scène faussement psychologiques, où l’accessoire, le meuble, est considéré comme un parasite de l’œuvre ? C’est sans compter sur le talent de direction d’acteurs du metteur en scène italien Giancarlo Del Monaco. Favorisant l’aspect giocoso de l’opéra de Mozart, il construit ...
La belle équipe

Pagliacci & Cavalleria Rusticana, la belle équipe

Les esprits grincheux se pinceront le nez, mais les amateurs de vérisme seront à la fête. Certes, tout n’est pas parfait dans ce DVD, mais l’addition de qualités finit par balayer les réserves. Premier atout : une mise en scène cohérente et contrastée. Cohérence d’abord : Giancarlo Del Monaco conçoit les deux opéras comme deux volets d’une même œuvre. Le spectacle commence donc par le prologue de Pagliacci dans lequel Tonio chante en ...
André Chénier ou la Révolution Française fantasmée

André Chénier ou la Révolution Française fantasmée

Les parutions vont vite : voici qu’en juillet, TDK nous propose un DVD d’Andrea Chénier de janvier 2006 à Bologne ! Les occasions de voir cet opéra sont bien rares, question de mode, question de voix, aussi nous ne bouderons pas notre plaisir, d’autant plus que les deux protagonistes sont parmi les plus adéquats du moment pour cette œuvre. Deux interprètes d’ailleurs souvent décriés, parfois traités de » grosses voix sans nuances » de nouveau, ...
Apologie du machisme

Turandot à Zurich, ou l’apologie du machisme

Dans cette fable fantastique de Giacomo Puccini, la légende de Turandot sublime l’être transformé par l’amour. Pour venger une aïeule abusée, la princesse Turandot refuse de céder à la passion amoureuse. Pour se défendre des tentations, elle imagine un supplice. Elle n’appartiendra qu’à l’homme qui résoudra ses trois énigmes. Sinon, le soupirant sera décapité. Calaf, ébloui par la beauté étincelante de la princesse défie le sort. Dans sa course à ...