Mot-clef : Andreas Schager

Le Siegfried toujours incroyable d’Andreas Schager

Le Siegfried toujours incroyable d’Andreas Schager

En Siegfried et plus particulièrement dans Siegfried, le style d’Andreas Schager offre aujourd’hui à Hambourg une interprétation incroyable, d’une puissance aussi intacte au début qu’au final, après plus de quatre heures d’opéra. Plus aboutie encore qu’à Munich en 2013, la direction de Kent Nagano soutient l’action et caractérise d’impressionnants préludes. Dans le cadre de deux reprises en répertoire de l’intégralité de la Tétralogie de Wagner à Hambourg cette saison, après une ...
Tristan und Isolde

Une étonnante reprise du Tristan und Isolde de Peter Sellars

En ouverture de cette saison anniversaire de l’Opéra de Paris, cette reprise du Tristan und Isolde par Peter Sellars a de quoi surprendre et à plus d’un titre. Avec une mise en scène désormais classique mais toujours pas acceptée par une partie du public et une distribution dépareillée mais pas inintéressante dans les contrastes qu’elle propose, le beau, le laid, le poétique et le trivial se côtoient. Treize années après les ...
Un Lohengrin bleu pour Piotr Beczała à Bayreuth

Autour de Lohengrin avec Piotr Beczała

Lohengrin pour la première fois à la Semperoper Dresden en 2016, déjà avec Christian Thielemann, Piotr Beczała reprend le rôle dès cet été à Bayreuth suite à la défection de Roberto Alagna un mois plus tôt. Le sujet avait été succinctement abordé avec lui deux ans plus tôt, mais nous avons souhaité le développer avant qu’il ne chante la troisième des cinq représentations prévues pour la session 2018 du Festival. "Ses ...
Pa_100718_189_EnricoNawrath_presse - copie

Parsifal à Bayreuth emporté par Semyon Bychkov

Créée en 2016, la mise en scène du Parsifal d’Uwe Eric Laufenberg pour Bayreuth autour des guerres de religions au Proche-Orient laisse un scénario inabouti pour une distribution correcte mais non référente, qui demande alors de se tourner vers la fosse pour l’excellente direction de Semyon Bychkov. Le piège de Bayreuth est qu’une mise en scène, lorsqu’elle est créée, doit ensuite maintenir l’intérêt de son propos pendant quatre à sept ans. ...

L’âge d’or de Bayreuth est un mythe

Après l'autorisation de réouverture en 1951, le Festival de Bayreuth des deux décennies suivantes est aujourd’hui largement considéré comme un âge d’or wagnérien. Cette perfection tant scénique que vocale, théoriquement impossible à retrouver depuis, se révèle pourtant plus mythifiée qu’étudiée. De même que Stefan Zweig évoque dans Le Monde d’Hier une société viennoise nostalgique du demi-siècle précédent, une partie non négligeable de wagnériens invoque à présent un passé révolu pour Wagner ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Parsifal-17.18---Emilie-Brouchon---OnP--22--800px

La rédemption d’un Parsifal tant attendu à l’Opéra Bastille

Le voici donc ce Parsifal tant attendu après l’annulation des quatre premières représentations suite à une panne technique. Le plaisir est-il à la hauteur de l’attente ? Oui et non. D’indéniables qualités président à ces représentations d’une très grande tenue. Pour autant, malgré l’homogénéité du plateau, la mise en scène plutôt inspirée de Richard Jones et les splendeurs de l’orchestre, quelques frustrations demeurent. Nous restera alors le bouleversement d’avoir entendu l’Amfortas de ...
Un nouveau Parsifal entre tradition et modernité à Hambourg

Un nouveau Parsifal entre tradition et modernité à Hambourg

La saison du Staatsoper de Hambourg ouvre sur une nouvelle production de Parsifal et prolonge l'idée d'un alliage entre modernité et tradition en s’offrant les services du vétéran Achim Freyer pour la mise en scène, tandis que l’équipe musicale haut de gamme mélange chanteurs wagnériens aguerris et artistes plus jeunes, le tout sous la direction équilibrée de Kent Nagano. Lorsqu'ils prirent leurs fonctions à Hambourg, Kent Nagano et Georges Delnon développèrent ...
Chailly. Mahler. Lucerne

La 8e de Mahler à Lucerne, vibrant hommage de Chailly à Abbado

En dehors de son intérêt musical certain, cette Symphonie n° 8 de Gustav Mahler, donnée dans le cadre du Festival de Lucerne par Riccardo Chailly le 12 août 2016, était porteuse d’une lourde charge émotionnelle. Elle concluait en effet le cycle Mahler que Claudio Abbado avait entrepris en 2003, cycle que ce dernier ne put, ou ne voulut achever compte tenu du peu d’attirance qu’il ressentait pour cette partition. Charge à son ...
Parsifal Amfortas hoch

Parsifal à Bayreuth : le vœu pieu d’Uwe Eric Laufenberg

An II pour le Parsifal oecuménique mais un brin soporifique d’Uwe Eric Laufenberg. Pourtant le message à faire passer était des plus essentiels. Marek Janowski, remplaçant au pied levé Hartmut Haenchen souffrant, anime, depuis la fosse une réalisation par trop languide. « Il m’arrive de penser qu’il serait préférable qu’il n’y ait plus de religions du tout. » Cette phrase hautement troublante du Dalaï Lama en exergue du programme introduit la réflexion du ...
81vrkes1zxl-_sl1500_

Parsifal part en rando avec Tcherniakov

Le DVD immortalise toutes les productions de Dmitri Tcherniakov. Ce Parsifal de 2015 pour le Staatsoper de Berlin, malgré une conclusion inoubliable, et malgré une exécution musicale irréprochable, est un voyage aussi éprouvant pour ses héros que pour le spectateur. Un DVD est censé procurer un plaisir à répétition. Si l'on rêve chaque jour du moment où l'on aura le temps de remettre une fois encore sur le lecteur la trace ...
Bayreuth vaisseau2

Fin de partie pour le Vaisseau fantôme de Gloger au festival de Bayreuth

Dernière virée pour un Fliegende Holländer qui ne fera pas de vagues dans les annales du festival de Bayreuth malgré la qualité de la direction d'Axel Kober et un plateau renouvelé par rapport à l'an dernier. Le frêle esquif de Daland et son pilote voguent sur une mer noire de chiffres et de bilans comptables. Tout un réseau de connexions électroniques s'allument et s'agitent au gré du flux et du ressac ...
Immersion dans le romantisme allemand au Festival d’été de Baden-Baden

Immersion dans le romantisme allemand au Festival d’été de Baden-Baden

Pour leur traditionnelle participation au Festival d’été de Baden-Baden, Valery Gergiev et l’Orchestre du Mariinsky proposaient un menu pantagruélique consacré aux plus grands compositeurs romantiques allemands. En entrée, une soirée dédiée à Beethoven, l’autre à Brahms, avec à chaque fois le concerto pour violon, un concerto pour piano et une symphonie. Et en plat de résistance, deux représentations de concert de La Walkyrie de Richard Wagner alignant une incroyable distribution de ...
uykvh5cnid1wyydjsydr

La Philharmonie de Paris, somptueux écrin pour les Gurrelieder par Philippe Jordan

Ultime étape du cycle Schoenberg présenté par Philippe Jordan, les Gurrelieder se présentent comme un modèle inégalé de cantate profane aux contours "fin de siècle" et postromantiques. Le gigantisme de l'orchestration est à lui seul édifiant : l'effectif (virtuel) sollicite 160 choristes, 150 instrumentistes, 5 chanteurs solistes et un récitant... distribué sur un conducteur de 48 portées. Si la dimension de l'ouvrage relègue les productions mahlériennes à des formats très raisonnables, ...