Lieu : Montréal

DSC_1763

La Messe en ut de Mozart au Festival Classica de Saint-Lambert

Des coups de tonnerre ont résonné sous les voûtes de la Basilique Sainte-Anne de Varennes à la soirée inaugurale du Festival Classica, cuvée 2017. Un concert que nous qualifierons d’emblée de divin, avec au programme la Grande Messe en ut mineur de Wolfgang Amadeus Mozart. Précédant la pièce de résistance de la Messe, nous avons eu droit au fameux motet solo, Exultate, jubilate. Conçu d’un Allegro de fines broderies aériennes, d’un ...

Aria et Mélodie au programme des éditions Chant du Concours musical international de Montréal

Le Concours musical international de Montréal (CMIM) a annoncé un nouveau positionnement pour ses futures éditions Chant - la prochaine édition Chant aura lieu du 27 mai au 7 juin 2018. Dorénavant, celles-ci comporteront deux volets : Aria (répertoire pour voix et orchestre : airs d’opéra et de concerts, les cantates et les oratorios...) et Mélodie (mélodie française, lied allemand et toutes les œuvres écrites à l’origine pour voix et piano). Les ...
Otellotitre

Otello à Montréal dominé par Aris Argiris

Otello et Desdemona ne comblent pas les attentes tandis que le Iago d'Aris Argiris domine le plateau vocal. Dès le lever du rideau, la tempête orchestrale agit comme un agent aveugle sorti des profondeurs de la mer. L'émulsion filmique qui se déchaîne sous nos yeux, laisse présager le drame qui va terrasser le couple principal. Ce souffle impétueux de la nature - des lames d'eau inondent les personnages sur scène - se ...
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Zémire et Azor, ou la Belle et la Bête, à Montréal

Partition admirable que cet opéra-comique, Zémire et Azor, créé à Fontainebleau à 1771. On regrette que l'oeuvre ne soit pas plus souvent représentée.  Les Violons du Roy, en collaboration avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal présentent cette rare production. Dès l'ouverture, , dont le troisième mouvement - l'orage - confine à l'urgence dramatique, on reconnait la limpidité orchestrale, le flux constant d'expressivité musicale propre au maître belge. Si Grétry n'est pas le ...
lemieux montreal

Marie-Nicole Lemieux, une Dalila au port altier

Samson et Dalila à l'Opéra de Montréal, un spectacle qui donne à entendre plus qu'à voir. Afin de souligner les 35 ans de vie de l'Opéra de Montréal, le spectacle a été retardé par les discours de Pierre Dufour, directeur général de la Maison, suivi de celui du maire de Montréal, Denis Coderre - provoquant un fou-rire sur la prononciation du nom de "Saint-Saëns"... Saint-Sins ! (sic)" - décidément plus près ...
photo 1 Barbier

L’art de Figaro à Montréal

Un excellent Barbier de Séville à l'Opéra de Montréal. L'évidente complicité du baryton québécois Étienne Dupuis avec son illustre personnage Figaro est manifeste dès son entrée sur scène. Il a déjà été barbier à Séville dans une autre vie ! Aussi à l'aise à manier le blaireau, le ciseau, aucun poil ne lui résiste. Au service du comte Almaviva,  il devient le factotum indispensable de la soirée. Entouré par quatre jolies ...
nabucco-montreal1

A Montréal, Nabucco au temps du Risorgimento

Nabucco est à l'Opéra de Montréal avec un choeur et un orchestre en pleine forme, dans une coproduction avec le Washington National Opera, le Minnesota Opera et l'Opera Philadelphia. De Jérusalem à Milan, du Temple de Salomon à la scène scaligère, Nabucco fut sans doute la première manifestation artistique d'importance associée au Risorgimento italien. Aux cris de Viva V.E.R.D.I. pour Viva Vittorio Emanuele Re D'Italia, répond une oeuvre forte, dont le ...
turandot2-728x311

Turandot Bangs a Gong in Montréal

The Opéra de Montréal closed its 34th season with Puccini's unfinished opera Turandot. Graeme Murphy’s production of Turandot, which originated in Australia twenty years ago (and which is also available on DVD), remains as attractive as ever. This staging’s undeniably greatest asset is the absence of any dead spots, any moments when the visual elements conflict with the ensemble’s spatial patterns or when their movements appear too studied or obviously choreographed—a powerful staging, galvanized by ...
turandot2

Le grand coup de gong de Turandot à Montréal

L'Opéra de Montréal clôture sa 34e saison 2013-2014 d'un grand coup de gong avec Turandot, l'oeuvre inachevée de Puccini. La mise en scène de Graeme Murphy, qui nous vient d'Australie - il existe d'ailleurs une captation en DVD - garde tous ses attraits après plus de vingt ans de loyaux services. Les qualités premières de cette production sont sans aucun doute qu'il n'existe aucun temps mort où le visuel le dispute aux ...
John Tessier & Audrey Luna (3) ©Yves Renaud

A Montréal, une Lakmé bollywoodienne

Où va la jeune hindoue ? Que retenir de cette Lakmé montréalaise ? Certes, un parfum de patchouli embaume les somptueux décors et costumes imaginés par Mark Thompson. Ce sont de véritables tableaux vivants tout droit sortis des cartons d'un film bollywoodien. Jardin sacré au premier acte, bazar bigarré avec la foule grouillante au deuxième, hutte en bambous dans la nature envahissante au troisième.  Et ce sont sous les chaudes ...
Aben-Hamet. Crédits photographiques : © Festival Classica

Festival Classica : Aben-Hamet, resurrection of an impressive score

Théodore Dubois left only a small legacy to future generations of composers. His name has almost entirely disappeared from history and his work takes up very little space in encyclopedias and music textbooks. The Festival Classica in Saint-Lambert can be proud of hosting the premiere of Aben-Hamet in its original French version. This opera was first mounted in 1884 in Italian at the Théâtre-Italien. It is a special opera, written for ...
DSC_7378

Québec : Concert Poulenc au festival Classica

Le Festival Classica en est seulement à sa troisième édition. C'est un gamin en pleine croissance, vigoureux, qui prend les bouchées doubles et se mêle aux grands de ce monde. Ce gavroche a su réserver une place de choix à un frère d'arme, mort il y a cinquante ans. Dans la ville champêtre de Saint-Lambert, par un bel après-midi de dimanche, tous les éléments étaient réunis pour rendre justice à ...
Aben-Hamet. Crédits photographiques : © Festival Classica

Festival Classica : Aben-Hamet, résurrection d’une impressionnante partition

Théodore Dubois a laissé un mince héritage à la postérité. Son nom est pratiquement effacé au caveau des disparus et son oeuvre tient très peu de place dans les encyclopédies ou autres manuels de musique. Il eut le malheur d'être associé à l'école officielle de son temps - directeur du Conservatoire, membre de l'Académie des Beaux-Arts succédant à Charles Gounod, - il se fit le défenseur d'une tradition figée, ennemi ...
Alexandre Sylvestre & Marianne Fiset © Yves Renaud

Montréal : Une Manon bien lisse

L'Opéra de Montréal termine sa 33ième saison avec un chef-d'oeuvre du répertoire français. Nous restons partagé devant cette Manon, admirant les qualités vocales de la protagoniste mais frustré par une mise en scène qui regarde cinquante ans en arrière, du côté de Jean-Pierre Ponnelle. L'effet dramatique est souvent gommé par des insipidités - le jeu de scène de l'enlèvement du Chevalier au deuxième acte est mal exécuté ; à Saint-Sulpice, Manon ...
Guy Feder / DR

Montréal Nouvelles Musiques à l’heure de Tel-Aviv

Avec la Société de Musique Contemporaine du Québec et de son festival international Montréal Nouvelles Musiques, avec le Nouvel Ensemble Moderne, la Chapelle historique du Bon-Pasteur contribue au dynamisme de la création musicale montréalaise. C’est dans cette salle intimiste à l’acoustique flatteuse que  se produisait l’excellent ensemble israélien Meitar, créé en 2004 pour promouvoir à la musique contemporaine. C’est donc entre Montréal et Israël que se situait ce concert. Ayal Adler, ...
Etienne Dupuis (Joseph De Rocher) © Yves Renaud

Dead Man Walking en création mondiale à Montréal

On se doit de féliciter l'Opéra de Montréal qui a osé présenter une oeuvre contemporaine, forte, sur le sujet brûlant qu'est la peine de mort. Le livret de Terrence McNally, basé sur le livre de Soeur Helen Prejean est limpide et linéaire dans le déroulement de l'action, c'est surtout un plaidoyer sans détours contre la peine capitale. Bien entendu, on peut trouver au-delà la référence biblique et le fatras des ...
Caroline Bleau & Marc Hervieux © Yves Renaud

A Montréal, La Chauve-Souris sans bulles de champagne

L'opérette Die Fledermaus de Yohann Strauss fils, est un chef-d'oeuvre de bonne humeur, de joie de vivre et d'excellente musique. Inutile de revenir sur une intrigue aux multiples rebondissements. Ici tout est prétexte aux déguisements, à l'extravagance, au champagne qui coule à flot et fait tourner les têtes, aux petites femmes jolies et parfumées, avenantes, enfin à toute une faune voulant follement s'amuser. Là où tout est permis ou presque. On ...
vaisseau fantome

Montréal : un Vaisseau fantôme en péril

Devrait-on imposer silence à tous les tripatouilleurs d'abstraction ? Les exiler sur une barque au milieu de l'océan ? La mise en scène de Christopher Alden échoue dans sa tentative de donner une perspective autre à la légende. Elle nous laisse indifférent à tout ce qui se passe sur scène et cela, du début à la fin. Et surtout, pour être aux commandes de ce navire, il aurait fallu une ...
Papatanasiu & De Biasio  © Yves Renaud (1)

La Traviata en ouverture à Montréal

L’Opéra de Montréal ouvrait sa 33e saison, samedi 15 septembre 2012, avec La Traviata de Giuseppe Verdi, l’un des chefs-d’œuvre lyriques qui attirent toujours les foules. C’est la recette infaillible retenue par tous les directeurs de théâtre qui leur garantit invariablement une sécurité financière en période économique incertaine. On ne peut logiquement s’opposer à cette politique. Mais hélas, la richesse ne fait pas toujours le bonheur ! Cette production vue ...
faust5_montréal

Faust à Montréal, de père en fils

La nouvelle production de l’Opéra de Montréal du chef-d’œuvre de Gounod a voulu ouvrir un créneau, privilégiant la dimension gémellaire du héros goethéen. Le tour de force étant de convaincre que cette gémellité – Faust âgé et Faust dans la force de l’âge – est une seule et unique personne. Nous avions déjà été confronté à cette thématique du double, Faust et Méphisto formant un couple avec toutes les nuances ...
Ernesto Morillo_montreal0112

A Montréal, les sortilèges d’Il trovatore

Verdi ne fait pas dans la dentelle dans Il Trovatore. Mais il y a une telle puissance dramatique, malgré un livret jugé médiocre et invraisemblable, une telle richesse dans les grands airs et les ensembles, un tel feu d’artifice déployé à l’orchestre, qu’il est difficile de ne pas succomber sous ses charmes. L’Opéra de Montréal a réuni un quatuor vocal de bonne tenue, rendant justice à l’un des opéras les ...
montreal_gala11

Gala de l’Opéra de Montréal

Un paysage sonore : la Maison symphonique. Un concert-bénéfice que certains aficionados qualifieront d’un peu trop sage, sans éclat, ni grain de folie, avec au grand total une dizaine d’artistes canadiens, dans des airs tirés du grand répertoire. Depuis deux ans, cet événement tant attendu, prélude aux festivités de fin d’année, se rapetisse comme peau de chagrin. Un spectacle qui dure à peine trois heures, entracte inclus. Cette année, le 16ième ...
rusalka2_montreal11 (2)

Envoûtante Rusalka à Montréal

L’Opéra de Montréal sort une fois de plus des sentiers battus avec Rusalka, le chef-d’œuvre opératique d’Antonín Dvořák. On se souviendra qu’à la saison 2009-2010, Cendrillon de Massenet, cet autre conte de fées, avait charmé le public montréalais. Mais ici, pas de transposition malencontreuse d’époque terre-à-terre, de détournement d’identité usurpée avec relecture au second degré, qui auraient pu détruire la magie du conte originel. La mise en scène d’Eric Simonson, ...
noces_montreal2_0911

Les Noces de Figaro : sublime Hélène Guilmette à Montréal

Premier pavé jeté à la face d’une aristocratie corrompue qui débouchera, comme l’on sait, sur la Révolution française, Les Noces de Figaro ou la Folle journée du tandem Mozart/da Ponte n’a jamais aussi bien porté son nom. Dès l’Ouverture, nous sommes emportés dans le maelström des péripéties qui ne s’arrêtera plus. Ce qui est remarquable dans la production de l’OdeM, c’est le travail d’équipe, d’avoir mis sur pied une véritable ...
Une Mimi idéale

Marianne Fiset, Mimi idéale

La Bohème L’Opéra de Montréal clôt la saison lyrique avec une nouvelle production de La Bohème, caractérisée par une distribution en grande partie québécoise. La mise en scène d’Alain Gauthier est simple, d’une grande lisibilité de lecture. Elle s’inscrit dans un moule classique se jouant des lieux communs et réussit à séduire par des mouvements de foule et réserve des plages d’intimité où évoluent les différents personnages. Pourtant, la direction d’acteurs ...
Du chant de la mort au rituel de la danse

Salome à Montréal, du chant de la mort au rituel de la danse

De la salle plongée dans l’obscurité, on ne perçoit que la silhouette des soldats qui déambulent dans cet espace clos, et au fond de la scène, toujours dans la pénombre, accrochée au mur du fond, on devine l’entrée de la citerne de forme cylindrique, enfin à l’avant gauche, une ouverture circulaire d’où parviennent la lumière et les derniers effluves du banquet. Salomé apparaît, vêtue d’une longue robe blanche. Nicola Beller Carbone ...
Drame de sang et de feu ?

Werther à Montréal, drame de sang et de feu ?

Éros est un dieu barbare, celui dont la flèche perce le cœur des amants. Insatisfait de les voir trop hésitants, il armera leur bras du flambeau de la passion. Il fera naître en eux, l’image tragique de l’amour. Opéra romantique noir ? La mise en scène de Christopher Dawes réussit à gommer par tous les moyens cette donnée qui nous paraît pourtant fondamentale. Trop de distance sépare les amants. Trop de lumière pour ...
Gala de l’Opéra 2010

Gala de l’Opéra 2010 à Montréal

Soirée lyrique avec l’Orchestre Métropolitain La quinzième édition du Gala de l’Opéra de Montréal s’inscrit désormais dans la continuité, une tradition des Fêtes que personne ne remet en question. Quatorze chanteurs et cantatrices, en grande forme, sont venus interpréter les airs du grand répertoire, essentiellement de Mozart à Verdi, de Massenet à Puccini. De plus, il est de coutume à chaque année, d’introniser au Panthéon canadien de l’art lyrique une personnalité ...
Être ou ne pas être ?

Roberto Devereux de Donizetti : Être ou ne pas être ?

On ne peut tenir rigueur au directeur de l’Opéra de Montréal, Michel Beaulac, de sortir des sentiers battus et de proposer parallèlement aux œuvres de répertoire, quelque opéra jugé obscur ou du moins, peu joué. On se doit de souligner une telle initiative et d’applaudir le coup d’audace. Le choix d’une rareté de Donizetti que représente Roberto Devereux fût pour les mélomanes montréalais l’occasion d’une découverte. Rappelons que l’opéra est ...
Un Rigoletto ni bossu, ni grotesque

Un Rigoletto ni bossu, ni grotesque à Montréal

L’Opéra de Montréal ouvre sa 31ième saison sur une très bonne note. Il est vrai qu’en misant sur l’un des chefs-d’œuvre de Verdi, la Maison minimisait les risques d’un échec. D’autant plus que cette production de facture classique, n’a rien pour déplaire au public. Les décors et les costumes chatoyants de Carl Toms, nous ramènent à l’époque du drame, l’illustrent magistralement. Les éclairages d’Anne-Catherine Simard-Deraspe cisèlent chaque tableau de ses ...