Lieu : Tours

« Nous avons fait un beau voyage… »

« Nous avons fait un beau voyage… »

Il viaggio a Reims Alberto Zedda l’avait justement affirmé à l’occasion des représentations liégeoises : il n’y a que deux possibilités pour distribuer le Voyage à Reims, soit assembler les meilleurs chanteurs rossiniens de l’époque comme le fit Claudio Abbado au festival de Pesaro, soit faire confiance à une équipe soudée de jeunes chanteurs comme l’a voulu le Centre français de Promotion Lyrique pour cette production qui «voyagera» pendant deux saisons sur ...
Haydn à l’honneur

Armida, Haydn à l’honneur

Les productions d’opéras de Joseph Haydn sont trop rares dans l’Hexagone pour ne pas nous réjouir de trouver Armida à l’affiche de l’Opéra de Tours. Créée en 1784 pour le théâtre du prince Esterhazy, l’œuvre obéit strictement aux codes de l’opera seria, mais cette contrainte n’empêche en rien le compositeur d’exprimer ses qualités habituelles : fraîcheur de l’inspiration mélodique, délicatesse de l’instrumentation, caractérisation des personnages, virtuosité de l’écriture vocale. Le livret, ...
Carmen rendue à sa vérité théâtrale

Carmen rendue à sa vérité théâtrale

Deux mois après nous avoir superbement révélé les côtés les plus sombres de Pelléas et Mélisande, Gilles Bouillon a décidé, pour cette nouvelle production, de rendre Carmen à sa vérité théâtrale première, en la libérant des tics et des pesanteurs imposées par une certaine tradition interprétative. Il estime en effet, à fort juste titre, que Bizet et ses librettistes ont fait preuve d’un tel instinct, dans la construction dramatique comme ...
Pelléas sans mièvrerie

Pelléas sans mièvrerie

Pelléas et Mélisande revient à l’affiche de l’Opéra de Tours dans une mise en scène de Gilles Bouillon, créée ici même en l’an 2000. Cette production refuse l’anecdotique pour se concentrer sur la caractérisation des personnages. L’espace scénique se résume à un ensemble de panneaux mobiles et à quelques accessoires, à l’exception de l’escalier utilisé pour la scène de la tour. C’est aux éclairages très réussis de Michel Theuil qu’il ...
Redécouverte majeure

Le Pays à Tours, redécouverte majeure

A en juger par la qualité de cette représentation comme par la réaction particulièrement enthousiaste du public, il est difficile de comprendre l’oubli dans lequel est tombé Le Pays pendant plus de huit décennies. Nous connaissions, depuis l’enregistrement signé en 2001 par Jean-Yves Ossonce pour le label Timpani, la rare qualité d’une partition savamment élaborée et pourtant d’une chaleur et d’un élan souvent enivrants. La démonstration est encore plus évidente dans ...
La jeunesse triomphe toujours

L’Elixir d’amour à Tours, la jeunesse triomphe toujours

En ouverture de sa saison lyrique, l’Opéra de Tours nous propose une production de l’Elisir d’amore créée à Savone en 2002 et récemment reprise à Montpellier puis à Toulon. Avouons-le, si ce spectacle se déguste avec un plaisir évident, il n’impose pas un parti marquant. Plus qu’une conception, Davide Livermore nous propose en effet une imagerie mouvante et colorée, en s’inspirant clairement du cinéma fellinien, dont les plus célèbres personnages ...
Des trous dans le filet ...

Des trous dans le filet …

Les Pêcheurs de Perles L’Opéra de Tours terminait sa saison avec les trop rares Pêcheurs de perles de Bizet, coproduits avec les Opéras d’Avignon et de Metz. La représentation commence mal avec de flagrants décalages entre fosse et plateau mais aussi entre solistes, dont le superbe duo entre Nadir et Zurga (« Oui, c’est elle, c’est la déesse ») souffre. Dans le rôle de Nadir, Martial Defontaine, en évidente méforme, abuse d’une voix ...
Lucia sans Lucia, mais avec tous les autres !

Lucia sans Lucia, mais avec tous les autres !

Il est de ces représentations dont l’œuvre nous est parfaitement connue, mais dont on apprend de nouvelles facettes sous l’éclat de certains interprètes. Bien que l’on puisse connaître l’opéra sur le bout des cordes vocales, certains airs qui sont souvent au programme de concours de chant et qui sont une sorte de carte de visite vocale, prennent une autre allure lorsque ces airs-là sont incarnés et non pas exécutés de ...
Irrésistible Angelina

L’irrésistible Angelina de Karine Deshayes

C’est avec La Cenerentola, dans une production de l’Opéra de Bordeaux créée au mois de mars 2004, que l’Opéra de Tours a décidé d’ouvrir sa saison scénique, après une période de fermeture pour travaux de rénovation. La mise en scène d’Elsa Rooke méritait-elle cet honneur ? Dans un décor unique plutôt dépouillé, essentiellement occupé par un escalier massif qui règle - parfois périlleusement - les entrées et sorties des personnages, et où ...
Un barbier égorgé

Un barbier égorgé à Tours

Il barbiere di Siviglia La musique de Gioachino Rossini accepte la médiocrité, mais ne la tolère pas plus pour autant. Un carnage musical et un non-sens vocal ne peuvent en rien remplacer la surenchère d’effets comiques. La mise en scène de Gilles Bouillon est sobre, voire parfois intelligemment agencée : une maison miniature au centre de la scène figure le lieu où Bartolo retient Rosina, et une fenêtre suspendue la jalousie où ...
Celui qui n’a rien à faire au Japon (et encore moins à Tours)

Celui qui n’a rien à faire au Japon (et encore moins à Tours)

Madame Butterfly Reprise d’une production de 2001, dont il ne subsiste comme protagoniste que Sophie Fournier en Cio-Cio-San, cette Madame Butterfly est d’un niveau très appréciable, plus du point de vue théâtral que musical. La mise en scène s’aide de lumières savantes, utilisant le contre-jour comme la division de la scène en deux parties distinctes ; d’une part, il y a ce qui nous est donné à voir directement, et derrière les ...
Une saison à l’Opéra

Une saison à l’Opéra

Offenbach / Verdi / Mozart A la veille des festivals d’été, tant attendus cette année, les directeurs d’opéra dévoilent leur prochaine saison tout en préparant leurs activités estivales. C’est à la fois, pour tous les artistes, les derniers contrats de la saison qui s’achèvent, et la confirmation ou la signature de nouveaux engagements pour les années 2004-2005. Restent à l’affiche de l’opéra de Tours une production lyrique en version de concert, ...
Fidelio ou la leçon d’humanité

Fidelio ou la leçon d’humanité

Ludwig van Beethoven Le Grand Théâtre de Tours a bel et bien changé de look depuis l’arrivée de Jean-Yves Ossonce à sa tête en mars 1999. Sur le plan de l’équipement, le théâtre s’est trouvé débarrassé de son antique moquette poussiéreuse puis les vieux fauteuils grinçants sont partis la rejoindre bien vite. Côté musique, l’orchestre est devenu régional et assure une saison symphonique en plus de ses activités lyriques. Le Grand ...