Mot-clef : John Osborn

A1UMLCbUhuL._SL1500_

La première intégrale Berlioz, enfin !

Warner Classics met un terme à une trop longue attente en éditant la première intégrale Berlioz (du moins de ses œuvres musicales), pour les 150 ans de la disparition du compositeur, le 8 mars 1869. Et c'est une grande réussite, avec des inédits et à prix très doux.  Commençons par ce qui peut paraître accessoire mais qui à notre sens signifie beaucoup. Ce coffret édité par une major prend le soin de remercier ...
Un Benvenuto Cellini de foire à l’Opéra Bastille

Un Benvenuto Cellini de foire à l’Opéra Bastille

Le magnifique Benvenuto Cellini de Berlioz n'avait plus été donné à l'Opéra de Paris depuis 1993 ! Avec cette production invitée, venue tout droit de l'English National Opera et datant de 2014, une mise en scène brillante et une distribution étincelante, la "grande boutique" répare enfin son indifférence. La version choisie est un mélange des différentes moutures que le divin Hector a apportées à sa partition, avec dans le programme de ...
Faust.03

À Genève, Michel Plasson sauve Faust

Deux centième anniversaire de la naissance de Charles Gounod oblige, le Grand Théâtre de Genève présente son Faust. Entre vulgarités scéniques du metteur en scène Georges Lavaudant, et sublimation de la partition par le chef d’orchestre Michel Plasson, le choix du spectateur s’impose de lui-même. En mars 1980, déjà, Michel Plasson dirigeait Faust au Grand Théâtre de Genève. Sous sa baguette, Ruggero Raimondi (Méphistofélès), Giacomo Aragall (Faust) et Lilian Sukis (Marguerite) ...
916NL90Z7UL._SL1500_

Le brutal Guillaume Tell du Royal Opera House

La mise en scène peu convaincante de Damiano Michieletto ne permet pas à ce DVD de Guillaume Tell de surpasser le disque paru en 2010 chez EMI avec la même équipe vocale sous la direction du chef Antonio Pappano, toujours en fosse pour cette production du Royal Opera House. Le viol collectif au troisième acte de cette production londonienne avait fait grand bruit lors de la première en 2015. La proposition ...
Disque

John Osborn rend hommage à une légende du chant

Il est vraiment dommage qu'un disque de cette qualité, qui pose le ténor John Osborn comme l'héritier incontesté de Gilbert Duprez, ne comporte qu'une notice si pauvre, et uniquement en anglais. En d'autres temps, cet enregistrement aurait été célébré et promu en grandes pompes par un major de l'industrie du disque. Gilbert Duprez, donc, ténor français né en 1806 et disparu en 1896, à l'époque où l'Opéra de Paris était l'un des ...
Prophète_6a

Meyerbeer au Capitole, prophète en Occitanie

Cette nouvelle production de l’opéra de Meyerbeer Le Prophète est la preuve incontestable de l’ouverture d’esprit du Théâtre du Capitole, qui n’hésite pas à sortir des sentiers battus pour clôturer sa saison. Afin de se conformer au genre, l’Opéra n’a pas lésiné sur les moyens, l’une des caractéristiques principales du grand opéra étant un visuel plus que grandiloquent, agrémenté de ballets, de grands chœurs, de machineries et d’épopées historiques. Avec ...
La Juive 2

Belles images pour une pâle Juive à Munich

La Juive de Jacques-Fromental Halévy à Munich, une soirée bien peu nécessaire pour une œuvre difficile, malgré les belles images de Calixto Bieito. Il y a deux manières possibles de monter La Juive. L'une consisterait à la prendre pour ce qu'elle est, un grand divertissement mondain où la profusion est la qualité suprême. L'autre est extraire du très ambigu livret de Scribe, sans doute un des plus médiocres de l'histoire ...
Devieilhe Sabine MolinaVisuals

Sabine Devieilhe, une Somnambule qui fait rêver

La Sonnambula n'est pas l’œuvre la plus facile à distribuer tant le succès de l'opéra repose sur les épaules du soprano qui doit être capable de maîtriser la virtuosité la plus débridée avec les mélismes belliniens. Sabine Devieilhe est une des grandes chanteuses dont il faudra tenir compte dans ce répertoire. Manifestement, sa maîtrise technique est telle qu'elle fait fi des difficultés de la colorature, en gardant un timbre très bien ...

La Donna del Lago du Metropolitan Opera

Parce que de nos jours, l’image capte l’attention plus facilement que l’écoute pure, les producteurs n’hésitent plus à éditer un DVD là où un CD aurait suffit, voir même aurait fait une référence de l’œuvre. C’est le cas de cette époustouflante Donna del Lago de Rossini captée au Metropolitan Opera de New-York. L’histoire : Deux ténors et une mezzo tous amoureux d’Elena, la soprano, la Dame du Lac ! A peu ...
Guillaume Tell

Guillaume Tell à Genève, l’adieu aux légendes

Le Grand-Théâtre de Genève ouvre sa saison d’opéra avec la grande fresque patriotique suisse, basée sur la légende de Guillaume Tell, imaginée par un écrivain allemand, versifiée par deux librettistes français, mise en musique par un compositeur italien et mise en scène par un scénariste anglais ! Adieu légendes ! Wagner écrivait les siennes et les faisaient chanter en allemand. Ici, Gioacchino Rossini s’empare d’une légende suisse allemande pour la créer, voici bientôt ...
John Osborn

Semiramide au TCE : semi-aride

Véritable testament de la période napolitaine où Rossini écrivit la majorité de ses opere serie, Semiramide, donnée en version de concert au Théâtre des Champs-Elysées tend à être une oeuvre qui démontre la difficulté actuelle que connaît ce répertoire pour trouver ses interprètes. En effet, après les monstres sacrés féminins d'abord, puis masculins ensuite dans la seconde partie du XXème siècle, et maintenant que pratiquement toutes les œuvres du compositeur de ...
manon

Anne-Catherine Gillet, une Manon de soleil

Brillante ouverture de saison à l’Opéra de Lausanne avec le trop rare « Manon » de Jules Massenet. La soprano Anne-Catherine Gillet et le ténor John Osborn forment un couple de rêve dans une intrigue au romantisme exacerbé. Intelligemment mis en scène par Arnaud Bernard sous l’austérité d’un décor sévère suggérant la réprobation populaire aux excès festifs d’un 18e siècle décadent, cette Manon devrait faire date au dehors même de l’enceinte de l’Opéra ...
71TnUI4AbHL._SL1100_

Otello de Rossini – défi relevé par Bartoli et Osborn

Pour un théâtre, programmer l’Otello de Rossini, relève de la gageure. Tout d’abord, il faut disposer de trois ténors capables de rendre justice aux prouesses vocales de l’écriture rossinienne – sans pour autant ressembler trop l’un à l’autre. Puis, il faut un metteur en scène capable de gommer les nombreuses ruptures dramaturgiques de l’œuvre. Sans parler de l’ombre de Verdi qui, à tout moment, plane sur l’entreprise… La production filmée à ...
OTELLO -

Rossini’s Otello at the Théâtre des Champs-Élysées

Parisian intellectuals have the habit of booing the direction at all openings, as if it were their only reason for buying a ticket in the first place. To walk in their footsteps is not the point. Indeed, Moshe Leiser and Patrice Caurier's work was rather more interesting than usual. The action shifts to an undetermined, contemporary date. The first act takes place in the anteroom of an official building with many ...
OTELLO -

Otello de Rossini au Théâtre des Champs-Élysées

La mode de l’intelligentsia parisienne étant de huer systématiquement les mises en scène lors des  premières, à croire qu’elle n’achète un billet rien que pour cela, on se gardera bien de jouer les suiveurs, en trouvant le travail de  Moshe Leiser et Patrice Caurier, qui ne sont pas d’ordinaire notre tasse de thé, plutôt intéressant. L’action est replacée à une époque contemporaine indéterminée. Le premier acte se déroule dans l’antichambre d’un ...
Sonya Yoncheva

Au plus près des véritables contes d’Hoffmann

Voici donc, enfin, ce qu’on pourrait imaginer LA version définitive des contes d’Hoffmann, tels que Jacques Offenbach avait pu la rêver, faute d’avoir pu l’achever. La partition détruite dans le grand incendie de l’Opéra Comique, tripatouillée avant même sa création posthume, défigurée au fur et à mesure des reprises, ne donnait plus qu’une vague idée des intentions du compositeur. Depuis une trentaine d’année, les musicologues ont cependant accompli un travail ...
emi_guillaumetell_pappano

Guillaume Tell atteint presque sa cible

Voici enfin, ou presque, la version de Guillaume Tell en français qu’on attendait avec ferveur, celle qui rend obsolète l’enregistrement EMI sous la direction de Lamberto Gardelli, avec rien moins que Montserrat Caballé, Gabriel Bacquier et Nicolaï Gedda, qui restait jusqu’ici la plus disponible et la plus honorable. On ajoute le mot presque, car des faiblesses de distribution viennent entacher d’indéniables atouts, parmi lesquels une partition quasi-intégrale dans une édition ...
decca_armida_fleming_vign

Armida au Met, un show à l’américaine

On se souvient, en 1993, d’une discussion sur les marches du Teatro Rossini de Pesaro, avec des festivaliers qui se demandaient ce que valait cette inconnue distribuée dans l’un des rôles rossiniensles plus exigeants. On se rappelle les avoir rassurés sur les qualités vocales de la dame, entendue l’année précédente à Covent Garden, en marquise de Folleville d’Il Viaggio a Reims. Dix-sept ans après, cette débutante est devenue une star ...
Halévy par Bartoli : une résurrection ratée ?

Halévy par Bartoli : une résurrection ratée ?

«Je n’hésite pas à proclamer que ce qui caractérise essentiellement l’inspiration d’Halévy, c’est avant tout le pathétique de la haute tragédie lyrique». Ces propos flatteurs de Richard Wagner concernent La Juive qu’il dirigea à plusieurs reprises. Sans doute n’a-t-il jamais approché cette autre œuvre, de jeunesse cette fois, Clari, présentée comme un opéra semi-seria en trois actes de Jacques Fromental Halévy sur un piètre livret de Pietro Giannone. La création ...
De l’énergie à revendre

Otello à Lyon, de l’énergie à revendre

C’est devenu le cadeau lyrique de l’automne ! En début de saison, l’Opéra de Lyon programme -en version de concert- un titre phare du Bel canto. Aux Somnanbula, Maria Stuarda, Anna Bolena et Roberto Devereux précédemment entendues succède cet Otello de Rossini qui a soulevé l’enthousiasme du public. Créé en 1816 au Teatro del Fondo à Naples, l’opéra a connu un succès presque immédiat, en partie grâce à Isabella Colbran, muse ...
Affrontements de ténors pour Rossini

Affrontements de ténors pour Rossini

Otello Incontestablement, l’Otello de Gioachino Rossini n’a pas l’intensité dramatique de l’opéra éponyme de Giuseppe Verdi. Si la trame reste essentiellement la même, la musique de Rossini, souvent sautillante et enjouée, ne plonge guère le spectateur dans la noirceur de l’intrigue shakespearienne. Il semble que l’intérêt souvent avancé pour présenter l’œuvre de Rossini soit la présence d’au moins quatre ténors s’affrontant dans les rôles principaux. L’Opéra de Lausanne ne manque pas à ...
Halévy selon Pierre Audi

La Juive de Halévy selon Pierre Audi

Après Paris en 2007, c’est au tour de Nederlandse Opera d’Amsterdam d’accueillir la production de La Juive de Fromental Halévy réglée par Pierre Audi. L’opéra amstellodamois met les petits plats dans les grands et ouvre sa saison avec ce spectacle. On ne peut que se réjouir du retour en grâce de ce chef d’œuvre de l’opéra du XIXe siècle avec quelques belles nouvelles productions à travers l’Europe. Il faut tout ...
Formidable caricature italienne

Il Barbiere di Siviglia à Lausanne, formidable caricature italienne

Deux peintres perchés sur des échafaudages barbouillent des nuages sur un panneau de décors. Ils conversent dans un patois italien incompréhensible. Un petit homme en casquette, un papier à la main, ordonne la fermeture rideau. En quelques images, Adriano Sinivia transporte le public dans le monde de Cinecittà. On va tourner l’opéra de Rossini pour le cinéma ! Un choix scénique intelligent et original qui permet les changements de décors sans ...
Cecilia Bartoli s’offre au belcanto

Cecilia Bartoli s’offre au belcanto

Clari Comme un boxeur remettant sans cesse son titre en jeu, Cecilia Bartoli remet en jeu sa réputation dans des expériences artistiques sans cesse renouvelées. Cette constante prise de risques est la raison d’être de cette artiste. Après avoir fait redécouvrir l’art lyrique de Vivaldi, remis Gluck à une place qu’il méritait en dépit de sa passagère éclipse, réhabilité la musique d’Antonio Salieri, touché de près le monde de l’opéra interdit ...
La grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

Les Troyens à Genève, la grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

À l’opéra pendant que l’orchestre s’épanche dans l’ouverture, l’exercice fréquent qui consiste à se caler tranquillement dans son fauteuil, à jeter un coup d’œil au voisinage immédiat de sa place est une manœuvre impossible avec Les Troyens. Trois mesures de violons et déjà le canon tonne. Zzim, boum, boum, en dix secondes tout l’orchestre et le chœur sont lâchés. Dans sa musique, Hector Berlioz frôle sinon la folie du moins l’excès. ...
Les puristes feront la moue…

Les puristes feront la moue pour le Barbier à SF

Après l’énorme succès de ce Barbiere 2003 (DiDonato, Beuron, Ens et Gunn) il fallait, bien sûr, absolument, vite-vite, dare-dare, sans plus de retard, nous re-présenter cette superbe bâtisse pseudo-moderniste, ses salons, ses vestibules, propres et toujours aussi frais, si bien peinturés par Robert Hill, plus vrais que vrais, dans lesquels Johannes Schaaf avait situé son action et dans lesquels il la situe encore ce soir, et qui, véritables personnages, participent ...