Mot-clef : Jennifer Larmore

Matrimonio 1

Amusant Matrimonio segreto à l’Opéra de Cologne

C’est dans la joie que l’Opéra de Cologne clôt sa saison avec Il matrimonio segreto de Domenico Cimarosa. L’intrigue, il faut le dire, est bien maigre pour un opéra de trois heures. Un père qui arrange un riche mariage pour sa fille aînée. Un prétendant qui pourtant s’éprend de la cadette. Une fillette enfin qui est déjà mariée en secret. Et, bien sûr, une fin heureuse qui rend tout le monde ...
À Genève, Wozzeck ou la folie de la faiblesse

À Genève, Wozzeck ou la folie de la faiblesse

Difficile d’imaginer meilleure interprétation orchestrale, vocale et théâtrale que cette production genevoise de l’opéra Wozzeck d’Alban Berg. Grâce à une mise en scène claire, à une direction d’acteurs exceptionnelle, Sir David McVicar convie le public à une terrifiante et inexorable descente aux enfers de la folie. Une impressionnante introspection sur le pouvoir des forts. L’enfant de Wozzek, délaissant l’improbable cheval qu’il avait entre les jambes, tourne sur lui-même, seul, comme perdu, ...
Kevin Greenlaw © Haydey Madden

Chute d’une création à Paris

Jusqu'à présent pour écouter du John Adams et voir des images de jeu vidéo il suffisait de jouer à Civilization IV ® (ce jeu reprend deux extraits de Nixon in China en musique d'accompagnement). Grâce à Radio France et sous couvert d'une bonne action pour l'UNICEF, ceci a pris la forme d'un opéra titré La Chute de Fukuyama. Sauf qu'en jouant on s'amuse. A Pleyel ce soir là on s'ennuyait ferme. Le ...
macbeth.014w

A Genève, le Chœur sauve Macbeth et sa Lady

Devant le rideau fermé, occupant toute l’ouverture de scène, le Chœur du Grand Théâtre de Genève chante « Patria oppressa ! » Vêtu de costumes noirs, personnages blafards, la mine triste, son chant s’élève avec une solennité, une intensité dramatique, un ressenti d’authenticité qui donne le frisson. Alors, Macduff comme pour les remercier d’avoir si bien compris la tristesse du moment, entame un sensible « O figli, o figli miei ...
Laura Aikin (Lulu) © Ian Patrick / Opéra national de Paris

Lulu revient dans l’arène de Bastille

Lulu est la dernière œuvre laissée inachevée d'Alban Berg ; dans le sillage de Wozzeck mais en appelant cette fois à « l'expressivité dodécaphonique », le compositeur autrichien s'empare de la « tragédie-monstre » de Wedekind pour son second opéra dans lequel il déploie des moyens sonores d'une luxuriance encore jamais atteinte. Composé entre 1928 et 1935, l'ouvrage est délaissé/abandonné en cours d'achèvement, le temps de composer le Concerto à la Mémoire d'un Ange écrit ...
orlando2_nancy_vign

Cérémonies funèbres sur la lagune

Étrenné au Théâtre des Champs-Elysées et retransmis par Mezzo en mars dernier, Orlando Furioso mis en scène par Pierre Audi et dirigé par Jean-Christophe Spinosi vient clore la saison de l’Opéra national de Lorraine après un passage par l’Opéra de Nice. L’opéra le plus célèbre de Vivaldi méritait bien cette nouvelle production scénique, d’autant que chef, orchestre et une grande part de la distribution promettaient d’y renouveler le choc du ...
Noir furieux, sauf à l’orchestre

Orlando furioso au TCE : Noir furieux, sauf à l’orchestre

Touffu et exubérant, l’intéressant livret d’Orlando furioso manipule, avec jouissance, la dialectique de l’ambiguïté dans toutes ses dimensions : l’identité sexuelle, les sentiments amoureux, le tandem vérités/mensonges, et le couple raison/folie. Chaque personnage dispose moins de sa nature propre qu’il n’est un espace vacant où chacune de ces dialectiques sèmera la tempête, voire la guerre. Comme bien souvent, Pierre Audi est un lecteur impeccable : ses personnages errent, fantomatiques, dans une Venise en ...
Une Veuve polyglotte

Une Veuve Joyeuse et polyglotte à Genève

Avec ce spectacle de La Veuve Joyeuse de Franz Lehár, Christoph Loy signe un divertissement bien emmené même si parfois déroutant. S’inspirant de la Genève internationale, l’ambassade du Pontevedro où se déroule l’intrigue, se veut polyglotte. Ainsi, la langue française côtoie l’anglaise et l’allemande dans les dialogues adaptés par le metteur en scène allemand. L’idée de cette internationalisation du propos scénique est plaisante et intéressante. Pourtant, comme souvent dans le ...
Lulu à Londres !

A Londres, Agneta Eichenholz s’impose en grande Lulu

Toute production de Lulu reste un événement car, en dépit de la place de cet opéra dans l’Histoire de la musique, cette œuvre n’est pas si fréquente au répertoire des saisons d’opéras. Outre la difficulté vertigineuse des aigus et de l’endurance du rôle titre, la distribution à réunir ne doit comporter aucunes faiblesses et l’orchestre de Berg soumet les musiciens à des exigences redoutables. Il faut des chanteurs de génie, ...
Werther d’hiver

Werther d’hiver

Théâtre Royal de La Monnaie Pour les fêtes, le théâtre de La Monnaie s’offre un Werther de Massenet. Bonne idée car ce répertoire français n’était pas trop en vogue sous le mandat de Bernard Foccroulle, l’ancien directeur du théâtre national. Voulant multiplier les soirées, Peter de Caluwe au lieu de faire appel à deux distributions a décidé de confronter les versions pour ténor et baryton. Considérant qu’une nouvelle production ne s’imposait ...
Lourde et indigeste Italienne

Lourde et indigeste Italienne

A priori, l’acquéreur confiant de ce DVD se prépare à passer une réjouissante soirée en tête-à-tête avec son téléviseur. D’abord pour l’œuvre, premier chef-d’œuvre dans le domaine buffa d’un tout jeune compositeur de 21 ans, qui vient de connaître, trois mois plus tôt, la consécration dans le domaine seria avec Tancredi. Ensuite pour l’affiche, qui aligne quelques noms reconnus en matière de chant rossinien. Enfin, pour l’étiquette « Opéra National de ...
Sofonisba, une résurrection

Sofonisba, une résurrection

Ferdinando Paër (ou Paer, ou Për, ou Per, faites votre choix), compositeur d’origine italienne, a joué un rôle important mais aujourd’hui bien méconnu dans l’histoire de la musique française. Appelé à Paris par Napoléon en 1807, il devient en 1812 le successeur de Spontini à la tête du Théâtre Italien, en est chassé en 1827 par l’arrivée de Rossini, devient compositeur de la chambre du Roi, membre de l’Académie, puis ...
La redécouverte de Pacini en condensé

La redécouverte de Pacini en condensé

Figure en marge de l’histoire de l’opéra italien, à l’image de Saverio Mercadante, Giovanni Pacini est pourtant avec Giuseppe Verdi le compositeur italien du XIXe siècle ayant eu la carrière musicale la plus longue. Véritable bourreau de travail, Pacini est l’auteur de près de 70 œuvres lyriques différentes entre 1813 et 1867. Fils d’un célèbre chanteur d’opéra comique, Pacini est un véritable « enfant de la balle », et il fut lui-même interprète ...
Adelaide di Borgogna

Adelaide di Borgogna, rareté rossinienne au festival d’Edinburgh

Le festival d’Edinburgh met la ville en ébullition : théâtre, danse, opéras, concerts, récitals, conférences s’emparent de la ville envahie par les touristes. Rien que pour la seule journée du 19 août, et seulement dans le champ de la musique classique, le festival proposait un superbe récital matinal de Magdalena Kozena (accompagnée de Malcom Martineau), Le Lac des cygnes par le Pennsylviana Ballet, Curlew River de Britten, et cette version de ...
Mary Dunleavy, soprano et Jennifer Larmore, mezzo-soprano.

Mary Dunleavy, soprano et Jennifer Larmore, mezzo-soprano.

Festival de Lanaudière « L’art du bel canto – deux voix en parfaite harmonie » On ne pouvait coiffer d’un meilleur titre ce pénultième concert de clôture, L’art du bel canto pour célébrer, samedi dernier à l’Amphithéâtre de Lanaudière, les deux voix en parfaite harmonie des Américaines Mary Dunleavy et Jennifer Larmore. Toutes les deux, en grande forme vocale et en toute beauté, - très glamour, avec changement de robes à l’entracte ...
Sur l’île d’Alcina…

Orlando Furioso de Vivaldi par Spinosi : Sur l’île d’Alcina…

Ça tempête sec chez Antonio Vivaldi ! Voici une lecture houleuse où les vertiges musicaux et sentimentaux frémissent à toutes voiles sur une mer instrumentale des plus imprévisibles. Trois raisons font de la présente gravure, une référence incontournable. 1) Sa nature inédite : nous tenons là le premier enregistrement de l’Orlando Furioso, depuis sa création vénitienne en 1727 2) Son interprétation superlative : la sensibilité versatile du chef en résidence à Brest, Jean-Christophe Spinosi, (qui ...